Les enseignements du Cheikh Mohammed Ibn Abdelwahab

Publié le par Ahmed Miloud

Mot à dire

 

Allah Le Très-Haut dit dans le Noble Coran :

« Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair (de crainte) que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait » 

(Coran,Sourate Les Appartements-Al Houjourâte,verset 6).

 

 

Le Prophète [sallâ-l-lâhu 'alayhi wa sallam] a dit : 
 
- « Ô hommes, évitez ce polythéisme aussi subtil que la marche d'une fourmi. » quelqu'un lui dit : 
- « Comment l'éviter s'il est aussi subtil que la marche d'une fourmi, ô Messager d'Allâh ? » 
- « Dites :

« Mon Seigneur, nous Te demandons de nous protéger contre le fait de commettre délibérément le chirk et Te demandons de nous pardonner ce que nous faisons inconsciemment. » 
Rapporté par l'Imam Ahmed, 3/403 et déclaré authentique par Chaykh Al-Albânî dans : « sahîh al-djâmi'. », 3731).
 

 

Le Cheikh Mohammed Ibn Abdelwahab dément formellement ceux qui l'accusent de takfirisme(jeter l'anathème,apostasier),terme inventé par les détracteurs de l'Islam et les ignorants pour dénaturer ses rappels sur l'importance du Tawhid (l'Unicité) et la gravité de l'idolâtrie et de l'associationnisme-shirk(1).Il n'a fait que rappeler les règles du Tawhid,qui sont celles inhérentes à adorer Dieu Seul sans lui associer quoi que ce soit.

 

(1) Le shirk, ou chirk en transcription française, (arabe : شرك associé, d'où l'appellation associationnisme) se réfère, en islam, au péché consistant à associer d'autres dieux ou d'autres êtres à Dieu, en leur accordant l'adoration qui ne devrait être due qu'à Dieu seul. Ce mot est généralement rendu par les termes « idolâtrie », « polythéisme » ou « association religieuse » en français.Ceux qui associent des créatures au Créateur sont appelés mouchrikoun (مشركون), ou associateurs. Il s'agit du seul péché qui, s'il n'est pas suivi d'un repentir terrestre, est impardonnable par Dieu.

 Ce qui suit démontre et réfute les mensonges des détracteurs du Cheikh:

« Gloire à Toi Ô Allah ! C’est une calomnie énorme ! », Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb établit :
«Je prends plutôt Allah en témoin qui connait le fond des poitrines que, quiconque met le tawhîd en pratique et qui renie le shirk et ses adeptes est un musulman qu’il soit à n’importe quel endroit ou à n’importe quelle époque. Cependant, je taxe d’apostasie quiconque voue un associé à Allah dans l’adoration, après avoir eu connaissance de la hujja et de l’illégitimité du shirk.»
Majmû’ muallafât e-sheikh Mohammed (5/60)
Il dit ailleurs : « Si l’on sait que nous ne taxons pas d’apostasie ceux qui adorent la stèle érigée au-dessus de la tombe de ‘Abd el Qadîr, ainsi que celle sur le tombeau d’Ahmed el Badawî et d’autres dans le genre (car ils n’ont personne pour leur faire comprendre), en raison de leur ignorance, et car ils n’ont personne pour leur éclaircir la chose, comment pouvons-nous dès lors le faire pour celui qui n’associe rien à Allah sous prétexte qu’il n’a pas émigré chez nous, dans la mesure où il n’a pas apostasié ni combattu la vérité. Gloire à Allah ! Quelle énorme calomnie!»
Fatâwa wa masâil e-Sheïkh (p. 11) et e-Durar e-Sunniya (1/66)
« … et ses paroles disant que je kaffar el Busaïrî pour avoir dit : « Ô le plus noble des créatures… » Ma réponse consiste à dire : Gloire à Toi ! Ô Allah ! C’est une calomnie énorme ! »
Majmû’ muallafât e-sheikh Mohammed (3/33) ; voir également (3/58).
Il a dit également : « Nous considérons plutôt, en prenant Allah en témoin et qui connaît le fond de nos pensées, que quiconque adhère à l’unicité et se détache de l’association et de ses partisans, est pour nous un musulman indépendamment de l’endroit et de l’époque où il se trouve. En revanche, nous condamnons quiconque associe à Allah dans Sa Divinité après que les Textes lui ont démontré la non-pertinence de l’association. »
Majmû’ muallafât e-sheikh Mohammed (3/34)
Il a expliqué ailleurs : « Les paroles que vous entendez à mon encontre disant que je condamne d’apostasie sans faire de détail, elles ne sont que des calomnies provenant de l’ennemi. Je dirais selon eux également, qu’il ne suffit pas à l’individu de suivre la religion d’Allah et de Son Messager, sans qu’il immigre de son pays pour venir s’installer sur nos terres. C’est aussi un tissu de mensonges ! L’important c’est plutôt de suivre la religion d’Allah et de Son Messager où que l’on soit.
En revanche, nous condamnons d’apostasie quiconque, après avoir reconnu la religion d’Allah et de Son Messager, s’en fait non seulement l’ennemi, mais qui plus est, cherche à en détourner les autres. Nous condamnons également quiconque adore les idoles après avoir eu connaissance que ces pratiques relèvent de la religion des païens, tout en embellissant ces pratiques aux gens. Lui, il est vrai, je le condamne d’apostasie. Tout savant sur la surface de la terre ne peut que condamner un tel individu si bien sûr, il n’est ni un entêté ni un ignare. »
Majmû’ muallafât e-sheikh Mohammed (3/33)
« Quant aux allégations de mes détracteurs prétendant que je condamne d’apostasie sur simple suspicion et en fonction des alliés, ou bien que je condamne l’ignorant n’ayant pas eu accès à la vérité, c’est une énorme calomnie qui a pour but de faire fuir les gens de la religion d’Allah et de Son Messager. »
Majmû’ muallafât e-sheikh Mohammed (3/14)
« Si un cas particulier est taxé d’apostasie après que la hujja soit établie contre lui, de toute évidence, cela ne signifie pas qu’il doit comprendre la Parole d’Allah et de Son Messager comme Abû Bakr e-Saddîk (r). Néanmoins, s’il la reçoit, il devient mécréant dans la mesure où aucune excuse n’intercède en sa faveur. »
Muallafât e-Sheïkh (p. 220). Son descendant Sâlih Âl Sheïkh explique merveilleusement ce principe dans sharh el ‘aqîda e-tahâwiya. 
En parlant de Sheïkh el Islâm ibn Taïmiya, ibn ‘Abd el Wahhâb confie : « La croyance à laquelle nous adhérons et la religion que nous professons et pour laquelle nous espérons la récompense d’Allah, c’est que, s’il se trompe ou si quelqu’un d’un meilleur rang que lui se trompe dans cette question ; autrement dit, la question disant que si le musulman commet l’association (ashraka) après iqâma el hujja (…) ou tout autre acte de mécréance manifeste et incontestable (el kufr e-sarîh e-zhâhir) qu’Allah a clarifié, ainsi que Son Messager et les savants de la communauté ; je donne foi aux enseignements d’Allah et de Son Messager qu’il devient kâfir(mécréant), indépendamment de savoir qui peut se tromper sur la question. Que dire alors, wa el hamd li Allah, si l’on sait que nous ne connaissons aucun savant aller à l’encontre de cette question.»
muallafât wa rasâilihi e-sheikh Mohammed (1/290-291)
Dans un passage, il dit qu’il kaffar ceux qui s’érigent en ennemi de la religion après en avoir pris connaissance, bien qu’à ses yeux, la plupart des membres de la umma, ne sont pas comme cela, qu’Allah soit loué.
e-Durar e-sunniya (1/72)
« Nous ne taxons pas d’apostasie si ce n’est que pour les choses qui font l’unanimité des savants : autrement dit, pour les deux attestations de foi. »
e-Durar e-sunniya (1/102)e-Durar e-sunniya (1/102)
Dans un autre passage, il dit que la plupart des gens pensent que l’intercession des saints est l’un des meilleurs actes de dévotion. 
e-Durar e-sunniya (1/112)
Il va sans dire qu’il parle des musulmans. Il condamne dans le même passage les accusations calomnieuses lancées contre lui et disant qu’il kaffar sur une simple suspicion, ou en fonction des alliances, ou encore qu’il kaffar les ignorants sans leur faire l’iqâma el hujja. Ailleurs, il se plaint encore de ses détracteurs, qui prétendent qu’il kaffar les adeptes de l’islam et qu’il autorise impunément leur sang.
e-Durar e-sunniya.
Le terme "wahhabisme" est grossièrement manipulé par les médias occidentaux dans le but avoué de faire du  "terrorisme" une production endogène, une efflorescence culturelle  ou une curiosité ethnologique du Moyen-Orient."(du Moyen-Orient »(Pascal Menoret,l'énigme saoudite).
Pour être plus clair, le terme de "wahhabisme" n'a aucune validité descriptive de la da'wa du Cheikh Mohammed Ibn Abdelwahab car tout simplement, le Cheikh n'a pas fondé une secte comme le prétendent injustement ses détracteurs, sa ligne de conduite étant de ramener les musulmans vers le droit chemin d'Allah,celui de ne Lui donner aucun associationnisme ni idoles en conformité totale avec le Coran :
"Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelqu'associé commet un énorme péché. "(Coran 4:48)
"Certes, Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allah s'égare, très loin dans l'égarement."(Coran 4:116)

Ahmed Miloud

Il y a trois types de Shirk(associationnisme)
----------------------------------

° le plus grand Shirk,
° le moindre Shirk
° et le Shirk imperceptible.

* Premièrement : le plus grand Chirk
==============================

Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ ne le pardonne pas et n'accepte aucune bonne action qui en contient.

Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ a dit  : 
« Certes, Allâh ne pardonne pas qu'on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allâh s'égare, très loin dans l'égarement. » 
Traduction approximative:Sourate An-Nissa ; verset 116.

Il Ta'Alâ a aussi dit  : 
« Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : « ‹En vérité, Allâh c'est le Messie, fils de Marie. »

Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d'Israël, adorez Allâh, mon Seigneur et votre Seigneur. »

Quiconque associe à Allâh (d'autres divinités) Allâh lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! »
Traduction approximative:Sourate Al-Maidah ; verset 72.

Et Il Ta'Alâ a dit  : 
«Nous avons considéré l'oeuvre qu'ils ont accomplie et Nous l'avons réduite en poussière éparpillée.» 
Traduction approximative:Sourate Al-Furquane ; Verset 23.

Il Ta'Alâ a dit  : 
« En effet, il t'a été révélé, ainsi qu'à ceux qui t'ont précédé : ‹Si tu donnes des associés à Allâh, ton oeuvre sera certes vaine ; et tu seras très certainement du nombre des perdants. » 
Traduction approximative:Sourate Az-Zumar ; Verset 65.

Et  : 
« Mais s'ils avaient donné à Allâh des associés, alors, tout ce qu'ils auraient fait eût certainement été vain. » 
Traduction approximative:Sourate Al-An'am ; verset 88.

Et le plus grand Shirk lui-même est divisé en quatre catégories:

*Le Shirk dans l'invocation:
-------------------------------------

La preuve réside dans la parole d'Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ : 
« Quand ils montent en bateau, ils invoquent Allâh Lui vouant exclusivement leur culte. Une fois qu'Il les a sauvés [des dangers de la mer en les ramenant] sur la terre ferme, voilà qu'ils [Lui] donnent des associés. » 
Traduction approximative:Sourate Al-'Ankabut ; verset 65.

*Le Shirk dans l'intention et la volonté:
---------------------------------------------------

La preuve réside dans la parole d'Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ : 
« Ceux qui veulent la vie présente avec sa parure, Nous les rétribuerons exactement selon leurs actions sur terre, sans que rien leur en soit diminué. Ceux-là qui n'ont rien, dans l'au-delà, que le Feu. Ceux qu'ils auront fait ici-bas sera un échec, et sera vain ce qu'ils auront oeuvré. » 
Traduction approximative:Sourate Hud.

*Le Shirk dans l'obéissance:
------------------------------------

La preuve réside dans la parole d'Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ : 
« Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d'Allâh, alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer une Divinité unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu'ils [Lui] associent. ». 
Traduction approximative:Sourate At-Tawba ; Verset 31.

Et l'explication claire de ce Verset est l'obéissance aux savants et moines dans la désobéissance à Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ, non pas leur invocation, comme le Prophète Sallâ L-Lâhû Alayhi wa Salam l'a expliqué a 'Adi Ibn Hatim lorsque ce dernier lui dit : 
nous ne les adorions pas et qu'il lui a répondu que leur adoration consistait à leur obéir dans la désobéissance d'Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ.

*Le Shirk dans l'amour:
-------------------------------

La preuve réside dans la parole d'Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ : 
« Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d'Allâh, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allâh. » 
Traduction approximative:Sourate Al-Baqara ; verset 165.

*Deuxièmement : le moindre Shirk:
===========================

La preuve réside dans la parole d'Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ :

« Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu'il fasse de bonnes actions et qu'il n'associe dans son adoration aucun à son Seigneur. »
Traduction approximative:"Sourate Al-Kahf ; Verset 110."

*Troisièmement : le Shirk imperceptible:
===============================

La preuve réside dans la parole du Prophète Sallâ Allâhû Alayhi wa Salam :

« Le Shirk dans cette communauté est encore plus imperceptible que les pas d'une fourmi noire sur une pierre noire dans une nuit sombre. » 
Rapporté par Abu Ya'la et Al-Bazzar, authentifié par Al-Arna'ut d'après le hadîth d'Abu Bakr qu'Allâh l'agrée d'après le Prophète Sallâ L-Lâhû Alayhi wa Salam :
« Le Shirk est plus imperceptible que les pas d'une fourmi " Abu Bakr s'étonna : 
O Prophète d'Allâh, le Chirk est-il autre chose que le fait d'adorer un autre qu'Allâh Sûbhanahû wa Ta'Alâ ou d'invoquer un autre que lui ?
Le Prophète Sallâ L-Lâhû Alayhi wa Salam répondit : 
" Que ta mère te perde ! (formule de la langue arabe pour capter l'attention) Le Chirk parmi vous est encore plus imperceptible que les pas d'une fourmi .... »

Et l 'effacement de ce Shirk réside dans le fait de dire :

« O Allâh ! Je me protège auprès de Toi contre le fait de t'associer quelque chose alors que je sais, et je te demande pardon pour ce que je ne sais pas. » 
Hadith authentique.

Source:Cheikh Muhammad ibn AbdelWahhâb qu'Allâh lui fasse Miséricorde.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article