Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les racistes ont leur Juraciste Park

Publié le par Ahmed Miloud

Bienvenue à Juraciste Park

Time : 57 s

 

Synopsis :

Un montage vidéo de Konbini qui se veut bien hilarant

Lien de la vidéo :

https://youtu.be/a759zy0SRsY

Source :

https://dzmewordpress.wordpress.com/2018/02/01/les-racistes-ont-leur-juraciste-park/

Publié dans Fachos, Racistes

Partager cet article
Repost0

Des prêtres chrétiens se convertissent à l'Islam

Publié le par Ahmed Miloud

 

Cette vidéo relate la conversion à l'Islam d'un prêtre chrétien copte. Lui et quatre autres prêtres ont été chargés par leurs supérieurs d'étudier le Coran pour essayer de trouver certains versets ou sourates contradictoires pour prouver que ce livre saint des musulmans est entaché d'irrégularités et qu'il ne peut être de révélation divine.Il prit un exemplaire du Coran et s'enferma dans sa chambre pour commencer don étude. Il ouvrit au hasard une page et tomba sur le verset suivant : " Et puis, quiconque Dieu veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l'Islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poitrine étroite et gênée, comme s'il s'efforçait de monter au ciel. Ainsi Dieu inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas." (Coran, 6 : 125).

En lisant ce verset, ii fut tout touché en son for antérieur d'un sentiment qu'il n'a pu expliquer. IL referma le livre et le rouvrit au hasard une seconde fois. IL tomba sur le même verset.IL répéta son action une troisième fois,même résultat.

Là , il prit une étrange décision, mais a contre-cœur ,c'est de s'assoir sur le livre pour être sûr de ne pas tomber sur la même page.Quand il le rouvrit, c'était toujours la même page avec le même verset. IL arrêta de chercher et commença à réfléchir sur ce qui lui était arrivé. IL découvrit que ce verset mentionne une loi physique qui n'a été découverte qu'au 17 ème siècle , celle de la pression atmosphérique, comme expliqué par les articles suivants.

​​​​​Ahmed Miloud

                                                   ******************************************************************

L’EFFET DE L’ALTITUDE SUR L’ORGANISME

   Qu’est ce que l’altitude ?  L’altitude se traduit par une baisse de la pression atmosphérique (en millibars ou en millimètre de mercure); plus on monte, plus la pression baisse. Par exemple à 0 m d’altitude elle est de 760 mmHg, alors qu’à 4808 m elle est de 416.3 mmHg et à 8846 m de 236.3 mmHg.  La pression à une certaine altitude diffère selon le climat et la saison: la pression est plus haute en été qu’en hiver (c’est du aux températures et aux cumulus).  L’altitude se traduit aussi par le baisse de la pression de la pression d’O2 dans l’air ambiant: il y a toujours 21% d’O2 mais la quantité baisse, car la pression atmosphérique baisse; en altitude la température baisse aussi, jusqu’à plus de 40° en dessous de zéro à plus de 8000 m d’altitude.     Les effets sur l’Homme:  Chez l’homme, l’altitude agit surtout sur l’organisme par la diminution de la pression partielle de l’oxygène dans l’air inspiré, par le diminution de l’air total, par l’abaissement de la température, par l’action du rayonnement solaire. Il s’en suit une hyperventilation, c'est-à-dire une augmentation de la respiration, une tachycardie, augmentation de la fréquence cardiaque, et une augmentation du nombre de globules rouges dans le sang (polyglobulie) pour réagir à l’hypoxie.  Une personne situé au niveau de la mer utilise 100% de son VO2 max, alors qu’une autre n’utilisera que 70% de son VO2 max au Mont-blanc (4808 m) et seulement 20% à l’Everest (8846 m). La vie devient donc impossible à partir d’une certaine altitude. On sait qu’un homme qui arrive à un sommet de plus de 7000 m, prend juste le temps de se restaurer; bien plus, au-delà de 8000 m, il n’y reste pas plus d'une minute.

Source : http://la-cordee.fr/EffetsAltitude.htm

CONTRACTION DE LA POITRINE AVEC L'AUGMENTATION DE L'ALTITUDE

Les êtres humains ont besoin d'oxygène et de la pression atmosphérique pour vivre. Respirer est rendu possible par l'oxygène dans l'atmosphère qui atteint l'alvéole pulmonaire dans les poumons. Cependant, avec l'altitude, la pression atmosphérique baisse au fur et à mesure que l'atmosphère devient plus mince. Par conséquent, la quantité d'oxygène qui pénètre dans le système sanguin diminue et il devient plus difficile de respirer. L'alvéole pulmonaire devient plus étroite et se contracte, on a l'impression qu'on ne peut plus respirer.

Si la quantité d'oxygène dans le sang est inférieure aux besoins du corps, plusieurs symptômes émergent : extrême fatigue, maux de tête, vertiges, nausées et perte de jugement. Lorsqu'une certaine altitude est atteinte, il devient impossible pour un être humain de respirer.186 C'est pourquoi nous avons besoin de bouteilles à oxygène et de vêtements spéciaux pour pouvoir survivre à de telles altitudes.

Quelqu'un qui se trouve à 5.000-7.500 m au-dessus du niveau de la mer, peut perdre conscience et tomber dans le coma à cause de problèmes respiratoires. Cela explique la présence d'équipements d'oxygène dans les avions. Il y a aussi des systèmes spéciaux qui régulent la pression d'air lorsque les avions volent à 9.000-10.000 m d'altitude au-dessus du niveau de la mer.

Une anoxie se produit lorsque l'oxygène n'atteint pas les tissus. Cette déficience en oxygène survient à 3.000-4.500 m d'altitude. Certaines personnes peuvent perdre conscience à de telles altitudes, mais peuvent être sauvées immédiatement par un traitement par l'oxygène.

Dans la comparaison faite dans le verset suivant, cette vérité physique, les changements qui ont lieu au niveau de la poitrine avec l'altitude, est indiquée en ces termes :

Et puis, quiconque Dieu veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l'Islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poitrine étroite et gênée, comme s'il s'efforçait de monter au ciel. Ainsi Dieu inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas. (Coran, 6 : 125)

Source : http://www.miraclesducoran.com/scientifique_79.html

Prof. Abdul Ahad Dawud, l'auteur de la série actuelle d'articles est l'ancien révérend David Benjamin Keldani, BD un prêtre catholique romain . Le livre contient également un bref aperçu de sa biographie. Il dit: "Ma conversion à l'Islam ne peut être attribuée à aucune autre raison que la direction gracieuse du Tout-Puissant Allah." Sans cette direction divine, tout apprentissage, recherche et autres efforts pour trouver la Vérité peuvent même égarer quelqu'un. L'unité absolue de Dieu Son Saint Apôtre Muhammad est devenu le modèle de ma conduite et de mon comportement".

« Tu trouveras certainement que les juifs et les idolâtres sont les ennemis les plus acharnés des croyants.  Et tu trouveras que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : « Nous sommes chrétiens. »  C’est qu’ils comptent parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne sont point orgueilleux.  Quand ils écoutent ce qui a été révélé au messager, tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité.  Ils disent : « Seigneur !  Nous croyons!  Inscris-nous parmi ceux qui témoignent (de la vérité). » (Coran 5:82-83)

C’est exactement ce que vécut Idris Tawfiq, ex-prêtre catholique britannique(voir vidéo ci-dessous), en lisant quelques versets du Coran à ses étudiants, dans une école anglaise.  Ce fut un des pas les plus importants sur la voie de son cheminement vers l’islam.

Au cours d’une conférence récente, au Conseil Britannique du Caire, il a clairement affirmé qu’il n’éprouvait aucun regret au sujet de son passé et de ses cinq années au Vatican.

 « J’ai aimé mon travail de prêtre, les années passées à aider les gens, même si tout au fond de moi, je n’étais pas réellement heureux, car je sentais que quelque chose n’allait pas avec le mode de vie que j’avais choisi.  Heureusement, par la grâce de Dieu, certains événements et « coïncidences » ayant croisé ma route m’ont mené tout droit vers l’islam », a-t-il raconté devant une salle comble au Conseil Britannique.

Le second pas important sur la voie de sa conversion fut sa décision de quitter son travail au Vatican et de partir pour l’Égypte.

 « L’idée que je me faisais de l’Égypte était celle du pays des pyramides, des chameaux, du sable et des palmiers.  Je pris un charter en direction de Hurghada. 

 « Choqué d’y trouver des plages pratiquement identiques à celles d’Europe, je pris le premier autobus en direction du Caire, où je passai la plus belle semaine de ma vie. 

 « Ce fut mon premier vrai contact avec l’islam et les musulmans.  Je remarquai à quel point les Égyptiens étaient doux et gentils, tout en ayant un caractère fort.

 « Comme la plupart des Britanniques, mes connaissances sur l’islam et les musulmans, jusque-là, s’étaient résumées à ce que j’avais entendu et lu dans les médias sur les kamikazes et les terroristes, informations qui donnaient l’impression que l’islam était une religion « à problèmes ».  Mais une fois au Caire, je réalisai à quel point l’islam est une belle religion.  Des gens très simples, très humbles, vendant divers objets sur la rue, laissaient tout tomber pour quelques minutes, à l’appel du muezzin, le temps de se tourner vers la Mecque et de faire leur prière.  Je constatai qu’ils avaient une foi très ferme et qu’ils gardaient une conscience constante de la présence d’Allah et de Sa volonté.  Ils priaient, jeûnaient, aidaient les gens dans le besoin et rêvaient d’aller à la Mecque, tout cela dans l’espoir d’aller au Paradis. 

 « À mon retour [en Angleterre], je repris mon ancien emploi de professeur de religion.  J’enseignais le christianisme, l’islam, le judaïsme, le bouddhisme et quelques autres religions.  Alors chaque jour, je faisais quelques lectures sur ces religions afin d’alimenter mes cours.  Parmi mes étudiants, plusieurs étaient des réfugiés arabo-musulmans.  En enseignant l’islam, j’appris moi-même beaucoup de choses.

 « Contrairement à la plupart des adolescents, mes étudiants musulmans étaient de bons exemples pour les autres.  Ils étaient polis et aimables.  Une certaine amitié se développa petit à petit entre eux et moi et un jour, ils me demandèrent s’ils pouvaient utiliser mon local de classe pour faire leurs prières durant le mois de Ramadan.

 « Heureusement, mon local était le seul qui possédait un tapis.  Durant tout le mois, je pris donc l’habitude de m’asseoir à l’arrière et de les regarder prier.  Je cherchai aussi à les encourager en jeûnant moi-même pendant le Ramadan, même si je n’étais pas musulman.

 « Un jour, en lisant à voix haute une traduction du Coran, en classe, j’arrivai au verset qui dit :

 « Quand ils écoutent ce qui a été révélé au messager, tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité. »

 « À ma grande surprise, je sentis mes yeux s’emplir de larmes, que je m’efforçai de cacher à mes étudiants. »

Un événement marquant

Puis, il y eut un tournant dans la vie d’Idris Tawfiq, suite aux attaques terroristes du 11 septembre 2001.

 « Le jour suivant, je pris le métro et je constatai à quel point les gens étaient terrifiés.  Je craignais également la répétition de tels actes en Grande-Bretagne.  C’est à cette époque que les Occidentaux se mirent à vraiment craindre cette religion qu’ils blâmaient pour ces actes terroristes.

 « Pour ma part, cependant, les expériences que j’avais vécues avec des musulmans me faisaient voir les choses différemment.  Je me demandais : « Pourquoi l’islam?  Pourquoi jette-t-on le blâme sur toute une religion pour les actions de quelques terroristes qui se prétendent musulmans?  Et pourquoi personne ne jette jamais le blâme sur le christianisme lorsque des criminels de tradition judéo-chrétienne commettent des actes similaires?

 « Un jour, je me rendis dans une des plus grandes mosquées de Londres afin d’en apprendre plus sur cette religion.  En entrant dans la London Central Mosque, je vis Yusuf Islam, ancien chanteur pop, assis en cercle avec d’autres personnes auxquelles il parlait d’islam.  Je m’assis avec eux et à un certain moment, je m’entendis demander : « Que dois faire une personne, exactement, pour devenir  musulmane? »

 « Il me répondit qu’un musulman doit croire en un seul Dieu, prier cinq fois par jour, jeûner le mois de Ramadan...  Je l’interrompis en disant que je croyais et acceptais déjà tout cela et que j’avais même jeûné le mois de Ramadan.  Alors il me demanda : « Qu’attends-tu?  Qu’est-ce qui te retient? »  Je dis : « Non...  Je n’ai pas l’intention de me convertir. »

 « À ce moment, l’appel à la prière retentit et tout le monde se leva et se mit en rang pour prier.

 « J’allai m’asseoir à l’arrière et je me mis à pleurer, à pleurer...  Je me dis en moi-même : « Qui essaies-tu de tromper, au juste? »

 « Après la prière, j’allai voir Yusuf Islam et lui demandai de m’apprendre les mots qui allaient faire de moi un musulman.

 « Après m’en avoir expliqué la signification en anglais, il me fit réciter après lui en arabe : « Il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et Mohammed est Son messager », raconte Idris Tawfiq en retenant ses larmes.

 « Jardins d’islam »

C’est ainsi que sa vie emprunta une voie différente.  Idris Tawfiq habite maintenant en Égypte et est l’auteur d’un livre sur les principes de la foi islamique.

Expliquant pourquoi il a intitulé son livre « Gardens of Delight : a Simple Introduction to Islam » (Jardins des délices : une courte introduction à l’islam), il fait remarquer que tout le monde répète que l’islam n’est pas une religion de terroristes ni une religion de haine, mais que personne ne prend la peine d’expliquer exactement ce qu’est l’islam.

 « J’ai décidé d’écrire ce livre pour donner aux non-musulmans une idée des principes de base de l’islam.  J’ai essayé de leur montrer à quel point l’islam est une belle religion et qu’il renferme des trésors extraordinaires, dont l’un des plus importants est l’amour que les musulmans éprouvent les uns envers les autres.  Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit : « Même sourire à son frère est un acte de charité. »

Idris Tawfiq a déclaré à la Gazette qu’il travaille en ce moment à la rédaction d’un livre sur le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui), qu’il espère différent des nombreux livres déjà écrits à son sujet.

 Il croit que la meilleure façon de faire connaître au monde le véritable islam est d’en être soi-même un bon exemple dans sa vie quotidienne.

Source :

https://www.islamreligion.com/fr/articles/586/idris-tawfiq-ex-pretre-catholique-royaume-uni/

La conversion à l'Islam du Rabbin juif Abd Alla Ibn Salam 

Al-Housayn ibn Salam était un rabbin juif de Yathrib (Médine) qui jouissait d’un statut honorable.  Tous les gens de la ville avaient un grand respect pour lui, même ceux qui n’étaient pas juifs. Il était connu pour sa piété, sa bonté, sa bonne conduite et sa franchise.

Al-Housayn menait une vie calme et paisible; il était sérieux, déterminé, et savait très bien organiser son temps. Tous les jours, il consacrait du temps à prier, à enseigner et à prêcher dans le temple, après quoi il allait dans son verger s’occuper de la pollinisation des dattiers et de leur taille.  En fin de journée, afin d’accroître sa compréhension de sa religion et d’en approfondir sa connaissance, il se vouait à l’étude de la Torah

On dit qu’au cours de son étude de la Torah, il fut particulièrement frappé par certains versets mentionnant la venue d’un prophète qui allait parachever le message des prophètes précédents.  C’est pourquoi l’attention et l’intérêt d’Al-Housayn s’éveillèrent spontanément lorsqu’il entendit les gens parler de l’apparition d’un prophète à La Mecque.

 
Ce qui suit est le récit de son histoire en ses propres mots:

Lorsque j’entendis parler de l’apparition du Messager de Dieu (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui), je me mis à faire des recherches sur son nom, sa généalogie, ses caractéristiques physiques, le moment de sa venue et son lieu de naissance, et je comparai ces informations avec celles contenues dans nos écritures.

Je fus alors convaincu qu’il était un prophète authentique et que sa mission était véridique. Cependant, je cachai mes conclusions aux juifs et je tins ma langue.

Arriva ensuite le jour où le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) quitta La Mecque pour se diriger vers Yathrib.  Lorsqu’il qu’il fit une halte à Qouba, juste avant d’entrer dans Yathrib, un homme se mit à courir à travers la ville en criant pour annoncer l’arrivée du Prophète.

À ce moment-là, j’étais affairé au sommet d’un palmier tandis que ma tante, Khalidah bint Al-Harith, était assise au pied de l’arbre.  Lorsque j’entendis la nouvelle, je criai : « Allahou Akbar! Allahou Akbar! » (Dieu est grand! Dieu est grand!).

Ma tante m’entendit et elle protesta : « Que Dieu t’appauvrisse… Par Dieu, si tu avais entendu dire que Moïse s’en venait, tu n’aurais pas été plus enthousiaste. »

 « Par Dieu, ma tante, il est réellement le frère de Moïse et il suit sa religion. Il a été envoyé avec la même mission que Moïse. »  Elle demeura silencieuse un moment, puis elle dit :  « Est-ce le prophète à propos duquel tu nous avais parlé, celui qui serait envoyé afin de confirmer la vérité prêchée par les précédents (prophètes) et de parachever le message de son Seigneur? »

 « Oui», répondis-je.

Sur-le-champ et sans hésiter, j’allai à la rencontre du Prophète.  Une multitude de gens s’était attroupée à sa porte.  Je me frayai un chemin parmi la foule et m’approchai de lui.

Les premières paroles que je l’entendis prononcer furent : « Ô gens!  Répandez la paix… Partagez votre nourriture… Priez durant la nuit lorsque les gens dorment (normalement)… et vous entrerez en paix au Paradis. »

Je le dévisageai très soigneusement; je scrutai son visage et fus convaincu qu’il n’était pas celui d’un imposteur.  Je me rapprochai encore plus de lui et fit ma déclaration de foi : je déclarai qu’il n’y avait pas d’autre Dieu qu’Allah et que Mohammed était Son messager.

Le Prophète se tourna vers moi et me demanda: « Comment t’appelles-tu? » « Al-Housayn ibn Salam, » répondis-je.  « Ce sera plutôt Abdoullah ibn Salam à partir de maintenant, » dit-il (m’attribuant ainsi un nouveau prénom).  « Oui » acquiesçai-je. « Ce sera Abdoullah ibn Salam.  Par Celui qui t’a envoyé avec la vérité,  je ne souhaite avoir aucun autre nom après ce jour. »

Je rentrai chez moi et je parlai de l’islam à ma femme, à mes enfants et au reste de ma famille.  Tous acceptèrent l’islam y compris ma tante Khalidah, qui était alors à un âge fort avancé.  Je leur conseillai cependant de ne pas révéler notre conversion aux autres juifs et d’attendre ma permission pour le faire.  Ils acquiescèrent à ma demande.

Par la suite, je retournai voir le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui), et je lui dit : « Ô Messager de Dieu!  Les juifs sont des gens qui ont un penchant pour la calomnie et le mensonge.  J’aimerais que tu invites leurs chefs à venir te rencontrer. (Mais au cours de cette rencontre), tu me cacheras à leur vue dans l’une de tes chambres.  Demande-leur alors ce qu’ils pensent de moi avant qu’ils ne découvrent que j’ai accepté l’islam.  Puis invite-les à l’islam.  S’ils venaient à apprendre que je suis devenu musulman, ils me dénonceraient, m’accuseraient de toutes les bassesses et me calomnieraient. »

Le Prophète me cacha dans l’une de ses chambres et invita les personnalités juives les plus en vue à venir lui rendre visite.  Il leur parla d’islam et les exhorta à avoir foi en Dieu.

Ils commencèrent à débattre et à argumenter avec lui au sujet de la vérité.  Lorsqu’il réalisa qu’ils n’étaient pas disposés à accepter l’islam, il leur demanda

: « Qu’avez-vous à dire sur Al-Housayn ibn Salam? » « Il est notre sayyid (chef) et le fils de notre sayyid.  Il est notre rabbin et notre alim (érudit), le fils de notre rabbin et alim. »

« Si vous veniez à apprendre qu’il a accepté l’islam, accepteriez-vous l’islam vous aussi? » demanda le Prophète.

 « Dieu l’en préserve!  Il n’acceptera jamais l’islam.  Que Dieu le protège d’une telle chose, » dirent-ils, horrifiés.

À ce moment, je sortis de ma cachette et leur annonçai : « Ô assemblée de juifs!  Soyez soucieux de votre relation avec Dieu et acceptez ce vers quoi Mohammed vous invite.  Par Dieu, vous savez parfaitement qu’il est le messager de Dieu; vous pouvez trouver des prophéties à son sujet, ainsi que la mention de son nom et de ses caractéristiques dans votre Torah.  Pour ma part, je déclare qu’il est le messager de Dieu.  J’ai confiance en lui et je crois fermement qu’il dit la vérité.  Je le connais. »

 « Tu es un menteur! crièrent-ils.  Par Dieu, tu es malfaisant et ignorant, fils d’un malfaisant et d’un ignorant! » et ils continuèrent de me couvrir de toutes les injures imaginables. »

Ici prend fin sa narration.
 

Abdoullah ibn Salam est allé vers l’islam avec une âme assoiffée de savoir.  Il était passionnément attaché au Coran et passait de longs moments à le réciter et à étudier la beauté sublime de ses versets.  Il était aussi profondément attaché au noble Prophète et lui tenait constamment compagnie.

Il passait la plupart de son temps dans la mosquée, voué à l’adoration, à l’acquisition du savoir et à l’enseignement.  Il était connu pour sa méthode d’enseignement douce, émouvante et efficace auprès des cercles d’étudiants composés des compagnons du Prophète qui se retrouvaient régulièrement dans la mosquée de ce dernier.

Abdoullah ibn Salam était connu parmi les sahabas (compagnons du Prophète) comme faisant partie des gens du Paradis.  Cela à cause de sa détermination, sur le conseil de Prophète, de ne jamais lâcher prise et de tenir fermement la « poignée la plus digne de confiance » qu’est la croyance en Dieu et la soumission totale à Ses injonctions.

Source :

 

Partager cet article
Repost0

Les règles du tawhid(monothéisme,arabe/français)) selon Cheikh Mohammed Ibn Abdelwahab

Publié le par Ahmed Miloud

Réfuter tout type d’adoration destinée à autre qu’Allah, c'est le thème central du Livre du Tawhid(Monothéisme)écrit par Cheikh Mohammed Ibn Abdelwahab. Le Cheikh prêchait qu’Allah est Le Seul à mériter l’adoration et à Qui on n’associe ni ange privilégié, ni prophète envoyé. Il dénonçait tout culte rendu à autre qu’Allah, il dénonçait le culte de la pierre, celui des arbres et celui des saints. Il reconnaissait tous les attributs sublimes et les plus beaux noms d’Allah affirmés par le Coran et la Sounnah authentique tels que l’ouïe, la vue, la parole, l’élévation au dessus du trône, la descente chaque dernier tiers de la nuit au ciel le plus bas et ce ,sans donner aucune ressemblance à  Ses creatures :"Il n'y a rien qui Lui ressemble; et c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant."(Coran 42:11).

En matière de croyance , il se conformait à celle des pieux prédécesseurs (Salafs Salihs). Il interdisait le Tawassoul  innové qui consistait à demander une chose par intercession auprès d’une personne morte, absente ou incapable, tout en reconnaissant le Tawassoul licite et légiféré qui consiste à faire des invocations à Allah par l’intermédiaire de Ses noms et attributs, les œuvres pieuses etc…Il condamnait la construction des mausolées, l’habillage et l’éclairage des tombeaux, l’écriture sur eux et l’affectation de gardes à eux ainsi qu’une certaine forme de visite teintée d’idolâtrie telle que le massage de la tombe, le Tawaf autour d’elle, la prière en sa direction et l’invocation du mort… Il condamnait les innovations telles que la célébration de la naissance du Prophète  -prières et bénédiction d'Allah sur lui- (Mawlid), la proclamation de l’intention à haute voix…Tout ceci étayé par des versets coraniques et des Hadith.

Le monothéisme est fondamental dans l’Islam. Accorder des pouvoirs à un autre que Dieu, porter un talisman, croire à la sorcellerie, croire en l’astrologie, nier la providence de Dieu, tout cela appartient au polythéisme, au chirk, et écarte le Musulman du pur monothéisme. Ce livre, divisé en chapitres courts mais condensés en arguments, présente les différentes facettes du polythéisme et du monothéisme. Il montre la force et la cohérence qui résident dans le monothéisme. Cet ouvrage permettra de montrer la véritable nature de l’Islam, et de détruire les fausses croyances menant au polythéisme.

Cheikh Mohammed Ibn Abdelwahab est considéré comme l’un des plus grands savants érudits de l’Islam de l’époque moderne.Il se situe dans la lignée des Cheikhs Ibn Taymiya, Ibn Al Jouzi,l’imam Al Ghazali et de tous ceux qui appellent à l’Unicité d’Allah et combattent avec acharnement l’idolâtrie sous toutes ses formes.
Les ennemis de l’Islam et les sectes idolâtres ont fabriqué et fabriquent toujours des mensonges à son encontre et ont inventé une secte qu’ils appellent « wahhabisme ».Cette secte imaginaire,fabriquée de toute pièce, n’est en fait qu’un moyen pour jeter le discrédit sur l’œuvre de Cheikh Mohammed Ibn Abdelwahab et mettre un frein à sa da’wa au tawhid  qui n’admet pas l’associatisme et l’idolâtrie,comme le montre sa biographie.
Voir plus ici :

https://dzmewordpress.wordpress.com/2018/01/28/cheikh-mohammed-ibn-abdelwahabsavant-erudit-de-lislam/
 

Réponse aux mensonges de Jean-Michel Vernochet au sujet du Cheikh Mohammed Ibn Abdelwahab

PUBLIÉ LE 

Jean-Michel Vernochet se présente et est présenté par la « dissidence » française comme un expert du Wahhabisme. Or, il s’agit d’un ignorant et un manipulateur dont le livre est truffé d’erreurs. La présente vidéo a pour but de démontrer l’imposture de se personnage.

باسم الله الرحمان الرحبم

فنحن والشيخ محمد بن عبدالوهاب -رحمه الله- أتباع لمحمد بن عبد الله صلى الله عليه وسلم خاتم الأنبياء والمرسلين، وكل مسلم مطالب بأن يكون تابعاً لهذا النبي الكريم، ولا يصح الإسلام ولا الإيمان إلا بهذه المتابعة التي هي مقتضى شهادة أن محمداً رسول الله صلى الله عليه وسلم.
وأهل السنة والجماعة يثبتون من الأسماء والصفات ما أثبته الله تعالى لنفسه أو أثبته له رسوله صلى الله عليه وسلم من غير تأويل ولا تعطيل، ومن غير تكييف ولا تمثيل.
وهذا ما كان عليه النبي صلى الله عليه وسلم وأصحابه والتابعون لهم بإحسان، وهو ما تكلم به الفقهاء والمحدثون وأئمة الإسلام، ولمعرفة ذلك انظر دواوين السنة كصحيح البخاري وصحيح مسلم وبقية الكتب الستة ومسند أحمد ، وانظر الإيمان لابن منده والتوحيد له أيضاً، والتوحيد لابن خزيمة ، والسنة لعبد الله بن أحمد والسنة للخلال وشرح أصول اعتقاد أهل السنة للالكائي وغير ذلك من الكتب التي عنيت ببيان معتقد أهل السنة والجماعة من خلال الكتاب والسنة وأقوال الصحابة والتابعين والأئمة.
والتجسيم أو التشبيه بدعة قبيحة منكرة بل هي كفر بالله عز وجل، قال شيخ الإسلام ابن تيمية -رحمه الله- كما في مجموع الفتاوى 5/196:وقال نعيم بن حماد الخزاعي : من شبه الله بخلقه فقد كفر، ومن جحد ما وصف الله به نفسه فقد كفر، وليس ما وصف الله نفسه ورسوله تشبيهاً. 
وقال شيخ الإسلام أيضاً: ومذهب السلف بين مذهبين، وهدي بين ضلالتين، إثبات الصفات ونفي مماثلة المخلوقات، فقوله تعالى:لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْءٌ [الشورى:11]. رد على أهل التشبيه والتمثيل، وقوله:وَهُوَ السَّمِيعُ الْبَصِيرُ [الشورى:11]. رد على أهل النفي والتعطيل، فالممثل أعشى، والمعطل أعمى، الممثل يعبد صنما، والمعطل يعبد عدماً. انتهى
وقد أطال شيخ الإسلام ابن تيمية -رحمه الله- النفس في الرد على المشبهة وإبطال قولهم في كثير من مصنفاته، على عكس ما ينسبه أهل الجهل إليه، وقد برأه الأئمة والعارفون من هذه التهمة القبيحة، وانظر على سبيل المثال ما قاله العلامة ملا علي القاري في مرقاة المفاتيح 8/148 في شأن ابن تيمية وابن القيم وأن الله صانهما عن هذه السمة الشنيعة والنسبة الفظيعة، وأنهما كانا من أهل السنة والجماعة بل ومن أولياء هذه الأمة، وهذا في معرض رده على كلام ابن حجر الهيتمي -رحم الله الجميع- وكلام الإمام نعيم بن حماد السابق الذي ذكره شيخ الإسلام آنفا، نقله الذهبي في سير أعلام النبلاء 13/299 قائلاً: وما أحسن قولنعيم بن حماد ثم ساقه وقال: معقباً عليه، قلت: أراد أن الصفات تابعة للموصوف، فإذا كان الموصوف تعالى ليس كمثله شيء في ذاته المقدسة، فكذلك صفاته لا مثل لها؛ إذ لا فرق بين القول في الذات والقول في الصفات، وهذا هو مذهب السلف. انتهى
ومن أعظم الفرية وأقبح الجرأة على الله وعلى كتابه أن يقال: إن ما في القرآن من إثبات اليد والاستواء والمجيئ ظاهره التشبيه:قل أَأَنْتُمْ أَعْلَمُ أَمِ اللَّهُ [البقرة:140].
وأما الشيخ الإمام محمد بن عبد الوهاب -رحمه الله- فقد شهد له العلماء المنصفون بالعلم والاستقامة والصلاح، وهو المصلح المجدد لما اندرس من معالم التوحيد في زمنه رحمه الله، وهو بريء من التشبيه والتجسيم، وهذه كتبه ومؤلفاته في متناول الباحث، فليوقفنا على جملة واحدة منها تدعو إلى ذلك أو تقره وترضى به، وانظر في التعريف بالشيخ محمد بن عبد الوهاب وذكر ثناء العلماء عليه في الفتوى رقم:
5408 والفتوى رقم:
7070.
والله أعلم.

 
 

 

المرجع :

http://fatwa.islamweb.net/fatwa/index.php?page=showfatwa&Option=FatwaId&Id=19144

Partager cet article
Repost0

Al hachd Echa'bi,milice criminelle chiite d'Irak

Publié le par Ahmed Miloud

Le criminel chiite Abou  Azraël de Hachd Echa'bi المجرم الشيعي ابو عزراءيل
Le criminel chiite Abou Azraël de Hachd Echa'bi المجرم الشيعي ابو عزراءيل

Mot à dire :

IL faut dire que la désunion entre les sunnites et les chiites, que les juifs ont planté, et qu’ont arrosé : le sang de Karbala, la guerre du chameau et la guerre de Saffin; n’a pu que s’aggraver avec le temps, en particulier de la part des chiites, qui ne cessent d’alimenter ces rancunes, et éduquent leurs enfants sur sa base, en établissant des groupes qui sanglotent à chaque occasion, et qu’ils fêtent ça dans leurs mosquées ; et ne se limitent pas à ça, mais vont jusqu’a se frapper avec des haches et se torturent farouchement, à l’image des sauvages qui déterrent la hache de guerre, et continuent leurs menaces de venger leur imam, qui est entre autre aussi imam pour les sunnites, et au même titre, mais pas de la même manière. Ainsi leurs enfants naissent dans cette atmosphère de haine et de vengeance, y grandissent, tout en rêvant de la vengeance et du relevé du défi, et deviennent très agressifs, et mènent donc une vie de guerre.Ainsi,quand l'occasion en leur est donnée, ils tuent,massacrent ,violent, détruisent tout ce qui est sunnite comme le cas en Irak et en Syrie.Plusieurs associations humanitaires comme Amnesty International  et Human Rights Watch rapportent des témoignages horribles des victimes des exactions des milices chiites.La méthode utilisée par ces milices criminelles chiites à l'encontre de la population sunnite est la même qu'ont utilisée et utilisent toujours les milices criminelles sionistes à l'encontre des Palestiniens.Nous en avons un exemple dans cette milice criminelle chiite nommée "Hache al'chaabi"

Les Hachd al-Chaabi, (en arabe : الحشد الشعبي, « Unités de mobilisation populaire ») sont une coalition paramilitaire de milices en majorité chiites formée en 2014 pendant la seconde guerre civile irakienne.

Les milices ont été accusées de nombreux crimes de guerre durant la seconde guerre civile irakienne — racket, enlèvements, meurtres, disparitions forcées, viols, pillages — visant principalement des civils sunnites dans les zones reconquises à l'État islamique. Amnesty International a ainsi recueilli des témoignages décrivant des rafles et exécutions sommaires visant de jeunes hommes .

Le 12 juillet 2014, 29 prostituées et deux hommes proxénètes sont massacrés dans le quartier de Zayouna, à Bagdad, probablement par des miliciens chiites.Le 22 août 2014, des combattants des Hachd al-Chaabi massacrent au moins 68 civils sunnites dans une mosquée à Hamrine près de Bakouba, dans la province de Diyala .Le , 56 à 77 jeunes hommes sunnites sont fusillés par des miliciens dans le village de Barwana, également dans la province de Diyala. Après la reprise de Tikrit à l'État islamique, des témoins indiquent des destructions d'habitations civiles pour les milices. À ce propos, le vice-président irakien Osama al-Nujaifi (en) déclare que « C’est un message négatif, qui déforme le vrai sens de cette victoire, parce ce sont des actes de vengeance contre des civils ».Les milices sont supposées agir en vengeance du massacre de Tikrit, durant lequel plus de mille prisonniers de guerre chiites ont été exécutés par l'État islamique. Selon Human Rights Watch, en janvier 2016 les miliciens chiites exécutent au moins plusieurs dizaines de civils sunnites, ravagent des maisons et de mosquées, et commettent des enlèvements et des pillages dans les environs de Mouqdadiyah, dans la province de Diyala. Lors de la bataille de Mossoul, les milices chiites ont également exercé de nombreuses vengeances à l'encontre de la population sunnite.

Selon Human Rights Watch, 52 civils d'une tribu arabe sunnite, dont 22 hommes, 20 femmes et 10 enfants, sont massacrés le  au nord d'al-Baaj, par des hommes des Brigades d'Ezidkhan, une milice yézidie intégrée aux Hachd al-Chaabi.

Source :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Hachd_al-Chaabi

Amnesty International épingle les milices proches du gouvernement irakien pour «crimes de guerre»

Dans un rapport paru jeudi, Amnesty International affirme que les groupes armés irakiens pro-gouvernementaux se servent des armes fournies, entre autres, par les Etats occidentaux, pour commettre des «crimes de guerre».

L’ONG rapporte que ces milices paramilitaires, chiites en majorité, emploient ces armes pour commettre des violations des droits humains à l’instar de la disparition forcée et l’enlèvement de milliers d’hommes majoritairement des sunnites, la torture, les exécutions extrajudiciaires et la destruction méchante de biens.

Patrick Wilcken, chercheur chez Amensty en matière de «contrôle des armes et droits humains», suggère que «les fournisseurs d’armes, notamment les Etats-Unis, les Etats européens, la Russie et l’Iran, doivent prendre conscience que tous les transferts d’armes à destination de l’Irak comportent un réel risque de finir entre les mains de milices au passé marqué par des violations des droits humains».

Amnesty International a mis en garde à plusieurs reprises, ces derniers mois, sur le fait que ces groupes armés tuent, torturent et emprisonnent arbitrairement des milliers de civils fuyant les zones contrôles par l’organisation djihadiste de l’Etat islamique (EI) en Irak, notamment dans la périphérie de Mossoul.

Dans son rapport publié ce jeudi, l’ONG a mentionné que «des recherches menées depuis juin 2014 sur le terrain et des analyses d’experts des preuves photos et vidéos montrent que ces milices paramilitaires bénéficient de transferts d’armes fabriquées dans au moins 16 pays, tanks et artillerie notamment, ainsi que tout un éventail d’armes légères».

Une coalition de groupes armés, pour la plupart chiites, appuyés par Téhéran, baptisée les Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi), est de plus en plus influente en Irak, depuis son lancement, en mi-2014, dans le but de combattre le groupe EI, selon Amnesty.

«Les autorités irakiennes contribuent à armer et à équiper les milices des Unités de mobilisation populaire et à payer leurs salaires », a indiqué Patrick Wilcken.

«Au lieu de glorifier les milices pour leur combat contre les atrocités commises par l’EI, souligne-t-il, les autorités irakiennes doivent ouvrir les yeux sur les violations systématiques qui avivent les tensions interconfessionnelles».

Source :

http://geotribune.com/13184-amnesty-international-epingle-les-milices-proches-du-gouvernement-irakien-pour-crimes-de-guerre.html

Partager cet article
Repost0

SIDA : la remise en cause des dogmes officiels par le Pr. Luc Montagnier

Publié le par Ahmed Miloud

SIDA : la remise en cause des dogmes officiels par le Pr. Luc Montagnier

Publié par wikistrike.com sur 30 Janvier 2018, 09:53am

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

SIDA : la remise en cause des dogmes officiels par le Pr. Luc Montagnier

Si le SIDA s’attrape « surtout dans les journaux », comme le disait Coluche, cette affirmation est pourtant loin d’être erronée. En effet, le chercheur français Luc Montagnier, qui est à l’origine de la découverte du VIH, confirme à sa façon les propos du défunt humoriste français.

La vidéo suivante fait état de la remise en cause du SIDA (Syndrome d’Immuno-Déficience Aquise) et met en lien son développement avec une faiblesse du système immunitaire principalement due à une alimentation déficiente.

Pas de conspiration, mais seulement de la vraie information ! Luc Montagnier a reçu le Prix Nobel de Médecine en 2008 pour la découverte du VIH (virus du SIDA) en 1983. Dès lors, il est fort à parier qu’il sait plus que quiconque de quoi il parle. Mais il n’est pas le seul chercheur à dire qu’une stimulation du système immunitaire est capable de se débarrasser du VIH pour de bon, d’où la nécessité de prendre la question très au sérieux.

En résumé, une vidéo à ne pas oublier… et qui renforce l’impact potentiel d’une thérapie par l’alimentation. D’où une des justifications de l’existence de la nutrithérapie. A bon entendeur !

 

 

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé.

Jimmy

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite.Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

source:

https://terraponia.fr/sida-remise-cause-des-dogmes-officiels-pr-luc-montagnier/

Partager cet article
Repost0

La voie des salafs, les pieux prédécesseurs

Publié le par Ahmed Miloud

Ceci est ma voie j'appelle à Allah avec clairvoyance... (dossier)

Voici l'explication du verset 108 sourate 12 :

 
سُوۡرَةُ یُوسُف
 
قُلۡ هَـٰذِهِۦ سَبِيلِىٓ أَدۡعُوٓاْ إِلَى ٱللَّهِ‌ۚ عَلَىٰ بَصِيرَةٍ أَنَا۟ وَمَنِ ٱتَّبَعَنِى‌ۖ وَسُبۡحَـٰنَ ٱللَّهِ وَمَآ أَنَا۟ مِنَ ٱلۡمُشۡرِكِينَ 
 
Dis : « Ceci ma voie, j'appelle les gens à Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente Gloire à Allah ! Et je ne suis point du nombre des associateurs. »
 
tirée de l'explication du grand savant 'Abder Rahman ibn Nâsir as Sa'dî rahimahoullah

Cheikh Abu 'Abdellah Abder-Rahman ibn Nasr as-Sa'di - الشيخ عبد الرحمن بن ناصر السعدي

 
 

Le Minhaj Salafi (La voie des pieux prédécesseurs)

1. Nous adorons Allah à travers le Tawhid. Ainsi nous n’invoquons personne avec Allah ni ne cherchons refuge en personne d’autre que Lui pour ce qui est d’amener le bien ou de repousser le mal.  Nous L’adorons en ayant de la haine et de l'hostilité pour les polythéistes. Cependant, nous devons d'abord les appeler au Tawhid et leur clarifier qu'il n'y a pas d’islam sans Tawhid et que celui qui appelle à un autre qu'Allah a commis un acte de mécréance. Donc quiconque s’obstine après ça, alors nous devons nous éloigner de lui et le détester pour Allah.


2. La foi du Salaf est établie sur le principe que " Allah est comme Il s’est décrit Lui-même, dans Son livre et par la langue de son messager (Prières et bénédictions d’Allah sur lui), sans recourir au tahrif, au tamthil, au tashbih, au ta’til ou au ta.wil. "  (1)

3. Nous affirmons pour Allah les plus beaux noms, qu'Il a affirmé pour Lui-même et par lesquels Il s’est loué, qu’ils soient mentionnés dans le Quran ou dans la Sunna.

4.  Nous croyons qu'il n'y a aucune voie vers le contentement d'Allah, ou une voie vers le paradis, excepté par la voie du messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wa salam).  Et quiconque  cherche un chemin pour gagner la satisfaction d'Allah à travers une voie autre que la voie du messager d'Allah, s'est égaré et est devenu aveugle à la vérité. Et il a perdu dans ce monde et dans l’autre.

5.  Nous croyons que la législation d'Allah est ce qui a été descendu par les deux révélations:  Le livre d'Allah et la Sunna de son messager (salallahu ‘alayhi wa salam).  C’est ce que notre seigneur a indiqué dans Sa parole: " Puis Nous t’avons mis sur la voie de l’Ordre [une religion claire et parfaite]. Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas."  [Sourate Al-Jathiya: verset 18 ]

6.  Nous croyons que le Quran est la parole d'Allah, qui a été parlé et n’est pas créé, et que la Sunna est ce qui l'explique et le clarifie.  Le Quran est interprété par la Sunna et par les interprétations des Sahabas (compagnons) et ceux qui les ont suivis dans le bien. Ainsi l’interprétation du Quran se fait par les narrations, c’est à dire à travers les Sahabas, les Taabi’ins et les ahadiths à ce sujet.  Et les livres qui contiennent ces interprétations sont ceux que nous devons acquérir et lire, comme le Tafsir d'Ibn Jarir, le Tafsir d'Ibn Kathir, le Tafsir d'Al-Baghawi, le Tafsir " Ad-Durr Al-Manthur " d'As-Souyouti et ainsi de suite.

7.  Nous devons prendre la Sunna selon la voie des Muhaddithin - en fonction de leur authenticité ou faiblesse.  Ainsi nous prenons ce qui s'avère authentique et nous abandonnons ce qui est faible.

8.  Nous adorons Allah en obéissant aux dirigeants, tant qu'ils sont des musulmans qui recherchent le jugement par la législation d'Allah et qui prononcent les peines prescrites, et aussi longtemps qu'ils établissent la prière.  Leur obéir est une obligation même s’ils commettent l'oppression.  Et quiconque dit quelque chose contraire à ceci et rend permise la révolte contre le gouverneur musulman, même s’il est un oppresseur, alors il est un innovateur et un égaré.  Et il est obligatoire aux savants musulmans de réfuter son avis et d’exposer son égarement.

9.  Nous soutenons qu'il n'est pas permis de répandre les fautes des dirigeants, parce que cela influence et amène épreuves et afflictions (fitan), et les amènent à se répandre.

10.  Nous devons adorer Allah à travers la Sunna, en la suivant et en détestant les innovations et les innovateurs.  Ceci d’après la parole du prophète: " celui qui fait un acte, qui n'est pas en accord avec notre affaire (c.-à-d. la Sunna) est rejeté."  Et dans une autre version : " celui qui amène dans notre affaire ( la Sunna) ce qui n’en fait pas partie est rejeté.

Ceci est un résumé et quelques paroles sur la foi des Salafs, que nous devons accepter et suivre si nous voulons vraiment le salut et la vérité.  Et nous devons renoncer aux avis des hommes, qui ne peuvent être reliés à aucune source de preuve, puisque l’on connaît les hommes par la vérité et que l’on ne connaît pas la vérité par les hommes.  Pour finir, nous devons prier et implorer Allah de nous montrer la vérité en tant que vérité et nous permettre de la suivre, et de nous montrer la fausseté en tant que fausseté et de nous permettre de l'éviter.  En effet  Allah est responsable de cela et peut le faire se produire.  Et que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur Muhammad – le meilleur, le plus dévoué, le plus pieux et le plus pur de la création - et sur sa famille et ses compagnons.

 

(1)Note du traducteur: Ce sont des actes interdits commis contre les noms et attributs d'Allah. Tahrif signifie changer ou déformer les mots du nom ou de l'attribut d'Allah. Tamthil et tashbih signifie faire ressembler un nom ou un attribut. Ta’til signifie renier un nom ou un attribut. Ta.wil signifie mal interpréter un nom ou un attribut, en en changeant la signification.

 

Source :

http://islam-kabylie.over-blog.com/article-les-groupes-deviants-actuels-50444571.html

 

Partager cet article
Repost0

La colonisation de l'Amérique par les Européens, génocide des amérindiens ?

Publié le par Ahmed Miloud

 

 

 

Mot à dire :

En scrutant l'histoire de l'Occident,héritier de la culture gréco-romaine et de religion judéo-chrétienne comme il le crie à tue-tête,  d'un œil critique et impartial, il apparaît clairement que sa tendance au colonialisme et à l'impérialisme est ancrée dans sa vision du monde depuis de lointaines époques.On n'a qu'à se remémorer les conquêtes romaines, la colonisation de l'Amérique, de l'Afrique et de certains pays d'Asie.Même les pingouins et les manchots n'ont pas échappé à la vindicte impérialiste occidentale.

"Ils nous faisaient beaucoup de promesses, plus que je ne peux me rappeler, mais ils n’en ont jamais tenu qu’une seule ; ils ont promis de prendre nos terres, et ils les ont prises."

Mah’piua Luta (Red Cloud "Nuage Rouge") des Oglala.

 

Ahmed Miloud

                                                              ********************************

"La question du génocide et de l'histoire des Indiens d'Amérique a été controversée. Beaucoup d'auteurs voient le dépeuplement massif de la population indigène des Amériques après 1492 comme une affaire claire du génocide. D'autres auteurs, cependant, soutiennent que les actions européennes et américaines envers les Indiens étaient déplorables mais étaient rarement, voire jamais, génocidaires. Dans une large mesure, les désaccords sur l'omniprésence du génocide dans l'histoire de l'hémisphère occidental post-colombien, en général, et l'histoire des États-Unis, en particulier, tournent autour des définitions du génocide. Les définitions conservatrices mettent l'accent sur les actions intentionnelles et les politiques des gouvernements qui se traduisent par des pertes de population très importantes, généralement dues à des tueries directes. Des définitions plus libérales appellent des critères moins stricts pour l'intention, en mettant davantage l'accent sur les résultats. Ils ne nécessitent pas nécessairement une sanction directe de la part des autorités de l'État; ils identifient plutôt les forces et les acteurs de la société. Ils permettent également plusieurs forces de destruction croisées, y compris la dépossession et la maladie. Parce que les débats sur le génocide se transforment facilement en querelles sur les définitions, une approche ouverte de la question du génocide, qui explore plusieurs phases et événements, offre la possibilité d'aller au-delà de l'impasse actuelle. Quelle que soit la solution à la question du génocide dans l'histoire des Amérindiens, il est important de reconnaître que les projets coloniaux européens et américains ont déchaîné des forces destructrices massives sur les peuples et les communautés autochtones. Ceux-ci comprennent la violence résultant directement de l'expansion des colons, la violence intertribale (souvent aggravée par les intrusions coloniales), l'asservissement, la maladie, l'alcool, la perte de terres et de ressources, les expulsions forcées et les agressions contre la religion, la culture et la langue tribales. La configuration et l'impact de ces forces varient considérablement selon les périodes et les lieux, en fonction des objectifs de certains projets coloniaux et des capacités des sociétés et des institutions coloniales à les poursuivre. La capacité des peuples et communautés autochtones à résister directement, à contester ou à se soustraire aux invasions coloniales s'est avérée tout aussi importante."

Lire la suite de l'article original en anglais ici (traduction instantanée par Google traduction) :

http://americanhistory.oxfordre.com/view/10.1093/acrefore/9780199329175.001.0001/acrefore-9780199329175-e-3

500 nations : L'histoire vue par les indiens d'Amérique 

Considérés comme les premiers occupants du continent américain, les Indiens d’Amérique(ou Amérindiens) nous fascinent encore aujourd’hui. Leur histoire porte les stigmates de la violence entre les hommes, de l’incompréhension des peuples, des luttes raciales et ethniques, mais aussi de traditions, légendes et rituels ancestraux, d’une spiritualité riche en enseignements et d’une organisation sociale, économique et culturelle largement étudiée par les chercheurs.


A travers cette sélection, vous pourrez soulever le couvercle de leur « mémoire », aux origines de l’Amérique, des conquêtes de territoires et des batailles atroces ayant probablement entraîné jusqu’à 43 millions de morts du côté amérindien à partir de l’arrivée des européens au XVème siècle.

Voir la vidéo ici :

https://youtu.be/ex2NLOb_B6k?list=PL4D6C16792AD08C0B

Source :

http://openyoureyes.over-blog.ch/-500-nations-l-histoire-vue-par-les-indiens-d-amérique-docs-vf

Une fabuleuse saga racontée par Kevin Costner pour partir à la découverte des peuples d'Amérique du Nord, des Mayas aux Cheyennes, en passant par les Wampanoags et Haudenosaunees, les Inuits ou les Nez Percés. « Bienvenue à 500 Nations. Bien avant l'arrivée des premiers Européens quelque 500 Nations peuplaient déjà l'Amérique du Nord. Des millions d'hommes parlant plus de 300 langues. 500 Nations vous raconte ces anciennes civilisations... Nos équipes ont sillonné l'Amérique pour filmer les lieux où ce sont écrits les grands moments de l'histoire des Indiens ». Kevin Costner « Ni la générosité ni l'émotion ne font défaut à cette fresque » Télérama « Kevin Costner met toute sa puissance de feu hollywoodienne au service du documentaire » Libé C'est la plus importante série documentaire qui leur ait jamais été consacrée en 6 heures et 4 grandes parties : « Mayas et Aztèques », « Le choc des cultures », « Guerres et migrations » et « La lutte pour l'Ouest ». Kevin Costner voulu ainsi prolonger le message de son film « Danse avec les loups ». Il a donné à Jack Leustig, auteur de « 500 Nations », des moyens considérables. Pour cette saga, les témoignages d'anthropologues et d'historiens ont été filmés, sur les lieux mêmes où ont vécu et où sont morts les Indiens. Aucune ruine des anciennes cités n'a échappé à la caméra, pas plus que les poteries, les armes, les fresques et, pour reconstituer certains sites, on a appelé les images de synthèse à la rescousse. Les 500 nations du titre sont celles qui occupaient le territoire américain avant l'arrivée des Européens.

Source :

https://www.google.dz/amp/s/espacedocs.wordpress.com/2015/01/04/500-nations-8-episodes/amp/#ampshare=https://espacedocs.wordpress.com/2015/01/04/500-nations-8-episodes/

 

L'extermination des tribus indiennes d'Amérique

 

Ils étaient de 2 à 7 millions avant l’arrivée des colons européens. Au début du XXe siècle, les Amérindiens n’étaient plus que 300 000. De guerres inégales en massacres répétés – sans parler des maladies – les autochtones ont du payer un lourd tribut aux nouveaux arrivants venus leur apporter la « civilisation ». Comment en est-on arrivé là ? Dans ce nouvel épisode de La petite Histoire, Christopher Lannes nous raconte la triste histoire de l’ethnocide des Indiens d’Amérique.

 

 

A l’Origine du Génocide amérindien : Colonialisme et industrialisation
L’extermination des Indiens d’Amérique du Nord s’est faite méthodiquement sur une longue période, rencontrant une résistance désespérée des Indiens des Plaines, les Sioux, dont les révoltes contre les colons dans le Minnesota en 1862 conduites par les chefs Sioux Petit Corbeau, Shakopee, et Voix Rouge du Milieu, et appelés « Massacres du Minesota » se termineront en 1890 avec la défaite finale des Sioux à « Wounded Knee » dans le sud Dakota. 

La bataille de Wounded Knee a été le dernier chapitre d’un long combat des amérindiens contre le gouvernement colon Us pour préserver une partie de leurs terres ancestrales et leurs modes de vie tribale. 

Quelle est la part de l’industrialisation et de la supériorité en nombre des colons américains sur la défaite des Indiens des Plaines ? 

En 1865, le chef Shakopee, l’un des chefs des soulèvements de Minnesota a été pendu à Fort Snelling. Les Indiens des Plaines avaient depuis le début adopté une attitude défensive contrairement à ce que voudrait nous faire croire toute cette propagande savamment orchestrée par l’industrie cinématographique hollywoodienne. Ils étaient constamment menacés par l’installation de nouvelles colonies et leur expansion. Le chemin de fer construit représentait alors le symbole de cet expansionnisme à l’ouest, de l’industrialisation galopante et de leurs conséquences économiques, ce que le monde « civilisé » a appelé le « progrès » et la « civilisation ». 

L’une des villes clé dans la révolte indienne de 1862 dans le Minnesota, a été New Ulm, une communauté fondée et habitée principalement par des allemands. La population y était en croissante et rapide augmentation. En 1862, New Ulm comptait 900 habitants. Les Indiens des Plaines ne faisaient pas le poids contre l’immigration et la colonisation. Des immigrants européens arrivaient quotidiennement et les Indiens des Plaines, eux, étaient entrain de perdre la bataille démographique. Ainsi, on estime à environ 2,5 millions le nombre des indiens dans le Nord de l’Amérique au début du 19è siècle. En 1860, il n’était plus que 350 000, et en 1890 la population indienne avait été réduite à 250 000 personnes. 

Cette baisse énorme de la démographie indienne s’explique par l’interaction néfaste des colons blancs. Ces colons ont amené différentes maladies avec eux comme le choléra, la grippe, la variole, et d’autres maladies contre lesquelles les Indiens des Plaines n’avaient aucune immunité. Les épidémies ont ravagé ces populations indiennes pendant tout le 19ème siècle particulièrement dans les années 1850 et 1860. Les combats avec les troupes Us et les colons ont également contribué à décimer ces populations, ainsi que des guerres intertribales notamment quand les tribus de l’est ont été enfermées dans des réserves sur des terres déjà occupées par d’autres tribus. 

L’introduction de la « civilisation » occidentale, et de l’économie de marché ont-elles aussi contribué à détruire la culture et les modes de vie des Indiens des Plaines. Cette économie a détruit le mode traditionnel de subsistance guerrier/chasseur. D’immenses troupeaux de buffles ont été détruits par des « chasseurs clandestins» encouragés par l’armée américaine car cela privait les indiens de nourriture et par conséquent affaiblissait l’ennemi. On estime à environ 15 millions le nombre de buffles tués dont la disparition était presque achevée dans les années 1880. La destruction du cheptel indien de buffles a été primordiale dans la destruction d’une des principales sources de nourriture des Indiens des Plaines et dans la dégradation de leurs modes de vie. 

Le processus de « mise en réserves » a finalement complété le processus de destruction de la société indienne et de sa population au cours d’un lent processus, une mort lente génocidaire. Le système de réserves a isolé les Indiens, détruit leur culture, leurs modes de vie et de subsistance. Bien que certains aspects des réserves prétendaient « préserver » les moyens de subsistance des indiens tels que la distribution de lopins de terres, ces méthodes se sont avérées complètement inefficaces en matière d’exploitation agricole. Le système des réserves constituait en fait une ghettoïsation à grande échelle dans le sens premier du mot ghetto telle que conçu par les italiens pour enfermer et isoler les juifs à Venise à l’époque : une zone où vit un groupe ethnique séparé de la communauté nationale, un groupe exclu de la vie courante de la nation. 

Ce système de réserves a crée un lent processus d’extermination ethnique. 

Pour combattre les colons et le gouvernement Us et son armée, les Indiens des Plaines avaient besoin de ressources et de personnes. Bien que la population fut lentement décimée, les ressources ne manquaient pas notamment après les découvertes en 1861 de filons d’or provoquant ce qui est devenu la célèbre « ruée vers l’or ». Ces filons étaient situés sur le territoire d’une réserve Cheyenne, la réserve de Sand Creek. Au début, les relations entre les colons chercheurs et les Indiens étaient amicales. Mais, comme de plus en plus de colons chercheurs d’or arrivaient, ils ont commencé à s’emparer des terres réservées par le Traité de Fort Laramie aux Cheyennes et aux Arapahos. Ce Traité donnait aussi le droit aux colons Us de traverser ces terres. Les colons profitèrent de ce droit pour s’emparer des terres tout simplement. Ils mirent la main sur des terres prévues pour l’agriculture, pour l’établissement de fermes et d’habitations pour la population indienne. Des villages et villes de colons blancs chercheurs d’or sont vite apparues sur ces terres devenues très prisées, des confrontations s’en suivirent. La première eut lieu le 11 avril 1864. Un propriétaire de ranch colon blanc Ripley a accusé les Indiens d’avoir volé ses troupeaux ce qui conduisit à un affrontement entre Indiens et colons. Ce sont les premiers accrochages de ce qui allait devenir la guerre de « Sand Creek ». Cette guerre est connue à travers le massacre par le colonel John Chivington de plusieurs centaines de civils indiens, des hommes des femmes et des enfants. Leurs corps furent mutilés et scalpés. 

La « bataille de « Sand Creek » fut en fait un véritable massacre fait d’atrocités. En novembre 1864, 800 soldats du Colorado ont attaqué un village indien à Sand Creek. Les hommes du village étaient partis chasser, seuls les femmes les enfants et les personnes âgées restaient. Le chef Cheyenne Black Kettle a levé le drapeau blanc au sommet de son tipi pour montrer qu’ils se rendaient, ainsi que le drapeau américain. Les soldats du colonel Chivington ont encerclé le village armés jusqu’aux dents avec des tonnes de munitions à leur disposition. Ils ont commencé à bombarder le village sans défense, puis ont attaqué les femmes, les enfants et les vieillards au sabre et au couteau. 

Le vice président de la tribu nord des Cheyennes à Lame Deer, Montana, Steve Brady rappelle ces terribles évènements : 

« Des morceaux de corps et des scalps coupés par les soldats ont été promenés au milieu d’une foule en liesse dans les rues de Denver. Des officiers du Fort Lyon avaient dit à Chivington que le village de Sand Creek était pacifique, mais rien ni fit. Mes arrières grands parents se sont réveillés au son des tirs de fusils et des chevaux galopant dans le camp. Mon arrière grand père maternel s’est emparé d’un cheval bien que blessé à l’épaule et prenant sa femme s’est enfui en chantant un chant de mort « seuls les pierres vivront éternellement… » Un chant que nous chantons toujours jusqu’à ce jour. » 

Son arrière grand père paternel, Black Kettle est allé à la recherche de sa femmes enceinte qui portait leur premier enfant. Il l’a retrouvée pleine de sang mais elle a survécu au massacre. Le village entier a été détruit. Il y avait des piles de corps brûlés. Des chiens ont été vus mangeant des cadavres. 

Le colonel américain John Chivington en véritable « adorateur » de ce massacre, a monté une pièce de théâtre à Denver au cours de laquelle il racontait les événements de ce massacre et a publiquement monté 100 scalps d’indiens, comprenant ceux des parties intimes de femmes indiennes. Certains de ces restes macabres peuvent encore être trouvés dans certains musées dont celui de Denver. 

La bataille de Sand Greek montre le caractère réel de ces « batailles » célébrées par les colons Us et leur armada cinématographique hollywoodienne. La plupart étaient de véritables massacres de populations sans défense, mais tout ceci a été dissimulé et ne fait pas partie du cursus scolaire américain alors que la Shoah elle est enseignée. 

Les batailles menées par les Indiens des Plaines étaient principalement des combats défensifs, une simple question de survie. Ce n’était pas des « guerres » ou des « combats militaires » selon le sens courant de ces termes, et comme voudrait le faire croire l’historiographie coloniale Us. La révolte du Minnesota a commencé parce que le gouvernement Us avait violé ses propres engagements commerciaux, en ne versant pas les fonds annuels dus et en n’approvisionnant pas en nourriture les Indiens. La révolte de 1862 a commencé quand les Indiens ont pénétré dans un bâtiment de stockage et se sont emparés des sacs de farine entreposés. En bref cette révolte a été causée par la faim. Les « batailles » menées par le gouvernement Us visaient principalement la destruction des réserves de nourriture des Indiens, des campagnes menées l’hiver contre les villages ciblant les civils. Ces « batailles » ne visaient pas la défaite des Indiens des Plaines mais l’éradication des populations civiles sur des bases ethniques. Les Indiens vivant dans des réserves économiquement pauvres, où ils étaient à la merci du gouvernement Us, qui pouvait agir avec eux comme bon lui semblait notamment grâce à sa supériorité démographique écrasante, l’immigration fournissant un réservoir sans fin de nouveaux colons. 

Les Indiens des Plaines ont mené un combat désespéré contre la colonisation d’européens venus s’installer sur leurs terres. Ce n’était pas une guerre mais tout simplement un génocide qui avait démarré en 1850. L’industrialisation a donné aux colons l’avantage technologique pour dominer militairement, mais aussi a contribué à la colonisation elle –même, les expropriations, les déplacements de populations indiennes pour l’exploitation des richesses naturelles et l’expansionnisme yankee. Le chemin de fer a permis la colonisation d’un vaste territoire au détriment des populations indiennes autochtones dont c’était le terrain de chasse, la source de nourriture. La seule véritable richesse des Indiens des Plaines c’était leurs terres que le gouvernement Us et ses colons convoitaient et dont ils se sont emparées au prix de massacres et d’un génocide systématique visant une population entière. L’histoire tragique des amérindiens est un exemple des « bienfaits de la civilisation » malheureusement entrain de se répéter ailleurs, en Palestine, et qu’il faut à tout pris combattre et stopper. 

N’oubliez pas : Les Etats-Unis se sont construits sur un génocide, celui des Amérindiens.

________
Sources des informations : un livre américain de Ralph K. Andrist « the Long Death : The Last Days of the Plains Indians « première publication en 1964 réédité en 2001 Presse Universitaire d’Oklahoma .

Source :

https://www.google.dz/amp/s/eburnienews.net/a-lorigine-du-genocide-amerindien-colonialisme-et-industrialisation/amp/#ampshare=https://eburnienews.net/a-lorigine-du-genocide-amerindien-colonialisme-et-industrialisation/

                  CITATIONS DE CHEFS INDIENS D'AMERIQUE DU NORD

Source :

https://www.google.com/amp/s/itancansioux.wordpress.com/2008/10/06/citation-amerindiennes/amp/#ampshare=https://itancansioux.wordpress.com/2008/10/06/citation-amerindiennes/

"Je ne comprenais pas alors tout ce qui c’est achevé là. Quand je regarde maintenant vers le passé du sommet de mon vieil âge, je peux encore voir les femmes et les enfants étendus, massacrés, les corps jonchant le sol du ravin. Je les vois aussi clairement que lorsque je les ai vus avec mes yeux encore jeunes, et je peux voir qu’autre chose est mort dans cette boue sanglante, enseveli dans la tourmente de neige, le rêve d’un peuple à été brisé là. C’était un beau rêve, et moi à qui une si grande vision a été donnée dans ma jeunesse, vous me voyez maintenant comme un vieil homme pitoyable qui n’a rien fait, car le cercle de la nation est brisé, il n’y a plus de centre depuis longtemps et l’arbre marqué d’une cicatrice est mort." 
Black Elk (Chef Sioux) survivant du massacre de Wounded Knee.

 

"Quand le bison était abondant, nous étions libres, ce furent les bonnes années. Bien que les troupeaux de bisons ne couvrent plus les grandes plaines, nous nous en souviendrons longtemps." 
Ainsi parlait Red Oak, le vieux chef Sioux.

 

"Les paroles des blancs sont écrites sur l’eau."  

Sitting Bull (Hunkpapa)

  

Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil, et nous verrons bientôt les fruits de cet amour.  
(Sitting bull, sioux Lakota)

Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson.
Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas. 
Tatanka Yotanka – Sitting Bull, guerrier sioux

 

« On ne vend pas la terre sur laquelle on marche ! »

Crazy Horse.

Qu’est ce que la vie ?

C’est l’éclat d’une luciole dans la nuit.

C’est le souffle d’un bison en hiver.

C’est la petite ombre qui court dans l’herbe et se perd au coucher du soleil.

Crowfoot (chef des Blackfeet)

Les blancs nous ont affamés…

On a préfére mourir au combat plutôt que mourir de faim.

Un chef Cheyenne

 

« Quand tu te lèves le matin, 
remercie pour la lumière du jour, 
pour ta vie et ta force. 
Remercie pour la nourriture 
et le bonheur de vivre. 
Si tu ne vois pas de raison de remercier, 
la faute repose en toi-même. »
Tecumseh, chef shawnee (1768 – 1813)

L’homme n’a pas tissé la toile de la vie, il n’est qu’un fil de cette toile. Quoi qu’il fasse à la toile, il le fait à lui-même."

Chef Seattle.

"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l’argent ne se mange pas."

 Prophétie d’un Amérindien Cree.

 

 

"Ma main n’a pas la même couleur que la tienne, mais si je la perce, j’aurais mal. Le sang qui en coulera sera de la même couleur que le tien. Nous sommes tous deux enfants du Grand Esprit." 

Standing Bear (Oglala)

 

"Comment peut-on acheter ou vendre le ciel ou la chaleur de la terre? Cette manière de penser nous est étrangère. Si nous ne possédons pas la fraîcheur de l’air ni le miroitement de l’eau, comment pouvez-vous nous les acheter?" 
Seattle (chef de la tribu des Dwamish) en réponse au président Franklin Pierce qui voulait acheter des terres.

 

 

"La différence entre les Blancs et les Indiens, c’est que les blancs pensent que la nature leur appartient, tandis que les indiens pensent que c’est eux qui appartiennent à la nature." 
Indien inconnu connaissant les mentalités de son peuple et des blancs.

"Les morts des blancs oublient le pays de leur naissance quand ils s’en vont pour cheminer sous les étoiles. Nos morts n’oublient jamais cette terre merveilleuse, car elle est la mère des Indiens. Nous faisons partie de la terre et elle fait partie de nous. Les fleurs odorantes sont nos soeurs, les chevreuils, le cheval, le grand aigle sont nos frères." 
Seattle (chef des Dwamish).

"Ils nous faisaient beaucoup de promesses, plus que je ne peux me rappeler, mais ils n’en ont jamais tenu qu’une seule ; ils ont promis de prendre nos terres, et ils les ont prises."

Mah’piua Luta (Red Cloud "Nuage Rouge") des Oglala.

 

​​​​​​​

Le Lakota était empli de compassion et d’amour pour la nature, et son attachement grandissait avec l’âge. (…) C’est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S’asseoir ou s’allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement. Ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.
Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le coeur de l’homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l’oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature."
Standing Bear, chef Lakota (Sioux)

 

"Vous avez remarqué que toute chose faite par un indien est dans un cercle. Nos tipis étaient ronds comme des nids d’oiseaux et toujours disposés en cercle. Il en est ainsi parce que le pouvoir de l’Univers agit selon des cercles et que toute chose tend à être ronde. Dans l’ancien temps, lorsque nous étions un peuple fort et heureux, tout notre pouvoir venait du cercle sacré de la nation, et tant qu’il ne fut pas brisé.
Tout ce que fait le pouvoir de l’Univers se fait dans un cercle. Le ciel est rond et j’ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle et que toutes les étoiles le sont aussi. Les oiseaux font leur nid en cercle parce qu’ils ont la même religion que nous. Le soleil s’élève et redescend dans un cercle, la lune fait de même, et tous deux sont rond.
Même les saisons forment un grand cercle dans leur changements et reviennent toujours là où elles étaient. La vie de l’homme est dans un cercle de l’enfance jusqu’à l’enfance, et ainsi en est-il pour chaque chose où l’énergie se meut."
Hehaka Sapa, ou Black Elk, indien Oglala, branche des Dakotas (Sioux)

"Notre terre vaut mieux que de l’argent. Elle sera toujours là. Elle ne périra pas, même dans les flammes d’un feu. Aussi longtemps que le soleil brillera et que l’eau coulera, cette terre sera ici pour donner vie aux hommes et aux animaux. Nous ne pouvons vendre la vie des hommes et des animaux. C’est pourquoi nous ne pouvons vendre cette terre. Elle fut placée ici par le Grand Esprit et nous ne pouvons la vendre parce qu’elle ne nous appartient pas."
Chef indien Blackfeet (Pieds-Noirs)

 

"Tous ceux qui connaissent le succès ont d’abord rêvé à quelque chose"
( parole Mancepa)

 

 

Quand le bison était libre, nous étions libres, ce furent les bonnes années. Bien que les troupeaux de bisons ne couvrent plus les grandes plaines, nous nous en souviendrons longtemps.

 Citation de Red Oak, le vieux chef Sioux.

 

 

Le soleil est mon Père et la terre est ma Mère, dans son giron, je reposerai.

Tecumeseh Chef Shawnee

 

"

«La deuxième paix est celle qui se crée entre deux individus, la troisième et celle qui soude deux nations. Mais au-dessus de tout cela il vous faut comprendre que la paix ne sera pas possible entre les nations tant qu’on ne sera pas convaincu que la véritable paix – comme je l’ai souvent dit – se trouve au cœur même de l’âme humaine.» 
Black Elk (Chef Sioux)

 

 

L’homme blanc n’obéit pas au Grand Esprit. C’est pourquoi nous ne pouvons être d’accord avec lui."

(Flying Hawk, chef Sioux du clan des Oglalas)

 

 

  La vie est un cycle sans fin. Chacun de nous est responsable de ses propres actions. Elles nous reviendront.

Betty Laverdure – Ojibway

 

La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un est bon et juste pour l’autre, et le Grand Esprit a fait de tous les Hommes des frères.

Bouclier Blanc

Il (Crazy Horse) l’ont tué parce qu’ils ne pouvaient pas le conquérir. »

Le guerrier oglala Fying Hawk

Choisis bien tes mots, car ce sont eux qui créent le monde qui t’entoure. P

Pensée des Navajos

Ma main n’a pas la même couleur que la tienne, mais si je la transperce, cela me fera mal. Le sang qui coulera de ma main sera de la même couleur que ton sang. Nous sommes tous deux enfants du Grand Esprit. 

Ours Debout – Chef Sioux Oglala

L'indien d’Amérique appartient au sol, que ce soit celui des fôrets, des plaines, des pueblos ou des mesas.

Il est en harmonie avec le paysages car la main qui a façonné le continent a façonné l’homme en fonction de son environnement. Il a poussé naturellement, comme le tournesol sauvage; il fait partie de la terre comme le bison en fait partie…

Luther Standing Bear (chef Sioux Oglaglas)

Vous avez remarqué que tout ce qu’un indien fait s’inscrit dans un cercle, et que toute chose rend à être ronde…

Le ciel est rond, et j’ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle, de même que les étoiles. Le vent, lorsqu’il se déchîne, tourbillonne. Les oiseaux font leurs nids en rond, car leur religion est la même que la nôtre…

Même les saison dans leur alternance forment un grand cercle: elles reviennent toujours. La vie de l’homme est elle ausssi un cercle, de l’enfance à l’enfance, et ainsi va tout ce qui est mû par le pouvoir.

Black Elk (Homme médecine Sioux Oglaglas)

 

 Toutes les choses dans le monde vont par deux. Nous sommes deux dans notre esprit-bon et mauvais. Nos yeux voient double-les choses qui sont belles et celles qui sont laides… Nous avons une main drote qui frappe et fait le mal, et une main gauche pleine de bonté, proche du coeur. Un pied peut nous conduire vers le mal. L’autre vers le bien.

Ainsi vont par deux toutes les choses, par deux.

Eagle Chief ( tribu desPawnees)

 

La vie d’un indien ressemble aux ailes de l’air. C’est pour cette raison que tu remarques l’habilité du faucon à saisir sa proie. Tel est l’indien. Le faucon fond sur sa proie; l’indien aussi. Dans sa complainte, il est comme un animal. Par exemple, le coyote est rusé; l’indien aussi. L’aigle également. C’est pour cela que l’indien se couvre de plume; il est apparenté aux ailes de l’air.

Black Elk (Elan Noir) Homme médecine Sioux Oglalas

 

Je suis pauvre et nu, mais je suis le chef de la nation. Nous ne voulons pas de richesse mais nous tenons à instruire correctement nos enfants. Les richesses ne nous serviraient à rien. Nous ne pourrions pas les emporter avec nous dans l’autre monde. Nous ne voulons pas de richesses. Nous voulons la paix et l’amour.

Red Cloud Chef Sioux Oglala

 

L’esprit n’est jamais né, 
L’esprit ne cessera jamais. 
Et il n’y eut pas de temps ou il n’était pas. 
Fin et commencement sont des rêves.

"De l’approche indienne de la vie ressort une grande liberté un amour intense et profond pour la nature; un respect pour la vie; une foi enrichissante en un Pouvoir Suprème; et des principes de vérité, d’honnêteté, de générosité, d’équité et de fraternité, bases des relations terrestres." 
Luther Standing Bear (Luther Ours Debout) (1868-1939) 
Chef Sioux Oglala

 

Tous les oiseaux, même ceux qui appartiennent à la même espèce, sont différents; et il en va de même pour les animaux et les êtres humains. La raison pour laquelle Wakan-Tanka ne fait pas deux oiseaux, ou deux nimaux, ou deux être humains exactement pareil, est que chacun est placé ici par Wakan-Tanka afin d’être un indivudu indépendant et autonome.

Shooter Fin XIXème

Sioux Téton

Quand un homme réalise quelque chose qui fait l’admiration de tous, on dit que c’est merveilleux; mais en voyant les changements du jour et de la nuit, le soleil; la lune, et lrs étoiles dans le ciel, et le passage des saisons sur la terre, avec leurs fruits mûrissants, chacun doit prendre conscience que c’est là l’oeuvre de quelqu’un de beaucoup plus puissant que l’homme.

Chased-by-Bears (1843-1915)

Sioux Santee-Yanktonai

Les Sioux croient et comprennent qu’un enfant est le plus grand cadeau de Wkan Tanka, en réponse aux prières ferventes, aux sacrifices et aux promesses. Par conséquent, l’enfant est considéré comme "envoyé de Wakan Tanka" à travers un élément: la nature humaine.

Robert Higheagle (début du XXème)

Sioux Téton

 

  Traitez bien la terre, elle ne vous a pas été donnée par vos parents, elle vous a été prêté pour vos enfants.

 Crazy Horse, Lakota/Oglala

 

Les oiseaux quittent la terre avec leurs ailes, et nous, les hommes, pouvons également quitter ce monde, non pas avec des ailes mais dans l’esprit.

Black Elk

Nous autres, Indiens, vivons dans un monde de symboles et d’images où le spirituel et l’ordinaire des jours ne font qu’un.

Black Elk

​​​​​​​​​​​​​​

Tous les oiseaux, même ceux qui appartiennent à la même espèce, sont différents; et il en va de même pour les animaux et les êtres humains. La raison pour laquelle Wakan-Tanka ne fait pas deux oiseaux, ou deux nimaux, ou deux être humains exactement pareil, est que chacun est placé ici par Wakan-Tanka afin d’être un indivudu indépendant et autonome.

Shooter Fin XIXème

Sioux Téton

Quand un homme réalise quelque chose qui fait l’admiration de tous, on dit que c’est merveilleux; mais en voyant les changements du jour et de la nuit, le soleil; la lune, et lrs étoiles dans le ciel, et le passage des saisons sur la terre, avec leurs fruits mûrissants, chacun doit prendre conscience que c’est là l’oeuvre de quelqu’un de beaucoup plus puissant que l’homme.

Chased-by-Bears (1843-1915)

Sioux Santee-Yanktonai

Les Sioux croient et comprennent qu’un enfant est le plus grand cadeau de Wkan Tanka, en réponse aux prières ferventes, aux sacrifices et aux promesses. Par conséquent, l’enfant est considéré comme "envoyé de Wakan Tanka" à travers un élément: la nature humaine.

Robert Higheagle (début du XXème)

Sioux Téton

 

  Traitez bien la terre, elle ne vous a pas été donnée par vos parents, elle vous a été prêté pour vos enfants.

 Crazy Horse, Lakota/Oglala

 

Les oiseaux quittent la terre avec leurs ailes, et nous, les hommes, pouvons également quitter ce monde, non pas avec des ailes mais dans l’esprit.

Black Elk

​​​​​​​

Vous avez remarqué que tout ce qu’un indien fait s’inscrit dans un cercle, et que toute chose tend à être ronde…

Le ciel est rond, et j’ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle, de même que les étoiles. Le vent, lorsqu’il se déchîne, tourbillonne. Les oiseaux font leurs nids en rond, car leur religion est la même que la nôtre…

Même les saison dans leur alternance forment un grand cercle: elles reviennent toujours. La vie de l’homme est elle ausssi un cercle, de l’enfance à l’enfance, et ainsi va tout ce qui est mû par le pouvoir.

Black Elk (Homme médecine Sioux Oglaglas)

 

 Toutes les choses dans le monde vont par deux. Nous sommes deux dans notre esprit-bon et mauvais. Nos yeux voient double-les choses qui sont belles et celles qui sont laides… Nous avons une main droite qui frappe et fait le mal, et une main gauche pleine de bonté, proche du coeur. Un pied peut nous conduire vers le mal. L’autre vers le bien.

Ainsi vont par deux toutes les choses, par deux.

Eagle Chief ( tribu desPawnees)

La vie d’un indien ressemble aux ailes de l’air. C’est pour cette raison que tu remarques l’habilité du faucon à saisir sa proie. Tel est l’indien. Le faucon fond sur sa proie; l’indien aussi. Dans sa complainte, il est comme un animal. Par exemple, le coyote est rusé; l’indien aussi. L’aigle également. C’est pour cela que l’indien se couvre de plume; il est apparenté aux ailes de l’air.

Black Elk (Elan Noir) Homme médecine Sioux Oglalas

 

…Je suis pauvre et nu, mais je suis le chef de la nation. Nous ne voulons pas de richesse mais nous tenons à instruire correctement nos enfants. Les richesses ne nous serviraient à rien. Nous ne pourrions pas les emporter avec nous dans l’autre monde. Nous ne voulons pas de richesses. Nous voulons la paix et l’amour.

Red Cloud Chef Sioux Oglala

 

L’esprit n’est jamais né, 
L’esprit ne cessera jamais. 
Et il n’y eut pas de temps ou il n’était pas. 
Fin et commencement sont des rêves.

"De l’approche indienne de la vie ressort une grande liberté un amour intense et profond pour la nature; un respect pour la vie; une foi enrichissante en un Pouvoir Suprème; et des principes de vérité, d’honnêteté, de générosité, d’équité et de fraternité, bases des relations terrestres." 
Luther Standing Bear (Luther Ours Debout) (1868-1939) 
Chef Sioux Oglala

 

La Terre n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la Terre.

Sitting Bull,Chef sioux

"Quand le bison était abondant, nous étions libres, ce furent les bonnes années. Bien que les troupeaux de bisons ne couvrent plus les grandes plaines, nous nous en souviendrons longtemps."

Red Oak, le vieux chef Sioux.

l’indien d’Amérique appartient au sol, que ce soit celui des fôrets, des plaines, des pueblos ou des mesas.

Il est en harmonie avec le paysages car la main qui a façonné le continent a façonné l’homme en fonction de son environnement. Il a poussé naturellement, comme le tournesol sauvage; il fait partie de la terre comme le bison en fait partie…

Luther Standing Bear (chef Sioux Oglaglas)

Partager cet article
Repost0

Les Harkis ou la trahison et la traîtrise personnifiées

Publié le par Ahmed Miloud

Pierre Messmer armant un harki durant la guerre d'Algérie
Pierre Messmer armant un harki durant la guerre d'Algérie

La traîtrise et la trahison sont les symboles du mensonge suprême, mensonge contre soi-même d'abord,contre son identité et enfin contre sa personnalité avant d'être contre son pays et son peuple .Un traître, comme il est dit justement dans cet article, est honni partout, surtout par sa conscience. Il est indésirable là où il passe et se sent indésirable là où il est et c'est cela la punition de sa trahison et de sa traîtrise. C'est la rançon de son mensonge à l'encontre de lui-même

ahmedmaghnia

                                                  Les harkis : entre statut de filleul et mépris des aïeuls !

 

Seul le temps aide à cicatriser les plaies du passé. Il dispose de cette providence de très longtemps les conserver sous pli fermé. Cependant, de temps à autre, c’est une trituration distraite de l’histoire ou de l’esprit qui les rouvre à nouveau. Et à la foulée, elles s’invitent à distance dans ces discussions byzantines, bien souvent sans probable fin !

Elles sont ainsi remises au goût du jour, avec en plus l’impact du recul dans le temps qui les propulsent à la Une et leur indique une toute autre signification, sinon une toute nouvelle orientation que sous-tendent de résurgentes revendications.

Toutes les guerres sont sales par définition. Leur lot de misères jalonne l’histoire, et nous fait parfois revenir à leur point de départ. On les refait donc dans notre mémoire, de la manière qui nous semble être la mieux appropriée. Et seuls les blessés à vie comptent à présent parmi ses nombreuses victimes. Dès lors que les morts auront été pour la plupart à jamais oubliés.

Leurs bourreaux sont, quant à eux, comme de tradition vilipendés, jetés à la vindicte populaire, sans ménagement ni respect pour les morts cloués au pilori, dénigrés de manière vilaine et très violente, grillés à jamais pour ceux encore restés en vie !

Mais que dire encore d’un acteur d’une guerre qui traine derrière à lui, à la fois, ce boulet du misérable individu au « statut double », l’un fort méprisé du bourreau, conjugué à celui de la pauvre victime ? Comment la société d’origine comme celle d’accueil arriveront-elles à se comporter à son égard ? Le considèrent-elles comme une victime collatérale ? Ou plutôt comme ce vrai bourreau qui a depuis changé de camp ?

En changeant casaque, il s’est de facto ou de droit approprié le surnom de harki. Il est donc, une fois la guerre terminée et les armes tues et définitivement rangées, devenu par excellence cet indésirable d’ici et d’ailleurs ! Il n’inspire plus confiance. Ni à ses anciens confrères ou frères de sang et de lait qu’il a déjà trahis. Ni à ses nouveaux partenaires d’un combat désormais achevé qui le fuient, une fois la hache de guerre déposée !

Il est au milieu du gué de l’histoire, ne sachant quelle rive de la Méditerranée en fin de parcours gagner ! Sur celle située à l’opposé de son village natal, il est ce filleul qui doit rester bien seul au sein de cette société occidentale qui n’a plus le mental à le considérer comme un véritable allié. Sur la terre de ses aïeuls, l’heure était à au plus vite s’en débarrasser, quelle qu’en soit la manière d’y parvenir. Car le crédit à de nouveau lui accorder aura été en totalité déjà consommé !

Par la force des choses, il ne symbolise plus pour ses nouveaux parrains que ce « butin de guerre » si gênant et vraiment très compromettant. Et plus personne n’en veut ! Maintenant comme autrefois ou jadis ! Il trimbale ce maudit statut d’un dangereux soldat qui est capable d’envoyer sa balle dans le camp de ceux à qui il doit tout dans la vie : à commencer par ce lait maternel qu’il aura longtemps ingurgité lorsqu’il n’était qu’un tout frêle et gracile bébé.

Fouiller dans sa mémoire représente pour lui cet exercice si difficile qu’il veut à tout prix éviter. Et comme la nature a horreur du vide, il ne peut s’en empêcher dans ses rêves qui lui causent tant d’insomnies, tous ces grands regrets.

Farfouiller dans les fourrés des plis de l’histoire de la révolution algérienne inquiète très sérieusement les harkis, ces supplétifs de l’armée française du siècle dernier. Au point de tout regretter dans leur vie ! De tout abandonner dans leur quotidien ! Ils se considèrent être « ce dindon de la farce » d’une guerre dont ils n’auront tiré aucun profit !

Ils doivent tous se « mordre les doigts ou la langue » d’avoir délibérément fait ce choix, au départ peut-être vraiment inconscient, qui les a au final conduits vers cette « impasse de l’Histoire » où ils doivent tout endosser, sans la moindre possibilité de pouvoir encore se défendre ou même se dédouaner vis-à-vis de leurs pairs et ancienne patrie.

Ils resteront ces éternels inculpés de l’histoire tout le temps privés de défense, et surtout condamnés bien avant même d’être jugés ! Ils vivront toujours dans la peau de ces reclus sans procès, de ces ignorés de l’humanité, de ces ratés de la société, de ces individus incapables de payer leur dû envers un peuple qu’ils auront trainé dans la boue !

A présent, presque tous octogénaires, ils n’ont plus la tête à se remémorer cet itinéraire si particulier et très escarpé qui les avait malencontreusement conduits à faire ce « chemin de l’exil » somme toute très dangereux, qui a pour finalité de les « extirper de leur milieu social naturel » sans jamais, en contrepartie, leur offrir de « patrie de substitution », en guise de réconfort des efforts consentis au profit du colon d’hier.

Ils sont cette page de l’histoire dont l’Algérie lui tourne le dos et que la France ignore. Ils représentent ce secret suspect dont personne ne lui tend l’oreille ! Ce ballon encombrant que chacun le propulse plus loin chez l’adversaire du coin. Celui de l’autre rive de la Méditerranée.

Ils sont ces « égarés d’une guerre » qui n’émargeront plus jamais aux pages de gloire de l’histoire de la révolution qu’elle enfantée, à laquelle ils ont pourtant pris part. Résignés à vivre en vase clos, ils scrutent ces horizons bouchés qui ne leur répercutent que le reflet de la « bêtise de la traitrise » !

Que l’absence de considération du subconscient de la mémoire collective ! Que l’impact de ces « balles assassines » qui conduisent à la « soumission déclarée » ou au « parricide programmé » à l’égard d’une patrie qui leur a pourtant tout donné !

Ils sont tout le temps hantés par les flammèches des rayons de soleil qui leur fait par inadvertance découvrir la plutôt sombre ombre de la physionomie de leur propre silhouette ! Ils se font intérieurement tant de reproches envers l’histoire qu’ils suspectent tout ce qui meuble leur environnement immédiat et tout ce qui fait partie intégrante de leur quotidien !

Ils sont ce « très lourd fardeau de l’histoire » dont personne ne veut le porter ! Ce cliché du passé qu’on refuse de dénuder ! Qu’on évite de ressasser ! Ce dossier noir que tout le monde nie ou ne manifeste aucun intérêt à encore le consulter, de le rouvrir à nouveau ou de même définitivement le classer, faute d’une issue concertée de très diplomatiquement l’archiver !

Ils n’auront droit ni au silence très pesant qui ensevelit de son voile si épais les oubliés de l’univers, ni même droit au respect et les égards qui l’accompagnent que l’on doit à nos morts, ceux depuis longtemps enterrés dans les jardins de l’Eden et ses majestueux près !

Entre ce misérable statut d’un véritable filleul véhiculé sur cette rive-ci et celui du mépris ouvertement affiché à leur égard par leurs aïeuls, sur ce rivage-là, ils ne rêvent ou aspirent qu’à disposer de ce linceul fait de ce blanc immaculé qui les absout après leur départ pour l’au-delà de leurs méfaits et péchés commis à l’endroit du peuple algérien.

L’individu encombrant que symbolise ce soldat ayant tourné casaque est-il seulement devenu ce vieux guerrier dont ne veut même plus son port d’échouage, en sus de son nouvel environnement jugé comme très hostile à sa présence sur le sol français ?

Le très symbolique et non moins énigmatique Bachagha Boualem, qui a dû de nouveau « racheter sa nationalité française », pour lui-même ainsi que pour la centaine des membres de sa propre famille qui l’accompagnait dans son exil, une fois rapatrié sur les berges de l’autre continent, à la fin de la guerre d’Algérie, en donne d’ailleurs toute la signification du statut dégradant réservé aux harkis, après ce « devoir accompli » au profit de la colonie française de l’Algérie.

Et toutes les médailles de mérite ou galons de guerre du monde réunis ne sauraient atténuer la souffrance des harkis, ni même un tant soit peu satisfaire à leur quête de retrouver leur dignité, sinon de trouver juste de la considération auprès de ceux dont ils ont pourtant défendu leur cause et hégémonie au péril de leur vie et contre ceux qui furent autrefois les leurs !

Cherchent-ils, après tout, à coûte que coûte devenir ce « véritable outil d’une surenchère politique » aux mains des français et aux contours encore indécis dont ils ne sont guère déjà assurés qu’ils en seront les premiers à en profiter ?

Le temps ayant depuis fait ses effets, mais aussi beaucoup de chemin, les générations de gouvernants français se succédant l’une après l’autre, ils réalisent, enfin, qu’ils représentent, de nos jours, cette « carte à jouer » dont dispose à présent la France officielle pour contrecarrer toute tentative de repentance liée à sa responsabilité au regard des crimes de guerre commis contre le peuple algérien.

Aussi, la France cosmopolite peine sinon refuse d’assumer son histoire pour vraiment bien saisir à la volée le reflet que lui répercute le « miroir de son passé colonial ». Elle refuse donc manifestement à considérer sur un pied d’égalité –et au même titre que ses enfants de souche- ces vieux soldats ainsi que les membres de leurs petites familles, autrefois rapatriés en métropole à l’indépendance de l’Algérie.

Dans l’esprit « diplomatique et relationnel » de la France avec l’Algérie, la question des harkis intègre désormais le « volet mémoriel » de leur histoire commune, comme simple pirouette servant à son Président Emmanuel Macron de trouver l’échappatoire qu’il faut en vue de se dérober devant l’Histoire, quant à ses sulfureuses mais néanmoins très courageuses déclarations au sujet des crimes de guerre autrefois commis sur le sol algérien par l’armée de la France coloniale.

Cela reste tout de même une façon comme une autre de faire de manière plutôt hypocrite diversion sur une question de fond, à au plus vite évacuer, à l’effet de regarder ensemble dans la même direction et de projeter en commun un partenariat durable basé sur le respect mutuel des peuples, grâce à la bonne considération de ces référents de l’Histoire, seuls garants de leur succès futur.

Comme un cheveu dans la soupe, la question des harkis revient de nouveau au-devant de la « scène politique commune » pour davantage envenimer les relations algéro-françaises. Après l’histoire du retour et des biens des pieds-noirs en Algérie, voilà qu’on en fait ce grain de sable qui compromet très sérieusement l’esquisse choisie pour dénouer l’écheveau du statu quo.

Bâtir l’avenir des relations futures entre les deux pays concernés sur des considérations liées à cette génération en voie de disparition, que le temps a déjà classées dans les archives désuètes du passé désormais largement dépassé, n’augure guère d’un schéma de pensée politique qui s’inscrit dans la durée.

Il ne nous fait que de nouveau revisiter l’histoire. Que revenir à ses vieux démons.

Source :

https://dzmewordpress.wordpress.com/2018/01/26/harkis-indesirable-ici-et-ailleurs-le-prix-de-la-trahison/

Le télégramme des autorités françaises qui montre que ces dernières se lavent les mains du problème des harkis comme si c'était un linge sale.
Le télégramme des autorités françaises qui montre que ces dernières se lavent les mains du problème des harkis comme si c'était un linge sale.

Le télégramme des autorités françaises qui montre que ces dernières se lavent les mains du problème des harkis comme ci c'était un linge sale.

Harkis manifestant pour leur reconnaissance par la France
Harkis manifestant pour leur reconnaissance par la France
Harkis
Harkis

 

Partager cet article
Repost0

Des membres de partis islamophobes et xénophobes se convertissent à L'Islam

Publié le par Ahmed Miloud

Mot à dire :
Malgré les mythes mensongers véhiculés par les détracteurs de l'Islam au sujet de cette belle religion,seule dans le monde à prêcher l'Unicité de Dieu et Son adoration exclusive en dehors de toute autre divinité , des personnes de tous horizons se convertissent à L'Islam et même les plus irréductibles parmi elles.Ceux qui combattaient hier de toutes leurs forces son avancée, trouvent en lui le vrai chemin spirituel qui conduit à l'apaisement de leurs cœurs et à la fortification de leur foi.
Ahmed Miloud
                          **************

 

Un dirigeant de l'AfD se convertit à l'islam

Une affiche de campagne de l'AfD comportant les mots "Stop à l'islamisation" à Berlin le 20 septembre 2017.
«L’islam n’a rien à faire en Allemagne», clame le parti allemand AfD, connu pour ses positions anti-immigration. Un slogan que ne fait plus sien un de ses membres, Arthur Wagner, qui vient de se convertir à la religion musulmane.

Arthur Wagner, l'un des dirigeants de l'AfD (Alternative pour l'Allemagne) dans la région du Brandebourg, semble avoir pris à rebours la ligne anti-immigration et anti-islam de son parti politique. A la surprise générale, sa conversion à la religion musulmane a été révélée dans la presse le 23 janvier.

«Le parti n’a aucun problème avec cette décision», a expliqué le porte-parole de l’AfD, Daniel Friese dans le quotidien le Tagesspiegel. «La religion est une affaire privée. Le respect de la liberté de culte est une obligation fondamentale. Monsieur Wagner aurait pu choisir n’importe quelle autre religion», a-t-il ajouté. Daniel Friese a aussi garanti que son parti protégeait les droits «des musulmans, des chrétiens et des homosexuels».

L'AfD a également annoncé qu'Arthur Wagner souhaitait ralentir ses activités au sein du parti. 

Ancien membre de la CDU, qu’il a quittée en 2012, il avait entamé sa carrière au sein de l’AfD par rejoindre le groupe des «Chrétiens de l'AfD». Il a d’ailleurs été réélu responsable des églises et des communautés religieuses pour le parti en avril 2017.

Citoyen allemand d’origine, Arthur Wagner affiche une vie privée qui contraste avec ses prises de position politiques. Dans une vidéo diffusée pendant l'été 2017, il critiquait ainsi «l'ouverture» des frontières lors de la crise des réfugiés. « L'Allemagne est en train de devenir un autre pays», expliquait-il. Toutefois, parallèlement à son engagement politique, il participait déjà à des activités de bénévolat pour l’intégration des réfugiés dans sa ville natale de Falkensee, au nord-est de l’Allemagne.

L’AfD s’est toujours illustrée par ses positions anti-migrants et anti-islam et voit dans «son expansion et la présence d'un nombre toujours croissant de musulmans, […] un grand danger» pour l'Etat, la société et le système de valeurs allemands. Mobilisé contre l'«islamisation de l’Allemagne», le parti mène aussi campagne contre l'implantation de mosquées sur le territoire national. 

Aux dernières élections législatives, le 24 septembre 2017, l'AfD était entrée au Parlement avec un score d'environ 13% – une véritable victoire pour ce parti créé il y a quatre ans seulement.

Source : https://www.google.dz/amp/s/francais.rt.com/international/47535-allemagne-cadre-afd-se-convertit/amp#ampshare=https://francais.rt.com/international/47535-allemagne-cadre-afd-se-convertit

Autres articles sur le même sujet ici:

http://islamvraiereligion.over-blog.com/2017/10/le-cheminement-vers-l-islam-des-convertis.html

Arnaud Van Doorn, l’ex-député de l’extrême droite néerlandaise, auteur du film anti-islam  “Fitna “explique dans cette vidéo pourquoi il s’est converti à l’islam.   “Je me sentais honteux devant la tombe du Prophète. J’ai pensé à la grave erreur que j’avais faite en produisant ce film sacrilège. J’espère que Dieu me pardonnera et acceptera mon repentir”, avait   notamment déclaré  Arnaud Van Doorm,  lors de son pèlerinage à la Mecque en 2013.

 

 

 
 

Près d’un an après que son père ait quitté ses oripeaux d’extrémiste de droite pour se laisser envelopper par le halo de lumière de l’islam, guidé par son inclination du cœur et la pureté cristalline de sa quête de sens et non plus par la fureur islamophobe de son ex-« führer » Geert Wilders, Iskander Van Doorn, le fils du député néerlandais Arnoud Van Doorn, dont la conversion retentissante avait  provoqué stupeur, irritation et rejet au sein de la classe politique des Pays-Bas, marche confiant et serein sur ses pas, sur le chemin de la foi.

A 22 ans, le jeune homme a été, à son tour, touché par la grâce divine, après avoir assisté, bouleversé, à la métamorphose de son père, ce parlementaire qui, hier, était galvanisé par une rhétorique haineuse jusqu’à se compromettre gravement en participant à la réalisation du film d’épouvante « Fitna », conçu par le sinistre Geert Wilders, et qui, aujourd’hui, irradie de sérénité et de sagesse. Une paix intérieure que seul le souvenir obsédant de son implication dans ce brûlot filmique incendiaire vient encore troubler.

Empruntant la même voie initiatique que son père, Iskander Van Doorn a progressé à son rythme dans son aspiration à Dieu, au fil de sa découverte des enseignements coraniques et de leur infinie profondeur, un cheminement intime qui l’a conforté dans ses convictions et l’a conduit à prononcer la Shahada, le 21 avril dernier à Dubaï, lors de la Convention internationale de la paix 

J’ai constaté que mon père était considérablement apaisé après sa conversion à l’Islam. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte qu’il y avait quelque chose de bien dans cette religion, et ma perception des musulmans en a été à jamais changée. J’ai alors commencé à étudier le Saint Coran, et au fur et à mesure que je m’imprégnais des préceptes islamiques et de leur richesse, ma croyance s’intensifiait, puis j’ai décidé d’approfondir mes connaissances et de suivre un enseignement islamique de haut niveau » a expliqué Iskander Van Doorn aux médias de Dubaï, avant d’ embrasser l’islam officiellement avec 37 autres personnes, au cours d’un jour, béni entre tous, qui a marqué un tournant décisif dans sa jeune vie.

Arnoud Van Doorn a accueilli avec joie l’annonce de l’islamité de son fils, heureux de le voir ainsi s’accomplir spirituellement et humainement dans une religion dont l’universalité du message est constamment brouillée ou noircie à dessein, à l’heure où, lui-même, s’emploie de toutes ses forces à déconstruire les mythes et autres amalgames dévastateurs, tout en se rachetant de la faute antérieure qui hante ses nuits : le très toxique film de propagande “Fitna”.

Je veux absolument corriger les erreurs que j’ai faites dans le passé. Je veux utiliser mes talents et mes compétences d’une façon positive en rétablissant la vérité sur l’Islam et en propageant son vrai message. J’essaye actuellement de réaliser un long métrage qui retracerait le parcours exceptionnel du Prophète Muhammad (la paix soit sur lui), avec le soutien financier de la société canadienne Dawah qui m’avait convié à effectuer le Hajj, a déclaré l’ancien député du PVV qui n’a pas pour autant renoncé à l’exercice de la politique, mais cette fois-ci en tant que chef de file du premier Parti islamique européen. Un voeu qui lui est cher et qu’il compte bien exaucer, faisant fi de tous les sarcasmes et critiques au vitriol.

De quoi faire s’étouffer de rage le fulminant Geert Wilders, qui avait déjà subi un cuisant camouflet par Arnoud Van Doorn, quand ce dernier avait confié que c’est à force d’avoir été abreuvé de préjugés et de discours anti-musulmans outranciers que son intérêt pour l’islam avait été aiguisé. Ou quand trop de diabolisation tue la diabolisation…

Source :

https://oumma.com

 

 
Partager cet article
Repost0

Le sionisme est la plus grande menace pour l'humanité

Publié le par Ahmed Miloud

Le sionisme est l'ennemi de tous, même des Juifs !

 

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/1653960-2228506.jpg

 

(..) "il faut rappeler que même quand les médias n’en parlent pas, la puissance occupante tue en moyenne deux civils palestiniens chaque jour (..)  Les victimes civiles, au mépris de toutes les règles du droit international, des codes militaires et des usages de la guerre, sont redevenues le véritable objectif des guerres. On est revenu à la destruction "structurelle" de la Seconde guerre mondiale, avec ses tapis de bombes, et du Vietnam avec le napalm" (..)

http://mcpalestine.canalblog.com/archives/2014/07/18/30272255.html

La vraie menace,

c'est le sionisme !

Par Chantal Dupille (eva R-sistons)

 

Jamais on n'entend prononcer le mot "sionisme" dans les médias, pas plus d'ailleurs que les mots "sayan, sayanim" ou "goy, goyim" (1). Pourtant ils recouvrent des réalités incontournables.

 

La principale menace n'est pas l'Islam, qui n'a ni les moyens financiers ni les moyens militaires des sionistes. Dans le Coran, le "djihad" est la guerre contre ses mauvais penchants, et les guerres de conquête sont exclues (seules sont tolérées, évidemment, les défensives). Tandis que dans la doctrine juive, la guerre est d'agression, de conquête. Le djihad aujourd'hui, mis en avant par nos médias tous sionistes, est une guerre orchestrée par les Services Secrets de l'Occident comme le Mossad et la CIA, pour diviser les peuples et ensuite, régner en contrôlant les gens comme les ressources. Les Musulmans radicaux sont utilisés après avoir été fanatisés, armés, formés, et même drogués pour être plus sanguinaires, comme en Syrie, Libye, Afghanistan, Irak, au Caucase etc. L'Occident est un pompier pyromane, puisqu'il suscite lui-même le terrorisme qu'ensuite il prétend combattre.

La vraie menace pour le monde, c'est le sionisme, qui est une perversion du judaïsme. Ainsi, une femme rabbin anti sioniste écrit : "Le Sionistan, c'est un État qui s'est construit sur le mensonge, la falsification, la violence, la colonisation et le chantage à la Shoah".

  zionismisnazism1
Pourquoi le sionisme, très discret, est-il si dangereux ? J'avais récemment écrit un tweet très éloquent : "Gaza, pardon, c'est le "hors-d'oeuvre" ; le plat de subsistance, c'est le Nouvel Ordre Mondial à venir, inspiré par les sionistes". Je vais résumer en quelques mots tout ce qu'il y a derrière le sionisme, aujourd'hui.
 
D'abord, il y a des individus tous puissants comme Rothschild, qui peu à peu accapare les terres du monde entier (pour ensuite tout y contrôler), ou Bill Gates (eugéniste notoire), ou Goldman Sachs, le banquier le plus influent de la planète, "maître du monde", dit-on. Ensuite, il y a à la tête d'Israël des dirigeants fascistes, fanatiques, liés aux colons extrémistes, comme Netanyahu annonçant avec cynisme que les Etats-Unis lui sont soumis (ne serait-ce qu'à l'ONU, Israël votant par procuration et bloquant toute résolution à son encontre), ou Liberman qui rêve de détruire l'Iran avec une bombe Hiroshima. Et c'est l'Iran (n'ayant jamais attaqué personne) qui veut rayer Israël de la carte ? Bah voyons ! Notons d'ailleurs que le nouveau Président d'Israël est un radical, partisan du "Grand Israël", et opposé à la création d'un Etat palestinien ; le ton est donné ! Un ton qui présage le pire...
 
Ensuite, il y a aussi derrière le sionisme le plus fanatique, messianique, biblique, une certaine doctrine,"talmudo-sioniste", avec en gros cinq idées haineuses et racistes, "un peuple élu, une race supérieure, tout dominer, et éliminer ou assujettir les Goyim". Comparons avec la charité chrétienne, ou avec les cinq grands préceptes de l'islam comme "se prosterner cinq fois par jour devant Dieu, faire l'aumône aux pauvres"...
 
Et il y a les faits. Gaza est la partie visible de l'iceberg. Israël veut récupérer la terre et voler le gaz offshore, en éliminant les habitants par tous les moyens : Bombardements, massacres, morts, blessés, handicapés, enterrés vivants, malades (cancer, malformations à la naissance, etc), et puis il y a les traumatisés, la destruction des infrastructures, du commerce, des vergers, des oliveraies, de la Centrale électrique, des routes, des maisons, des écoles, des hôpitaux, des radios, etc. Au nom des tunnels, qui avaient fait zéro mort en Israël, mais qui assuraient la survie des Gazaouis. Il s'agit d'un cas unique, du crime le plus monstrueux de l'Histoire, d'une punition collective de tout un peuple innocent (de la Shoah), via une prison à ciel ouvert, un ghetto, un cimetière gigantesque... bref d'une Shoah qui ne dit pas son nom, le plus cruel génocide de l'humanité, mais pas perçu comme tel car lent et sournois.
Mais il ne faudrait pas se limiter à Gaza. Car par exemple, les pires conflits, chaos, attaques, guerres civiles, assassinat ciblés, attentats, guerres... sont orchestrés par les sionistes. Ainsi, c'est pour Israël que Bush a entrepris la destruction de l'Irak, que BHL a mandaté la France détruire la Libye, que des adversaires du laïc et progressiste Assad ont attaqué la Syrie sous de faux prétextes, et c'est aussi pour l'entité sioniste que le Liban a été hier désintégré, que des néo-nazis orchestrent un génocide en Ukraine Est, que l'Afrique est désormais en plein chaos, que des groupes terroristes ont été suscités comme Boko Haram, Al Nosra, EIIL... Le monde souffre mille maux à cause des sionistes et de ses alliés américains, anglais et français, désormais. C'est tout simplement effrayant ! Et les meRdias français tous sionisés osent répandre l'idée qu'Israël "démocrate" est l'antidote au terrorisme ! Une sorte de pompier-pyromane, donc... Or celui qui aujourd'hui résiste réellement au terrorisme, c'est Assad, eh oui !
 
Quoi d'autre ? Les sionistes sont les plus grands menteurs, depuis la création d'Israël "une terre SANS peuple pour un peuple sans terre". Et si on les écoute, ils n'ont pas d'armes de destruction massive, alors qu'ils les utilisent sans cesse et qu'ils possèdent la bombe atomique. Un historien sioniste a d'ailleurs dit que si Israël n'est plus en état de se défendre, il enverrait ses armes atomiques au quatre coins du globe pour se venger ! La vengeance, une idée très sioniste, qu'un Meyer-Habib tente d'introduire à l'UDI et même au Parlement. Et puis, ce sont aussi de grands voleurs, décidés à conquérir par tous les moyens ce qu'ils convoitent. Quant à l'hypocrisie et à la cruauté mentale, n'en parlons pas ! Illustration ici :
 
Des israéliens chantent: "Il n'y aura pas d'école demain, on a tué tous les enfants"
Mais encore ? L'usure, vous connaissez ? C'est un précepte du Judaïsme. Sauf qu'au bout de cinquante ans, les dettes devraient être remises... Nos sionistes rackettent la planète entière avec leurs Banques centrales, réduisant l'humanité à la misère, comme en Grèce où pour satisfaire la voracité insatiable des banksters, le pays est condamné à vendre son patrimoine, à  priver les habitants de leurs droits humains... Tiens, ce 31 juillet 2014, j'ai vu un reportage sur les prisons grecques où l'on enferme ceux qui n'ont pu payer leurs "dettes", et lorsqu'ils tombent malades, s'ils deviennent par ex diabétiques, on les ampute des deux jambes. Les malades du sida meurent au milieu des détenus, et j'en passe, de pires. Mais les usuriers sont satisfaits !  
..
Est-ce tout ? Pas du tout, le pire est à venir. Qui conçoit les plans monstrueux du Nouvel Ordre Mondial, avec à la clef dictature, uniformisation du monde, genre neutre, asservissement, etc ? Les sionistes, encore eux. Petits par le nombre, mais gigantesques par le pouvoir, l'influence, et la nocivité.
.
Il est temps de se débarrasser de cette vermine, en lui octroyant la seule place qu'elle mérite : La prison. C'est ELLE, ou nous TOUS ! 
.
Et en attendant, la meilleure arme, celle qui a vaincu l'Afrique du Sud coloniale, c'est le boycott. L'arme économique est très efficace, et elle ne fait pas de morts, elle...
Chantal Dupille (eva R-sistons)

(1) Sayan, agent d'Israël en France, il y en a partout. Pluriel sayanim - Goy, non Juif, pluriel goyim
Source :

Le sionisme autant que le nazisme s'attaque même aux enfants :

Un reportage de France 2 sur Ahed Tamimi diffusé dans le journal de 20H.

 

 

 

L'histoire de la Palestine racontée en quelques mots par le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas Abou Mazen

 

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 > >>