De faux "imams"au service des sionistes et de l'islamophobosphère

Publié le par Ahmed Miloud

Mot à dire :

Renier les Commandements de L'Islam après avoir témoigné qu'il n'y a de Dieu qu'Allah et  que Mohammed est Son Messager (paix et bénédiction d'Allah sur lui) est la pire des trahisons .

Parmi ces traîtres , on trouve certains individus qui ont vendu leur religion pour ne pas dire leurs âmes au diable et  à ceux qui prennent injustement l'Islam et les Musulmans en aversion.

  •  

Le devoir des Musulmans est de les dénoncer car ils salissent L'Islam au même titre que les terroristes de daech et donnent de l'eau au moulin des islamophobes.

Allah dit dans le Noble Coran:"Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leur pères, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribus."(Coran 58 : 22)

Le Prophète, paix et bénédiction d'Allah sur lui, a dit: "Ce que je crains le plus pour ma Communauté, ce sont les imams qui égarent" .(Rapporté par Ahmed)

Hudayfa rapporte : "les gens questionnaient l'Envoyé de Dieu sur le bien. Je l'interrogeais quant à moi sur le mal, de peur de ses atteintes. Je lui demandais.
- Ô Envoyé de Dieu, nous étions plongés dan le mal et l'ignorance et Dieu nous a accordé ce bienfait. Y aura t-il un mal après ce bien?
- Oui, répondit-il.
- Et y aura t-il un bien après ce mal ?
- Oui, mais mêlé à de la fumée? Demandai-je.
- Et que sera cette fumée? Demandai-je.
- Des gens qui guideront sans posséder eux même la guidance. Tu admettras de leur part certaines choses et tu en blâmeras certaines autres.
- Et y aura t-il un bien après ce mal ?
- Oui, répondit-il des hérauts placés aux portes de la géhenne et qui jetteront tous ceux qui rendront à leur appel.
- Décris-les moi, Ô Envoyé de Dieu.
- Ils sont de notre race et ils parleront notre langue.
- Si je vis jusqu'à ce moment que m'ordonnes-tu de faire?
- Demeure avec la communauté des musulmans et avec leur imam.
- Et s'ils  n'ont ni communauté, ni imam? Demandais-je.
- Détourne toi de toutes ces sectes quitte à mordre les racines d'un arbre à plein dents jusqu'à ce la mort te surprenne en cet état". (Rapporte par Tirmidi)

Peut-on aimer ceux qui nous déclarent leur animosité et espèrent notre perte?

"La tricherie et la tromperie sont des traits méprisables chez une personne.  Déformer sciemment la vérité afin de tromper les autres est un acte qui va à l’encontre de l’honnêteté, laquelle est associée à la sincérité, à la franchise et à l’équité.  Plusieurs passages du Coran et un certain nombre de hadiths laissent entendre clairement que tricher et mentir, que ce soit à l’encontre de musulmans ou de non-musulmans, est strictement interdit.

Du moment où une personne choisit l’Islam comme religion, elle doit se montrer honnête et véridique en tout temps et éviter à tout prix la tricherie et l’hypocrisie.  Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :« Quiconque prend les armes contre nous n’est pas des nôtres; et quiconque nous trompe n’est pas des nôtres. » (Sahih Mouslim)

L’islam encourage l’amour et la sincérité envers les autres musulmans et exige que chacun respecte ses promesses faites envers autrui.  Les musulmans se doivent d’être pieux, sincères et fidèles.  La tricherie et la tromperie sont des traits situés aux antipodes de la noblesse de caractère que doit posséder un véritable musulman.  Il n’y a pas de place, en Islam, pour les escrocs, les traîtres, les canailles et les menteurs.

L’Islam voit la tricherie et la tromperie comme des péchés abominables, une source de honte pour ceux qui s’en rendent coupables, autant en ce monde que dans l’au-delà.  Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) n’a pas seulement dénoncé ces gens en les excluant de la communauté musulmane en ce monde; il a aussi laissé entendre qu’au Jour du Jugement, chaque traître sera ressuscité en tenant un drapeau identifiant sa trahison.  Un crieur élèvera la voix dans la vaste arène du jugement et le pointera du doigt afin d’attirer sur lui l’attention des autres :

« Au Jour de la Résurrection, chaque traître portera une bannière sur laquelle sera inscrit : « Je suis le traître de untel ou unetelle. » (Sahih al-Boukhari)

L’humiliation des traîtres – hommes et femmes – sera immense.  Ceux qui auront cru que leur trahison avait été oubliée la retrouveront à ce moment, exposée à l’humanité tout entière, inscrite clairement sur une bannière tenue bien haut par leurs propres mains!"(1)

(1) Source : http://www.islamreligion.com/fr/articles/346/tricherie-et-tromperie/

L’imam des juifs et le Conseiller juif de l’imam : 
L’antisémitisme de la serpillière.

Comme on a vu dans le chapitre 1-3 de la légende à la sauce BHL de l’imam menacé : 7 mai 2006 est la date de naissance du « Chalghoumi pro-israélite » ou du « Chalghoumi: le pro d'Israël ». Mais ce n’est qu’en 2010 qu'il déclare pompeusement sur Radio J et sur RCJ (Radio de la Communauté Juive) : « Je suis fier qu’on m’appelle l’imam des Juifs ». « C’est un honneur pour moi quand les sites islamistes mettent le drapeau d’Israël sur ma mosquée ». Pourtant dans les autres médias, qu’il prend pour des pigeons raffolant de l’islamophobie et de la fabrication de l’antisémitisme affolant, il ne roucoule pour exhiber son amour d’Israël, il glougloute pour dévoiler sa tristesse et hurle pour étaler sa peur de ceux qui l’accusent d’être l’imam des juifs. Puis, il demande solennellement que l’Etat le protège contre ceux qu’il insulte. Il soutient l’Etat d’Israël pendant qu’il massacre les Palestiniens, déroule le tapis rouge à son Président, son ambassadeur et ses mercenaires… et demande qu’on n’importe pas le conflit israélo-palestinien en France.

Comme les antisémites classiques ou historiques, célèbres écrivains ou funèbres assassins, Chalghoumi pense lui-aussi que les Juifs accumulent l’argent et manipulent la politique et les médias. Il y a ceux qui opposent la résistance, l’animosité ou l’hostilité. Et il y ceux, tel le trans-imam, qui se décomposent en paillassons et proposent la complaisance, la compromission et la soumission. Dans la malheureuse histoire humaine, ce profil varie entre la marginalité et la profusion. C’est le profil de la trahison pour profit. C’est professer la mauvaise foi et proférer le faux pour profiter des Faux-Prophètes du Veau d’or. C’est préférer la lâcheté pour acheter la bénédiction des puissants. C’est se vêtir du déshonneur pour acquérir les honneurs des dominants. C’est se donner entièrement pour devenir la favorite du harem, mot qui vient du mot arabe haram, antinomique de halal et synonyme d’illicite. Ainsi, comme l’écrit Malika Bennabi, Chalghoumi a choisi de vendre sa religion ou de se vendre, d’offrir un destin de bourricot pour les Veaux d’or du sionisme (CRIF, UPJF, Sarkozy, Valls…) et pour les vautours de l’islamophobie...

L’ascenseur politique de la Shoah. Au cœur de la cité de la Muette, il y a le célèbre et funèbre camp de Drancy, l’antichambre de la barbarie. En 1988, un wagon et des rails y ont été installés pour commémorer la barbarie nazie et pétainiste. A partir de 2006, Chalghoumi va utiliser la Mémoire de la Shoah dans des shows politico-médiatiques pour se refaire une virginité, pour se réécrire une nouvelle histoire. Investir la cité de la Muette pour que les Services restent muets. Pervertir ce Wagon comme un TGV vers la célébrité. Se conduire comme une remorque de la communauté juive sur les rails de la servilité… et sur les rails du communautarisme électoraliste installés par le Maire de Drancy Lagarde. Parce que c’est ce dernier qui a orchestré politiquement et organisé logistiquement la participation des musulmans, Chalghoumi en tête, à cette célébration de la Shoah. C’est lui qui a mis à disposition de l’ACMD, l’Association fraichement créée des Musulmans de Drancy, un bus appartenant à la mairie de Drancy, pour emmener les musulmans, qui devaient se retrouvaient à côté de l’école Salengro, pour être emmenés au Mémorial de la Shoah, en mai 2006. C’est Bernard Koch qui a écrit le discours que va prononcer Chalghoumi après sa relecture et sa correction par le Maire Lagarde. Mais c’est Koch, grâce à la légende de l’imam agressé-menacé, qui va propulser Chalghoumi dans une autre sphère politico-médiatique. Même s’il reste pour le maire Lagarde, un simple satellite arriviste qui rime avec prosélyte électoraliste.

Bernard Koch : le Conseiller juif de l’imam. Titre accordé par le trans-imam Chalghoumi

Dans cette atmosphère clientéliste, dans cet univers nihiliste, Chalghoumi invente un poste ou un métier : Le Conseiller juif de l’imam. C’est le titre que ce trans-imam a accordé à Bernard Koch en 2008. Le 15 avril 2008, plusieurs médias reprennent une dépêche AFP annonçant la nomination de Bernard Koch par Chalghoumi comme délégué aux relations extérieures de l’association culturelle musulmane de Drancy, avec le statut de salarié à mi-temps et disposant d'un bureau dans les locaux neufs de cette mosquée. Puis, l’AFP termine en tricotant le storytelling de Chalghoumi, un nouveau conte de fées « En mai 2006, l'imam Chalgoumi (NDLR : pendant cette période, Chalghoumi n’avait qu'un seul H) avait dénoncé sans ambiguïté la réalité du génocide juif et appelé les musulmans du monde entier à respecter la mémoire juive, au mémorial de Drancy, ville où étaient rassemblés les juifs avant d'être déportés vers les camps nazis. Deux jours après, son domicile avait été saccagé ». Saccagé est le dernier mot qui conclue cette dépêche débutée par « l’imam de Drancy… ». Ainsi, en filigrane, il y a un musulman et des musulmans, il y a un imam angélique et des monstres diaboliques. C’est cette trame qui va constituer toute la communication médiatique que va mettre en place le couple Chalghoumi-Koch.

Iftar, diner ramadan, à la mosquée de Drancy : Chalghoumi dans le dos du rabbin SerfatiChalghoumi remet son célèbre Trophée l’Olivier de la Paix au rabbin Serfati, président de l’AJMF

Le Parisien leur accorde conjointement, le 10 mai 2008, une interview titrée « Nous voulons changer les mentalités ». Le 19 octobre 2008, Hassen Chalghoumi est reçu pour la première fois par une radio communautaire. Juive évidement. Il est invité avec Bernard Koch pour parler, tant que faire se peut, de « Maintenir le dialogue entre Juifs et Musulmans », dans l’émission « Rencontre » sur la radio Judaïques FM, dont Jean Corcos est l’animateur-producteur. Ce dernier deviendra un propagandiste de Chalghoumi puis le président de la Commission du CRIF pour les relations avec les musulmans. Au détriment de Koch qui n’a pas réussi à être propulsé par le travail extraordinaire qu’il menait, sur le terrain quotidien, auprès de Chalghoumi. Koch était la rampe de lancement ou le premier moteur de l’ascenseur sioniste qui a propulsé Chalghoumi. Mais Koch n’a gagné que le vertige. Koch a allumé, savamment, les cierges médiatiques pour Chalghoumi, mais il n’a gagné que de la fumée, y compris celle échappée du célèbre Bus de l’amitié judéo-musulmane, dont Koch était l’attaché de presse.

La Fourest avec Chalghoumi & Koch au Forum de Tel-Aviv

Chalghoumi et Koch animaient ensemble ce Bus qui a fait escale à Drancy pour la première fois le 26 avril 2007. Ce bus est une opération de communication communautaire sillonnant plusieurs villes de France, lancée en 2005 par l’AJMF, Amitié Judéo-Musulmane de France, coprésidée par le rabbin Michel Serfaty et par le docteur Djelloul Seddiki, vice-recteur de la mosquée de Paris et recteur de l’institut Ghazali. Mais ce dernier démissionne avec fracs de cette Amitié AJMF, contre, ce qu'il appelait le « mutisme le plus total des membres juifs de l’instance » face aux « bombardements ont eu lieu. Gaza est devenu un véritable « camp de concentration » et ce n’est pas moi qui le dit mais le ministre de la Justice du Vatican. Les mosquées, les hôpitaux, les bâtiments humanitaires et même les cimetières ne sont pas épargnés. On voit des images d’enfants déchiquetés et personne ne dit rien ». Cette parole digne d'un homme indigné est signée Djelloul Seddiki. Ainsi, quand le bus fait escale de nouveau à Drancy le 10 juin 2009, Seddiki ne fait plus partie de l’équipage, mais Chalghoumi est toujours là. Et plus que jamais. Les massacres commis par Israël à Gaza ont révulsé Seddiki qui a démissionné et propulsé Chalghoumi qui a demandé l’interdiction des manifestations pro-palestiniennes.

Conseiller au gouvernement français d’interdire les manifestations contre les crimes d’Israël est 1000 fois plus criminel d’inventer le poste du Conseiller juif de l'imam, mais les deux sont motivés par le même mobile : la cupidité cagoulée ou voilée dans la servilité. Ce mobile produit parfois des escroqueries criminelles. Le Conseiller juif de l’imam est un titre aussi stupide qu’abject : Juif est une confession et non pas une profession. Mais contrairement aux déclarations médiatiques, Chalghoumi n’a jamais fait de déclaration officielle, comme la déclaration URSSAF, du recrutement de Bernard Koch. Mais Chalghoumi a payé et rémunéré ce Koch en noir, avec l’argent de la mosquée, avec les dons des musulmans. Ce Koch a créé, le 16 janvier 2009, une page de soutien sur Facebook intitulée Soutien Fraternel A L'imam De Drancy, Hassen Chalghoumi. « L'Imam de Drancy, Hassen Chalghoumi fait l'objet d'une véritable « fatwa », un appel au meurtre, de la part d'Imams irresponsables et hostiles aux juifs et à la paix entre Israéliens et Palestiniens. (…) Pour avoir demandé dans le Parisien daté du 13 janvier 2009 l'interdiction des manifestations anti-juives est obligé de sortir clandestinement. Je lance un appel de soutien fraternelle à tous les hommes de bonne volonté, épris de paix, quelques soient leurs appartenance, politique, culturelle et cultuelle, à Hassan Chalghoumi, Imam de Drancy, l'un des plus grands leaders musulmans. L'équivalent selon moi d'un Martin Luther King. » C’est faux ! Aucun imam, ni en France ni ailleurs, n’a émis de fatwas contre Chalghoumi.

Bernard Koch & Hassen Chalghoumi

La fabrication et l’instrumentalisation de l’agression antisémite par le couple Chalghoumi-Koch peut servir d’une nouvelle démonstration du 2 poids 2 mesures : Rudy Vs Bourarach, ou d’une nouvelle illustration de l’affabulation mythomane et de l’agitation antimusulmane d’un mouche du coche. Pour paraphraser une des Fables de La Fontaine : « Ainsi certaines gens, faisant les empressés ; S’introduisent dans les affaires. Ils font partout les nécessaires ; Et, partout importuns devraient être chassés. » Le 23 juin 2008, Koch emmène et introduit Chalghoumi dans le service des soins intensifs de l’Hôpital Cochin pour voir et se faire voir avec le jeune Rudy agressé 2 jours plutôt dans le 19ème arrondissement de Paris. Le trans-imam s’empresse à condamner un acte antisémite ignoble. Il pense faire le nécessaire en se rendant chez la famille juive pour lui apporter son soutien au nom de la communauté musulmane. Mais il aurait dû être chassé de cette communauté qu’il va déshonorer. Car il n’était pas question d’agression antisémite, mais de règlement de comptes communautaires entre bandes rivales. Car le jeune juif pratiquant n’était pas seulement un loubavitch, mais un loup de cité qui pratiquait la délinquance.

Affaire Rudy : invention et instrumentalisation de l’antisémitisme avec Chalghoumi, Sammy Ghozlan, rabbin Serfati, Bernard Koch, CRIF, BNVCA…Affaire Rudy : invention et instrumentalisation de l’antisémitisme avec Chalghoumi, Sammy Ghozlan, rabbin Serfati, Bernard Koch, CRIF, BNVCA…

Malgré l’interpellation immédiate et la diabolisation névropathe de 5 mineurs âgés de 14 à 17 ans, la police et la justice ne se sont pas laissées abusées : les médias aussi. Le point : « Zones d'ombre autour de l'agression du jeune juif à Paris ». Le Monde : « Selon un témoin, Rudy H. n'était pas seul lors de son agression ». Arrêt sur Images : « Antisémitisme : la longue chronique des fausses alertes ». « Les investigations ont montré que Rudy n'avait pas été agressé alors qu'il était seul mais blessé à l'issue d'une bagarre entre deux bandes qualifiées de "communautaires", l'une formée de Juifs et l'autre de Noirs ». « Le jeune Rudy, un apprenti plombier résidant à Pantin, était connu de la police et sous contrôle judiciaire pour des violences commises en décembre en marge d'une réunion de mouvements militants à Bercy ». Il était « Mis en examen pour violence "avec arme par destination" – il s'était servi de son casque de scooter –« Selon la police, Rudy H. pourrait toutefois être impliqué dans une autre affaire. De source judiciaire, on indique que son nom "apparaît plusieurs fois dans le champ pénal". » Mais pour Chalghoumi et ses nouveaux maîtres qui se prennent pour les dieux du Milieu politico-médiatique, un juif ne peut être que victime. Pourtant, comme les autres membres des autres religions ou des autres " races ", il y a des Juifs célèbres dans le milieu ou dans la mafia, dans la pratique de la barbarie ou des crimes sordides…

Il y a ces 5 voyous juifs connus de la police ou de la justice, proches de la Ligue de défense juive, crépuscule sioniste-fasciste interdit aux USA et en Israël, mais toléré et honoré par une France encore pétainiste. Le 30 mars 2010, Ils ont agressé, tabassé puis noyé dans le canal de l’Ourcq Saïd Bourarach, un vigile dans le magasin Batkor à Bobigny. Il a laissé une veuve et 2 orphelins. Et la communauté musulmane a laissé ce crime sans sursaut d’honneur. Une poigné de musulmans dignes a manifesté sa révolte émoussée, puis rien. Pourtant ce crime est à la fois une Ratonnade une Noyade. C’est un Retour des pratiques racistes des années 80 et des crimes colonialistes du 17 octobre 1961. Evidement Chalghoumi silencieux aurait réagi si la victime était juive. Mais ses marionnettistes ont d’autres cartes dans leur main. Son parrain Ghozlan a utilisé son autre pantin M'hammed Henniche, patron de l’UAM 93, pour casser de l’intérieur le mouvement de soulèvement musulman contre ce crime, tout en le laissant casser sa voix en répétant partout que ce crime raciste est abominable, épouvantable, impardonnable... Dans la manipulation sioniste, arabe de service rime avec artifice. Dans le dictionnaire franco-politico-médiatique, la communauté musulmane ne rime, malgré une partie d’elle, qu’avec sommeil, division, agitation, écume…

3-2

Chalghoumi, le produit sioniste, l’acrobate accro au sionisme.
Charabia VS Acronymes : BNVCA, LICRA, LDJ, UEJF, UPJF, CRIF…

13 janvier 2009 : c’est la date de naissance du nouveau Chalghoumi. Le Chalghoumi sioniste. Dans Le Parisien, « Il ne faut pas transposer le conflit ici », Chalghoumi demande l'interdiction des manifestations anti-juives. En plein bombardement barbare de Gaza par les avions de Tsahal, il demande la prohibition policière des mouvements de solidarité pro palestinien. Pendant que des centaines de milliers de Français, de gauche comme de droite, de toutes les religions y compris le judaïsme, manifestaient contre les crimes sauvages de l’armée israélienne, le trans-imam de Drancy appelle à interdire les manifestations de solidarité et les signes d’humanité envers des populations civiles bombardées et massacrées en direct, devant la fenêtre de nos chaines d’infos. 

Jackpot ! Chalghoumi, qui n’était connu avant que par quelques journalistes, l’est maintenant par tous les médias nationaux. Chalghoumi, qui n’était reconnu avant que par quelques leaders juifs, l’est maintenant par l’ensemble de la communauté juive et des lobbys sionistes. Ces derniers vont l’adopter et adapter son destin à leur dessin. Ils vont remplacer ses layettes et ses langes avec un costume sur mesure, le biberonner avec leur propagande, le placer en tête de la communauté musulmane et le couronner avec les lauriers et les louanges politiques et médiatiques… Ils vont aussi l’aider à racoler ou trainer avec quelques imams et quelques représentants associatifs en réglant leurs problèmes de papiers (régularisation ou naturalisation), logements (HLM évidemment), argent (recrutement ou subventions)… 

Chalghoumi et Joël Mergui, Président du Consistoire israélite, à la mosquée de Drancy

D’abord, les soutiens étaient graduels, personnels avant de devenir institutionnels. Le premier est le BNVCA, puis l’UPJF, le véritable propulseur, puis le CRIF. Puis tout et n’importe quoi. Toutes les personnalités importantes représentantes d’instituions influentes ou polluantes qu’on a vues lors du diner de la création du CIF, la Conférence des Imams de France. Il y a Joël Mergui, Président et représentant es qualité du Consistoire. Il y a les responsables du Projet Aladin : son directeur exécutif Abraham Radkin ou sa présidente Anne-Marie Revcolevschi, ex directrice générale de la FMS, Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Il y a Nicole Guedj, ex Secrétaire d'État chargée des Droits des victimes, Présidente et représentante es qualité de la Fondation France Israël, créée à l’initiative de Jacques Chirac et d’Ariel Sharon en juillet 2005. Ei il y a les autres:
L’UEJF, Union des Etudiants Juifs de France, peu importe son président en exercice, de Raphaël Haddad à Jonathan Hayoun en passant par Arielle Schwab, tous lui rendaient hommage, se rendaient aux réceptions qu’il organisait dans la mosquée de Drancy ou ailleurs ou organisaient des rencontres avec lui. Seul Patrick Klugman était réservé sur Chalghoumi, allant même à l’affronter lors d’un débat abimé par Ruth Elkrief sur BFM autour du débat de l’UMP sur l’Islam et la laïcité. Mais depuis 2012, ils sont devenus amis car Chalghoumi a retourné sa veste pour Valls et Klugman a remporté le chapeau d’Adjoint au Maire de Paris Chargé des relations internationales et de la francophonie auprès de Mme Hidalgo, soutien historique et énergique de Chalghoumi.

Le baron Eric de Rothschild

Le baron Eric de Rothschild, Président du Mémorial de la Shoah, Président d'honneur de la Grande synagogue de Paris, un des dirigeants de la Fondation de Rothschild, président de Fondation Casip-Cojasor qui assure un énorme travail social pour la communauté juive, même s'il bosse dans de somptueux bureaux situés dans le 6ème étage du chic 8ème arrondissement de Paris au 23 bis Avenue de Messine. Car, comme on pouvait le deviner, Rothschild est surtout et avant tout un banquier puissant et ravissant. Le baron Éric de Rothschild est un héritier né dans un bénitier du Veau d’or : il est détenteur d’un patronyme qui fait saliver et trembler la finance et la politique. Il a participé à plusieurs diners organisés par Chalghoumi à la mosquée de Drancy ou à la gloire de la politique politicienne, comme le diner du 4 février 2013 en honneur de Valls. Rassurez-vous, c’est un millionnaire arabe et non pas le milliardaire juif qui a payé ce diner. Par contre, c’est la mosquée de Drancy qui a payé un diner organisé en honneur du baron Rothschild début 2012, à la salle des prières des femmes qui étaient alors une nouvelle fois chassées. Mais rassurez-vous, elles ne subissent pas le sort des Palestiniens chassés à jamais, puisqu’elles récupèrent leur salle de prière entre les sauteries politico-religieuses de Chalghoumi. Alors, c’est l’occasion de citer la célèbre formule du baron de Rothschild : « Quand le sang coule dans la rue, il faut investir dans la pierre. » Il s’agit d’Edmond James de Rothschild. Il s’agit du cynisme de certains financiers qui ont collaboré avec les nazis, avec les bourreaux de leur communauté, pour se faire du fric. Il s’agit maintenant de la pierre tombale qui prend la forme de mosquées. Les lobbys sionistes investissement maintenant dans les mosquées et dans les imams. Cette formule a été popularisée par le film de Spike Lee « Inside Man, l'homme de l'intérieur ». Alors, qu’on soit banquier ou religieux, noble ou misérable, juif ou musulman, la traitrise n’a pas de religion et chaque communauté a ses ennemis de l’intérieur.

SIONA et son président Roger Pinto, une association d'aide aux Juifs démunis en France et en Israël, mais aussi de promotion de l’Alia et de défense inconditionnelle d’Israël. A la lecture des chroniques de son inamovible président dans The Times of Israël, on peut démontrer que pour Goebbels, le BHL est un alias. Et pour nous libérer, on peut espérer que Chalghoumi fasse une alyah.

Chalghoumi chéri par la  LDJ groupuscule Fasciste Sioniste, Ligue de Défense JuiveChalghoumi chéri par la  LDJ groupuscule Fasciste Sioniste, Ligue de Défense JuiveChalghoumi chéri par la  LDJ groupuscule Fasciste Sioniste, Ligue de Défense Juive

LDJ  Ligue de Défense Juive

Groupuscule fasciste-sioniste interdit aux USA et en Israël ; toléré et protégé en France. Même si certains de ses membres ont été condamnés par la justice depuis seulement 2 ans. Leur plus célèbre crime est le lynchage et l'assassinat de Saïd Bourarach le 30 mars 2010. Les principaux assassins, les frères Lampel, sont membres actifs de la LDJ. Mais la justice ne va pas condamner cette milice fasciste. Et certains médias vont instrumentaliser ce procès pour faire le procès des musulmans qui considéraient ce meurtre comme crime raciste. Comme cet article de Libération « Saïd Bourarach, frappé, noyé, instrumentalisé », dont voici le chapeau : « Le procès des quatre juifs condamnés de neuf à quatre ans de prison, jeudi, après la mort d’un Marocain à Bobigny en 2010, a fait l’objet de récupérations, sur fond d’un «deux poids deux mesures» entre juifs et Arabes alimenté par Dieudonné . »

Le Bnai Brith : la puissante loge maçonnique juive, présidée par Serge Dahan.

Serge Dahan, patron de la loge maçonnique juive du Bnai Brith à la mosquée de Drancy de Chalghoumi

La maçonnerie israélite est très présente, en quantité et en qualité, dans les évènements que Chalghoumi organise à la mosquée ou à la ville de Drancy, surtout Jacques Jacubert, son Président d’honneur. De l'autre côté du miroir, Chalghoumi est un invité de marque du Salon annuel des écrivains du Bnai Brith organisé dans la mairie du 16ème arrondissement de Paris. Sa première participation dans ce salon date du 14 novembre 2010, sa table était à côté de celle des néofascistes islamophobes Christine Tasin et Pierre Cassen de Riposte Laïque. Tout un symbole. Puis, le Bnai Brith lui organise le 28 Mars 2011 au théâtre Le Village à Neuilly sur Seine une conférence-débat « L’imam et le rabbin dans la cité » avec Serfati, Hannache et Bencheikh. Puis, le 4 mars 2013, au Centre Communautaire Juif Jérôme Cahen de Neuilly-sur-Seine, « une conférence organisée par le B’nai B’rith France, sur le thème du témoignage de son voyage en Israël entouré de 17 Imams de France. » Leur site publie : « B’nai B’rith France Invité par l’Imam Hassen CHALGHOUMI A la rupture du Jeune ». Et entre les rencontres officielles, il y a l’autre partie de l’Iceberg qui représente toute loge maçonnique qui se respecte.

Chalghoumi et Serge Dahan, président de la franc-maçonnerie juive le Bnai Brith Dédicace du livre de Chalghoumi chez le Bnai Brith à Neuilly sur seineConférence de Chalghoumi chez le Bnai Brith à Neuilly sur seine

La LICRA, la Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme, le R du mot racisme n’est que la Répétition ou le Replay du mot qui le suit. C’est une combinaison sophistiquée du lit et du drap : Faire le lit d’un certain communautarisme en se couvrant des draps République, Laïcité et Antisémitisme. Comme pour le Bnai Brith, il y a la participation de Chalghoumi dans le Salon du livre de l'antiracisme de la LICRA organisé dans la mairie du 6ème arrondissement et la participation des responsables de la LICRA dans les évènements organisés par Chalghoumi à la mosquée ou à la ville de Drancy. Il y a les conférences comme celle donnée par Chalghoumi au lycée juif O.R.T de Colomiers organisée le 2 décembre 2014, organisée par la LICRA et le CRIF. Alors, il refait la Une de La Dépêche avec ce titre : Hassen Chalghoumi : «On n'a pas tiré les leçons de l'affaire Merah». Seul un épisode d’horreur a pollué le feuilleton des honneurs rendus par la LICRA à Chalghoumi. La LICRA a publiquement attaqué Chalghoumi lorsqu’il a accepté la participation de Riposte Laïque comme co-organisatrice de la Marche du 29 avril 2012 contre l’islam radical.

Mais la LICRA reste un soutien et un levier de puissance pour Chalghoumi. C’est elle qui lui a fourni gratuitement son premier avocat, Me Emmanuel Trink, également avocat de l’ancien patron de la LICRA Patrick Gaubert, ami personnel de Sarkozy, vaincu par Nicole Guedj pour présider la Fondation France Israël en 2009. Maitre Trink a accompagné Chalghoumi dans l’émission du Grand Journal de Canal Plus le 18 Février 2010. Mais dans les loges, il a critiqué sévèrement sa médiocrité et coupé immédiatement tout contact avec lui. La LICRA va le remplacer par le célèbre bâtonnier Christian Charrière-Bournazel, qui est toujours son avocat, mais pas bénévolement. L’argent de la mosquée, par chèque officiel, sert à payer, au moins en partie, les honoraires de l’avocat de Chalghoumi.

Pour la petite blague, à l’occasion d’un nouvel événement politico-religieux organisé par la LICRA à Nîmes le 6 juin 2015, sous le titre hypocrite de  « La République et ses principes à l'épreuve des intégrismes », le quotidien régional Midi Libre consacre une interview pour le trans-imam avec ce titre « Nîmes : l'imam Hassen Chalghoumi veut "en finir avec un islam politique" ». Le chapitre 2 a démontré l’escroquerie politicienne de Chalghoumi qui ne fait que de la politique pour ses « maitres politiques », de Lagarde à Sarkozy, de la Tunisie à Israël.  Alors, pour la LICRA & Cie, on peut organiser un colloque « La République et ses principes à l'épreuve des lobbys ou du sionisme ». Pour Chalghoumi et les autres trans-imams, que peut-on organiser pour en finir avec leur « islam politique » ? 

L’ADL, la LICRA américaine, Anti-Defamation League, un lobby sioniste américain ultra-puissant. Printemps 2011, au siège du CRIF, au 39 Rue Broca à Paris, son président Prasquier a organisé une longue rencontre privée entre Chalghoumi, accompagné de son ex-conseiller Hannache, et une délégation de l’ADL dirigée par Abraham Foxman, son président survivant de la Shoah, Robert Sugarman, son secrétaire général et Michael Salberg, son directeur des affaires internationales. Les trois seront reçus discrètement à la mosquée de Drancy après une visite du Mémorial de la Shiah de Drancy. Mais malgré leur pouvoir pharaonique aux USA, ils n’ont pas pu obtenir un visa à Chalghoumi pour participer avec Prasquier à la commémoration du vingtième anniversaire du Musée de l’Holocauste et au centième anniversaire de l’ADL. Le râteau américain sur son passeport lui a fait rater le somptueux diner du 30 avril 2013 avec 3500 personnes invitées et réparties sur 300 tables.

La FFEU, Foundation For Ethnic Understanding (Fondation pour la compréhension entre les ethnies), présidée par le célèbre rabbin de New York Marc Schneider qui a rencontré le trans-imam de Drancy à l'occasion du premier gala de l’AJMF organisé par le rabbin Serfati le 8 décembre 2009 dans les salons de la mairie du 16ème arrondissement de Paris. L’année suivante, première semaine de décembre 2010, Chalghoumi et son conseiller Hannache sont invités par le FFEU à Bruxelles pour participer à un machin judéo-musulman, Gathering of European Muslims and Jewish leaders. La délégation déjeune au Parlement européen avant d'être reçue par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy. En 2011, le FFEU invite Chalghoumi et son complice à un séminaire organisé à l’hôtel Hilton Champs Elysées à Paris. Puis à une autre rencontre dans une autre capitale européenne. Puis, plus rien. Le FFEU et le rabbin Schneider coupent brutalement leur relation avec le trans-imam de Drancy pour suivre les conseils de Samia Hathroubi, représentante de cette fondation pour l’Europe, antithèse du trans-imam de Drancy avec qui elle ne partage que les origines tunisiennes. « La France est schizophrène », c'est le titre de son interview par le site Alohanews le 2 octobre 2014. Ce même site a publié le 21 mars 2013 l'article: Hassen Chalghoumi, l’imam faussaire.

’AJC et Valérie Hoffenberg, directrice du bureau français de l’American Jewish Committee, Comité des Juifs Américains. Ancienne connaissance de Chalghoumi qui lui a organisé une standing-ovation le 5 février 2009 à l’Assemblée Nationale, lors du colloque « Mieux se comprendre pour mieux vivre ensemble », un moulin de blablabla qu’elle a organisé au nom de son association Collectif Urgence Dialogue et au nom de l’association  Génération France.fr que présidait Jean-François Copé, en présence de ce dernier et de plusieurs Chalghoumi laïques, le patron de BeurFm Nacer Kettane en tête. Elle a été nommée par le président Sarkozy en août 2009, « représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient ». Un long chapeau à plume. Deux ans plus tard, elle est limogée par le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. Violemment attaquée par plusieurs lobbys sionistes, elle perd les législatives de 2012 dans la huitième circonscription des Français établis hors de France, qui comprend surtout Israël, au détriment de Meyer Habib. Pour paraphraser Jean Glavany qui déclare à Meyer Habib sur La Chaine Parlementaire : « Parfois je me demande si vous êtes du Parlement français ou du Parlement israélien », chacun de nous peut dire à Chalghoumi : « Parfois je me demande si vous êtes français ou israélien, musulman ou je ne sais quoi… ». Mais pour le savoir, on va voir les véritables soutiens de Chalghoumi, BNVCA, UPJF et CRIF.

Le CJE, Congrès juif européen. Surtout son secrétaire général Serge Cwajgenbaum.

Chalghoumi au parlement européen à Bruxelles au rythme du lobbying sioniste avec le Congrès Juif Européen présidé par Moshé KantorChalghoumi et Farid Hannache avec Moshé Kantor, président Congrès juif européen, à Bruxelles

C’est Prasquier, en sa qualité du président du CRIF, qui va offrir à Chalghoumi l’ascenseur politique le plus rapide. Il le fait inviter au symposium intitulé « Construire ensemble l’avenir de l’Europe », organisé par Congrès juif européen le 30 mars 2009 au parlement européen à Bruxelles sous le patronage de la présidence tchèque de l’Union européenne et du président du parlement européen Hans-Gert Poettering. On peut l’admirer à la septième minute de cette vidéo. C’est dans cette rencontre qu’il va faire la connaissance de Mohamed Sifaoui qui va lui présenter plus tard son éditeur Le Cherche Midi pour lui faire publier un livre et gagner une protection SPHP. Mais cette puissante organisation de lobbying sioniste présidée par Moshé Kantor n'a plus donné la parole à Chalghoumi. Question de standing.

Lobby sioniste Michèle Alliot-Marie, Chalghoumi et ses imamsLobby sioniste Michèle Alliot-Marie, Chalghoumi et ses imams

Elle s'est contentée de l'inviter quelques fois, d'inviter plutôt sa smala de pseudos imams pour meubler, par l’apparence vestimentaire islamique, les rencontres organisées par les lobbys sionistes. Comme la conférence annuelle du Congrès Juif Européen, le 13 décembre 2010 à Paris, qui a reçu comme invitée d’honneur Michèle Alliot-Marie, moins d’un mois après sa nomination comme ministre des Affaires étrangères. Puisqu'on parle de MAM, qui s'écrit MIAM dans le langage de la géopolitique gastrique, contrairement aux accusations complotistes ou antisémites, cette femme politique française qui a dirigé 3 ministères régaliens, l'Intérieur, la Défense et les les Affaires étrangères, n'est pas à la solde des sionistes, mais un Machiavel de belle facture qui marchande avec toutes les dictatures, y compris ou surtout arabes. On peut se rappeler de l'édito de Pierre Haski : « L'indécence au pouvoir : MAM offre l'aide sécuritaire à la Tunisie ». De l'enquête sur les galipettes dans le ciel « La Tunisie grondait, et MAM volait aux frais du clan Ben Ali ». Et on peut tomber des nues avec l'article de L'Express : « Les petites manœuvres de MAM au profit de l'Arabie Saoudite et du Koweït ».

Pour illustrer cette fonction de Chalghoumi et sa smala de pseudos imams pour meubler les rencontres organisées par les lobbys sionistes, pour beugler ce qu’on leur demande de dire, même s’ils parlent très mal, voici 3 photos du Diner gala du Projet Aladin à l’Assemblée nationale le 5 novembre 2012.

Chalghoumi & sa smala de religieux en gandouras ou de trans-imams pour décorer les rencontres juivesChalghoumi & sa smala de religieux en gandouras ou de trans-imams pour décorer les rencontres juivesDiner gala Projet Aladin : Chalghoumi & ses imams qui ne savent pas parler: pour meubler et beugler  au service du sionisme

Le BNVCA & Sammy Ghozlan.

Sammy Ghozlan et Hassen Chalghoumi le 26 septembre 2008, affaire RudySammy Ghozlan et Hassen Chalghoumi avec le Mémorial de la Shoah comme arrière-plan

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme, créé en avril 2002 quand la lutte contre l’antisémitisme a été adoptée comme arme pour terrifier les manifestations pro-palestiniennes et sanctifier les abominations israéliennes. Cette association est dirigée par Sammy Ghozlan, commissaire de police honoraire et président du CCJ 93, Conseil des Communautés Juives de la Seine-Saint-Denis, habile lobbyiste sûr de lui et dominateur dans le 93 et habitant Le Blanc-Mesnil, à côté de Drancy. Tous ces éléments ont parachuté Ghozlan comme le parrain de Chalghoumi. Ce qui explique la véhémence des attaques de Koch contre Ghozlan sur les réseaux sociaux, car il lui a volé son bébé ou son entreprise, réalisant le hold-up parfait. Il le présente en 2008 à ses amis Patrons Juifs de l’UPJF qui le couvent et le couvrent en considérations. C’est lui qui a contacté l’AFP le 25 janvier 2010 pour inventer la célèbre agression de l’imam dans la mosquée alors que l’intéressé était à la mairie du 16ème.

UPJF Chalghoumi Claude Bartolone, Sammy Ghozlan, Prasquier, CRIF, Assemblée Nationale, le Parlement au rythme du sionismeUPJF Chalghoumi Claude Bartolone, Sammy Ghozlan, Prasquier, CRIF, Assemblée Nationale, le Parlement au rythme du sionisme

Pour faire plaisir à son parrain ultra-sioniste, Chalghoumi a « ramené sa fraise » et sa smala, une suite de prétendus imams, au colloque organisé par le BNVCA le 18 février 2013 à la Chambre basse du Parlement. Le colloque, qui réunissait aussi des membres de la LDJ, groupuscule fasci-sioniste interdit aux USA et en Israël, était honoré par le Président de l’Assemblée nationale Claude Bartolon. Les nazis considéraient la France comme une chambre à coucher ; certains fascistes israéliens aussi. Et certains pétainistes français aussi ! Mais les dorures de la République ne peuvent pas camoufler éternellement la bassesse politique. Et l’intitulé de ce colloque « Les sources contemporaines de l’antisémitisme » ne peut pas voiler l’islamophobie qui y est développée… et qui a même choqué Chalghoumi la qualifiant d’ « Extrême-droite ». Il se fait huer ! Alors il parle de son voyage en Israël et de la smala qui l’accompagne : « des muftis derrière vous, ils sont partis en Israël, ils sont menacés de mort ». Alors, il se fait magistralement et immédiatement ovationner ! Alors oui, l’UJFP, Union Juive Française pour la Paix, a raison de dénoncer « un colloque indécent à l’Assemblée Nationale ».

Chalghoumi, Sammy Ghozlan, BNVCA, mairie de Paris 16, la démocratie locale au rythme du sionismeBelkacem Adda Vs Chalghoumi: La dignité et la liberté Vs l’escroquerie et la fourberie.

À la tribune de ce colloque organisé, malheureusement, au cœur institutionnel de la République, Chalghoumi déclare aux Juifs, dans un charabia haché par des clichés confus « votre sécurité c’est la nôtre, votre bonheur, c’est la nôtre. Et on ne peut pas savoir qui va aller au paradis en ou enfer, on n’a pas la dernière liste qui vont aller à Marseillais ou à Nantes (…) il y a des fidèles qui viennent me voir et me disent je préfère travailler chez un peintre juif qu’un arabe… ».

Une diarrhée verbale déversée après avoir accusé l’association Europalestine d’avoir mis le feu à la voiture de Sammy Ghozlan. Alors cette association, créée le lendemain de la seconde intifada en 2002 et présidée par Olivia Zemor, poursuit Chalghoumi en justice pour diffamation. Il comparait le 12 juin 2014 devant la 17ème chambre correctionnelle de Paris avec le soutien de Ghozlan comme témoin à la barre évidement. A la barre, Chalghoumi se ridiculise. Le juge n’est pas tendre, il le pousse dans les cordes et raille son disque rayé d’imam de paix et autre charabia dansant sur des cordes vocales chevrotantes. Mais la procureure de la République ne va pas laisser tondre le mouton noir de l’Islam de France, celui qu’on surnomme l’imam imberbe de la République. Celle qui représente le Ministère de la justice que dirige la Garde des Sceaux Taubira, que Chalghoumi venait d’inviter, 64 jours plutôt, à son diner du 09 avril 2014, plaide la relaxe pour l’accusé Chalghoumi. Dixit du prétexte : « la phrase n’est pas claire. Cela est aussi dû au fait que le prévenu s’exprime mal en français ». Heureusement qu’il y avait un véritable journaliste français pour médiatiser cette affaire, un homme avec une véritable carte de presse, puisque l’ex commissaire Ghozlan a demandé aux gendarmes du tribunal de la vérifier. Excepté Dendoune Nadir, la centaine de journalistes qui ont écrit sur Chalghoumi peuvent respecter le journalisme prescris par BHL : la mise en quarantaine des informations négatives pour Chalghoumi. Sinon, il y a lemondejuif.info qui fait chanter les trompettes de Jéricho avec le souffle de Goebbels « Justice : l’imam Chalghoumi dénonce la haine d’EuroPalestine ».

L’UPJF, et ses dirigeants Amiach, Barouch, Abbou...

Claude Barouch Hassen Chalghoumi UPJF imam DrancyHassen Chalghoumi UPJF Edouard Amiach William Abou mosquée de Drancy

C'est le deuxième soutien par ordre chronologique, mais le plus important. L’Union des Patrons et des Professionnels des Juifs de France est créée en 1997, classée extrême-droite avec une ligne politique qui flirte avec le délire : il suffit de lire son plus célèbre contributeur éditorial, Menahem Macina. C’est Ghozlan qui a présenté en 2007 Chalghoumi au Président de l’UPJF, Claude Barouch, expert-comptable florissant et d’origine tunisienne comme lui. Ben Ali et Israël va souder une véritable amitié entre les deux personnes qui s’offriront ensemble de belles escapades dans les palaces de Ghammart à Tunis. A Drancy, les dirigeants de l’UPJF ont leurs sièges ou couverts entre la table d’honneur et le premier rang des diners-machins organisés par Chalghoumi. Ce dernier a gagné, dès 2008, son sésame pour le Diner mensuel de l’UPJF. C’est un buffet savoureux pour une cinquante de personnes, contre une participation de 50 € chacun, autour d’une personnalité politique de premier plan, organisé dans un superbe duplex de presque 200 m² à côté du parc Monceau, domicile de William Abbou, patron, entre autre, des célèbres magasins prêt-à-porter Côte-à-Côte. 

Chalghoumi chez l'UPJF avec EdouardAmiach Harlem Désir et Willliam Abbou

Dans son livre « Carnages. Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique », Pierre Péan démontre la dangerosité de l’UPJF et la liste des ministres et politiques qu’elle reçoit dans ses diners mensuels, à côté desquels Chalghoumi était soigneusement installé. Ce qui explique l’accélération de la mutation-fascination du trans-imam. Péan cite surtout un des leaders juifs qui dénonce ce lobby juif : « nous avons affaire ici à un mélange nocif d'argent étranger, de lobbying politique et de points de vue bellicistes, déclare Patrick Klugman, ancien responsable de l'Union des étudiants juifs de France et membre du comité du CRIF. Cela finira par se retourner contre les intérêts de la communauté juive. » Dans cette bourse de la désinformation-manipulation, Chalghoumi est bien noté, bien coté. Il tournera comme un billet magique entre les mains des faux-monnayeurs du sionisme mercantile. Ce qui lui fait encore tourner la tête. Lors du Diner-débat organisé le 14 mai 2009 autour d’Harlem Désir, « l’Imam de Drancy, M. H. Chalghoumi a évoqué la situation dans les banlieues. Il demande que les hommes politiques apportent leur soutien à tous ceux qui prônent le dialogue dans le respect des cultures. Il regrette que ceux-ci, par me connaissance ou par refus de la réalité, soutiennent encore les extrémistes de l’UOIF, représentants du Hamas en France. Cette posture présente de nombreux dangers pour la paix sociale et pour notre Démocratie. ». Alors, imaginez Chalghoumi et imaginez le nombre de diners fréquentés depuis 2008, le nombre de personnalités rencontrées, le nombre d’âneries déclarées, le nombre d’ovations chaleureuses sonnantes et trébuchantes, le nombre des degrés fahrenheit pour accélérer le processus de sa métamorphose asséchante, côté Islam, de sa mutation aguichante, côté Israël.

Chalghoumi au Colloque annuel de l'UPJF avec l'ambassadeur d'Israel Yossi Gal et Edouard Amiach

Mais son rôle n’est pas limité à des discussions d’alcôve, fut-elle un somptueux duplex. Il est aussi invité à s’exprimer une fois par an dans une superbe tribune devant une foule nombreuse. C’est le Colloque annuel de l’UPJF, organisé un dimanche d'hivers, à l’espace Pierre Cardin, sur les Champs Élysées du côté Concorde. Le 23 novembre 2008, Chalghoumi est initié dans ce temple comme conférencier à la table ronde « le rôle des religieux face à l’antisémitisme ». Le colloque de cette année qui s’intitulait « Les démocraties face à l’antisémitisme », avait convié des personnalités trans-républicaines, considérées par des médias islamophobes comme de véritables islamophobes, de Philippe De Villiers à Menahem MACINA. En 2010, le 12 décembre, Chalghoumi a partagé l’affiche et les ovations du colloque annuel baptisé « Quel avenir pour les Juifs en France ? » avec Ferhat Mehenni, résident entre Paris, Tel Aviv et New York et Président du Gouvernement provisoire kabyle. Avec la même chaleur incendiaire, le site de l’UPJF écrit : « Rencontre avec Ferhat Mehenni, le président kabyle, à Jérusalem », les dirigeants de l’UPJF accueillent celui qui veut diviser et attiser l’Algérie en grandes pompes. Il est applaudi chaleureusement par le public sioniste et par Chalghoumi, comme on voit dans cette vidéo.

Chalghoumi au colloque de l'UPJF applaudit le Prix de la honte accordé à Hortefeu

Comme s’il y avait une continuité ou une consanguinité entre les vampires capitalistes qui pompent les richesses du monde musulman, les vautours militaristes qui lui vomissent dessus des bombes et les veuves-noires lobbyistes qui tissent la toile de la victimisation sélective et des condoléances empoisonnées. Comme si la kabbale conspirationniste-sioniste voulait attiser la Kabylie pour diviser, briser ou pulvériser l’Algérie et le Maghreb dans la guerre et ses ténèbres. Comme si la nébuleuse Mossad-UPJF-Tsahal-CRIF… voulait s’ingérer dans l’islam et dans les pays musulmans pour y gérer la liberté et la paix. Comme si les pyromanes pouvaient gérer des casernes de pompiers. Comme si les assassins pouvaient gérer des agences de pompes funèbres. Comme si les marchands des guerres civiles et les comploteurs en série ne pouvaient pas se contentaient de l’Iraq et de la Syrie. Il faut garder à l’esprit ces images rhétoriques quand on verra les images euphoriques de Chalghoumi recevant en grandes pompes l’ambassadeur d’Israël et ses mercenaires à la mosquée, ou celles du président israélien déroulant le tapis rouge à Chalghoumi et à ses sbires.

Chalghoumi et Ghaleb Bencheikh au colloque de l'UPJF de 2014

Dans le colloque annuel du 26 janvier 2014, c’est Ghaleb Bencheikh qui a volé la vedette à Chalghoumi... sur l’affiche officielle. Chalghoumi, qui s’est envolé une semaine plus tôt, comme on va voir, pour un nouveau pèlerinage sioniste, était présent, comme toujours, mais secrètement, comme le font les taupes. Mais Youtube est un ennemi des ténèbres complotistes. Bencheikh devait partager l’affiche de la table ronde  Penseurs et religieux : Apaisement ou exacerbation? L'éthique juive avec Alain Finkielkraut et Olivier Kaufman, alors candidat au poste du Grand Rabbin de France. Meyer Habib, Yvan Rioufol et autres ont partagé l’affiche des autres tables rondes. Le couple Chalghoumi-Bencheikh a été chaleureusement ovationné. Mais Bencheikh, même parlant le Chalghoumi avec la belle langue de BHL, doit payer plus de sa personne s’il veut être propulsé et bien récompensé, pour son combat anti-islamiste, par les lobbys sionistes. Pour l’instant, c’est Chalghoumi la star des sionistes, le tsar des pétainistes musulmans, le César de l'islamophobie protégé par une garde prétorienne de SPHP. Mais, il lui manquait un César, un Prix. Alors, le voilà :

Le 5 février 2012, le lendemain de son diner-meeting électoraliste-communautariste à Saint-Avold avec les 2 conseillers de Sarkozy, Biancarelli et Karam, il rentre à Paris pour être récompensé de son ascension à plat-ventre, tête en bas, du Mont Sinaï parisien, des Médias des Mille Collines commandés par les 10 Commandements du BHL. A l’issue du colloque Israéliens et Palestiniens: Qui veut la paix ?, Chalghoumi reçoit le Prix UPJF  du rapprochement des communautés. Ce prix lui a été remis par Edward Amiach, vice-président du CRIF, Pied noir né à Mascara, Directeur général des supermarchés G 20, candidat malheureux aux législatives de 2012 pour la 8ème circonscription des ressortissants français à l’étranger qui comprend surtout Israël. Mais ce n’est que deux ans plus tard que cet "évènement" est devenu public. Ce n’est que fin janvier 2014 que le Prix UPJF reçu par Chalghoumi est microscopiquement médiatisé quand le cardinal Barbarin reçoit le Prix du rapprochement des communautés. La raison de ce secret entretenu autour du Prix clandestin du trans-imam est la peur d’un nouveau scandale médiatique comme celui du Prix pour Hortefeux. Le 13 décembre 2009, le ministre de l’Intérieur, boutefeu de l’islamophobie, reçoit le Prix de la lutte contre le racisme et contre l'antisémitisme en clôture du Colloque annuel de l’UPJF.

annuel de l’UPJF.

Avec Amiach, Chalghoumi Prix UPJF Union des Patrons et des Professionnels des Juifs de France Hortefeux reçoit le Prix UPJF Union des Patrons et des Professionnels des Juifs de FranceChalghoumi reçoit le Prix UPJF Union des Patrons et des Professionnels des Juifs de France

Le 5 février 2012, c’était Chalghoumi. Le 13 décembre 2009, c’était Hortefeux… Le couple de la honte Chalghoumi-Hortefeux. Pile et face d’une même coupe nauséabonde ! « Quand il y a un ça va... C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes !» Malheureusement, il y a plusieurs Chalghoumi et plusieurs Hortefeux ! Horreur décriée dans plusieurs médias, surtout Marianne. « La bonne blague: Hortefeux primé pour son combat contre le racisme ». Article très intéressent à lire pour comprendre la propagande raciste qui sévit dans l’UPJF, ce temple islamophobe, ce lieu de culte politique pour l’inculte Chalghoumi. Exemples de titres d’articles publiés par l’UPJF : Des mosquées à n’en plus finir en France et en Europe ; L’Europe est complice du Califat qui vient ; La France et le renouveau de l’Islam ; Un cheval de Troie moderne : la doctrine islamique de l’immigration. Extrait du dernier article : « … un projet insidieux vieux de 1 400 ans, de conquête et de domination… pour dominer les sociétés non musulmanes et paver la voie à leur totale islamisation … véritable stratégie … tromper la vigilance des occidentaux…». Comme commente Guillaume Weill Raynal : « Un véritable complot mondial, en quelque sorte. Remplacez dans ce texte le mot « musulmans » par le mot « juifs » et vous avez une copie conforme des Protocoles des Sages de Sion… ».

L’UPJF Amiach et Abbou à l’honneur chez Chalghoumi à la mosquée de Drancy, avec Gad Shalaby. Diner Ramadan du 29 aout 2011.L’islamophobie de l’UPJF, Union des patrons juifs de France, la nounou Chalghoumi. Manifestation sur la planète Mars : « Musulmans, restez chez vous »

Comme il faut lire l’article « Polémique : l’Union des patrons juifs de France remet le couvert ». L’UPJF publie un article islamophobe avec une photo goebbelsienne d’une manifestation « marsienne ». L’article s’intitule « Sur Mars comme sur la terre : photos exceptionnelles de la planète ! ». « Une succession de clichés de la planète rouge. La dernière image vaut le détour : on y voit un groupe de Martiens manifester sou une banderole « Musulmans, restez chez vous », une pancarte à leurs pieds : « Mars for Martians » ! » Mais peu importe cette haine islamophobe affichée, il y a des musulmans qui se précipitent chez l’UPJF, de Bencheikh à Oubrou. Surtout aux réceptions et colloques organisées par l’UPJF à la mairie du 16ème arrondissement de Paris. Ainsi, lors de leur colloque du 9 juin 2013 « Réflexions sur l'islam radical, en France et dans le monde », le représentant musulman de service était celui qui s’auto-appelle Le Grand Imam de Bordeaux, le Tareq Oubrou, l’antéchrist de l’islam de France. Il a partagé son après-midi dominical avec Ivan Rioufol, Alexandre Del Valle et Guy Millière. Sans commentaire.

Même si Oubrou est 1000 fois plus dangereux que Chalghoumi, il n’est pas promu ou aidé comme l’est Chalghoumi, parce qu’il est mieux présentable, parce qu’il parle mieux. Et les marionnettistes islamophobes se méfient des traîtres intelligents, ils préfèrent les pantins indigents. Ainsi, Chalghoumi est l’élu des sionistes comme porte-parole musulman. C’est le cas dans le colloque du 25 janvier 2011 organisé par ce même lobby dans cette même mairie, avec ce titre : « Attaques contre les chrétiens d'Orient : la réponse des démocraties face à l'intolérance islamiste ? » On a vu que le slogan de « l’imam menacé » et le slogan des « chrétiens menacés » sont utilisés par les BHL comme marqueurs islamophobes et comme couvertures au néocolonialisme sanglant.

Le Dimanche 8 Février 2015, l’UPJF a organisé son colloque annuel à la Maison de la Chimie. Le titre est une fessée : « La responsabilité des médias dans le développement de L’antisémitisme en France ». Le programme est ventilé en « trois conférences interactives dirigées par Michel Zerbib, directeur de l’information à Radio J ».  « 1 : La désinformation sur la situation en Israël et dans les territoires et ses répercussions sur les juifs de France. 2 : Le traitement comparé des Médias Français et des Médias Etrangers en matière d’information sur Israël. 3 : Le double discours des politiques. » Trois thématiques qui démontrent le terrorisme sioniste qui brandit l’antisémitisme pour assujettir les médias. Trois sujets qui montrent l’identité du cheval de Troie qui s’agite pour le compte d’un Etat étranger.

Mohamed Lansari: l'autre ChalghoumiMohamed Lansari et Chalghoumi : des roses pour le sionisme et pour Charlie, des épines pour l’islam et pour la TunisieMohamed Lansari et Chalghoumi : des roses pour le sionisme et pour Charlie, des épines pour l’islam et pour la Tunisie

Le colloque annuel de 2015 a eu lieu le 8 mars en présence de plusieurs picadors de l'islamophobie comme Mme Bat Ye’or qui a enflammé la salle et reçu le Prix du Courage politique, comme le nouveau Chalghoumi de la Palestine, Walid Al-Husseini, auteur du livre « Blasphémateur ! Les prisons d’Allah ». Mais le véritable et inégalable Chalghoumi n'était pas présent. En voyage à l'étranger, le trans-imam leur a gentiement transvasé ou envoyé une délégation qui comprend, selon l'article publié par le site de l'UPJF « Politique étrangère de la France » : un colloque passionnant qui a mobilisé le public, « des Imams M. Lansari, M. Nouredine, M. El Hecmi, M. Rachid Boubach ». L'imam Noureddine de Drancy et le faux imam Rachid Birbach d’Auxerre ne sont plus à présenter. Mais un nouvel arrivé mérite une petite attention. Il s'appelle Mohamed Lansari. Il se seprésente sur son facebook comme homme d'affaires et non comme imam comme le présente le lobby sioniste UPJF. C'est un... Mais à quoi bon. Il y en a pleins !

Ainsi, l’association, l’institution ou l’entreprise qui a fabriqué Chalghoumi c’est l’UPJF et non le CRIF. Ce dernier a tardé à soutenir Chalghoumi, puis l’a soutenu discrètement pour des raisons de guerres internes à la communauté juive : le CRIF considère l’UPJF comme extrémiste et l’UPJF considère le CRIF comme traitre. Mais aussi parce Dalil Boubakeur, l’allié stratégique du CRIF, refusait que Chalghoumi soit reconnu comme représentant musulman pour des raisons de jalousie ou de vanité.

Grace à Chalghoumi, le CRIF sert la main de la représentation diplomatique de la Palestine, Prasquier et Safwat Ibraghith à la mosquée de Drancy pendant le diner du ramadan du 9 septembre 2009

Le CRIF, Conseil Représentait des Institutions juives de France, a mis ses pieds dans la mosquée de Drancy le jeudi 4 septembre 2008. Chalghoumi y a organisé un repas pour fêter la rupture du jeûne et fêter la présence de Richard Pasquier. Le président du Crif souhaite un « bon ramadan » à la mosquée: titre Le Parisien. Depuis cette date, le CRIF, représenté par son Président accompagné par sa protection policière et autres dirigeants du CRIF, est invité à la mosquée de Drancy pour fêter le f'tour, c'est-à-dire un diner du rupture du jeûne pendant le Ramadan. En contrepartie, depuis le 3 février 2010, Chalghoumi est invité au Diner annuel du CRIF. A force de rencontres, d'apprivoisement pétainiste et d'approvisionnement clientéliste, Chalghoumi va se rendre compte qu'il n'est pas un musulman comme les autres. A force de « fréquentations fréquentes » avec la représentation politique du peuple élu en France, de lamentations réciproques et d'incantations islamophobes, Chalghoumi dépassera son statut « le poulain du CRIF », comme l'a titré oumma.com le 12 juin 2009, pour devenir à lui seul un poulailler du cocorico sioniste qui gave la France en propagande goebbelsienne. Même avec un français digne d'un poussin poussé à devenir perroquet anthropophage, il lui suffit de glousser autour de la menace islamiste ou islamique, dans les banlieues ou dans les mosquées, dans les pays arabes ou à Gaza, pour donner un écho ventriloque à la haine contre ceux qui lui ressemblent, arabes ou musulmans, pour la justifier, la répandre ou la rendre à la mode telle une vomissure haute-couture ; pour la fertiliser avec les bouses du cheval de Troie et donner un arôme du terroir au terrorisme intellectuel institutionnalisé par le CRIF, comme celui rapporté par TF1 : « Pour Cukierman, président du Crif, des "pogroms se répandent en région parisienne" ».

Diner en honneur du président du CRIF à la mosquée de Drancy : Chalghoumi décerne un prix à Prasquier en présence du député maire Lagarde et de Safwat Ibraghith représentant diplomatique de la PalestineLe trans-imam de Drancy et le président du CRIF,  Chalghoumi et Prasquier au Parlement européen de BruxellesLe trans-imam de Drancy et le président du CRIF, Chalghoumi sert la soupe politicienne à Prasquier en présence du Préfet Nacer MeddahLe trans-imam de Drancy et le président du CRIF,  Chalghoumi et Prasquier , la tante du ramadanGrâce à Chalghoumi, Prasquier le président du CRIF pénètre dans la mosquée de Drancy et présente ses vœux de l’Aïd aux musulmans. Le trans-imam de Drancy au diner annuel du CRIF de 2013 avec Ariel Ammar Chalghoumi et la smala des Arabes de service ou trans-imams au siège du CRIF avec son nouveau Roger Cukierman

Rencontre du CRIF avec les Imams de France. « À l’initiative de la Commission Relations avec les Musulmans du CRIF, une rencontre entre une délégation du CRIF et des représentants de la Conférence des Imams, que préside Hassen Chalghoumi, Imam de Drancy, s’est tenue, lundi 7 octobre 2013 à l’Espace Rachi. L’Imam Chalghoumi était entouré d’une vingtaine de responsables religieux musulmans de Paris, de banlieue et de différentes villes françaises. Pour sa part, le Président du CRIF, Roger Cukierman, était accompagné des membres de son bureau exécutif. » Avec des usurpateurs religieux et des faux imams comme l’imam d’Auxerre Rachid Birbach, « Les échanges entre les deux délégations ont été très animés et chaleureux. Ont été notamment abordées les questions des relations entre les Musulmans et les Juifs de France, les récentes visites, très réussies, des Imams français en Israël, la rencontre d’Imams avec le Pape François, le problème récurrent de la formation des Imams, la lutte contre l’antisémitisme et le racisme. Une rencontre très fructueuse que nous souhaitons renouveler régulièrement. »

Guilad Shalit, soldat israélien défendu par Chalghoumi et autres trans-imams ou funs d’Israël

Le 14 Septembre 2011, quand le CRIF publie « Des imams français appellent à la libération de Gilad Shalit, en captivité à Gaza », il censure le nom de Chalghoumi pour ne pas le compromettre trop avec « sa » communauté. Mais d’autres imams et responsables musulmans sont cités. Evidemment, ces imams ne parlent pas et n’ont pas demandé à Israël de libérer le franco-palestinien Salah Hamouri. Ou au moins les centaines d’enfants emprisonnés dont plusieurs sont torturés.

Le 21 Juillet 2014, le quotidien Le Parisien fait sa Une avec le couple Chalghoumi-Cukierman, avec cette manchette : « Musulmans et Juifs : l’appel au calme ». Dans ce numéro, Chalghoumi déclare : « C'est vrai que le Hamas prend en otage la population palestinienne, mais il faut aussi que l'armée israélienne adopte une stratégie moins meurtrière à l'égard des civils. » C’est-à-dire une stratégie pour tuer moins, tuer 30 ou 50 enfants au lieu de 100,  sinon ne tuer pas une famille entière, ou ne raser pas un quartier en entier, ou baisser le nombre des mois meurtriers ? Evidemment, ce numéro de cinéma médiatique fait partie du feuilleton goebbelsien de la criminalisation des manifestations pro-palestiniennes. On y reviendra.

L’importation de la guerre israélienne au non de la Paix et la non-importation du conflit, Chalghoumi et Roger Cukierman, le président du CRIF L’importation de la guerre israélienne au non de la Paix et la non-importation du conflit, Chalghoumi et Roger Cukierman, le président du CRIF Chalghoumi et Roger Cukierman, le président du CRIF

Mais on n’en revient pas que la communauté juive mette à sa tête une personne qui ne cesse de cumuler des déclarations islamophobes depuis presque 15 ans. Libération titre le 23 avril 2002 « Le président du Crif dérape sur le vote FN » Pour Cukierman, le score de Le Pen « servirait à réduire l'antisémitisme musulman et le comportement anti-israélien, parce que son score est un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles ». Depuis, son esprit n’a plus quitté le lit de l’islamophobie ou du racisme anti-banlieues. Depuis, enlacé entre les bras et les bottes du fascisme sioniste, il a enfanté plusieurs déclarations haineuses : « tous les terroristes sont musulmans » ; « les jeunes des banlieues sont violents »…  Jusqu’à sa célèbre déclaration « Toutes les violences aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans ».

Chalghoumi au Diner annuel du CRIF de 2015 : la tentation des médias, la trahison de soiChalghoumi au Diner annuel du CRIF de 2015 : la tentation des médias, la trahison de soiHollande, Cukierman, Boubakeur et le terroriste Louanoughi à l’Élysée : CFCM, mosquée de Paris, CRIF, misérabilisme et Terrorisme

Cette déclaration infâme est vomie par le président du CRIF, ès qualité, dans le micro matinal d’Europe 1 le 23 février 2015, à quelques heures du trentième Dîner annuel du CRIF. L’ambassadeur politique d’Israël  salue l'utilisation par le Premier ministre français, Manuel Valls, du terme islamo-fascisme, salue sournoisement Marine Le Pen et déclare : « Le FN est un parti pour lequel je ne voterai jamais. Mais c'est un parti qui aujourd'hui ne commet pas de violences. Il faut dire les choses: toutes les violences sont commises par des jeunes musulmans. » Le Monde titre plus tard : « Le président du CRIF, Roger Cukierman, embarrassé après ses propos sur les jeunes musulmans ». Le Figaro titre : « Pour le président du Crif, Marine le Pen est «irréprochable», pas ses partisans », puis, le lendemain : « Musulmans, Le Pen : le président du Crif déclenche une vive polémique ». C’est cet ordre qu’il faut mettre en évidence pour comprendre la réaction de Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris et président du CFCM, Conseil Français du Culte Musulman, indigne et illégitime représentant des musulmans. Car l'Islam de France n’est qu’un bal d'hypocrites et Boubakeur n’est qu’un fidèle fanatisé de Sarkozy, traumatisé par la gauche qui veut le marginaliser peut créer un nouveau CFCM. Le recteur est immédiatement contacté par les services de Sarkozy, par son cercle rapproché qui craint que les fleurs jetées à Marine Le Pen par le puissant représentant des Juifs de France ne fassent fleurir les chrysanthèmes qui prévoient la mort politique de Sarkozy dès le premier tour des présidentielles de 2017.  Alors, Boubakeur, balance dans le micro de France Info : « nous en avons ras le bol de ces insultes, sommes-nous les chiens de la République ? Ça suffit, j'ai décidé de rester chez moi ! » Le Nouvel Obs titre : « Le CFCM boycotte le Crif : "Sommes-nous les chiens de la République ?" ». Évidemment, Boubakeur déverse cette rage parce que le ministère de l’Intérieur socialiste veut le déplacer au chenil des chiens usés ou à la fourrière des chiens infidèles ou indomptables. Le lendemain, les deux représentants des juifs et des musulmans sont reçus au palais de l’Élysée. Le Parisien titre : « Hollande réconcilie Cukierman et Boubakeur ». Tout est cinéma!

Si certains sont harassés ou lassés par les querelles judéo-musulmanes, le Journal Métro propose un autre sujet concernant ce CRIF et notre argent, celui des Français : « Dîner du Crif : un couvert à 900 euros... et une belle déduction fiscale ». Mais ne vous inquiétez pas pour Chalghoumi et le gouvernement français qui ne se font pas casqués par le lobby sioniste, non pas parce qu’il est généreux, mais parce qu'il attend des contre-parties... ou parce qu’il récompense des services rendus. D'ailleurs, les plus belles factures sont réglées en nature.

Chalghoumi et Sarkozy au diner du CRIF de 2016 Chalghoumi et Sarkozy au diner du CRIF de 2016

P.S. Pour le diner annuel du CRIF 2016, il a été boycotté une nouvelle fois par Dalil Boubakeur, l’indécrottable recteur de la Grande mosquée de Paris, « en raison de "propos réitérés" à son encontre de la part du président du Crif » qui a déclaré que « Anouar Kbibech, est "beaucoup plus dynamique, ouvert" que son prédécesseur ». Comme dans les harems du sultan, la jalousie entre les maitresses est terrible ! Alors imaginez leur mauvaise foi quand le président du CRIF devient un des sultans de l’islam de France. Ou quand l’islam de France devient, grâce aux Anouar Kbibech, Taoufiq Sebti & Cie, l’islam du baisemain digne de la monarchie du maghzen.

 Roger Cukierman et Ariel Godman, président et vice-président du CRIF, avec les responsable du CFCM et de l'islam du maghzen (Vs islam de France) Anouar Kbibech, Taoufiq Sebti et Moulay El Hassan El Alaoui Talibi, aumônier national musulman des prisons

Contrairement à ce que peut inspirer la photo entre Chalghoumi et Sarkozy, la servilité luxuriante n’est pas toujours synonyme de déclivité souriante. Les maitres ont besoin de valets qui savent se tenir droit comme le poignard. Qui savent discourir. Qui savent endormir. Qui savent trahir. Dans l’autre photo, il y l’autre monde : Roger Cukierman et Ariel Godman, président et vice-président du CRIF, avec les responsable du CFCM et de l’islam du maghzen (Vs islam de France) Anouar Kbibech, Taoufiq Sebti et Moulay El Hassan El Alaoui Talibi, aumônier national musulman des prisons.

3-3

Chalghoumi : Le VRP représentant propagandiste d’Israël,
Le VIP chez les Marchands du Temple.

Du 5 au 7 juin 2012 : Forum Démocratie et Religion de Tel Aviv.

Chalghoumi et Fourest au Forum Tel-Aviv

C’est Caroline Fourest qui lui arrange ce coup, cette invitation prestigieuse et cette participation vertigineuse dans un cénacle ultra-intello. Ce colloque est organisé et financé par l’Ambassade de France en Israël.  Sa fiche de présentation officielle par l’ambassade est « Président de l’association culturelle des musulmans de Drancy en Seine-Saint-Denis. Favorable à l’interdiction de la burqa, il dénonce l’influence des Frères musulmans dans le monde musulman ». Il est intervenant dans la table ronde Laïcité en France, en Israël et dans le monde arabe. Il est aussi conférencier dans celle intitulée Minorités, diversités, tolérances. L’ambassade de France a "ramené" Fourest & Cie : Alain Finkielkraut, Élisabeth Lévy, Pascal Bruckner, Richard Malka, Frédéric Encel, Nadia El Fani… Et Fiammetta Venner, la compagne et la camarade de Fourest. Et Chalghoumi a ramené avec lui son "Conseiller juif de l’imam" Bernard Koch. A Tel Aviv, il est mis en avant comme un trophée ramassé lors d’une campagne militaire dans laquelle les chars sont des médias et les officiers sont des militants de la désinformation.

Chalghoumi & Olivier Rubinstein au Forum Tel-Aviv

La liste des personnalités invitées est conforme aux critères cabalistiques des néocons français, les bushistes de la Rive gauche ou les propagandistes du BHL. D'ailleurs, la force invitante de ce colloque est représentée par Olivier Rubinstein. Cet ancien éditeur chez Denoël de 2004 à 2010, est le cofondateur de la revue néoconservatrice, pro-américaine et pro-israélienne, Le Meilleur des Mondes, où il a abondamment exprimé son bellicisme incendiaire et son interventionnisme pro-Bush. Ce personnage est devenu diplomate français pour représenter la France, peu importe laquelle. Depuis fin 2011, il est Conseiller culturel à l'ambassade de France en Israël et directeur de l'Institut français de Tel-Aviv. Depuis, il a le poste et les moyens pour exercer, différemment et amplement, ses allégeances idéologiques transnationales, qui n'ont rien à voir avec l’humanisme international des idées de Rousseau, Hugo et Voltaire... Mais, maintenant, il faut se taire ! Sinon l’Establishment BHL va traduire ce qui vient d'être écrit en dénonciation imaginaire du cosmopolitisme et du complotisme... et nous traduire devant le peloton d'exécution extrajudiciaire de l'antisémitisme.

Ici, à Tel Aviv, Chalghoumi est aux anges. Surtout lorsqu’il diabolise les Frères Musulmans. Devenu rapidement le musulman modèle des islamophobes, Finkielkraut passe la pommade à ce trans-imam de Drancy. Répondant à la question « Qui vous a le plus inspiré lors de ce Forum », l’auteur des Identités malheureuses répond : « La découverte pour moi, car j’ai eu l’occasion de discuter hier soir avec lui, c’est celle de l’imam de Drancy, Monsieur Chalghoumi. Car je suis frappé par son courage. Il faut un courage énorme pour un musulman représentatif d’aller en Israël. Et je suis frappé par sa lucidité, il sait très bien ce qui se passe en France et il ne se paie pas de mots ». Quand un grand trader de la philosophie finisse son éloge à un tortionnaire de la langue française par le verbe « payer » et le mot « mot », c’est que les mercenaires du sionisme et de la désinformation sont les maux de la France. Quand Chalghoumi devient la muse de Finkielkraut, c’est qu’Israël s’amuse d’une France qui rend honneur à ses malheurs dont elle est heureuse.

Forum Tel-Aviv Chalghoumi FinkielkrautForum Tel-Aviv Chalghoumi Forum Tel-Aviv Chalghoumi Encel


Dans cette capitale mondiale de la débauche BCBG, des escrocs financiers XXL et des SS ou criminels de guerre casher, Chalghoumi a été parachuté intellectuel et propulsé chef spirituel. Netanyahou devrait créer un Prix Nobel de la bougnoulerie casher ou du pétainisme sioniste. La chaine Youtube de l’Ambassade de France en Israël immortalise les déclarations-bêtises de Chalghoumi concernant la raison de sa venue en Israël « Prolongement de mon travail, de rapprochement entre juifs et musulmans, et aussi de mon travail de séparer la religion et la politique… » Lui qui a fait de la mosquée de Drancy une plaque-tournante, ou une tournante, pour des meetings électoralistes pour plusieurs partis politiques, une porcherie pour servir la soupe à plusieurs personnalités françaises ou étrangères. Puis, il massacre de nouveau le français et conclue par le fameux chant à la gloire de sa Fourest. Pour les patients les plus courageux, voici la vidéo de sa conférence de presse lors du 4 juin 2012 au Sheraton de Tel Aviv. Un chef d’œuvre psychédélique de 42 minutes 42 secondes. Mais quelqu’un doit disséquer cette vidéo comme on étudie une charogne pour diagnostiquer le poison transporté et véhiculé par ce phénomène.

L’ambassadeur d’Israël Yossi Gal reçoit chez-lui ses musulmans : Hassen Chalghoumi, Abdoul Karim Mbechezi, Ali Mohamed Kassim, Amar Hocine, Cherif Karim Boubidi, Boudjema Hammache, Brahim Rachidi, Kemadou Gassama, Lahsen Amezgouan, Salah Attia Farhoud, M’hammed Henniche, Mohamed Abdourahman, Mohamed Fihakhir, Djaffar Ait Aoudia, Nizam Toorabally, Nourdine Said Mohamed Mlanao, Oualid Adjabi, Sam SambaLe site de la PUB sioniste rend hommage à Chalghoumi et à ses musulmans pro-Israël

Du 11 au 16 novembre 2012 :Premier pèlerinage sioniste de musulmans de France en Israël. à Yad Vashem... et au Golem. « Inédit ! Le premier pèlerinage de musulmans de France à Jérusalem ». C’est le titre de l’article publié par le site coolisrael.fr. Après avoir sabré le champagne dans un autre article : « Quinze imams de France s’envolent pour Israël ». Les articles ne révèlent ni les cadeaux encaissés ni les pourboires empochés, mais révèlent le réel des âmes vendues. En lisant ces articles, les admirateurs du pétainisme et du sionisme vont boire du petit lait. Par contre, les gaullistes et les humanistes vont avoir envie de vomir. Alors, on leur propose de boire le calice jusqu'à la lie en lisant le communiqué officiel de l’ambassade de France en Israël. Ainsi, la Voix officielle de la France à Jérusalem, la ville sainte colonisée et martyrisée, la famille des 3 monothéismes volée et violée, l’âme de l’Humanité purifiée et crucifiée… déclare que « Ce voyage a reçu le soutien du Ministère des Affaires Etrangères à Paris, de l’Ambassadeur de France en Israël, S.E Christophe Bigot, et du Conseiller culturel et Directeur de l’Institut français d’Israël, M. Olivier Rubinstein. »

Chalghoumi en bonne compagnie : entre le président d’Israël Shimon-Peres et l’ambassadeur de France en Israël, Christophe BigotChalghoumi et l’ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : un bouquet de fleur pour Israël, des épine pour la PalestineChalghoumi, sa smala des musulmans pro-Israël et son ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : la Shoah comme outil de propagande et d’embrigadement politicienIsraël Yossi reçoit ses musulmans : Hassen Chalghoumi, Abdoul Karim Mbechezi, Ali Mohamed Kassim, Amar Hocine, Cherif Karim Boubidi, Boudjema Hammache, Brahim Rachidi, Kemadou Gassama, Lahsen Amezgouan, Salah Attia Farhoud, M’hammed Henniche, Mohamed Abdourahman, Mohamed Fihakhir, Djaffar Ait Aoudia, Nizam Toorabally, Nourdine Said Mohamed Mlanao, Oualid Adjabi, Sam Samba

« M. Hassen CHALGHOUMI sera accompagné de Abdoul Karim Mohamed MBECHEZI, Ali MOHAMED KASSIM, Grand Imam de Marseille et Grand Moufty de la communauté comorienne en France, Amar HOCINE, Cherif Karim BOUBIDI, Boudjema HAMMACHE, président de l’association des musulmans de Melun, Brahim RACHIDI, Kemadou GASSAMA, Lahsen AMEZGOUAN, Salah ATTIA, Président de la communauté Egyptienne de France, M’hammed HENNICHE, Mohamed ABDOURAHMAN, Mohamed FIHAKHIR, Djaffar AIT AOUDIA, Nizam TOORABALLY, Nourdine Said Mohamed MLANAO, Oualid ADJABI et Sam SAMBA. L’objectif de ce voyage s’inscrit dans la démarche pacifique et humaniste que mène depuis plusieurs années la Conférence des Imams de France sous la Haute autorité de Hassen Chalghoumi. » Vous pouvez poursuivre de lire le communiquer tout seul si vous voulez rejeter des choses que vous n’arrivez pas à digérer. Vous pouvez poursuive judiciairement et électoralement ceux qui veulent intoxiquer médiatiquement et empoissonner politiquement la France et ses musulmans avec des rejetons de la dégénérescence humaine.

Jérusalem comme serviette pour essuyer la trahison de la cause palestinienne : Chalghoumi, Henniche et la smala des musulmans pro-IsraëlChalghoumi Halter et leur smala des musulmans pro-Israël et leur ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : la Shoah comme outil de propagande et d’embrigadement politicienChalghoumi Halter et leur smala des musulmans pro-Israël et leur ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : la Shoah comme outil de propagande et d’embrigadement politicien

Chalghoumi Halter et leur smala des musulmans pro-Israël et leur ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot : la Shoah comme outil de propagande et d’embrigadement politicien

La chaine Youtube de l’Ambassade de France en Israël re-immortalise les déclarations-bêtises de Chalghoumi : « C’est une délégation d’espoir, voilà c’est une « STAIRE » saint, une terre de paix, c’est aussi une délégation d’espoir de dire voilà on est arrivé pour rajouter et travailler cette amitié, continuer notre travail au même temps, c’est une rêve que nous prions de rapprochement de peuples… ». Puis, c’est Le Grand Journal de Canal plus qui fait monter une nouvelle fois Chalghoumi dans l’échelle du français massacré. Le 4 décembre 2012, l’émission Le Grand Journal de Canal+ reçoit trois prétendus imams pour faire la propagande d’Israël, après leur voyage dans ce pays sanguinaire. Un pèlerinage politique étrangement financé par le ministère des Affaires étrangères de la France. Une expédition sioniste financée par l’argent des Français. Ainsi, Michel Denisot reçoit soigneusement Hassen Chalghoumi, Kemadou Gassama, présenté comme cheikh et imam du 20ème arrondissement de Paris et Ali Mohamed Kassim, présenté comme « mufti » de Marseille. Mais pendant la présence de Chalghoumi et ses pseudo-imams ou représentant musulmans en Israël, de nouveaux et de nombreux, Palestiniens ont été massacrés par Israël.

Fin du pèlerinage israélien de Chalghoumi & Cie : retour pour poursuivre leur voyage sioniste à travers les mosquées de France

Cet Etat fasci-sioniste a lancé une nouvelle guerre, éphémère et sanguinaire, contre Gaza. Le 14 novembre 2012, l’armée criminelle de Tsahal lance l’opération Pilier de Défense. C’est le nom choisi pour la communication extérieure, car à l’intérieur d’Israël, cette guerre éclaire était baptisée Colonne de Nuée. Un nom biblique qui démontre qu’Israël mène une guerre religieuse contre la Palestine. Le Point titre : « Gaza : une guerre au nom de la religion ». Mais le trans-imam de Drancy va transporter en France, au nom de son titre religieux, la propagande de guerre de l’Etat d’Israël. Malheureusement, pour ceux qui le poussent médiatiquement, cette brouette rouée ne transporte que le brouhaha de la poussière. A la question de Denisot : « Mais quand vous y étiez et il y avait les bombardements, comment vous avez vécu ça ? » « Vous aviez eu peur pour vous » ajoute inquiète Daphné Bürki. Chalghoumi répond hilare : « la nature humaine, oui. On ne va pas dire qu’on est des supermans, mais en même temps, il y avait un moment très dur. Surtout, on a passé une soirée avec son excellence à la résidence de l’ambassadeur. Ça commençait les sirènes. Nous on sait pas, on croyait que c’est fêtes joyeuses, l’accueil. Hahaha… » Pour l’histoire qui n’intéresse pas Chalghoumi, les bombardements dont parle Denisot ont tué plus de 200 Palestiniens et construit des torrents de poussières. Et pour la petite histoire qui n’intéresse que ceux que Chalghoumi fait marrer, c’est dans cette occasion, que l’imam inculte a prononcé une des ses formules cultes: "le Mur de Merlin".

Pèlerinage politique pro-israélien des Chalghoumi laïques ; autour de Shimon Perez, la future sous-préfète Malika Benlarbi, la future ministre Jeannette Bougrab, le future député européen Karim Zeribi, le patron de Beur Fm Nacer Kettan, le futur diplomate Fraçois Aïssa Touazi…

Il faut comparer les voyages israéliens de Chalghoumi et ses trans-imams ou pseudo responsables religieux avec les voyages de même type organisés pour épater ou racoler des membres de la Beurgoisie, des Arabes ou Berbères de service, des représentants d’associations laïques, des prétendants aux élections ou à des postes politiques. On ne peut que constater qu’Israël mise dorénavant lourdement sur les imams, les responsables de mosquées ou les représentants religieux. Israël a organisé entre le 14 et le 19 décembre 2008, via son agence l’AJC, Comité des Juifs Américains, que dirigeait son agent Valerie Hoffenberg, un voyage de lavage de cerveaux pour laver l’image d’Israël et faire baver le carriérisme de certains « leaders musulmans de la société civile ». Il y avait la juriste Jeannette Bougrab, le conseiller municipal Karim Zéribi, le commandant de police Mohamed Douhane, le PDG de Beur FM Nacer Kettane qui qualifia alors le Hamas d’organisation terroriste. Accessoirement, les sionistes leur ont fait rencontrer le chef pétainiste palestinien, Mahmoud Abbas. Il faut toujours offrir un alibi à la traîtrise, une feuille de vigne pour dissimuler l’obscène devant les proches. 8 jours après avoir pris la pause avec Shimon Perez, le président d'Israël, cet État, sans état d'âme ou sans âme, lance ses avions pour bombarder Gaza et massacrer, de nouveau, des familles entières.

Du 10 au 12 mars 2013 : Célébration du couple Peres-Chalghoumi Vs Merah. 

Chalghoumi et Shimon-PerezL’ambassade israélienne des trans-imams et les embrassades avec le président israélien Shimon Perez : les Chalghoumi, Nader Alami, Nizam Toorabally, Kemadou Gassama, Sam Samba, Ali Mohamed Kassim, Mohamed Noureddinele président israélien Shimon Perez et les autres Chalghoumi, Nader Alami, Salih Farhoud. Oualid Adjabi Saïd Mohamed Nourdine Mlanao, Nizam Toorabally, Kemadou Gassama, Sam Samba, Ali Mohamed Kassim, Mohamed Noureddine

Paris : capitale de l’amour et du pétainisme ! Trans-imam Chalghoumi et le président israélien Shimon Perez Paris : capitale de l’amour et du pétainisme ! Trans-imam Chalghoumi et le président israélien Shimon Perez le président israélien Shimon Perez et les autres Chalghoumi, Nader Alami, Salih Farhoud. Oualid Adjabi Saïd Mohamed Nourdine Mlanao, Nizam Toorabally, Kemadou Gassama, Sam Samba, Ali Mohamed Kassim, Mohamed Noureddine

On n’a pas le cœur pour parler de cette rencontre infâme. Il y a tout sur internet. Il y a l’article du site Cool Israël : « Shimon Peres rencontre les imams de France ». Il y a l’article de France 24 « Un an après l'affaire Merah, Shimon Peres rencontre des imams de France ». Il y a la vidéo de l’AFP « Le président d'Israël Shimon Peres rencontre des imams à Paris ».  il y a la vidéo « Hitler à Paris ». Chaque histoire a ses fascismes et ses pétainismes. Chaque communauté a et ses drames et ses traîtres.

Du 3 au 10 avril 2013 : Tournée d’une délégation d’imams israéliens escortés par Chalghoumi & Cie.

Chalghoumi, Birbach, Prasquier le président du CRIF avec les imams israéliens en mission de propagande goebbelsiennePrière musulmane de propagande à l’ambassade d’Israël en France : c’est qui déjà le Dieu de Chalghoumi ?Marseille : Tournée de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiMarseille : communauté comorienne et la Camorra goebbelsienne: Tournée de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiQuai d’Orsay, Ministère des Affaire étrangères: étrange tournée israélo-française ou islamo-israélite de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiMarseille : Tournée israélo-française ou islamo-israélite de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiToulouse Merah et Goebbels: Tournée de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiToulouse : Tournée israélo-française ou islamo-israélite de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par ChalghoumiToulouse : Tournée israélo-française ou islamo-israélite de propagande d’une délégation d’imams israéliens emmenés par Chalghoumi

D’abord, il y a la vidéo publiée le 4 avril 2013 par le compte Youtube «Israël en France : « INÉDIT ! Prière musulmane dans la résidence de l'Ambassadeur d'Israël en France ». Une vidéo de propagande goebbelsienne qui unit Chalghoumi et ces imams d’Israël dans le culte de cet État qui se prend pour dieu. Puis, Israël leur offre un safari à Paris, à la Seine-Saint-Denis, à Toulouse et enfin à Marseille. Les imams israéliens sont officiellement salariés par Israël. Dans la propagande pétainiste, embauchés et débauchés sont synonymes. Ces faux imams de la paix israélienne ressemblent aux faux PDG de l’économie israélienne dénoncés par l’article de Challenges : « Attention, les faux PDG venus d’Israël vont sévir pour les fêtes ». Au moins, ils partagent la même foi : l’escroquerie. Le CRIF a honoré cette délégation et cette opération qu’il a célébrées dans son article : « Imams israéliens en France : retour sur une visite historique ». Dans cette tournée sioniste à travers quelques mosquées de France, Chalghoumi joue le rôle du traducteur des imams israéliens face aux médias français. La mosquée de Drancy organise un dîner en honneur à la délégation israélienne en présence de Henniche, sous le contrôle du Jafar et de l'officier des RG qui contôle Chalghoumi à la table d'honneur. Et il y a la vidéo du prêche de l'Imam israélien Omar Kayal à la mosquée de Drancy.

Vu la longueur de l'article, voir la suite ici :

http://doulfikar.com/Chalghoumi/3.html

Rachid Birbach ou le contrôle sioniste de l’image de l’islam en France

L’imam Rachid Birbach, une imposture grotesque qui touche déjà à sa fin. Depuis les événements de Gaza, un certain Rachid Birbach s’est fait remarquer après avoir pris des positions ultra-sionistes en se prétendant imam d’Auxerre.

Plus c’est gros, plus ça marche. Certains milieux juifs sionistes se sont amusés à ridiculiser un peu plus la communauté musulmane en mettant en avant lors des manifestations pro-israéliennes un nouvel imposteur : Rachid Birbach. Ce dernier se déclare imam d’Auxerre et ami d’Israël.

Depuis quelques semaines, l’homme s’est fait remarquer dans les milieux sionistes en soutenant corps et âme la politique barbare à Gaza. Malgré les doutes quant à sa fonction d’imam, les médias n’ont pas hésité une minute en le qualifiant d’imam modéré.

Etant donné les proportions que prennent les déclarations de l’imposteur Birbach, les mosquées d’Auxerre ont confirmé ce que tout le monde savait déjà : Rachid Birbach n’a rien à voir avec le culte musulman à Auxerre, de loin ou de près. Les directions des mosquées ont fait savoir qu’elles n’hésiteraient pas à passer par la justice si Mr Birbach continuait à mentir sur sa profession.

Un groupe de musulmans français ont décidé de faire toute la lumière sur Birbach en se déplaçant au Maroc afin de savoir réellement qui est ce nouveau pion des cercles juifs sionistes de Paris. Bientôt plus d’informations sur Islam&Info.

Communiqué de la mosquée Khadija, principal lieu de culte à Auxerre :

« Nous avons appris avec une grande stupeur à travers la presse et les réseaux sociaux, les prises de position à caractère politique, d’un pseudo Imam, se prévalant de la mosquée d’Auxerre, et répondant au nom de Monsieur BIRBACH Rachid.

Nous tenons à préciser à l’ensemble de la communauté nationale, que nous n’avons aucun lien organique avec ce personnage.

Notre association n’entretient aucun contact avec le sus nommé sous quelques formes que ce soit.

Le registre des adhérents et des bienfaiteurs de l’association, mis à jour périodiquement faisant foi.

Notre association (Loi 1901) de droit Français, de par ses statuts et l’objet de sa création, n’est pas apte à prendre position dans les débats politiques, d’autant plus, s’agissant de conflits étrangers ; dont la gestion appartient aux autorités compétentes en la matière.

Les membres du conseil d’administration réunis en séance extraordinaire, se réservent le droit de prendre les mesures adéquates pour faire cesser toute voix discordante, par toutes les voies de droit, en vers toute personne qui se hasarderait à parler et à usurper son nom.

Dont acte.

Le Bureau »

 

Enquête à Auxerre sur le cas Birbach :

 

 

Source :

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Rachid-Birbach-ou-le-controle-sioniste-de-l-image-de-l-islam-aupres-des-Francais-27566.html

Preuve que ce Rachid Birbach n'a jamais été un vrai musulman

VIDÉO. Rachid Birbach, le faux imam se convertit au christianisme

Dans une vidéo publiée sur internet, Rachid Birbach se dit “bouleversé par l’amour de Jésus-Christ” et dit avoir décidé d’embrasser la foi chrétienne suite à deux événements survenus dans sa vie récemment.


 

Rappelons qu’il n’était plus musulman depuis qu’il a affirmé que le Coran, livre sacré des musulmans était “falsifié”.

Rachid Birbach s’est fait connaître en 2014 suite à ses attaques contre le Hamas et sa défense d’Israël dans sa guerre contre Gaza. Ensuite il avait participé à des rassemblements pro israéliens notamment aux côtés de la milice terroriste LDJ.

Celui qui usurpait de la fonction imam avait été démasqué une première fois à Auxerre où il prétendait être imam d’une des mosquées (en réalité il n’était imam nulle part). Fin 2015, il réapparaît une nouvelle fois à la télé où il prétendait être imam en Corse et président de “l’Assemblée des Musulmans de Corse” avant d’être une nouvelle fois démasqué.

Source :

http://www.desdomesetdesminarets.fr/2017/11/27/video-rachid-birbach-le-faux-imam-se-convertit-au-christianisme/


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article