Complot sioniste contre l'Algérie

Publié le par Ahmed Miloud

Mot à dire d'abord :

L'Algérie étant l'un des rares pays à soutenir les droits des Palestiniens à jouir de leur pays dans le cadre des résolutions de l'ONU et du Conseil de Sécurité, est l'objet de complots de toutes sortes, soit de la part des sionistes ,soit de leurs suppôts américains et autres pro-sionistes .

Ainsi,comme le montre l'article ci-dessous (et d'autres), l'immigration en masse des populations africaines vers l'Algérie tient une place importante dans un complot de déstabilisation du pays,fomenté par le Mossad sioniste.

En outre, plusieurs affaires d'espionnage ont été mises à jour par les services de sécurité algériens (voir 2 ème article ci-dessous ).

Un officier algérien révèle : le flux de migrants planifié par un sioniste

 

Des migrants africains à Alger. New Press

Les récentes annonces faites par le gouvernement algérien au sujet des migrants africains – les prendre en charge dans un cadre réglementaire et expulser les éléments jugés dangereux – feraient suite à la découverte d’un complot visant à «noyer» l’Algérie de 6 millions de clandestins d’origine africaine afin de provoquer la déstabilisation du pays.

Ces craintes sont nées suite aux avertissements lancés par le colonel de l’Armée nationale populaire (ANP) à la retraite, Ramdane Hamlat, relatifs à l’existence d’un plan extérieur visant à déstabiliser l’Algérie à travers un flux de migrants africains. Cette révélation a provoqué la polémique en Algérie sur les migrants d’origine africaine et le problème a pris une dimension sécuritaire après avoir été un problème d’ordre humanitaire.

En effet, selon le colonel Ramdane Hamlat, cité par arabicrtcom,  il existe un plan de l’officier franco-sioniste Joseph Caligri qui vise à noyer l’Algérie avec des centaines de milliers de migrants africains qui traversent le désert pour s’installer dans les villes et les exploiter ultérieurement pour déstabiliser le pays». Ce complot vise à suppléer les autres qui ont échoué en Algérie depuis le déclenchement de ce qui est appelé faussement le «printemps arabe».

Les partisans de la théorie du colonel Hamlat parlent effectivement de «flux inhabituel d’immigrants et de leur déploiement sans précédent dans les villes du sud du pays avant qu’ils se disséminent dans les villes du nord». Ils expliquent que «l’occupation d’endroits isolés ou de locaux désaffectés par les migrants participe de cette stratégie, outre le travail dans les chantiers de travaux publics et l’agriculture pour les hommes et la mendicité pratiquée dans une large mesure par les migrants africains de sexe féminins au moyen de leurs enfants».

Avant le colonel Hamlat, des activistes sur les réseaux sociaux avaient déjà diffusé des rapports faisant état de l’existence d’un «plan visant à inonder l’Algérie en Subsahariens pour les exploiter, ultérieurement, afin de provoquer un problème de minorité et d’amener l’Algérie à accepter l’ingérence des ONG sous prétexte de droit d’ingérence humanitaire, au profit de cette catégorie de migrants». Le Franco-Sioniste Bernard Kouchner avait déjà théorisé pour cette thèse dans les années 1990 pour aider au morcellement de l’Irak.

Le militant politique Djamel Saadi a affirmé que «ce plan de déstabilisation de l’Algérie à travers le flux migratoire existe et s’est accéléré après les troubles qui ont eu lieu au Mali et au Niger». Le politologue Zohir Bouamama n’exclut pas l’hypothèse de l’existence d’un complot de ce genre, arguant que dans «les guerres de cinquième génération, on se base sur les éléments de morcellement qui existent à l’intérieur des Etats même qu’on veut casser». Il a ajouté que «toutes les craintes sécuritaires envers le migrants africains sont légitimes». Il argumente son propos par la découverte dans le Sud d’un réseau d’Africains en possession de matériel de communication ultrasophistiqué, ce qui prouve, ajoute-t-il, «son lien avec un service de renseignement étranger».

Il convient de rappeler que le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, a appelé récemment l’Europe à assumer ses responsabilités dans ce drame humanitaire. Le ministre a interpellé la communauté internationale, en particulier les pays européens, à tenir compte de cette situation. «L’Algérie est passée de pays de transit à pays de résidence», a affirmé le ministre de l’Intérieur lors de son intervention à la conférence sur «Les défis de la sécurité et l’approche en matière de droits de l’homme : la Réconciliation nationale en Algérie comme exemple», organisée par le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) à Alger, il y a quelques jours. Le représentant du gouvernement a dit : «Nous supportons un fardeau de plus en plus lourd et nous agissons positivement, en dépit de tous les défis, même si nous pensons que nos partenaires internationaux doivent en tenir compte», invitant ces pays à prendre leurs responsabilités. Pour M. Bedoui, «les droits de l’homme sont un problème global qui nécessite une coordination complète».

Les migrants africains présents en Algérie sont originaires pour la plupart du Mali du Niger, du Burkina Faso, du Cameroun, de Côte d’Ivoire et de Guinée.

Ramdane Yacine

Source :

https://www.algeriepatriotique.com/2017/07/25/complot-franco-sioniste-inonder-lalgerie-6-millions-de-migrants-africains/comment-page-2/

Voir aussi 

https://www.google.dz/amp/dia-algerie.com/larsenal-militaire-algerien-peur-a-israel/amp/#ampshare=http://dia-algerie.com/larsenal-militaire-algerien-peur-a-israel/

UN GROUPE D'INDIVIDUS DE PLUSIEURS NATIONALITÉS ARRÊTÉ

Dix espions du Mossad à Ghardaïa
Par 
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Une vue de ghardaïaUne vue de ghardaïa

Les mis en cause étaient en possession de photos de structures sécuritaires algériennes et d'une importante somme d'argent en euros.

Les tenants du projet sioniste contre l'Algérie verront sans doute là une énième défaite, après l'arrestation hier, par les services de sécurité à Ghardaïa d'une dizaine d'individus de nationalités différentes qui travaillent au profit du Mossad. Armés d'un matériel de communication de haute technologie, ces espions qui ont été placés sous mandat de dépôt viennent de Libye, du Mali, d'Ethiopie, du Libéria, du Nigeria, du Kenya et de la Guinée. Leur mission n'est pas seulement l'incitation aux violences, mais la transmission de toutes les informations au centre de renseignement du Mossad qui dispose d'agents en grand nombre aussi bien au Maroc, qu' en Libye et également en Tunisie, confient des sources très imprégnées des donnes de l'anti-espionnage. Nos sources n'écartent pas que ces espions se soient mélangés aux réfugiés pour rejoindre le territoire national via les frontières algéro-maliennes ou algéro-marocaines en empruntant des pistes particulièrement connues par des passeurs qui travaillent de concert avec des narcotrafiquants. L'entité sioniste a toujours considéré l'Algérie comme une menace et un pays fermement hostile à son existence et sans aucun doute pour la participation de l'Algérie aux côtés de l'Egypte et de la Syrie en 1973 à la guerre de Kippour. On notera que l'Algérie est l'un des rares pays dans le monde qui n'a jamais reconnu Israël, refusant toute relation avec cette entité. Les principes diplomatiques et historiques de l'Algérie nourrissent une culture anticoloniale d'où cette solidarité avec la Palestine. Sous le règne de feu Chadli Bendjedid, l'Algérie a été le premier pays à reconnaître l'Etat de Palestine. Elle payera cher cette reconnaissance avec une décennie noire qui débutera par l'assassinat de feu Mohamed Boudiaf en 1992. Mais un autre motif est redouté par l'entité sioniste, ce sont à ne pas en douter, ses relations avec l'axe de la résistance. L'Algérie qui a refusé la division de la Syrie relativement au complot pour reconfigurer la géographie du Moyen-Orient, entretient de bonnes relations avec l'Iran, mais a également refusé de classer le Hizbollah comme organisation terroriste. Avec l'avènement de ce qu'on appelle le printemps arabe, le Mossad pense avoir trouvé une aubaine pour s'infiltrer sur le territoire en envoyant des émissaires peu informés sur les capacités des services de sécurité et qui sont à chaque fois démasqués. Les provocations ont commencé déjà avec l'histoire des Sukhoi et Mig 29 que l'Algérie avait achetés à la L'enquête avait déterminé selon le quotidien El Khabar que «le service du Mossad israélien aurait mis la main sur le dispositif de transmission de données de ces avions de combat. Des manipulations qui auraient permis aux services d'espionnage israéliens d'obtenir toutes les informations liées au mouvement de ces Mig 29 pendant leur utilisation par les pilotes algériens». La même source indique «les services de contre-espionnage algériens ont demandé aux autorités fédérales par des canaux diplomatiques, le volume d'informations sensibles que l'espion concerné aurait pu recueillir sur les armes destinées à l'Algérie. Il apparaît de plus en plus évident qu'Israël s'intéresse de très près aux contrats d'armement passés par le ministère de la Défense avec la Russie. Comme la modernisation de la flotte de la marine ou les avions de chasse Mig 29 et les Sukhoi Su-30».
Derrière cette tromperie un certain Vadim Liederman, l'attaché militaire de l'ambassade d'Israël à Moscou, qui a été expulsé pour espionnage. Dans son édition à ce propos, la même source soulignait que «l'information n'était pas inconnue du département du renseignement et sécurité algérien, sur le qui-vive depuis pas mal de temps. Elle a conduit les limiers du département du contre-espionnage à rouvrir le dossier des 15 avions de combat Mig 29 Smt, renvoyés, en 2008, en Russie et surtout demander aux autorités fédérales russes des précisions sur l'espion Vadim Liederman et le réseau d'espionnage israélien en Russie». Les services de sécurité du contre-espionnage ne sont pas à leurs premières arrestations. En 2013, trois Marocains suspectés d'espionnage pour le compte d'Israël avaient été arrêtés en Algérie, alors qu'en 2014, c'est un Marocain originaire de la ville de Nador qui avait été arrêté à Annaba, où il avait été poursuivi pour atteinte à la sécurité de l'Etat algérien et espionnage. En 2015 les services de sécurité avaient mis la main sur quatre autres hommes pour espionnage près de Boulimat, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Béjaïa. Les mis en cause étaient en possession de photos de structures sécuritaires algériennes et une importante somme d'argent en euros. Cette obsession sioniste contre l'Algérie malgré la distance renseigne sur les craintes réelles de cet Etat colonisateur qui n'avait pas manqué d'envoyer des agents portant des nationalités syrienne et libanaise à partir de 2011 sur le territoire algérien, via des aéroports nationaux.
Le Jeune Indépendant avait rapporté à ce propos: «Ils auraient pris des dizaines de vols vers Alger dans le but de prospecter le marché algérien, alors qu'en réalité ils seraient en mission très spéciale, pour récolter des renseignements sensibles sur le pays. Fort heureusement, les services de renseignements algériens ont été vigilants, ayant réussi à découvrir l'existence de ces cinq espions du Mossad sur le territoire national». Pour revenir à la ville de Ghardaïa, ceux qui doutent encore sur le fait que des mains étrangères tentent de déstabiliser le pays doivent se rendre à cette évidence. Comme au Liban, où il s'agit souvent d'arrestation d' agents du Mossad pour récolter des informations sur le Hizbollah. Il en est de même, aujourd'hui, pour l'Algérie. Toutefois, le Mossad n'a pas encore réussi, malgré ses tentatives incessantes de s'infiltrer sur le territoire. Depuis 2009, l'Algérie prévoyant les visées sionistes avait insisté, voire exigé des autorités russes de renforcer le dispositif visant à protéger l'acheminement des armes pour l'Algérie comme mesure de sécurité du fait que cet Etat qu'on appelle Israël s'intéresse aussi au complexe militaire russe.

Source :

http://www.lexpressiondz.com/actualite/258213-dix-espions-du-mossad-a-ghardaia.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article