Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La franc-maçonnerie ou le culte du Grand Architecte

Publié le par Ahmed Miloud

ORIGINE DE LA FRANC-MAÇONNERIE

Depuis près de trois siècles, la franc-maçonnerie est la société secrète dont on parle le plus. Cette société initiatique suscite beaucoup d’intérêt et pourtant, la franc-maçonnerie est très mal connue.
En effet, elle masque aussi bien ses origines que ses buts. Malgré tous ces mystères, la franc-maçonnerie s’avère être plus une confrérie élitiste et discrète que réellement secrète.Son culte,calqué sur les religions,particulièrement le christianisme dont elle s'inpire ,est énoncé comme suit :

* La franc-maçonnerie travaille à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers.

Conformément aux traditions de l'Ordre des francs-maçons, trois gran­des lumières sont placées sur l'autel des loges : l' Équerre, le Compas et un Livre de la Loi Sacrée. Les obligations des Maçons sont prêtées sur ces Trois Grandes Lumières.

Voir : http://www.lesnumismates.fr/FR/ART_FRANC_MACONNERIE.htm

                                          Symbole officiel de la franc-maçonnerie

Le terme « franc-maçonnerie » est ambigu, car il désigne deux choses sensiblement différentes :

Une société corporative dite « maçonnerie opérative » qui plonge ses racines dans le Moyen Âge européen et sans doute bien au-delà. On sait aujourd’hui que la filiation entre francs-maçons et compagnons est très complexe.

Symbole de la Franc-maçonnerie

Symbole maçonnique américain de la vie éternelle. 19e s.

Une société de pensée dite « maçonnerie spéculative » qui est l’héritière directe de la première.

La maçonnerie, d’abord opérative (bâtisseurs médiévaux), admet (XVIe-XVIIe s.) des membres étrangers à l’art de bâtir, avant de devenir spéculative lorsque est fondée, à Londres, en 1717, une « Grande Loge », dont les Constitutions demeurent la charte de la franc-maçonnerie universelle. Une longue querelle interne, origine d’une scission, prit fin en 1813 avec l’Act of Union, constitutif de l’actuelle Grande Loge unie d’Angleterre, tenue pour la Grande Loge mère de toutes les grandes loges du monde.

Les Constitutions de James Anderson

Les Constitutions de James Anderson, fondateur de la Grande Loge de Londres .Édition originale 1723. Bibliothèque des Arts décoratifs

La franc-maçonnerie est introduite vers 1725 en France par des jacobites émigrés. Malgré quelques difficultés avec la police, les loges prennent une rapide extension, mais connaissent aussi une scission et des difficultés.

En 1773 est fondé le Grand Orient, autorité centrale destinée à rétablir l’ordre. Au XIXe s., les deux grandes obédiences sont le Grand Orient et le Suprême Conseil du Rite écossais ancien et accepté, fondé en 1804.

Tablier maçonnique d'Hélvétius

Tablier maçonnique d'Hélvétius, porté par Voltaire le jour de son initiation . Musée du Grand Orient de France

La Grande Loge de France, fondée en 1894, conserve la formule du Grand Architecte de l’Univers qui n’est plus reconnu par le Grand Orient depuis 1877.

En 1913, E. de Ribaucourt ressuscite une franc-maçonnerie régulière en France et constitue la Grande Loge nationale indépendante et régulière, qui prend en 1948 le nouveau nom de Grande Loge nationale française (G.L.N.F.), seule obédience française reconnue par la Grande Loge d’Angleterre.

Ces scissions expliquent la diversité des rites maçonniques et des grades.

L’esprit de la franc-maçonnerie

Au XVIIe siècle, en Angleterre, les guerres de religion font rage. C’est dans ce contexte que des hommes épris de tolérance créent des espaces de libre échange où toutes les confessions peuvent se réunir.
Les fondateurs emploient le vocabulaire et les usages des anciennes corporations de maçons. Ces hommes savaient alors tailler la pierre tendre appelée « free stone ».
On les nommait donc « free stone masons » ou « freemasons » c’est-à-dire francs-maçons.

Symbole de la Franc-maçonnerie

Symbole maçonnique italien, de l'époque des Carbonari . © dinosoria

Mais les nouveaux maçons ne sont pas des ouvriers bâtisseurs mais des « gentlemen ». Ils défendent avant tout des valeurs d’humanisme, de tolérance et de fraternité.

Parmi les maçons célèbres, on peut citer Benjamin Franklin, Mirabeau, Jules Ferry, Winston Churchill (de 1905 à 1908), Montesquieu, Voltaire, Arthur Conan Doyle, Mozart, Louis Armstrong, Ford ou Citroën.

Les fondateurs de la franc-maçonnerie moderne revendiquent l’héritage de tous les maçons qui les ont précédés.
Ils ont ainsi élaboré un parcours initiatique menant du grade d’apprenti à celui de maître, à l’image des ouvriers bâtisseurs d’autrefois.

 

 

 

 

Tablier maçonnique

Tablier maçonnique de l'écrivain Joseph de Maistre. © Archives Ed. Atlas

À la tête de chaque loge se trouve un vénérable, assisté d’un collège d’officiers. À la tête de chaque obédience se trouve un grand maître. Le grand maître de la Grande Loge de France est assisté d’un Conseil fédéral, celui du Grand Orient d’un Conseil de l’ordre, qui jouit de la réalité du pouvoir. Une fois l’an se tient la Tenue (ou Assemblée) de Grande Loge, appelée « convent », à la Grande Loge de France et au Grand Orient. Les obédiences féminines ou mixtes qui existent ici ou là ne sont pas reconnues.

Les symboles de la franc-maçonnerie

Cette société comporte de nombreux symboles qui doivent permettre aux membres de se comprendre au-delà des barrières sociales.
Certains sont hérités de la kabbale ou de l’hermétisme mais la plupart proviennent des outils des tailleurs de pierre. L’équerre qui symbolise la rectitude morale ou le compas qui symbolise la maîtrise de soi.

Sceau maçonnique

Sceau maçonnique de Pierre-Philippe Baudel, l’actuel président du Suprême Conseil et Grand Conservateur Général du Rite de Misraim (Musée du Grand Orient de France). © dinosoria

L’inspiration biblique est rappelée par les deux colonnes qui ornent l’entrée des loges.

On trouve également le soleil et la lune, car les maçons travaillent de » midi à minuit ».

Les actions de la franc-maçonnerie

Les relations de la franc-maçonnerie avec l’Église catholique romaine ont toujours été difficiles. Plusieurs fois condamnée par les papes au XVIIIe et au XIXe s., la franc-maçonnerie semble bénéficier, depuis le concile Vatican II, de la part des catholiques, d’un préjugé plus favorable, Rome restant cependant réticente, notamment à l’égard des loges « anticléricales ».

Symbole de la Franc-maçonnerie

Symbole maçonnique italien du 19e s. © dinosoria

Source:

http://www.dinosoria.com/franc-maconnerie.htm

 

Les symboles de la franc-maçonnerie

Cette société comporte de nombreux symboles qui doivent permettre aux membres de se comprendre au-delà des barrières sociales.
Certains sont hérités de la kabbale ou de l’hermétisme mais la plupart proviennent des outils des tailleurs de pierre. L’équerre qui symbolise la rectitude morale ou le compas qui symbolise la maîtrise de soi.

Sceau maçonnique

Sceau maçonnique de Pierre-Philippe Baudel, l’actuel président du Suprême Conseil et Grand Conservateur Général du Rite de Misraim (Musée du Grand Orient de France). © dinosoria

L’inspiration biblique est rappelée par les deux colonnes qui ornent l’entrée des loges.

On trouve également le soleil et la lune, car les maçons travaillent de » midi à minuit ».

Les actions de la franc-maçonnerie

Les relations de la franc-maçonnerie avec l’Église catholique romaine ont toujours été difficiles. Plusieurs fois condamnée par les papes au XVIIIe et au XIXe s., la franc-maçonnerie semble bénéficier, depuis le concile Vatican II, de la part des catholiques, d’un préjugé plus favorable, Rome restant cependant réticente, notamment à l’égard des loges « anticléricales ».

Symbole de la Franc-maçonnerie

Symbole maçonnique italien du 19e s. © dinosoria

Il est vrai qu’au XIXe siècle, les francs-maçons français sont majoritairement anticléricaux. Ils participent, en France, activement au débat sur la laïcité à l’école.
De nombreux hommes politiques sont alors francs-maçons.

Les frères ont un engagement républicain et seront les victimes d’une « chasse aux sorcières ». En 1922, le parti communiste interdit à ses membres d’être franc-maçon.
L’Église catholique excommunie les membres. Cette mesure ne sera d’ailleurs levée qu’en 1983.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement de Vichy a lancé une campagne anti-maçonnique et a dissout les obédiences maçonniques françaises.

Grand Orient de France

Stephan Meyer, grand maître adjoint du Grand Orient de France, lors d'une commémoration de la libération des camps, en 2005 . © Medhi-Fedouach-STF/AFP

De nombreux francs-maçons ont été déportés et sont morts en camps de concentration. À tel point, qu’à partir de 1945, la franc-maçonnerie décimée, mettra plusieurs dizaines d’années à reconstituer ses rangs.

Les effectifs sont estimés aujourd’hui à plus de 6 millions, majoritairement aux États-Unis.

Les loges, en France, sont pour la plupart des associations loi 1901 et il n’y a nul secret sur les noms des membres, déposés en Préfecture. Les loges maçonniques rassemblent plus de 120 000 personnes fédérées en différentes obédiences :

  • Le Grand Orient à tendance laïque
  • La Grande Loge plus spiritualiste
  • La Grande Loge féminine
  • Le Droit humain, obédience mixte la plus importante
  • La Grande Loge nationale française plus traditionaliste

Il est certain que certains francs-maçons ont voulu utiliser leur appartenance à des fins politiques ou économiques. Certains ont eu des rapports houleux avec la justice. Ces écarts de conduite qui ne font que refléter notre société et non la franc-maçonnerie par elle-même sont autant de points négatifs qui jettent la suspicion sur une société profondément humaniste.

V.Battaglia (20.06.2006)

 

Sources bibliographiques

Histoire de la franc-maçonnerie française, Paris, PUF, R.Dachez, 2003. Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, E.Saunier, Le livre de Poche, 2000. Les Sociétés Secrètes, Editions Larousse 2005. Les origines mystérieuses de la franc-maçonnerie, Editions Atlas, 1982.

Pour en savoir plus sur la Franc-maçonnerie

Site francophone sur la franc-maçonnerie

Source:

http://www.dinosoria.com/franc-maconnerie.htm

LE CULTE DE LA FRANC-MAÇONNERIE

La franc-maçonnerie a institué un culte qu'elle rend à une entité indéfinissable qu'elle appelle "Le Grand Architecte". Curieusement, elle s'imprègne dans l'accomplissement de ce culte des enseignements de la bible sans toutefois en appliquer le sacerdoce. En d'autres termes,elle s'est appropriée le christianisme comme les sionistes l'ont fait pour le judaïsme.

Les principes fondamentaux de la Franc-Maçonnerie régulière :

  • l'invocation du Grand Architecte de l'Univers,
  • la présence en Loge des trois Grandes Lumières : le Volume de la Loi Sacrée (qui dans ses Loges est la Bible) exposé et ouvert avec l'Equerre et le Compas,
  • la souveraineté exclusive sur les grades symboliques,
  • l'indépendance de toute structure maçonnique de Hauts Grades,
  • la non-mixité dans les travaux rituels,
  • la non-immixtion dans les controverses politiques ou religieuses,
  • le caractère progressif et spirituel de la démarche initiatique.

La foi prêchée par la franc-maçonnerie repose sur le trinitarisme,concept qui existait déjà les peuples païens primitifs. Ce trinitarisme est ainsi conçu :

 

1) Le Livre Blanc

IL est entièrement composé de pages vierges, tenant lieu de livre de la loi sacrée dans certaines loges adogmatiques.

  •  Dans le Symbolisme (n° de mars et avril), suite de la discussion sur la présence de la Bible dans les Loges, son remplacement par un « livre blanc » etc. ; discussion pleine de confusion et constamment influencée par les points de vue les plus « profanes » ; ce n’est pas seulement au sens symbolique qu’on peut parler ici de la « Parole perdue » ! (René Guénon, Études franc-maçonnerie compagnonnage)Les trois grandes lumières. « Ce sont le volume de la loi sacrée, l’équerre et le compas ».
  • Le livre de la loi sacrée (le Livre Blanc)peut être la Bible ouverte au Livre des rois ou bien l’Évangile de saint Jean ouvert à la première page avec ces mots: « Au commencement était le verbe ». Il peut être aussi un livre reconnu comme de haute portée spirituelle. Il peut être encore un livre blanc ou bien le livre des Constitutions.  (Guy Plana-Mora, Le dit et le non-dit de la franc maçonnerie, Mon Petit Éditeur, 2016)
  • Certaines loges et obédiences athées adoptent comme volume de la loi sacrée un livre blanc dans lequel chacun peut voir ce qu’il veut.  (Philippe Benhamou, Christopher Hodapp, La Franc-maçonnerie Pour les Nuls, Éditions First-Gründ, 2008, page 83)

 

2) Le Compas     : 

Le compas représente l'esprit; Il symbolise la sagesse de l'esprit; Il est à la fois: la rigueur de la mesure, la liberté de la créativité, le dynamisme et l'harmonie dans la recherche de la Vérité.Le compas à la particularité de pouvoir se régler et ainsi de s'adapter aux besoins de chacun et du moment. A la différence de la règle ou de l'équerre qui sont fixes et ne peuvent que reproduire leur forme, le compas est un instrument de liberté et de rigueur pour l'esprit; même le plus rudimentaire des compas tracera toujours un cercle parfait, à la dimension et à l'emplacement choisi par son utilisateur.Dans la vie quotidienne, le compas permet notamment au Franc-maçon de comparer ses actions, de conserver ce qui est juste, de reporter son comportement, de garder la mesure de toute chose et d'agir de manière équitable et proportionnelle

 

3) L'Équerre

L'équerre représente la régularité et la perfection pour l'exécution des travaux. Elle est le symbole de la discipline, de la rectitude, de la raison et de la droiture; Elle montre ce qui est droit (juste) et permet de redresser ce qui ne l'est pas encore ou ne l'est plus.Assemblée ou entrelacée avec le compas, elle représente la matière par rapport à l'esprit. Ainsi, l'équerre et le compas deviennent complémentaires et ont pour objectif de former le cœur et de régler l'esprit. Ils représentent la sagesse et la justice.Dans la vie quotidienne, l'équerre représente l'honnêteté (pour soi et pour les autres), la droiture (dans les pensées et les actions) et la vertu (respect de la loi morale).

 

Voir plus ici :

http://www.latolerance.ch/symboles/lequerre

 

LA FRANC-MAÇONNERIE, RELIGION SATANIQUE

Les francs-maçons se disent unificateurs, et que par leurs actions ils prêchent la liberté de conscience,l'amour et la paix entre les peuples,la solidarité humaine,etc...Ils œuvrent à substituer les dogmes religieux traditionnels propres à chaque communauté par une nouvelle religion vouée au culte du Grand Architecte comme indiqué dans leurs Constitutions.Ils ont mis en place des rituels remplaçant ceux édictés par les religions traditionnelles.Hormis l'Islam qui considère la franc-maçonnerie comme une apostasie, les autres religion se sont accommodées avec elle.

"L’histoire de religions nous montre un continuum dans leurs évolutions, les unes remplaçant les autres en leur empruntant des Dieux et en les faisant évoluer en fonction des besoins sociaux. Les changements de religion sont généralement liés aux changements dans la société humaine. L’abandon des civilisations de chasse et de pèche modifie les rapports avec la nature et modifie les Divinités à invoquer ; la vie nomade avec l’élevage induit de nouvelles croyances ; la sédentarisation les modifie… Les religions s’entrecroisent, se modifient et se complètent les unes par rapport aux autres pour s’adapter à leur environnement. La non-adaptation provoque leur disparition : religions étrusques, grecques, romaines, védiques, certaines formes de chamanisme… ont disparu du fait de la disparition de leur « habitat » de référence. La pratique religieuse qui demeure le fondement de toute religion est éminemment liée à l’environnement économico-social du lieu de pratique… Il y a symbiose entre la religion et la société ; toute évolution sociale se traduit par une évolution de la forme religieuse"

http://www.ledifice.net/P053-2.html

 

LES RITUELS DE LA FRANC-MAÇONNERIE

Tout initié devrait passer par diverses étapes pour être accepté comme franc-maçon.Voir lien ci-dessous :

http://chemin47.eklablog.net/etapes-et-symboles-de-la-ceremonie-d-initiation-c26781016

En conclusion,on peut dire que la franc-maçonnerie tend à supplanter les religions reconnues, malgré elle s'en défend. En fait,de par son essence,elle est une religion satanique, vouée au culte de Baal-Moloch pour lequel

des sacrifices d'enfants lui sont encore offerts à ce jour.Voir article ci-dessous :

La naissance du culte de Moloch, le Dieu flamboyant dévoreur d’enfants

"Difficile de trouver un historique simple et détaillé de la naissance de ce culte. Voici donc ma version simplifiée qui devrait vous aider dans vos recherches personnelles. Je ne fais aucun commentaire.

                                                                               moloch
                                                       Le dieu Baal-Moloch des Phéniciens.

Voilà bien des siècles une catastrophe épouvantable et inexpliquée détruisit deux grandes cités au bord de la Mer Morte, en Judée, à savoir Sodome et Gomorrhe. En quelques instants, tout fut embrasé et périt dans un torrent de feu.

Tout et tous ! … Sauf un homme du nom de Loth, et ses deux filles… Les enfants de ces filles, Ammon et Moab, fondèrent une cité en Arabie Pétré, où sans doute frappés par le destin de leurs parents, ils instaurèrent une religion dédiée au feu. Bientôt, les Ammonites et les Moabites entretinrent des feux continuels dans leur capitale, Rabbath-Ammon, pour honorer leurs divinités Ammon et Moloch à qui ils sacrifiaient des enfants.

Puis ce culte gagna la Palestine. Le roi Salomon l’adopta( mensonge juif,ndr) et l’on vit ses successeurs Acaz et Manassé avoir la cruauté d’offrir leurs fils à Moloch.

Le Moloch Juif avait une tête de Bélier. Le Dieu Ammon des Egyptiens avait aussi une tête de Bélier. On ignore si les Egyptiens firent des sacrifices humains à ce dieu; par contre chez les Cananéens, les Araméens et les Phéniciens, Moloch fit des ravages en changeant de nom et en devenant Baal ou Bel. Le Baal-Moloch (illustration ci-dessus) s’est transformé en tête de Taureau. Chaque cité ou lieu avait son Baal ou son Bel-Moloch.

En Palestine il y eut Baal-Azor, Baal-Bek, en Syrie, Baal-Samin chez les Sémites, Baal-Phégor, sur le mont Phégor.. Mais le plus redoutable fut le Moloch-Baal de Carthage .

Regardez-le. Il est horrible avec ses ailes à la manière des Assyriens ou des Perses. Quoi qu’il en soit, Carthage, colonie phénicienne, adorait ce dieu infernal.

Peu après la première guerre punique, les mercenaires enrôlés par les Carthaginois n’ayant pas touché leur solde, se révoltèrent et assiégèrent Carthage défendue par une triple ligne de remparts.

Au bout de deux ans de lutte aux fortunes diverses, plus de 300,000 mercenaires s’attaquèrent aux fortifications et après de furieux combats, s’emparèrent de la première enceinte! Mais malgré tous leurs efforts, ils ne purent aller plus loin !…

N’ayant pas de navires pour bloquer le port et affamer Carthage. Les chefs de la rébellion Matho et Spendius, firent alors crever l’aqueduc qui amenait l’eau à la ville assiégée. EN pleine sécheresse, la cupide et orgueilleuse cité se trouvait dans une situation dramatique et le Conseil des Anciens, plutôt que de verser enfin leur solde aux mercenaires, prit alors une décision épouvantable. Chaque famille carthaginoise livrait un enfant en âge d’être sacrifié!… Le lendemain matin, comme le temps pressait, les prêtres de Moloch descendant de Megara, la ville haute, commencèrent leur sinistre récolte et avant que le soleil fût à son zénith, ils avaient rassemblé plus de 400 garçons sans que personne n’ait élevé la moindre plainte…

Le jour suivant une foule énorme se tenait sur la place de Khamon, devant le temple de Moloch. Afin que toute la population puisse voir le dieu, un mur avait été ouvert et l’on avait fait passer la gigantesque statue d’airain sur l’esplanade. Alors les serviteurs du temple allumèrent le feu.

Après les chants et rites d’usage, le grand pontife donna le signal et les bras de l’idole se baissèrent pour que l’on y dépose les premières victimes. Aussitôt, de sa main glacée, le bourreau fit avancer, un par un, les garçons. Ils étaient tous encapuchonnés d’un voile noir: ainsi personne ne pouvait les reconnaître et il fallait qu’aucun Carthaginois ne faiblisse. Les immenses bras actionnés par des chaînes se relevèrent et les premiers sacrifiés furent engloutis dans la gueule incandescente…

Cela dura des heures! Une chaleur intense régnait autour du dieu rougeoyant et une grande fumée montait dans le ciel qui devenait gris. A présent, les Carthaginois hurlaient des invocations à Moloch tandis qu’au loin, sur le pourtour de la première enceinte, les mercenaires regardaient le spectacle, horrifiés.

Lorsque la nuit tomba, le colosse d’airain était gavé à l’excès. Incandescent… jusqu’aux genoux, il semblait chanceler sous le poids d’une ivresse monstrueuse… Mais la foule emportée par la frénésie, voulait lui offrir encore des victimes toujours des victimes.. Il n’y en avait plus ! Alors, certains s’entretuèrent.

Enfin, l’orage éclata et l’eau tomba en cataracte, toute la nuit. Gorgés d’horreur, les Carthaginois se laissaient tremper par l’eau tiède tandis que les citernes se remplissaient. Le lendemain matin, les mercenaires pataugeaient dans la boue de leur campement. Bientôt ils levèrent le siège. Carthage était sauvée !…

Mais à quel prix ?

De là est née la légende du Dieu Moloch. Ce culte fit des ravages pendant des siècles..

Sachez que le culte de Moloch est toujours actif de nos jours au Bohemian Club. Faites des recherches sur ce « Club »."

Source :

http://www.nouvelordremondial.cc/2015/07/21/la-naissance-du-culte-de-moloch-le-dieu-flamboyant-devoreur-denfants/

INTERCONNECTION DE LA FRANC-MAÇONNERIE AVEC LA KABBALE La Franc-maçonnerie est basée sur la Kabbale Depuis les soi-disant «Lumières», l’humanité est peu à peu tombée sous le charme de la Kabbale. Ce que nous avons appris à prendre pour du «progrès» est en fait la résurgence d’un culte satanique païen ancien de la fertilité, incarné par la Kabbale. Le «dieu» de la Kabbale n’est pas Dieu du tout. Il est Lucifer. Les Juifs Illuminati et leurs alliés francs-maçons sont furtivement occupés à ériger un Nouvel Ordre Mondial dédié à Lucifer. Selon le chercheur doué, David Livingstone, le plan de Lucifer a été formulé dans la Kabbale du VIème siècle avant J.C., lorsque les Juifs étaient détenus en captivité à Babylone. Selon la Bible, cet exil était une punition pour l’adoption du paganisme de leurs voisins, les Cananéens. Ils s’étaient appropriés l’ancien culte du dieu de la mort, Lucifer. Parmi les pratiques odieuses prescrites par ce culte étaient les «mystère» des rites impliquant de la musique, des substances intoxicantes, le sexe orgiaque et le sacrifice humain. La Kabbale est basée sur d’anciennes mythologies païennes qui racontent l’histoire d’un dieu originel ayant créé l’univers, et d’un dieu usurpateur (Lucifer) qui finit finalement par le vaincre et vient à gouverner l’univers à sa place. Lucifer est la progéniture de Dieu le Père et de son épouse, la Déesse. Mais le dieu-fils épouse également sa mère. Le Dieu-fils a été identifié avec le soleil tandis que la Déesse a été identifiée avec la planète   Vénus, le premier objet céleste aperçu au lever du soleil. «Essentiellement, le dieu et la déesse étaient considérés comme deux aspects d’un seul dieu. » écrit Livingstone dans son dernier livre «S’abandonner à l’Islam». «En tant que tels, les autres noms de Satan étaient «Prince de l’Aurore» ou «Fils de l’Aube». Lucifer, qui illustre le mal, était connu comme un «Dieu mourant», car chaque hiver, il mourrait et descendait aux enfers où il régnait sur les esprits des morts. La Kabbale est un culte sexuel lié au cycle des saisons. Il est défini par l’accouplement incestueux du dieu et de la déesse pour assurer la fertilité. Lucifer exige des sacrifices. Il doit être apaisée pour éviter sa malfaisance et la diriger contre ses ennemis. Le sacrifice le plus bénéfique est l’abattage d’un enfant. Livingstone, explique : «Ceci [les sacrifices d’enfants] était devenu la base de ce culte dans le monde antique. Les rituels de la mort et de la résurrection imitaient celui du dieu [Lucifer.] Les participants ingéraient des substances intoxicantes et dansaient sur de la musique afin d’atteindre un état d’extase, ou de possession par un djinn [démon], par lequel ils croyaient obtenir des pouvoirs surnaturels tels que le changement de forme, la clairvoyance et d’autres pouvoirs magiques. Dans cet état, ils faisaient égorger un enfant, mangeaient sa chair et buvaient son sang afin que le dieu puisse renaître en eux.» LES SACRIFICES RITUELS ET LES ORGIES CARACTÉRISENT LE CULTE ILLUMINATI Les transfuges Illuminati témoignent que ces pratiques se poursuivent aujourd’hui. Livingstone dit que ces rituels impliquent généralement des orgies sexuelles où un prêtre et une prêtresse personnifient le Dieu et la Déesse au cours d’un « Mariage Sacré ». Ils deviennent possédés et produisent un « fils de dieu » qui devrait alors régner comme roi. Livingstone déclare que c’est la base d’un culte satanique qui domine aujourd’hui le monde. «Il est cette religion secrète qui est considérée comme l’occultisme. Ses partisans font avancer le plan satanique pour un Nouvel Ordre Mondial, et l’élimination de l’Islam.» (Pp. 11-13) À la lumière de ce contexte, nous pouvons apprécier à quel point les enseignements kabbalistes sont pernicieux. Par exemple, ils enseignent que Dieu n’a pas d’attributs. Cela est satanique. Dieu est moral, la différence entre le bien et le mal, le faux et le vrai, le beau et le laid. Pas étonnant que l’humanité ait perdu sa capacité de discernement. Encore une fois, la Kabbale enseigne que la relation entre l’homme et Dieu est sexuelle et érotique, et que la sensualité et l’ivresse sont religieuses. C’est satanique. L’explication de Livingstone de la Kabbale explique pourquoi le sexe (la promiscuité, la pédérastie, l’inceste) est utilisé pour dégrader et diaboliser les êtres humains et pourquoi le modernisme est un sort kabbalistique. Selon Livingstone, les Juifs mélangèrent ce paganisme avec la magie babylonienne et l’astrologie, et appelèrent la Kabbale une «interprétation» du Judaïsme. Ces kabbalistes ont déguisé leur ordre du jour luciférien de domination du monde en préparant le monde pour la venue de leur supposé «Messie». LA FRANC-MAÇONNERIE ET LE CHOC DES CIVILISATION David Livingstone décrit la propagation de la Kabbale : « Les prétendus philosophes grecs ont été les premiers importants kabbalistes. Quand les Juifs furent libérés de leur captivité par l’empereur perse, Cyrus le Grand, de nombreux kabbalistes se répandirent dans diverses parties du monde, notamment en Grèce et en Egypte. Le Platonisme et les philosophies Orphique et Dionysiaque ont été influencées par la Kabbale. De la Grèce et l’Egypte, les pratiques kabbalistiques se propagèrent à travers l’Europe où elles étaient connues comme de la sorcellerie. Mais les influences les plus importantes furent l’humanisme de la Renaissance, et l’émergence des Rose-Croix. Le mouvement Rose-Croix a été initialement démantelé à la suite de la guerre de Trente Ans, mais un certain nombre d’entre eux trouvèrent refuge en Angleterre où ils fondèrent la Franc-maçonnerie. Avec l’avènement des Illuminati, les francs-maçons furent responsables de ce grand projet des Lumières, dont le but était de supplanter l’autorité Chrétienne, en passant par les révolutions Américaine et Française. L’objectif de ces révolutions a été de créer des sociétés laïques, au sein desquelles le Christianisme, et toute religion, d’ailleurs, devaient être définitivement séparées de «l’État». Libérés de ces contraintes, les Illuminati pourraient faire progresser leur pouvoir à travers la banque, parce que jusque-là le Christianisme avait largement interdit la pratique de l’intérêt bancaire usuraire. L’interprétation kabbalistique de l’histoire voudrait nous faire croire que cette évolution du sécularisme est un progrès. Nous sommes amenés à croire que la Démocratie est le produit final de l’évolution humaine éloignée de toute superstition religieuse. Cependant, alors que cette évolution a été une prérogative de l’Occident, l’Orient est encore engluée dans un stade plus primitif, obstinément adhérant à l’idée de «théocratie», c’est le monde de l’Islam. Et donc, pour l’accomplissement du progrès kabbalistique, ce dernier obstacle doit être éliminé, avant l’imposition définitive d’une hégémonie occulte sur l’humanité. D’où le «Choc des Civilisations» menant au règne de l’Antéchrist. Nous-y voilà donc. La laïcité est un masque pour la résurgence de la Kabbale, du Paganisme et du Satanisme. C’est cela le progrès! Henry Makow Catégories : Franc-maçonnerie, Kabbale Étiquettes : david livingstone, lucifer, nouvel ordre mondial Source: https://henrymakow.wordpress.com/2012/10/29/la-franc-maconnerie-est-basee-sur-la-kabbale/

Serge Abad Gallardo, ex franc-maçon converti : "La franc-maçonnerie est luciférienne" - reinformation.tv

A une époque où il est presque de bon ton d’annoncer son appartenance à la FM (dans le gouvernement de François Hollande, presque tous les ministres en faisaient partis), Serge Abad Gallardo a décidé au contraire d’annoncer son horreur d’avoir été l’un de ses membres. Après 24 ans passés en son sein, il affirme : « La Franc-maçonnerie est luciférienne. Tous les satanistes sont franc-maçons. Aleister Crowley, était sataniste et franc-maçon. Albert Pike l’était également. Pour lui, « la religion maçonnique est la religion luciférienne par excellence… ». Ce cheminement de Serge Abad-Gallardo, ces 24 années passées en franc-maçonnerie, ces réponses qu’il attendait et pour lesquelles il n’avait aucune réponse, ont fini par le convaincre que la maçonnerie n’était qu’un leurre. En 2014, touché par la grâce de Dieu, Serge s’est converti à la religion catholique.

Version courte :

Version longue :

 

Source :

https://mobile.agoravox.tv/tribune-libre/article/serge-abad-gallardo-ex-franc-macon-74395

Commenter cet article