Des membres de partis islamophobes et xénophobes se convertissent à L'Islam

Publié le par Ahmed Miloud

Mot à dire :
Malgré les mythes mensongers véhiculés par les détracteurs de l'Islam au sujet de cette belle religion,seule dans le monde à prêcher l'Unicité de Dieu et Son adoration exclusive en dehors de toute autre divinité , des personnes de tous horizons se convertissent à L'Islam et même les plus irréductibles parmi elles.Ceux qui combattaient hier de toutes leurs forces son avancée, trouvent en lui le vrai chemin spirituel qui conduit à l'apaisement de leurs cœurs et à la fortification de leur foi.
Ahmed Miloud
                          **************

 

Un dirigeant de l'AfD se convertit à l'islam

Une affiche de campagne de l'AfD comportant les mots "Stop à l'islamisation" à Berlin le 20 septembre 2017.
«L’islam n’a rien à faire en Allemagne», clame le parti allemand AfD, connu pour ses positions anti-immigration. Un slogan que ne fait plus sien un de ses membres, Arthur Wagner, qui vient de se convertir à la religion musulmane.

Arthur Wagner, l'un des dirigeants de l'AfD (Alternative pour l'Allemagne) dans la région du Brandebourg, semble avoir pris à rebours la ligne anti-immigration et anti-islam de son parti politique. A la surprise générale, sa conversion à la religion musulmane a été révélée dans la presse le 23 janvier.

«Le parti n’a aucun problème avec cette décision», a expliqué le porte-parole de l’AfD, Daniel Friese dans le quotidien le Tagesspiegel. «La religion est une affaire privée. Le respect de la liberté de culte est une obligation fondamentale. Monsieur Wagner aurait pu choisir n’importe quelle autre religion», a-t-il ajouté. Daniel Friese a aussi garanti que son parti protégeait les droits «des musulmans, des chrétiens et des homosexuels».

L'AfD a également annoncé qu'Arthur Wagner souhaitait ralentir ses activités au sein du parti. 

Ancien membre de la CDU, qu’il a quittée en 2012, il avait entamé sa carrière au sein de l’AfD par rejoindre le groupe des «Chrétiens de l'AfD». Il a d’ailleurs été réélu responsable des églises et des communautés religieuses pour le parti en avril 2017.

Citoyen allemand d’origine, Arthur Wagner affiche une vie privée qui contraste avec ses prises de position politiques. Dans une vidéo diffusée pendant l'été 2017, il critiquait ainsi «l'ouverture» des frontières lors de la crise des réfugiés. « L'Allemagne est en train de devenir un autre pays», expliquait-il. Toutefois, parallèlement à son engagement politique, il participait déjà à des activités de bénévolat pour l’intégration des réfugiés dans sa ville natale de Falkensee, au nord-est de l’Allemagne.

L’AfD s’est toujours illustrée par ses positions anti-migrants et anti-islam et voit dans «son expansion et la présence d'un nombre toujours croissant de musulmans, […] un grand danger» pour l'Etat, la société et le système de valeurs allemands. Mobilisé contre l'«islamisation de l’Allemagne», le parti mène aussi campagne contre l'implantation de mosquées sur le territoire national. 

Aux dernières élections législatives, le 24 septembre 2017, l'AfD était entrée au Parlement avec un score d'environ 13% – une véritable victoire pour ce parti créé il y a quatre ans seulement.

Source : https://www.google.dz/amp/s/francais.rt.com/international/47535-allemagne-cadre-afd-se-convertit/amp#ampshare=https://francais.rt.com/international/47535-allemagne-cadre-afd-se-convertit

Autres articles sur le même sujet ici:

http://islamvraiereligion.over-blog.com/2017/10/le-cheminement-vers-l-islam-des-convertis.html

Arnaud Van Doorn, l’ex-député de l’extrême droite néerlandaise, auteur du film anti-islam  “Fitna “explique dans cette vidéo pourquoi il s’est converti à l’islam.   “Je me sentais honteux devant la tombe du Prophète. J’ai pensé à la grave erreur que j’avais faite en produisant ce film sacrilège. J’espère que Dieu me pardonnera et acceptera mon repentir”, avait   notamment déclaré  Arnaud Van Doorm,  lors de son pèlerinage à la Mecque en 2013.

 

 

 
 

Près d’un an après que son père ait quitté ses oripeaux d’extrémiste de droite pour se laisser envelopper par le halo de lumière de l’islam, guidé par son inclination du cœur et la pureté cristalline de sa quête de sens et non plus par la fureur islamophobe de son ex-« führer » Geert Wilders, Iskander Van Doorn, le fils du député néerlandais Arnoud Van Doorn, dont la conversion retentissante avait  provoqué stupeur, irritation et rejet au sein de la classe politique des Pays-Bas, marche confiant et serein sur ses pas, sur le chemin de la foi.

A 22 ans, le jeune homme a été, à son tour, touché par la grâce divine, après avoir assisté, bouleversé, à la métamorphose de son père, ce parlementaire qui, hier, était galvanisé par une rhétorique haineuse jusqu’à se compromettre gravement en participant à la réalisation du film d’épouvante « Fitna », conçu par le sinistre Geert Wilders, et qui, aujourd’hui, irradie de sérénité et de sagesse. Une paix intérieure que seul le souvenir obsédant de son implication dans ce brûlot filmique incendiaire vient encore troubler.

Empruntant la même voie initiatique que son père, Iskander Van Doorn a progressé à son rythme dans son aspiration à Dieu, au fil de sa découverte des enseignements coraniques et de leur infinie profondeur, un cheminement intime qui l’a conforté dans ses convictions et l’a conduit à prononcer la Shahada, le 21 avril dernier à Dubaï, lors de la Convention internationale de la paix 

J’ai constaté que mon père était considérablement apaisé après sa conversion à l’Islam. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte qu’il y avait quelque chose de bien dans cette religion, et ma perception des musulmans en a été à jamais changée. J’ai alors commencé à étudier le Saint Coran, et au fur et à mesure que je m’imprégnais des préceptes islamiques et de leur richesse, ma croyance s’intensifiait, puis j’ai décidé d’approfondir mes connaissances et de suivre un enseignement islamique de haut niveau » a expliqué Iskander Van Doorn aux médias de Dubaï, avant d’ embrasser l’islam officiellement avec 37 autres personnes, au cours d’un jour, béni entre tous, qui a marqué un tournant décisif dans sa jeune vie.

Arnoud Van Doorn a accueilli avec joie l’annonce de l’islamité de son fils, heureux de le voir ainsi s’accomplir spirituellement et humainement dans une religion dont l’universalité du message est constamment brouillée ou noircie à dessein, à l’heure où, lui-même, s’emploie de toutes ses forces à déconstruire les mythes et autres amalgames dévastateurs, tout en se rachetant de la faute antérieure qui hante ses nuits : le très toxique film de propagande “Fitna”.

Je veux absolument corriger les erreurs que j’ai faites dans le passé. Je veux utiliser mes talents et mes compétences d’une façon positive en rétablissant la vérité sur l’Islam et en propageant son vrai message. J’essaye actuellement de réaliser un long métrage qui retracerait le parcours exceptionnel du Prophète Muhammad (la paix soit sur lui), avec le soutien financier de la société canadienne Dawah qui m’avait convié à effectuer le Hajj, a déclaré l’ancien député du PVV qui n’a pas pour autant renoncé à l’exercice de la politique, mais cette fois-ci en tant que chef de file du premier Parti islamique européen. Un voeu qui lui est cher et qu’il compte bien exaucer, faisant fi de tous les sarcasmes et critiques au vitriol.

De quoi faire s’étouffer de rage le fulminant Geert Wilders, qui avait déjà subi un cuisant camouflet par Arnoud Van Doorn, quand ce dernier avait confié que c’est à force d’avoir été abreuvé de préjugés et de discours anti-musulmans outranciers que son intérêt pour l’islam avait été aiguisé. Ou quand trop de diabolisation tue la diabolisation…

Source :

https://oumma.com

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article