Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Bible annonce la venue du Prophète Mohammed, paix et bénédiction de Dieu sur lui

Publié le par Ahmed Miloud

Partager cet article
Repost0

Le Nouvel Ordre Mondial par vidéo

Publié le par Ahmed Miloud

Voir : https://illuminati-secrets.skyrock.mobi/

Le Nouvel Ordre Mondial, tel qu’il est programmé, œuvre à la destruction de tous les repères historiques, cultuels et culturels des nations du monde.Il prévoit de le remplacer par une société mondiale unique, tournée vers le consumérisme, l’hédémonisme et la négation de Dieu. 
Pour réaliser leurs projets funestes, les promoteurs de ce Nouvel Ordre Mondial se sont attachés à évacuer la religion de l’espace public en la confinant entre quatre murs par l’instauration de la laïcité dans les pays judéo-chrétiens et par le pouvoir « civil « dictatorial ou tribal dans les pays musulmans ». 

IL emploie pour ce faire les médias qu’il contrôle et la corruption des élites qu’il a lui-même placées dans les sphères des institutions tant politiques que financières.

Le Nouvel Ordre Mondial n’est pas une théorie «conspirationniste » mais un réel projet des Illuminati bien engagé dont Jacques Attali, porte-voix de ce mondialisme, prend plaisir à nous conter les projets maléfiques dans cette vidéo :
 


 

 

 

La vidéo "L'effrayant Nouvel Ordre Mondiale ci-dessus a été censurée par Google.Sur ordre de qui?Je vous laisse deviner !
D'autres vidéos sur le même sujet ici :
 
Partager cet article
Repost0

La décadence de L'Occident

Publié le par Ahmed Miloud

L'histoire de la civilisation occidentale est jalonnée d'événements sanglants depuis toujours,notamment depuis l'époque romaine à ce jour.Se prévalant de la religion judéo-chrétienne et de sa "supériorité de race blanche sur les races inférieures," L'Occident s'est lancé dans la colonisation des pays non judéo-chrétiens pour les amarrer à sa culture et à sa manière de vivre,par la force du fer et du sang.S'appuyant sur le bible(voir versets ci-dessous),il ne laissa derrière lui que massacres et désolation là où il passait.

Ainsi parlaient deux figures historiques françaises :

Jules Ferry à la tribune de la Chambre des députés le 28 juillet 1885 sur la supériorité de la race blanche sur les autres peuples:"IL y a pour les races supérieures un droit,parce qu'il y a un droit pour elle. Elles ont le devoir de CIVILISER LES RACES INFÉRIEURES ".Il faut comprendre. par "races blanches"les peuples non-chrétiens,comme c'est précisé par le Général de Gaulle dans sa fameuse citation(voir ci-dessous) que les nostalgiques du colonialisme citent selon l'humeur du moment.

Charles de Gaulle : "Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de RACE BLANCHE, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.  "(Conversation entre de Gaulle et Alain Peyrefitte le 5 mars 1959 suite aux événements d’Algérie)

  • Mais dans les villes de ces peuples dont l'Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme l'Éternel, ton Dieu, te l'a ordonné, afin qu'ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations qu'ils font pour leurs dieux, et que vous ne péchiez point contre l'Éternel, votre Dieu." (Deutéronome 20 :16-18)
     
  • "Et ils tuèrent entièrement, par le tranchant de l'épée, tout ce qui était dans la ville, et homme et femme, et enfant et vieillard, les bœufs, les moutons et les ânes. Et Josué dit aux deux hommes qui avaient exploré le pays : Entrez dans la maison de la prostituée, et faites-en sortir la femme et tous ceux qui sont à elle, comme vous le lui avez juré." (Josué 6 :21)
     
  • "En ce jour-là, Josué s'empara de Maqqéda et la passa, ainsi que son roi, au tranchant de l'épée ; il les voua à l'interdit, eux et toutes les personnes qui s'y trouvaient ; il ne laissa pas un survivant et il traita le roi de Maqqéda comme il avait traité le roi de Jéricho. Josué, et tout Israël avec lui, passa de Maqqéda à Livna et il engagea le combat avec Livna." (Josué 10:28-29)
     
  • "Et même le seigneur ton Dieu leur enverra le frelon jusqu'à la disparition de ceux qui resteraient et se cacheraient devant toi. Ne tremble pas devant eux, car il est au milieu de toi, le seigneur ton Dieu, un Dieu grand et terrible. Le seigneur ton Dieu chassera ces nations devant toi peu à peu : tu ne pourras pas les achever aussitôt, car autrement les animaux sauvages deviendraient trop nombreux contre toi. Pourtant le seigneur ton Dieu te livrera ces nations et jettera sur elles une grande panique jusqu'à ce qu'elles soient exterminées. Il livrera leurs rois entre tes mains, tu feras disparaître leur nom de sous le ciel ; aucun ne tiendra devant toi, jusqu'à ce que tu les aies exterminés. Les idoles de leurs dieux, vous les brûlerez. Tu ne te laisseras pas prendre au piège par l'envie de garder pour toi leur revêtement d'argent et d'or, car c'est une abomination pour le seigneur ton Dieu." (Deutéronome 7 :20-25)

C'est ce qui a fait dire à Voltaire (et à d'autres) que le christianisme est "la plus ridicule, la plus absurde et la plus sanglante religion qui ait jamais infecté le monde. " (Lettre à Frédéric II, roi de Prusse, datée du 5 janvier 1767). 

En effet,depuis l'appropriation du christianisme par l'Empire Romain qui en fit une religion d'État ,des expéditions ,souvent meurtrières,furent levées contre les nations non chrétiennes,qualifiées de peuples barbares ou sauvages, pour les assujettir au diktat romain ,afin de les civiliser comme ils disent.

Écoutons Napoléon Bonaparte : "Après la mort de Jésus, un groupe de politiciens, de Rome, a vu dans cette religion, une possibilité de contrôler une masse importante de gens. Ils ont donc élevé Jésus au rang de Dieu, et partie de Dieu Lui-même. Ils ont ensuite donné à Dieu des partenaires. Ils étaient maintenant trois en un."(Correspondance de Napoléon, Journal de Sainte Hélène.)

Autre sources :

http://Correspondance de Napoléon Ier Tome V pièce n° 4287 du 17/07/1799: profession de foi, voir aussi pièce n° 3148; et de l’ouvrage de Christian Cherfils: “Bonaparte et l’Islam” - Pedone Ed. - Paris - 1914 - p. 81 - 127 )

Le déclin de l'Empire romain  et de l'Occident d'aujourd'hui,mêmes causes,mêmes effets

Le déclin de l'Empire romain est dû à deux causes principales: le racisme envers les autres peuples(considéré comme barbares et inférieurs) et l'autoritarisme ( du maîtres sur ses esclaves).Ces causes,qui fondaient la politique des Romains sur les nations qui leur étaient assujettis durant 600 ans,eurent raison de cette civilisation orgueilleuse et arrogante,qui faisait fi des valeurs communes humaines.

http://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/antiquite-chute-empire-romain-sont-causes-5410/

"Il y a plus de 200 ans, le célèbre historien anglais Edward Gibbon soulignait les principales causes de la chute de l’ancien Empire romain : l’amour du luxe, un fossé croissant entre les riches et les pauvres, une obsession pour le sexe, une volonté accrue de bénéficier d’aides financières gouvernementales et de vivre aux frais de l’État. Au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, ce même phénomène est devenu de plus en plus visible parmi les nations occidentales.

D’autres historiens et analystes ont établi des listes simi­laires, en décrivant des conditions parallèles qui mènent au déclin national. Dans son livre intitulé When Nations Die, Jim Nelson Black décrit les tendances retrouvées dans les empires qui ont disparu de la scène mondiale : la montée de l’anarchie, la perte de la discipline économique (augmenta­tion de la dette), la bureaucratie, la baisse de la qualité de l’éducation, la décadence des croyances religieuses, la mon­tée du matérialisme et de l’immoralité (la pornographie, le sexe en dehors du mariage traditionnel), l’affaiblissement des fondations culturelles, la dévaluation de la vie humaine (l’avortement, l’euthanasie, les crimes violents), le manque de respect envers le gouvernement, les valeurs traditionnelles et les institutions. Toutes ces tendances ont dramatiquement fait leur apparition et se sont propagées au cours des 50 der­nières années dans les nations occidentales « chrétiennes ».Tirant une leçon de l’Histoire, le commentateur Rus­sell Kirk observa : « Aucune nation ne peut subsister à ja­mais : de toutes celles qui ont disparu […] la plupart l’ont été à cause de leur corruption interne » (America’s British Culture, page 90)."

https://www.mondedemain.org/revues/2012/juillet-septembre/la-mort-de-l-occident

Ainsi, comme on peut le voir ci-dessus,tous les ingrédients qui prouvent que la civilisation occidentale est en pleine décomposition sont réunis.

Paul Valéry résume tout cela dans sa célèbre citation que l'Occident,orgueilleux et arrogant, oublie comme il a essayé de passer sous silence son histoire colonialiste sanglante pour refaire les mêmes erreurs qui sont entrain de le plonger dans l'abîme.Je cite un article qui fait la genèse de la civilisation occidentale moderne :

"Combien de civilisations naguère brillantes se sont évanouies, souvent subitement, volatilisées dans le temps et l’espace et dont il ne reste que quelques infinitésimales traces – souvent archéologiques ou rupestres ? Que leur disparition ait été provoquée par des catastrophes naturelles, des invasions ou la déliquescence de leur société… De même que tous les «empires» qu’à connus la planète à diverses périodes de son histoire se sont effondrés en une sorte d’implosion – géants aux pieds d’argile qu’un deus ex machina, intérieur et/ou extérieur aura suffi à renverser.

Nous vivons a cet égard une époque dramatique. La globalisation ultralibérale et la mondialisation des échanges ont fait voler en éclats tous les anciens repères culturels qui, sous toutes les latitudes et sous diverses formes, fondaient précisément des civilisations…". Lire article complet ici:

http://kamizole.blog.lemonde.fr/2009/04/03/%C2%ABles-civilisations-sont-mortelles%C2%BB-paul-valery%E2%80%A6-la-notre-est-moribonde/

Voici,en résumé, ce que l'Occident désire : vider les lieux de cultes et remplir les musées, les boutiques et les salles de cinéma !

« Le dimanche a des relents étranges. Ce fut pendant des siècles le “jour du seigneur”. Il ne fallait pas travailler pour mieux se consacrer à Dieu et mieux prier ? En un mot, la conception même du dimanche est réactionnaire. Aujourd’hui, alors que les églises se vident, il serait sain que les boutiques comme les musées et les cinémas se remplissent. »

Pierre Bergé, Globe Hebdo, 11 août 1993

Pour conclure,ce verset du Coran:

"Combien de générations, avant eux, avons-Nous fait périr, qui les surpassaient en biens et en apparence?" (Coran 19 : 74).

Partager cet article
Repost0

Terrorisme : les armées secrètes de l'OTAN.

Publié le par Ahmed Miloud

Ce livre raconte comment, après la seconde guerre mondiale, la CIA et le MI6 britannique mirent en place des armées secrètes anti-communistes dans tous les pays d'Europe de l'Ouest, et par quels processus ces réseaux Stay-Behind de l'OTAN s'allièrent dans certains pays à des groupes terroristes d'extrême droite, avec des conséquences particulièrement tragiques. L'existence de "Gladio", l'armée secrète italienne, fut révélée par le Premier ministre Giulio Andreotti en 1990 ; à la suite de quoi la presse parla du " secret politico-militaire le mieux gardé,... depuis la fin de la deuxième guerre mondiale " et nota que : " L'histoire semble tout droit sortie des pages d'un thriller politique ". Depuis, ces armées secrètes de l'OTAN, ont également été découvertes en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en Suède, en Finlande, en Autriche, en Grèce et en Turquie. Au niveau international, leurs actions étaient coordonnées par le Pentagone et l'OTAN, et leur dernière réunion connue se déroula à Bruxelles en octobre 1990. A l'heure de la menace de "l'hyperterrorisme", ce livre de référence revient sur les attentats de la gare de Bologne, de la Piazza Fontana, les attaques des tueurs fous du Brabant, l'enlèvement et l'assassinat d'Aldo Moro et demande, s'il s'agit d'actes de terrorisme sous fausse bannière, fabriqués pour accroître la stratégie de la tension...

Source :

https://books.google.dz/books/about/Les_Arm%C3%A9es_Secr%C3%A8tes_de_l_OTAN.html?id=SKQLIQAACAAJ&redir_esc=y

Pour des raisons stratégiques,l'OTAN a mis sur place un réseau paramilitaire secret que les observateurs et lanceurs d'alerte nomment les armées secrètes de l'OTAN.

Des E-mails d'Hillary Clinton révèlent le soutien des Etats-Unis et de la France aux crimes de guerre commis en Libye

The New Year’s Eve a révélé plus de 3000 nouveaux courriels d'Hillary Clinton du Département d'Etat passé à la trappe par CNN sous forme de ragots, conversations sans intérêt...

Mais les historiens de la guerre de l'OTAN en Libye en 2011 ne manqueront pas de remarquer des confirmations vraiment explosives contenues dans les nouveaux e-mails : légitimation des crimes de guerre rebelles, opérations spéciales à l'intérieur de la Libye dès le début des manifestations, intégration des terroristes d'Al-Qaïda au sein de l'opposition soutenue par les États-Unis, tandis que les pays occidentaux se bousculaient pour l'accès au pétrole libyen...

Escadrons de la mort d'Hillary
... les informations recueillis par Sidney Blumenthal pour Hillary Clinton, contiennent des preuves claires de crimes de guerre de la part des rebelles soutenus par l'OTAN. Citant une source de commandant rebelle "parlant en toute confidentialité" Blumenthal rapporte à Hillary :

...Prenant la parole sous la plus stricte confidentialité, un commandant rebelle a déclaré que ses troupes continuent à exécuter sommairement tous les mercenaires étrangers capturés dans les combats ...

Alors que l'illégalité des exécutions extra-judiciaires est facile à reconnaître (groupes impliqués dans ces crimes sont classiquement appelés des "escadrons de la mort"), la sinistre réalité derrière les «mercenaires étrangers» (fait allusion aux combattants d'origine subsaharienne et en fait aux civils noirs) ...

Il y a une abondante documentation par des journalistes, des universitaires, et des groupes de défense des droits de l'homme démontrant que les civils noirs libyens et les travailleurs contractuels sub-sahariens, une population favorisée par Kadhafi dans ses politiques de l'Union en faveur de l'Afrique, étaient des cibles du "nettoyage ethnique" effectué par des rebelles qui ont vu les Libyens noirs comme étroitement liés avec le régime...

Les libyens noirs étaient souvent stigmatisés comme des «mercenaires étrangers» par l'opposition rebelle pour leur fidélité générale perçue envers Kadhafi en tant que communauté et furent soumis à la torture, aux exécutions, et leurs villes furent "libérés" par le nettoyage ethnique. Ceci est démontré dans l'exemple le plus documenté de Tawergha, une ville entière de 30.000 Libyens noirs ou "à la peau sombre" qui disparut en août 2011 après sa prise par des rebelles soutenus par l'OTAN : les brigades de Misrata.

Ces attaques sont bien connus et se sont poursuivis jusqu'en 2012 et furent souvent filmées, comme cet article du Telegraph le confirme :

Après que Mouammar Kadhafi a été tué, des centaines de travailleurs migrants en provenance des Etats voisins ont été emprisonnés par des combattants alliés aux nouvelles autorités intérimaires. Ils accusèrent les Africains noirs d'avoir été des mercenaires pour l'ancien dirigeant. Des milliers d'Africains noirs ont été regroupés depuis la mort de Kadhaffi..

Il semble que Clinton ait été personnellement informé sur les crimes de guerre de ses combattants anti-Kadhafi bien avant qu'ils commettent les pires crimes de génocide.

Al-Qaïda et les forces spéciales occidentales en Libye

Le même e-mail de renseignement de Sydney Blumenthal confirme également ce qui est devenu un thème bien connu des insurrections soutenues par l'Occident au Moyen-Orient : le côté paradoxal de ces forces spéciales formant des milices qui sont simultanément soupçonnées de liens avec Al-Qaïda.

Blumenthal rapporte qu' "une source extrêmement sensible", a confirmé que des unités spéciales britanniques, françaises et égyptiennes ont formé des miliciens libyens le long de la frontière égypto-libyenne, ainsi que dans la banlieue de Benghazi.

Alors que les analystes ont longtemps spéculé sur la présence des troupes occidentales au sol dans la guerre libyenne, ce message constitue une preuve définitive que les forces spéciales étaient sur le terrain dans le mois qui a connu les premières manifestations qui ont éclaté vers la fin de février 2011 à Benghazi.

Le 27 mars dans ce qui était communément supposé un simple "soulèvement populaire", des agents spéciaux externes "supervisaient le transfert d'armes et de fournitures pour les rebelles", y compris "un approvisionnement apparemment inépuisable de fusils AK47 et de munitions d'assaut."

Pourtant, seulement quelques paragraphes après cet aveu, la prudence est exprimée sur les milices que les forces spéciales occidentales sont en train de former en raison des préoccupations que des "groupes radicaux / terroristes tels que les groupes de combattants libyens et Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) infiltrent le NLC et son commandement militaire ".

Les menaces que constituent le pétrole et l'or libyens face aux intérêts français

Bien que la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies proposée par la France selon la zone d'interdiction de vol mis en œuvre sur la Libye prétendait protéger les civils, un e-mail envoyé à Hillary Clinton en avril 2011 avec pour objet "les client de la France et l'or de Kadhafi" révèle des ambitions beaucoup moins nobles.


L'e-mail identifie le président français Nicolas Sarkozy en tant que leader de l'attaque sur la Libye avec cinq objectifs précis en tête : obtenir le pétrole libyen, assurer l'influence française dans la région, accroître la réputation de Sarkozy au niveau national, affirmer la puissance militaire française, et éviter l'influence de Kadhafi dans ce qui est considéré comme "l'Afrique francophone."
Le plus étonnant est la longue section relatant l'énorme menace que l'or et l'argent des réserves de Kadhafi, estimées à "143 tonnes d'or, et un montant similaire en argent" pourraient posé au "franc français" (CFA) en circulation comme monnaie africaine en Afrique francophone. En lieu et place de la noble "responsabilité de protéger" (R2P), il y a cette explication «confidentielle» de ce qui a été le véritable moteur de la guerre : cet or a été accumulé avant la rébellion et était destiné à être utilisé pour établir une monnaie panafricaine basée sur le dinar libyen or. Ce plan a été conçu pour fournir aux pays africains francophones une alternative au franc (CFA).
(Commentaire : selon des personnes bien informées, cette quantité d'or et d'argent fut évaluée à plus de 7 milliards $, des officiers de renseignement français ont découvert ce plan peu après que la rébellion ait commencé, et ce fut l'un des facteurs qui ont influencé la décision du président Nicolas Sarkozy pour la soutenir)...

Source : - Antiwar.com New Hillary Emails Reveal Propaganda, Executions, Coveting Libyan Oil and Gold

Le silence occidental alors que 20.000 néo-nazis manifestent en Ukraine (American Herald Tribune)

Le silence occidental alors que 20.000 néo-nazis manifestent en Ukraine
Article originel : Western Silence as 20,000 Neo-Nazis March in Ukraine 
Par Thomas C. Mountain*
American Herald Tribune


Traduction SLT

Le silence occidental alors que 20.000 néo-nazis manifestent en Ukraine (American Herald Tribune)

Dans l'une des plus grandes, sinon la plus grande, manifestation néonazie d'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, 20 000 fascistes ont défilé dans les rues de la capitale ukrainienne, Kiev, le week-end dernier, sous le regard silencieux des médias occidentaux. Hormis les médias d'Etat russes RT et Sputnik News, les fascistes lançant des salutations nazies et défilant par dizaines de milliers dans une capitale européenne n'ont pas été couverts par aucun des principaux organes d'information occidentaux. Rien sur la BBC, France24, CNN, New York Times, The Guardian,... le silence de médias moutonniers face à un mouvement fasciste croissant en Ukraine est assourdissant.

Les nazis ukrainiens honoraient leur père fondateur, Stepan Bandera, qui a si volontiers couvert ses mains de sang en assassinant Juifs et Polonais en Ukraine en promettant la fidélité à son seigneur allemand Adolf Hitler.

Ce sont les troupes de choc que le régime Obama/Clinton a utilisées pour mener à bien le coup d'État en Ukraine, qui, à l'époque, ont juré de faire aux Ukrainiens russophones ce que leur ancêtre avait fait aux Juifs dans les années 1940. Pourtant, ces types sont les protégés de l'Occident, d'Israël même, et peuvent ouvertement admirer les nazis ukrainiens du passé avec le silence complice de ces journalistes qui dénoncent de manière si véhémente les antisionistes comme antisémites.

L'Ukraine, sous la tutelle du régime Obama-Clinton, a nourri le mouvement néonazi prééminent des Européens, et les frontières relativement ouvertes entre l'Ukraine et ses voisins blancs ont permis à la libre circulation de cette maladie de se propager et de s'enraciner.

Les services de renseignements de ces pays ne savent-ils pas que vous récoltez ce que vous semez, qu'un jour ces gangs nazis vont rentrer dans leurs quartiers comme cela s'est passé en Ukraine ? En quoi, les Ukrainiens sont-ils si différents de leurs voisins autrichiens qui viennent d'élire un fanatique ouvertement raciste et religieux, pas si différents de ceux qui défilent dans les rues voisines à Kiev ?

Pour l'instant, il semble que la montée des troupes néonazies en Ukraine fait partie intégrante de la guerre non déclarée de la Pax Americana contre la Russie, des troupes de choc utilisées pour rallier l'Europe afin de violer ses propres intérêts et se ranger aux côtés des Etats-Unis contre leur géant voisin de l'Est, la Russie. Les Européens ne semblent pas vouloir faire face à cette menace, ou du moins les élites ne le veulent pas. Jusqu' à ce que quelque chose de vraiment désagréable se produise, peut-être un "attentat terroriste" de ces troupes d'assaut sur le sol européen, n'attendez pas grand chose de la couverture médiatique.

Source :

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2017/10/le-silence-occidental-alors-que-20.000-neo-nazis-manifestent-en-ukraine-american-herald-tribune.html

PAROLES DE DJIHADISTES INCARCÉRÉS : LE DÉBAT
Bilel Ainine, Xavier Crettiez, Olivier Roy, Romain Sèze
 
À l’occasion de la sortie du livre « Soldats de Dieu ». Paroles de djihadistes incarcérés (Fondation Jean-Jaurès/L’Aube, septembre 2017), les deux auteurs, Xavier Crettiez et Bilel Ainine, en ont débattu avec Olivier Roy, politologue et spécialiste de l’Islam, lors d’une rencontre animée par le sociologue Romain Sèze.

Ni fous, ni ignares, les « soldats de Dieu » n’en sont que plus dangereux. Alors que beaucoup a été dit sur les trajectoires des islamistes, sur leurs fêlures ou leurs réseaux, on sait finalement peu de choses des discours qui les animent, des haines qui les habitent, et de leur rapport à la France, à la politique, à la démocratie, au monde qui les entoure, mais aussi à la violence qu’ils défendent et justifient ou à la religion qu’ils disent adorer. 

 

 

Le débat a réuni : 

 

 

  • Bilel Ainine, doctorant en sciences politiques, chercheur au Cesdip (CNRS) et chargé de mission à la Miviludes, membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès,
  • Xavier Crettiez, professeur de science politique, directeur adjoint de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et chercheur au Cesdip (CNRS), membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès,
  • Olivier Roy, politologue, spécialiste de l’islam, directeur du Programme méditerranéen à l’Institut universitaire européen (Florence, Italie),

Il était animé par Romain Sèze, docteur en sociologie, chargé de recherches à l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice.

 

 

 

Source :

 

La Preuve Définitive en Vidéo – Missile Tomahawk sur le PENTAGONE!

Source :

 

Ils vous font des  films incroyables  et vous disent que c’est la réalité. Mais ce qui est malheureux dans tous çà, c’est les innocentes victimes qui ont laisser leur vie, pour la satisfaction de l’ égos des criminels qui ont planifier tous cela.

La Preuve Définitive en Vidéo – Missile Tomahawk sur le PENTAGONE!

VIDEO N° 01

VIDEO N° 02

Voici un exemple assez bluffant de "predictive programming". On en verra d'autres ultérieurement mais celui-ci est assez bluffant. 





Le film "au revoir à jamais", sortit en salle en 1996 parle de comment 4000 personnes seraient sacrifiés aux World Trade Center et que l'attaque serait attribuée aux musulmans. On ne peut pas faire plus clair. Ces américains sont parfois d'un cynisme sans borne...

 



Publié par Fawkes News
 
  1. Parfois je vois les choses à l'envers. Je me demande "et si quelque part des gens (qui veulent notre bien ou qui n'aiment pas le NWO...) essayaient de nous prévenir ? Et le seul moyen qu'ils aient trouvé serait de passer par le cinéma ? 

Partager cet article
Repost0

Le cheminement vers l'Islam des convertis

Publié le par Ahmed Miloud

Introduction :

De plus en plus,des gens de tous les milieux et de différentes cultures embrassent l'Islam,malgré les mensonges et les mythes colportés à son sujet.En effet, la force de l'Islam réside dans sa simplicité et sa capacité à s'adapter en tous temps et en tous lieux,car il s'adresse à l'intelligence et la raison humaines.Écoutons le Dr Jeffrey Lang (voir ci-dessous) : "L’Islam c’est la soumission à la volonté de Allah, c’est un chemin qui guide à une élévation sans frontières, et à des degrés illimités de paix et de quiétude, c’est un moteur à toutes les capacités humaines, c’est le dévouement spontanée du corps, de la raison, du coeur et de l’esprit..."

Les exemples de convertis à L'Islam sont donnés ici comme preuve que l'Islam,quand on comprend le sens profond de son message, peut être accepté comme foi et guide spirituel et temporel de l'individu.

D'autres citations ici :

http://seddouki.foued.over-blog.fr/article-citations-de-personnes-celebre-sur-l-islam-voltaire-bonaparte-victor-hugo-montesquieu-lamartine-goe-112051779.html

 

Ma Conversion à L'Islam

Au Nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Il n'y a de dieu que DIEU et Mohammed est son prophète

Sun-Moon-NorthPole_1152x864_JPG.jpg


Avant de prendre l'Islam comme anse, rien auparavant n’indiquais que j’allais me diriger vers cette voie. Je ne croyais pas en Dieu, j'étais un athée pur et dur avec des excès de démence à la Caroline fourest. Les églises, mosquées, synagogues et autres

lieux de cultes devaient toutes être détruites avec leurs livres. Dans mon milieu nous disions que la religion était l'opium du peuple (Karl Marx) la religion étant la bonne conscience des pouvoirs politiques, les Curés, Imans et Rabbins étaient là pour canaliser les colères du "prolétariat", et mon souhait n’était pas de visiter la tombe du Prophète Mohammed (saw) à Médine mais plutôt le mausolée de Lénine à Moscou. Je manifestais contre le voile à l'école, pour le droit à l'avortement, pour la libre distribution de préservatifs dans les collèges etc... Je combattais, bec et ongles pour une France laïque, et anticlérical.

En matière de religion j’étais très radical, limite si je n'avais pas une poussée d'urticaire lorsqu'on effleurais le sujet, je me serais bien bouffé du curé et sa calotte . J'étais convaincu Qu'il n'y avait pas de Dieu pas plus d'Eve ou d'Adam, que nous étions tous le fruit du hasard. Ah ! le hasard ça explique tout le hasard, on vient de rien et on va vers rien, cool ! avec ce genre d'explication il ne faut pas s'étonner qu'il y est tant de névrosés, d'alcooliques et de drogués. Les questions existentielles, Qui je suis ? D'ou je viens? Ou je vais ? Etc… sont balayées d'un revers de main par le Hasard, et oui ! Je suis un imbécile, le hasard m'a donné un cerveau pour que je me pose des questions idiotes, la perfection du corps, les planètes en orbites, la nature, l'air que nous respirons c'est le hasard et le loto que je gagne jamais là c'est la faute à pas de chance.

Bien évidemment je ne croyais pas à la création mais a l'évolution, aux théories de Darwin c'est tellement plus simple l'évolutionnisme comme le hasard , on nous explique tout sur tout avec des théories invérifiables et qui changent toujours, chaque découvertes donne naissance à une nouvelle théorie, ajouté à cela un conditionnement dés notre plus jeune âge à l’école, j'étais vraiment convaincu que nous venions du singe, quel âne que je fais, remarquons qu’avec cette méthode ils ont essayé de faire croire a un moment de notre histoire coloniale peut glorieuse que les arabes et les africains avaient comme ancêtres les Gaulois, alors pourquoi pas des singes ?!!!. Mais pour en revenir aux théories évolutionniste, lorsque c'est un scientifique qui l'affirme on ne va pas en discuter ni même vérifier on considère trop naïvement souvent la science comme quelque chose d'exact et de précis, et la méthode scientifique comme le seul moyen de parvenir à la connaissance et de déterminer ce qui est vrai et ce qui est faux, tandis que lorsqu'un homme suspecté de croire en Dieu affirme une autre théorie on le conspue, on va examiner, décortiquer pour infirmer ces propos, bref ce que je ne faisais pas aux scientifiques je le faisais aux hommes de Dieu, Le terme Homme de DIEU, implique les musulmans, chrétiens et Juifs, qu'on nome aussi les gens du livre (Thora, Évangile et Coran). On oppose pour des raisons idéologiques , politiques, science et religion, alors que je pense (maintenant) que la vérité est une combinaison des deux, aux lieux de les opposer il faut les comparer de manières objectifs.

Et les religions ne sont-ils la cause de nombreuses guerres ? savoir que des hommes ont pu tuer, piller, torturer, violer en arborent une croix sur leur poitrine, les croisades et sa barbarie au Nom de Dieu , cela aussi a grandement influencer mon athéisme. Les religions sont certes causes de rivalités, mais on oubli trop vite que les guerres 14/18 ou 39/45 pour ne prendre que ces exemples peu flatteurs pour le genre humain, n'étaient pas des guerres de religions, et là on a pas fait dans la dentelle, en matière boucherie et d’horreurs, l'homme sans l'aide de Dieu c'est montrer très performent dans la barbarie, ayant causé des millions de mort.
Et oui ! c'est grâce au cerveau que le hasard nous a donné, et les victimes n'eurent pas de chance m'a dit un scientifique.

Tout allait bien j'avais les réponses sur tout grâce a Darwin, Lucie, Marx, Onfray etc... jusqu'à ce fameux jour du 11 septembre 2001.


Je ne reviendrais pas en détail sur ce jour du 11 septembre 2001 , tout à été dit et surtout, tout à été vue, même trop vue, le conditionnement mental pour mettre en oeuvre les prochaines conquêtes territorial des pays de "l'axe du mal" était enclenché. En voyant ces avions s'écraser sur les façades des deux tours, les immeubles en flammes, les corps d'hommes et de femmes tombants de ces grattes ciel et leurs effondrements, j'étais partagé par deux sentiments, de la tristesse voir de l'abattement dans un premier temps et puis le choc visuel passé j'étais plutôt dans la réflexion "qui sème le vent récolte la tempête". Je pense que ce sentiment était partagé par un grand nombre.
Leur domination du monde, leur façon d'écraser ce qui les opposent. Il fallait donc pas s'étonner que quelques énervés puissent leur rentrer dans le lard, ce qui a horrifié le monde c'est la manière .
Je ne portais pas les gouvernements Américains successifs dans le cœur. Ne sont ils pas le symbole de l'impérialisme !!? je me rappel que môme lorsque je regardais les western, tous les mardi soir sur FR3, les gens de ma générations s'en rappelleront, j'étais toujours du coté des "Apaches", allez savoir pourquoi ?
Les descendants de Geronimo (c'est moi sur la photo) n'ont pu exécuter ces attentas puisqu'ils ont tous étés extermines par les gentils cow-boys (John Wayne), bah, non ! c'est Ben Laden le grand manitou d'al quaida et son copain le Mollah Omar, c'est qui ceux la ? franchement j'en avais entendu parlé ultérieurement que vaguement. Et le rouleau compresseur se met en route, islam, axe du mal, arabes, barbares, djihad, guerre sainte, fatwa, lapidation, burqa... STOP !!!

Je suis d'accord pour religion = guerre sainte et bêtise humaine. J'ai d'ailleurs été choqué peu de temps avant en mars 2001 par la destruction des deux grands bouddhas de Bâmiyan par les talibans [est un hasard si avant de détruire les deux tours du World trade center, Les talibans ont détruis les deux Bouddhas géants, n'y avait il pas là un message ???], franchement on voyait la leurs niveaux de discernement, mais tout ce mélange des genres mon flanqué une de c'est migraine, et en plus le journal le Monde titre "NOUS SOMMES TOUS AMERICAINS" Ah non pas moi, même dans la douleur c'est pas possible , désolé sans moi. D'ailleurs à ce propos j'avais refusé avec une minorité de mes collègues de travail de participer à la minute de silences pour les victimes de ces attentats, je sais, je suis comme ça, ce n’est pas bien, La hiérarchie des victimes m'a toujours contrarié, un américain vaut-il mieux qu'un Irakien, vietnamien ou chilien ? De la même manière que je ne vois pas pourquoi un déporté juif a plus d’importance qu’un déporté Africain. Le baromètre de l’horreur m’insupporte.


Et puis les grands spécialistes "les Islamologues" commence a commenter le Coran, livre que je n'avez jamais lu, et qui faisant partie selon moi de ces livres à détruires , le conditionnement continu à opérer, alors courageux que je suis, un jour je me rend a la FNAC dans le rayon "spiritualité et religion" et la qu'est-ce que je vois le fameux livre en question, le "SAINT CORAN".

Quelles étaient mes connaissances sur l'Islam ? aucunes à par qu'ils ont un Dieu qu'on appel ALLAH, un prophète Mahomet et puis j'avais en tête tous les clichés que peut avoir un occidental sur les Musulmans et autres "arabes". J'avais une humeur plutôt afro-antillaise, la semaine si je revendiquais l'émancipation du peuple, le week-end était celui de faire la fête, et puis le peu de musulmans que j'ai pu fréquenter, voyant mon hostilité lorsqu'ils abordaient leur foi, évitaient d'en parler.Mais quand même à y repenser, il y a eu un premier signe, en 1996 lors de la naissance de ma fille, allez savoir pourquoi, nous l'avons appelé Khadija, 5 ans avant ma rencontre avec l'Islam, en plus je portais déjà la barbe plus en hommage au «CHE» que pour ressembler à un salafiste, cela portait à confusion pour les gens ne me connaissant pas. Je ne comprenais pas non plus les sourires radieux de mon entourage musulmans, en apprenant le nom que j'avais donné a ma fille.


Je rentre chez moi tout content d'avoir enfin entre les mains le livre de la discorde, je vais enfin pouvoir me délecter, ce livre confirmera tout ce que je pense des religions, mais à peine je commence à le lire que je n'y comprend rien, franchement au bout de la cinquième pages je me demande s’il n'y a pas un problème dans la traduction ou la mise en page. Que je suis bête ! je lis le Coran de gauche à droite, alors qu'il faut le lire de droite à gauche quel bourricot que je fais, remarquez je ne vois pas l'intérêt de lire une version française du Coran avec comme lecture celui des arabes bref... une fois le sens trouvé, je me replonge dans une lecture qui me bouleverse, je le jette sur mon bureau, c'est pas possible , comment un livre religieux peut il aussi facilement m'émouvoir de plus c'est le Coran le livre que lisent tout les terroristes en herbe. Après avoir lu les premières sourates mon cœur commence à battre au ralenti, ma respiration se fait de plus en plus distante, je le repose, je le relis, je le repose etc... non ! non ! et non ! Trotsky, Lénine, Marx a l'aide !!! c'est pas possible les versets les uns après les autres me saisissent, mais ou sont les versets que les islamophobes, euh excusé moi, les islamologues et autres orientalistes, nous citent comme preuve que le monde musulmans est fait de brutes sanguinaires, on parle même pas de lapidation de femme, quelle déception, pourtant on m'a toujours dit que le Coran ordonnais la lapidation pour la femme adultère, bref, ce livre me parle d'amour, de respect de l'environnement, d'entre aide avec les plus faibles, de partage, de mise en garde envers le riche trop égoïstes (Marx aurait aimé), d'entente avec toutes les confessions, de pardon, d'indulgence ect... Mon coeur se rempli de joie, c'est évident ! Il y a la un message d'une portée Universel, après quelques jours de lecture et de réflexion je décide de me convertir à l'Islam, oui mais comment ???

Nous sommes en octobre 2001 dans 15 jours commence le Ramadan, je veux absolument me convertir avant cet évènement pour pouvoir goûter au joie du jeûne. Comment je dois faire ? je n’ai pas de musulmans ni d'arabes sous la main je suis complètement isolé, je viens de constater que je suis entouré de 6 millions de musulmans en France et que je connais rien de leur pratique, bonjour le communautarisme. Il y a bien Karim (un voisin) . Il faut savoir qu'à cette époque je demeurais sur Cergy ,et qu'en 1996 je décidais de m'inscrire à la faculté de Nanterre pour y faire une capacité en droit (cours du soir après le travail), et je vois lors de mon premier cours en amphithéâtre un voisin d'immeuble, nous sommes à 35 km de nos domiciles ce qui nous permettra par la suite de rentrer sur Cergy ensemble et d'avoir des discutions très relevées surtout lorsqu'on abordera la religion.


Je ne vois que lui pour me renseigner sur le sujet, mais comment lui dire, il va me prendre pour un fou, il va jamais me croire.

- Allô Karim c'est moi, dit moi comment on fait pour se convertir à l'Islam ? oui ! pour devenir Musulman !
J'avoue que s’il m'aurait appelé pour me demander comment on fait pour devenir communiste, j'aurais été aussi surpris


Bref après une longue discussion il me donne enfin les conditions pour entrer dans l'Islam.

ASHADU AN LA ILAHA ILLA-LLAH(J'atteste qu'il n'y a de divinité que Dieu)

WA ASHADU ANNA MUHAMMADAN RASULU-LLAH (et j'atteste que Mohammed est le messager de Dieu)

Source :

http://le-guerrier-interieur.over-blog.com/pages/Ma_Conversion_a_LIslam-5697706.html

 

IMGP1554

 

  

Enregistrer
Nazmul Ahmed Noyon
 
Dr Jeffrey Lang - My Journey to Islam

Les mathématiques, c’est de la logique. Elles consistent à utiliser des faits et des chiffres pour trouver des réponses concrètes. C’est ainsi que fonctionne mon esprit et je trouve frustrant de composer avec des choses qui n’ont pas de réponses concrètes  », Dr Jeffrey Lang.

Alors que la plupart des religions demandent à être acceptées uniquement sur la base de la foi, l’Islam fait appel à la capacité de raisonnement de l’Homme : c’est une des raisons qui a poussé le Docteur Jeffrey Lang, un mathématicien américain, professeur à l’université du Kansas, à se reconvertir.

Né dans une famille très catholique à Bridgeport, dans le Connecticut (USA), le Dr. Lang s’est longtemps considéré comme athéiste. Mais au début des années 80, il se reconvertit à l’Islam.

Qu’est-ce qui a poussé ce professeur à se reconvertir ?
Dans cette vidéo, Jeffrey Lang témoigne et nous raconte qu’en réalité, son cheminement vers Allah a commencé bien avant sa reconversion. En effet, les 10 années précédant sa reconversion, il faisait souvent ce même rêve étrange. Il rêvait d’une cette pièce aux murs gris, dans laquelle se trouvait un tapis rouge, et où lui et d’autres hommes se prosternaient avec, à leur tête, un homme vêtu de blanc.
Il fréquentait également des étudiants musulmans dans la vraie vie, qui lui parlaient de l’Islam.

Un jour, il décida de franchir le pas et de se rendre dans une mosquée : il s’est reconverti immédiatement. Il décrit aujourd’hui sa reconversion en ces termes :
«  Je n’oublierai jamais ce moment où j’ai prononcé l’attestation pour la première fois, ça a été le moment de ma vie le plus difficile, mais ça a été aussi le moment le plus fort et le plus libre ».

Dans cette vidéo, Jeffrey Lang nous raconte son parcours avec tellement de détails que l’on a l’impression de vivre ces moments avec lui. Nous vous laissons donc découvrir son précieux témoignage par vous-même...

Si vous ne parvenez pas à visionner la vidéo ci-dessous, CLIQUEZ ICI.

l'Islam et le Dr Jeffrey Lang

Le Dr Jeffrey Lang est un professeur américain en mathématiques, il s’est convertit à l’islam et raconte son histoire dans son livre: ” Le combat pour la foi”, et dernièrement il a publié ses livres:”Même les anges demandent”et “le Voyage de l’Islam vers l’Amérique”. Il nous raconte lui même son histoire:
"C’était une petite chambre, il n’y avait pas de meuble, sauf un tapis rouge , il n’y avait aucune décoration sur ses murs gris, et il y avait aussi une petite fenêtre d’où pénétrait une petite lumière, nous étions tous dans des rangs, moi j’étais dans le troisième rang, je ne connaissais aucun d’eux, nous nous courbions tous dans un mouvement monotone jusqu’à ce que nos fronts touchent la terre; le temps était calme, et une vague de sérénité régnait, j’ai regardé devant moi et une personne nous dirigeait, debout sous la fenêtre, elle portait une tenue blanche…je me suis réveillé de mon sommeil! J’ai vu ce rêve là plusieurs fois durant ces dix dernières années, et je me réveille toujours paisible après ». A l’université de San Francisco; j’ai fait la connaissance d’un étudiant arabe que j’enseignais, et j’ai noué une bonne relation avec lui, il m’avait offert une copie du Coran, et quand je l’avais lu pour la première fois, j’ai senti comme si c’était le Coran qui “me lisait”!
Et un jour j’ai voulu rendre visite à cet étudiant à la mosquée de l’université, j’ai descendu les escaliers et je me suis trouvé devant
la porte. Redoutant d’entrer, je suis donc remonté et j’ai pris une longue respiration, ensuite je suis redescendu et j’ai senti que mes pieds ne pouvaient plus me porter , j’ai posé ma main sur le passe de la porte , et je tremblais, puis je suis remonté une deuxième fois , et je me suis senti vaincu… j’ai pensé à retourner à mon bureau…plusieurs secondes se sont écroulées , des secondes pleines de mystères, des secondes qui m’ont poussé à regarder vers le ciel, et là le combat s’est achevé et j’ai fait une prière vers le ciel: “Mon Dieu offrez moi la force d’entrer à la mosquée si tel est votre volonté..”
J’ai descendu les escaliers, j’ai poussé la porte  et à l’intérieur 
j’ai trouvé deux jeunes hommes qui discutaient, ils m’ont salué, et l’un d’eux m’a demandé si je voulais savoir quelque chose sur l’islam? J’ai répondu: “oui, oui……je le veux”. Et après une longue conversation, j’ai montré ma volonté de me convertir à l’islam, l’Imam m’a alors dit: ” dit: J’atteste ” j’ai répété: “J’atteste”, et il dit: “Qu’il n’y a pas de Dieu – je croyais toute ma vie à cette expression – sauf Allah”, j’ai répété après lui, et il continua:”et que Mohamed et le prophète de Allah”,je l’ai répété après lui. Ces mots étaient comme des gouttes d’eau pures fraîches qui coulaient dans la gorge brûlée de soif d’un homme qui a failli mourir assoiffé!!
…je n’oublierai jamais ces moments où j’ai prononcé l’attestation pour la première fois, c’était le moment le plus difficile pour moi dans ma vie certes, mais c’était aussi le moment le plusfort
et le plus libre.
Deux jours après, j’ai appris ma première prière de “Djoumouaa”(prière du vendredi), l’Imam récitait le Coran, nous étions derrière lui, rangés épaule contre épaule, nous bougions comme si nous formions un seul corps, j’étais au troisième rang, nos fronts touchaient le tapis rouge, le temps calme régnait!! L’Imam était sous une petite fenêtre d’où pénétrait une petite lueur, il portait une tenue blanche!! Je me suis dit avec force: “oui c’est le rêve! Ce même rêve!!”…je me suis demandé: “est ce que je suis dans le rêve?” mes yeux étaient remplis de larmes,”assalamou alaïkoum wa rahmatou allah” (paix et clémence d’Allah sur vous) c’est la fin de la prière, et je me suis mis à observer les murs gris !! j’ai ressenti un frisson, car c’est la première fois que j’ai senti l’amour, cet amour qui ne s’obtient qu’avec le retour vers Allah!  “Par l’audace de mon esprit, par les battements de mon coeur
Par un amour qui a envahit tout mon être et qui demande” “Je t’ai prié mon Dieu pour que tu sois content de moi.J’implore Ta satisfaction mon Dieu par mon amour à Toi “  Et quand on pose la question au docteur Lang à propos de sa conversion à l’Islam, il répond:
un moment donné de ma vie, Dieu m’a aidé par sa clémence et son vaste savoir, quand je souffrais dans mon intérieur. C’était une souffrance et une douleur infernale, j’avais une grande capacité à remplir ce vide spirituel dans mon coeur,… et je suis devenu musulman…Avant l’Islam, je ne connaissais pas du tout le sens de l’amour, mais quand j’ai lu le Coran , une vague de miséricorde et de douceur a envahit mon coeur, j’ai senti cet amour perdurer dans mon coeur, ce qui m’a guidé vers l’Islam c’est bien cet amour irrésistible envers Allah”(3) “L’Islam c’est la soumission à la volonté de Allah, c’est un chemin qui guide à une élévation sans frontières, et à des degrés illimités de paix et de quiétude, c’est un moteur à toutes les capacités humaines, c’est le dévouement spontanée du corps, de la raison, du coeur et de l’esprit…
“Le coran c’est ce noble livre qui m’a pris de force, qui a possédé mon coeur, qui m’a fait soumettre à Allah, le Coran attire son lecteur à l’instant extrême, quand il lui semble qu’il est seul debout face à son Créateur.. Et quand tu prends le Coran entre tes mains et que tu le lis attentivement, tu ne peux pas le lire indifféremment, il porte sur toi comme s’il en avait des droits.. il te parle, il te critique, t’intimide et te tient tête…j’étais de l’autre côté, et c’était évident que celui qui a envoyé ce livre me connaissait plus que je ne me connaissais moi même; le coran me dépassait toujours dans ma pensée, il répondait à me questions, et chaque nuit avant de dormir je posais mes questions et oppositions, mais je découvrais la réponse le lendemain, j’ai fait face à moi même à travers les pages du Coran…

Après mon Islam, j’ai fait des efforts pour assister aux prières afin d’écouter le son de la récitation du Coran, malgré que je ne connaissais pas l’arabe, quand on m’a demandé pourquoi, j’ai répondu:” pourquoi le petit nourrisson se calme à la voix de sa maman? Je souhaiterai vivre sous la protection de ce son jusqu’à l’éternité”. “La prière est le principal instrument de mesure quotidien du degré de la soumission du croyant à son Dieu, et quels beaux et merveilleux sentiments, quand tu t’inclines à ton Créateur par terre, de façon stable, tu sens que tu es transporté soudainement au paradis, tu respires de son air, tu sens de sa terre, tu savoures ses parfums, comme si tu as failli quitter cette terre, et que tu es entre les bras de l’amour pour ton Dieu..”
“La prière du Fadjr (l’aube) est la plus émouvante des prières, il y a une certaine envie qui te pousse à te réveiller, alors que tout le monde dort, pour écouter le son du Coran qui remplit cette atmosphère nocturne si calme, tu sens comme si tu quittais ce monde et que tu voyageais avec les anges pour implorer ton Dieu à l’aube”. Et pour conclure l’histoire du Dr Jeffrey Lang, on va citer son invocation à son Dieu: “Mon Dieu si je me tourne une seconde fois vers l’infidélité dans ma vie, mon Dieu tuez moi avant que cela ne se produise et sauvez moi de cette vie; mon Dieu je ne saurai survivre un jour sans croire en toi” .

Écrit par: le docteur Abdel Mootti Eddalati ,Traduit par Ihsene Taihi

Source: http://saaid.net

Le dr JeffreyLang est né le 30 janvier 1954 dans une famille très catholique à Bridgeport dans le Connecticut. Bien que fréquentant une école catholique, Jeffrey était un athée. Mais au début des années 1980 il s’est converti à l’islam en admettant qu’il trouvait plus de satisfaction spirituelle en étant musulman. Il s’est marié avec une saoudienne.Il a eu son MS et son PhD à l’université Purdue, et est professeur au département de mathématiques de l’université du Kansas. Excellent mathématicien, Jeffrey Lang a écrit aussi sur l’islam de nombreux articles et trois livres qui sont des best-sellers aux États-Unis. L’un de ses livres les plus importants est Even Angels ask : a journey to Islam in America.(Wikipédia.com)

Source : http://islamvraiereligion.over-blog.com/2017/02/l-islam-et-le-dr-jeffrey-lang.html

 
L’historien Paul-Eric Blanrue s’est converti à l’islam en 2009 : “Devenir musulman a été pour moi une prise de conscience”

La Rédaction E&R.


R.G. : Claude Covassi a écrit suite à ta dernière réponse de notre entretien que tu n’étais pas de ceux qui dévoilent leurs opinions sur la spiritualité en général. Ta phrase en intrigue donc plus d’un. Peux tu nous en développer un peu plus et surtout comment es tu arrivé à cette réflexion ?

Paul-Eric Blanrue : Commençons par rappeler ces trois phrases : “L’islam est devenue la spiritualité des révolutionnaires au service de la vérité et de la justice contre le nouvel ordre mondial. Cet islam-là existe dans le coeur de chaque être humain, il suffit de l’écouter. Si les catholiques le comprennent et font alliance avec les musulmans au lieu d’en avoir peur, la partie est gagnée !”

Je m’explique : notre Occident a converti le monde entier au règne de l’argent, à la religion de la consommation à outrance et du rendement, au fétichisme de la marchandise, au culte de la productivité et à l’intégrisme du Progrès, le tout accompagné d’un écrasement impitoyable des cultures traditionnelles et de la promotion d’une imbécillité générale mise au service d’une dictature mondialiste en devenir, dirigée par une hyperclasse sionisée (et non pas par les Etats-Unis, qui n’en sont aujourd’hui qu’une dépendance, une marionnette, une colonie).

Qui réagit aujourd’hui à cette décrépitude occidentale ? Qui a précieusement conservé, comme un diamant, une haut degré de spiritualité qui s’oppose radicalement à la dictature de l’argent ? L’islam ! Dans l’islam, Dieu seul possède. Le Coran condamne sans réserve celui « qui amasse des richesses et qui les compte » et la sagesse musulmane lutte chaque jour contre l’usure, contre la thésaurisation, contre l’accumulation inégalitaires des richesses. Par l’interdiction du riba, le fric gagné sans travail. Par l’institution du zakât, le prélèvement sur le capital qui a pour mission de purifier la richesse. Si on demande tant, depuis longtemps, à l’islam de s’occidentaliser, c’est pour qu’il entre dans le Système, qu’il accepte les diktats du FMI et en croque à son tour. Qu’il renonce à ses préceptes pour cesser de résister. Et pourquoi le somme-t-on de le faire d’une façon si rude et inhumaine ? Parce qu’il ne peut pas, par essence, s’assimiler à ce mode de vie décadente, sauf à se renier totalement comme certains pays dits islamiques et renégats l’ont fait. Il y a bien sûr des résistants dans toutes les religions, y compris dans le judaïsme, mais aujourd’hui aucune religion plus que l’islam n’est à ce point opposée au modernisme dans ce qu’il a de plus bas et veule. Par conséquent, aucune révolution d’envergure ne se fera sans l’islam, devenue l’avant-garde de toutes les contestations du monde présent.

Les jazzmen américains l’avaient compris très tôt ; comme Malcolm X, évidemment ; comme Mohamed Ali, même s’il a depuis baissé sa garde. On le constate aujourd’hui en France, c’est l’islam qui est en train (même malgré lui !) de secouer la société française ronflante, et pas cet asticot de Mgr Barbarin, qui s’emmêle les pinceaux en tentant d’expliquer pourquoi ce ne sont pas « les juifs » qui auraient tué Jésus, ce qui figure pourtant en toutes lettres dans les Évangiles. Et si, d’après moi, les musulmans doivent s’allier aux catholiques, c’est parce ceux-ci, s’ils ont le courage de revenir à leurs valeurs d’origine contrairement au sus-cité cardinal Barbarin, sont également des révolutionnaires dans l’âme : il y a du Saint-Just chez Jésus quand il chasse au fouet les marchands du Temple ! Depuis l’affaire Williamson, Benoît XVI (à qui les sionistes ne pardonnent pas non plus de vouloir béatifier le vénérable Pie XII, pour qui le grand rabbin de Rome s’était pourtant converti à la religion catholique en 1945, en remerciement de ce que le Pape avait accompli pour sa communauté durant la guerre) est devenu leur ennemi irréductible à son corps défendant, bien qu’il ne cesse de leur donner gage sur gage.

Et puis, il n’y a rien à faire : l’Évangile de saint Jean leur reste en travers de la gorge ! Et combien d’autres paroles du Christ, d’ailleurs ! Tiens, au hasard : Matthieu 23, 33-35 : « Serpents, engeance de vipères ! comment pourrez-vous échapper à la condamnation de la géhenne ». Luc 9, 41 : « Race incrédule et perverse, jusqu’à quand serai-je avec vous et vous supporterai-je ? ». Et encore Jean 8, 44 (c’est toujours Jésus qui s’exprime) : « Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui ; quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge. » Sérieux contentieux ! On pourra noter que les sionistes, si critiques envers le Pape, et se proclamant représentants des juifs, n’ont jamais, de leur côté, fait repentance pour la mise en croix de Jésus. Du coup, lorsqu’on leur coupe le sifflet, les catholiques commencent à leur tour à ne plus supporter la censure et l’oppression intellectuelle dont ils sont victimes. À telle enseigne qu’en octobre 2010, le synode du Moyen-Orient a contesté l’utilisation de la Torah pour justifier la colonisation en Cisjordanie. « Nous chrétiens, ne pouvons parler de Terre promise pour le peuple juif. Il n’existe plus de peuple élu. Tous les hommes et les femmes sont devenus le peuple élu », a déclaré l’archevêque de l’Église grecque melchite, Cyrille Salim Bustros.

C’est un bon début qu’on ne peut comprendre que si on prend conscience que les cathos sont dans la même situation que les musulmans : humiliés jour après jour. Et ils le sont pour les mêmes raisons et par les mêmes agents, qui tentent de canaliser leur rage sur un ennemi qui n’en est pas un, l’islam, en jouant, avec roulement de tambours, le thème du pseudo-choc des civilisations. Il faut casser cette logique. Comme ce qui s’est passé au Liban entre le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, et le président du Courant patriotique libre, le général Michel Aoun, il faut faire une alliance stratégique rapprochant cathos et musulmans. C’est ce que les sionistes redoutent le plus. Numériquement parlant, la raison pour laquelle ils en ont peur est facile à comprendre. Et métaphysiquement aussi, pour ceux qui savent lire. Car je rappelle que dans le Talmud, Jésus est présenté comme un bâtard, un fou, un faux Messie et un sorcier bon à lapider et à pendre, tandis que sa mère Marie est montrée comme une infidèle et une prostituée. Dans le saint Coran, au contraire, annoncé par l’ange Gabriel à Marie qui l’a conçu miraculeusement, Jésus est un messager de Dieu, un Prophète, le Messie attendu, et il reviendra à la fin des temps avec le Mahdi pour terrasser l’Antéchrist. La petite différence d’approche est assez claire. C’est pourquoi tout est fait par l’effacer et désigner de faux coupables…

R.G. : Tu as fondé et présidé pendant des années le Cercle Zététique, notamment spécialisé dans la démystification des étrangetés historiques entre autres. Pourrais tu nous expliquer en quoi il consistait et ce qu’il en est advenu par la suite. Il semble que la doctrine des chercheurs qui avaient été réunis était le scepticisme, qui consistait à douter de tout et à se démunir de tout préjugé. Remettre en cause et douter sans préjugé. Est ce toujours d’actualité ?

J’ai fondé le Cercle zététique en 1993, avec divers chercheurs, universitaires ou non, dans l’objectif de chercher ce qu’il y avait de vrai (ou pas) dans les assertions de ceux qui prétendaient détenir des pouvoirs paranormaux, comme le charlatan israélien Uri Geller, par exemple, qui prétendait tordre les petites cuillers par la seule force de sa pensée. Pas de chance, dans son cas, c’était juste un truc d’illusionniste, facile à reproduire par un homme de l’art… Nous nous sommes peu à peu agrandis (nous étions 600 à la belle époque, au milieu des années 1990, avec comme têtes d’affiche le professeur Henri Broch et le magicien français Gérard Majax) et nous avons mené toutes sortes d’enquêtes sur des sujets « borderline » : maisons hantés, soucoupes volantes, astrologie, histoire mystérieuse… Notre intention était d’étudier tout cela avec sérieux et esprit critique, sans préjugé mais surtout sans tomber dans le sensationnalisme à la mode : nous étions à l’époque de la fumeuse émission « Mystère » sur TF1 et de l’extraterrestre de Roswell, imposture désormais reconnue !

Nous avons fait un pied de nez à Paco Rabanne, en août 1999, quand il a annoncé l’explosion sur Paris de la station orbitale Mir… Puis, pour des raison internes et externes, le CZ s’est peu à peu éteint et j’ai décidé de m’attaquer en solo à d’autres formes d’impostures, plus actuelles, sociales et aussi plus risquées. C’est ce que j’ai fait en expliquant les dessous du mariage arrangé de “prince de sang mêlé” Sarkozy avec la demi-mondaine Carla Bruni, en reprenant à zéro l’affaire Kerviel (ce qui m’a permis d’annoncer la Crise sur France 2, chez Laurent Ruquier, six mois avant qu’elle ne survienne), les petits secrets du best-seller et Prix Goncourt de Jonathan Littell, etc… Jusqu’à en arriver à Sarkozy, Israël et les juifs, en 2009, aboutissement logique de tout ce qui a précédé. Je plains ceux qui en sont restés au pseudo-cosmonaute de Palenque et au triangle des Bermudes ! Avec ce dernier livre, je suis tombé sur la plus grosse des mystifications actuelles : le sionisme. Inutile de te dire que beaucoup de ceux qui étaient membres du Cercle zététique, prêts à dénoncer haut et fort avec moi l’inauthenticité de suaire de Turin, ont compris qu’il serait bien plus compliqué pour eux d’entrer sur ce terrain…

Ils ont disparu dans la nature ! Ceci étant, comprends bien une chose : le CZ avait une devise : “Le droit au rêve a pour pendant le devoir de vigilance”. Nous n’avions pas de « doctrine », ni de philosophie. Nous agissions seulement avec une méthode rationnelle au rasoir, ce qui nous a parfois fait qualifier de rationalistes fanatiques ou bornés, mais c’était inexact car nous tentions juste de déceler une supercherie quand il y en avait une, voilà tout. Il y avait de nombreux croyants chez nous, et même un prêtre, l’abbé Joblot, qui appréciait tout particulièrement la critique biblique dans laquelle je m’étais engagé. Enfin, pour répondre à ta question, je suis évidemment toujours le même qu’auparavant, exactement le même, c’est-à-dire que j’emploie toujours la même méthode d’investigation critique lorsque j’ai affaire à une histoire étrange qui a une prétention scientifique. Je juge sur des preuves positives, sur du concret. C’est mon label de qualité, et c’est pour cela que de nombreuses revues historiques, à commencer par Historia, où je travaille depuis 2003, ont fait appel à mes services. Je ne renie pas une ligne de ce que j’ai écrit. Le tout est d’en connaître le contexte.

Je me demandais si tu pensais à recréer une association dans le même style que le Cercle Zététique mais dans un genre plus étendu, pour étudier des mystifications encore plus grosses, comme l’Histoire officielle ?

Ce groupe informel existe, il se nomme le Clan des Vénitiens et dispose de son propre site, qui produit chaque jour de nombreuses informations. Pour moi, le temps des associations et des AG est fini : trop lourd et inadapté à notre époque, où tout va très vite. Il faut savoir être réactif, travailler en réseau : fini la paperasse et les grades ! Tout le monde travaille à la même enseigne, il n’y a pas de gourou-qui-sait-tout, c’est l’égalitarisme spartiate. Mais comme tout se passe à la Vénitienne, l’aspect spartiate est relatif, on met des roses sur notre cuirasse… J’en profite pour signaler que si ce petit groupe informel s’associe à Venise, c’est non seulement parce que c’est ma ville-fétiche, celle où je vis une partie de l’année et où j’écris, celle qui est aussi le fil rouge discret de mes livres depuis longtemps, mais encore parce que San Marco est le plus beau symbole du combat que je mène pour la coopération des catholiques et des musulmans. San Marco : une « mosquée-basilique », qui ne ressemble pas aux église italiennes traditionnelles mais qui s’inspire directement, par-dessus mer et continent, du modèle des édifices byzantins. Venise est le lieu du croisement entre l’Orient et l’Occident.

C’est un peu de Byzance en terre d’Europe. Venise, ville charnière, point de jonction, passerelle entre les civilisations…. René Guénon aurait aimé s’y promener, je pense, au moins sous la plume d’Hugo Pratt. De haut de sa mort, Nietzsche, qui logeait régulièrement face au cimetière San Michele où repose Ezra Pound, un autre poète qui sent la poudrière, lui aurait sans doute rappelé de façon très évolienne que « l’Islam suppose des hommes pleinement virils… » Questions subsidiaires : et si c’était par l’islam que l’on pouvait revivifier la figure de Jésus et dynamiser la teneur de son message révolutionnaire ? Et si l’on réussissait l’alliance qui a échoué entre Templiers et Ismaélites ?

Le site Lesogresinfos.com s’est mis à lancer des rumeurs il y a de cela plusieurs semaines, notamment sur une série de conversions à l’islam de personnalités telles que toi, Alain Soral, John Bastardi Daumont, Dieudonné entre autres. Alain Soral a démenti à ce propos, les autres ne se sont pas exprimés publiquement à ce sujet. C’est une question qui touche très personnelle que je vais te poser à présent. Qu’en est il de toi Paul Eric ? Est ce une rumeur à ton sujet ? Veux tu nous clarifier tout ceci ?

J’ai été le premier à faire un communiqué en réponse sur le site des mes amis du Clan des Vénitiens, en répondant que cette rumeur était totalement bidon. Des arnaqueurs du site sioniste JSSnews prétendaient même que cette conversion subite était financée par les Iraniens ! Et puis quoi encore ? Les Iraniens sont très respectueux des croyances des leurs (la communauté juive d’Iran est l’une des plus heureuses du monde) et a fortiori de leurs hôtes : nous n’avons jamais parlé de religion, ni de nos vies personnelles. Bref, aucun de ceux qui se sont rendus en Iran ne s’est converti là-bas ni en rentrant en France. Il y a parmi eux des musulmans, d’autres qui, peut-être, le deviendront un jour, je n’en sais rien, d’autres qui ne le seront jamais.

Ce sera à eux de le dire. Pour ma part, je considère en général que ces questions sont d’ordre intime. Je n’y ai pas répondu pour le moment, sauf en privé, à quelques rares amis. Mais après réflexion pourquoi se cacher ? Nous ne sommes pas à l’époque des catacombes ! Au moment où les plus hautes instances de l’État montrent l’islam du doigt, il est temps de sortir de mon silence. Et puis, ceux qui me font l’honneur de me lire ou de m’écouter ont le droit de savoir qui leur parle et “d’où” je leur parle, comme on dit…

Ma shahada a été accomplie en décembre 2009, en présence du maître soufi Ammanoullah, de Khalid Wiss et d’un ami commun universitaire.

Que dire de plus ? Devenir musulman a d’abord été pour moi une prise de conscience, qui s’est muée en une prise de partie pour les exclus : j’avais une volonté très nette d’appartenir concrètement au camp des Spartacus d’aujourd’hui, ceux qui sont entrés en rébellion contre un système aliénant. Être musulman, pour moi, est désormais un vécu. J’appartiens à cette race de l’esprit, qui prend le nom d’islam, où tout commence par la Beauté. Percevoir la Beauté rend possible la présence du divin, qui permet de désigner le Dieu unique, indéfinissable, indicible, Celui qui ne peut ni se percevoir ni se concevoir, Celui qui échappe aux cadres anthropomorphiques, Celui dont il est écrit : “Où que soyez, il est avec vous !” Voilà l’Islam : une proximité spéciale, constante et privilégiée avec la Divinité. Il y a si peu de réelles contraintes dans l’islam (beaucoup de démystifications sont encore à effectuer dans ce domaine), que je dis volontiers, dans un esprit de paradoxe proche de celui du grand catholique Chesterton, que l’islam c’est l’athéisme plus Un ! L’Un, c’est le Tawhid. Et voilà tout. C’est aussi simple. C’est pourquoi on pourrait écrire dix mille livres sans épuiser le sujet !

Quel est ton point de vue sur le “débat politique actuel” en France, notamment sur ce fameux concept appelé “laïcité” ? Cacherait il d’autres aspects politiques moins reluisants de l’élite française ? Quel est le but de ce débat d’après toi ?

Écoute, même si ma famille catholique vient d’Italie pour sa majeure partie, je suis né à Metz, en Moselle. Or en Alsace-Moselle, le régime concordataire mis en place sous Napoléon Ier en 1801 est toujours en vigueur. Pourquoi ? Parce que la loi de 1905, dite de séparation de l’Église et de l’État, qui mettait un terme à ce concordat, a été votée alors que l’Alsace et la Moselle étaient rattachées à l’Allemagne, après la défaite de 1871, et qu’elle n’a jamais été abrogée par la suite. Selon cette loi, curés, pasteurs et rabbins sont payés par l’État. Les évêques de Metz et Strasbourg sont nommés par le chef de l’État. Pas mal, non ? Lorsque j’étais gamin (j’ignore si cela a encore lieu), les cours de religion étaient obligatoires. Il fallait une dispense des parents pour y échapper. Et ces cours comptaient dans la moyenne jusqu’en troisième ! Le climat est tel que lorsque j’étais en cours élémentaire, l’école laïque que je fréquentais s’appelait « Sainte-Thérèse » et qu’il y avait une croix dans chaque classe. Je n’en étais pas autrement choqué, mais enfin est-ce bien cela, la laïcité à la française dont on nous rebat les oreilles nuit et jour ? Je ne crois pas une seconde à la sincérité du débat autour de l’islam, qui n’a d’ailleurs pas réussi à son premier instigateur, Philippe De Villiers….

Tout ce barouf n’a d’autre but, pour l’UMP, que de capter les voix du FN, comme en 2007. Si cette tactique ne fonctionne pas, cela fera le jeu de Marine Le Pen, qui sera propulsée au second tour de la Présidentielle : dans ce cas, celui ou celle qui lui fera face pourra se frotter les mains, car les journaux qui lui font une promo d’enfer en ce moment seront les mêmes à crier comme des damnés au retour du fascisme, comme en 2002 ! Et qui aura gagné ? Les mêmes que d’habitude. Bref, on stigmatise les musulmans pour des ambitions bassement électoralistes. On cherche à affoler les Français en leur disant que l’islam sera majoritaire en France dans 30 ans mais en attendant, Sarkozy, DSK et la clique sioniste dans son ensemble se partage le gâteau. Un vrai débat sur l’islam devrait non seulement poser des vraies questions, mais permettre également d’apporter de vraies réponses.

Les mêmes qui disent que l’islam est une religion puritaine se scandalisent par exemple de la polygamie, des harems des sultans ou du « mariage d’une heure » permis dans le chiisme : n’est-ce pas bizarre ? Les autres font leurs choux gras avec l’excision, alors que la simple circoncision n’est pas obligatoire en islam ! Des campagnes médiatiques nous font croire que l’islam est l’ennemi des animaux, alors que le Coran interdit de tuer une bête autrement que pour se nourrir. On dit que l’islam une religion étriquée, alors qu’elle ne comporte pas de sacrements. Le faux débat sur les filles voilées cache le fait que toutes nos grands-mères de France, il y a trente ans, portaient le foulard, et que la Vierge Marie elle-même le porte sur toutes ses représentations ! On nous serine avec le sectarisme islamiste alors qu’il n’y a pas d’hérésie sur la doctrine en islam, y compris entre sunnites et chiites.

On raille le musulman parce qu’il ne boit pas d’alcool et ne fume pas : devrait-il conduire avec une bouteille de whisky dans le coco et un cigare dans le bec pour être aux normes ? Faut-il parler de soumission des femmes en Islam ? Elles ont le droit de devenir iman, qui dit mieux ? Le théologien et poète Ibn ‘Arabî contemple Dieu dans la femme : c’est du sexisme ? Un peu de sérieux ! Les Français n’ont pas à avoir peur d’être islamisés de force pour la bonne raison que le Coran l’interdit : « Pas de contrainte en religion » . Mais qui le dit ?

Écoutons plutôt Lamartine, qui parle du Prophète :

« Jamais un homme ne se proposa, volontairement ou involontairement, un but plus sublime, puisque ce but était surhumain : Saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l’homme et l’homme à Dieu, restaurer l’idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie… » Écoutons George Bernard Shaw : “Ce dont le monde a le plus besoin est un homme qui a l’esprit de Mohammed. Les hommes religieux dans le moyen-âge, par ignorance et par fanatisme, ont propagé une image obscure de la religion de Mohammed qu’ils ont considéré comme l’ennemi du christianisme. Mais après avoir eu connaissance de l’histoire de cet homme, j’ai trouvé que c’est un prodige exceptionnel (…) J’ai toujours eu haute estime pour la religion de Mohammad à cause de sa merveilleuse vitalité. C’est la seule religion qui me semble posséder cette capacité d’assimilation aux différentes étapes de l’existence. (…) En parlant de la foi de Mohammad, j’ai prédit que cette dernière serait acceptée par l’Europe de demain comme elle est déjà acceptable par l’Europe d’aujourd’hui.” Écoutons Goethe : « L’homme est sans cesse inquiet parce qu’il pense qu’il ne peut pas faire face aux difficultés, mais avec plus de précision nous comprenons que tous les hommes peuvent vaincre la peur, à condition d’entrer dans l’idéologie salvatrice de l’Islam et de s’en remettre à Dieu. » Écoutons Napoléon : « Mahomet a détruit les faux dieux, renversé le temple des idoles dans la moitié du monde, propagé plus que qui que ce soit la connaissance d’un seul Dieu dans l’univers… Mahomet fut un grand homme, intrépide soldat…. Grand capitaine, éloquent, homme d’État, il régénéra sa patrie et créa au milieu des déserts de l’Arabie un nouveau peuple et une nouvelle puissance. » Écoutons Voltaire : « Sa religion est sage, sévère, chaste et humaine : sage puisqu’elle ne tombe pas dans la démence de donner à Dieu des associés, et qu’elle n’a point de mystère ; sévère puisqu’elle défend les jeux de hasard, le vin et les liqueurs fortes, et qu’elle ordonne la prière cinq fois par jour ; chaste, puisqu’elle réduit à quatre femmes ce nombre prodigieux d’épouses qui partageaient le lit de tous les princes de l’Orient ; humaine, puisqu’elle nous ordonne l’aumône, bien plus rigoureusement que le voyage de La Mecque. Ajoutez à tous ces caractères de vérité, la tolérance. » Ces gens-là n’étaient-ils pas de bons Européens ?

Source : https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-historien-Paul-Eric-Blanrue-s-est-converti-a-l-islam-en-2009-Devenir-musulman-a-ete-pour-moi-une-5802.html

 
Une famille entière convertie à l’islam ! Témoignage d’une adorable maman 

 

Quel beau destin que celui de cette famille convertie à l’islam, le cœur illuminé par la foi.

À présent l’amour et le respect des règles religieuses rythment leur quotidien.

Pour certains un miracle, pour d’autres une destinée, pour moi les deux.

Une famille entière convertie à l’islam !

Talamize vous fait découvrir une interview exclusive.

Celui d’une maman qui aime ses enfants,

et qui les voit embrasser l’islam, changer de prénom, d’habitudes alimentaires, de tenue vestimentaire, de comportement envers elle et les autres, pour à son tour suivre son destin et rejoindre ses enfants dans leurs croyances et convictions.

C’est avec émotion que j’ai pu poser quelques questions à cette maman qui nous raconte le destin de sa famille convertie à l’islam.

Une famille entière convertie à l’islam !

 

1/Assalamou’alaykoum Madame, pouvez-vous, vous présentez brièvement ?

Wa ‘alaykoum salam, je m’appelle Djamila, Dominique, j’ai 61 ans.

Je suis issue d’une famille catholique de six frères et sœurs. J’allais souvent à l’église avec mes grands-parents pendant mon enfance. J’ai dû travailler dans différents domaines pour pouvoir élever mes cinq enfants toute seule.

 

2/ Vous avez dit Djamila, d’où vous vient ce prénom ?

J’ai choisi ce prénom depuis ma conversion à l’islam en novembre 2008.

 

3/ Expliquez-nous comment avez-vous découvert l’islam ?

J’ai découvert l’islam par mon fils aîné qui s’est converti en 1998, et qui nous racontait et nous expliquait le bien de cette religion.

 

4/ Quelle réaction avez-vous eu quand vous avez appris la conversion de votre fils aîné ?

Au début, je pensais que ce n’était qu’un passage, mais avec le temps je le voyais mieux dans sa peau, vraiment investi et j’aimais bien l’entendre nous parler de cette religion.

Une famille entière convertie à l’islam !

 

5/ Donc ! Le premier converti à l’islam, c’est votre fils aîné, comment s’est passée la suite des événements ?

Mon grand garçon avait un rôle important dans notre famille, étant seul à élever mes enfants, les responsabilités qu’il avait pris en charge, ont fait de lui un exemple pour son frère et ses trois sœurs. Ils l’ont toujours écouté et respecté comme un grand frère.

Mon fils nous parlait beaucoup de la religion, il nous racontait différentes histoires sur les prophètes, sur le but de notre existence, il nous disait souvent que notre bonheur ici-bas et dans l’au-delà était uniquement dans cette religion.

On voyait bien qu’il souhaitait que l’on découvre le bonheur qu’il vivait.

J’ai vu deux ans après mon deuxième garçon suivre la même voie que son frère et trois ans plus tard mes trois filles.

Une famille entière convertie à l’islam !

 

6/ Vous êtes une maman qui aime ses enfants et respecte leur choix, mais qu’en était-il de votre entourage ?

Cela a été très difficile, à cette époque on ne connaissait encore rien de l’islam, changer de religion c’était quelque chose d’inacceptable.

Que ce soit avec mes parents ou mes frères et sœurs, tous étaient contre mes enfants ou plutôt cette religion. Car avant, ils aimaient beaucoup mes enfants avant qu’ils ne se convertissent à l’islam.

 

7/ Malgré toutes les difficultés que vous avez pu rencontrer, vous-même avez accepté l’islam comme religion. De quelle façon et pourquoi ?

Même si au début je respectais le choix de mes enfants, cela m’était impossible de changer, c’était également pour moi une façon de contredire toute l’éducation que j’ai reçue.

Mais au fur et à mesure des événements de la vie, les paroles de mon fils prenaient plus de sens, et m’apportaient toujours une solution.

Ce n’est que dix ans plus tard qu’à mon tour je me convertis à l’islam.

Une famille entière convertie à l’islam !

 

8/ Pouvez-vous nous expliquer le jour de votre conversion ?

Je m’en souviens très bien, nous étions tous réunis pour un repas, car mon fils aîné et son épouse partaient en Égypte le lendemain.

Comme à son habitude mon fils nous parla encore de l’importance et des bienfaits de l’islam et m’a demandé si je voulais me convertir à mon tour.

Ce jour-là ! J’ai accepté, car maintenant il était devenu évident que l’islam était la seule religion acceptée par Dieu.

Après avoir répété le témoignage de foi, j’ai ressenti un bien-être inexplicable m’envahir, j’ai pris mon fils dans mes bras et je lui ai dit, je t’aime fort et merci, merci…

Tout le monde pleurait de bonheur et de joie.

 

9/ Cela fait huit ans maintenant, qu’en est-il aujourd’hui ?

À ce jour je remercie Allah de nous avoir guidés, nous sommes une famille unie, tous mes enfants sont mariés et j’ai 15 petits enfants.

 

10/ Djamila ! Que voulez-vous dire à ceux qui liront votre témoignage ?

Cette religion m’apaise, donne un vrai sens à ma vie. Je vois mes enfants épanouis et nous sommes bien comme ça.

Lisez bien mes paroles, et je vous souhaite le même bonheur que le mien.

 

Merci Djamila, c’était un vrai plaisir d’entendre votre témoignage.

Une famille entière convertie à l’islam !

Voilà ! J’espère que son témoignage vous éclairera.

Qu’Allah te récompense maman par ce qu’il y a de mieux ici-bas et dans l’au-delà, pour avoir rendu visite à ton fils et tes petits enfants à Marrakech, et bien voulu répondre à cette interview.

Ton fils qui t’aime…

Laisser un petit mot gentil pour ma merveilleuse maman, ou bien, écrivez-lui une belle invocation, pourquoi pas !

Moussa, Abou Youssouf

Fondateur du site Talamize & Concepteur de supports interactifs Ludo-éducatifs

Source:

http://www.talamize.com/famille-entiere-convertie-a-lislam/

 
Léopold Weiss (Muhammad Asad) : la quête spirituelle d’un personnage hors du commun

Léopold Weiss connu sous le nom de Muhammad Asad est issu d’une dynastie rabbinique des confins de l’Europe, dont le grand père Benjamin Weiss de Czernowitz, était connu pour ses colères, ses passions, et ses œuvres. Léopold Weiss nait à Lemberg en 1900, ville des confins orientaux de l’Empire austro-hongrois. Il restera une personnalité fascinante voire une énigme pour certains, de par son parcours hors du commun et sa quête spirituelle : personnage aux multiples facettes dont l’écheveau de son parcours traverse l’Histoire du XX ème siècle pour nous en dévoiler les inquiétudes et les espoirs qui restent toujours d’actualité dans un monde en plein questionnement si ce n’est crise, face aux périls qui ont jalonné l’Histoire et dont nous subissons les effets de nos jours encore.

Issu d’une famille de rabbins orthodoxes, puis assimilée à la figure du père qui exerça le métier d’avocat et se détacha peu à peu de la religion de ses ancêtres pour épouser la culture allemande. Toutefois, le père Kiwa (Karl) Weiss qui était peu pratiquant, fut contraint dès son plus jeune âge de suivre un enseignement rabbinique des plus strict, de façon à ce qu’il ne fasse pas comme un de ses oncles qui se convertit au christianisme pour répudier sa femme et épouser une non-Juive.

C’est pour cela que Léopold Weiss jouira au contraire d’une éducation plus souple, qui lui permettra de développer son esprit critique. Néanmoins, il sera au fait des écritures anciennes dont l’araméen et l’hébreu qui lui permettront de lire les textes de l’Ancien Testament, de la Mishnah et de la Guermarah au point d’en être familier et d’en maîtriser la langue, tout comme l’arabe avec le Coran bien des années plus tard, et auquel il donnera un remarquable essai de traduction.

 

Déjà adolescent à Vienne, il sera assistant du cinéaste Murnau, puis journaliste de la célèbre Frankfurter Zeitung pour en être plus tard correspondant spécial en Palestine. Il fréquentera les cafés de Vienne. Il écrit à ce propos, « Le café viennois détruit notre intelligence et notre culture. Notre vie littéraire gît morte dans ce gouffre de brouillard et de fumée. » (Cf, correspondance avec Edmund Wengraf). Il y rencontra sûrement des personnalités telles que Sigmund Freud et fut au fait des théories psychanalytiques les plus récentes de part l’intermédiaire de son oncle Dorian Feigenbaum avec qui il partira en Palestine, mais en éprouvera toutefois une forme d’insatisfaction.

Il écrira dans son livre le plus connu, Sur le chemin de la Mecque, (p. 57-58), « Les conclusions de la psychanalyse, à laquelle j’étais introduit dans ces jours de perplexité de jeunesse, me laissaient également, bien que pour des raisons différentes, insatisfait. » Il faut comprendre ce sentiment et ce vide existentiel face à une société autrichienne secouée par la première guerre mondiale et en proie au matérialisme et au nationalisme, si ce n’est le fascisme le plus inquiétant, qui donnera lors de la seconde guerre mondiale le pire génocide. C’est ce qui conduira Léopold Weiss à développer une personnalité qui était en perpétuel questionnement et recherche de sens.

D’ailleurs, dans le judaïsme de ses aïeux, il lui reprochera une dimension particulariste et un aspect trop ritualiste. Il ne pouvait comprendre comment un Dieu puisse se préoccuper autant du sort d’une nation particulière. Cela lui paraissait suspect. A l’époque, il avouera et écrira qu’il pensait même, (ibid, p. 57-58), « récompensant (le peuple élu) par ses conquêtes s’il suivait sa voie droite et le faisant souffrir entre les mains des incroyants chaque fois qu’il s’en écartait » ; de façon à expliquer sa méfiance. Bien entendu, plus tard en se convertissant à l’islam, il comprendra la place prépondérante que les Banû Israël tiennent dans le Coran, ce qui le réconfortera dans son questionnement, son choix et sa conversion à l’islam.

 

Enfin, Léopold Weiss passera de longues années au Moyen-Orient au contact des bédouins palestiniens et arabes, où il trouvera l’incarnation de ses ancêtres spirituels. Il écrira même, (ibid, p. 89), « Il m’apparut soudain, avec une de ces clartés qui éclatent parfois au-dedans de nous-mêmes et semble illuminer le monde pendant le temps d’un battement de cœur, que David et le temps de David, comme Abraham et le temps d’Abraham, étaient plus proches de leurs racines arabes _comme le sont les bédouins d’aujourd’hui_ que les juifs d’aujourd’hui qui se prétendent leurs descendants…»

Comme l’écrit si bien Florance Heymann, dans Un juif pour l’islam (éd. Stock), Lépold Weiss comme la plupart des Européens qui débarquaient au Moyen-Orient avec quelques notions romantiques et erronées ne pensaient jamais à la Palestine comme à une terre arabe. A ce propos Muhammad Asad écrit, « Bien sûr, je savais vaguement que certains Arabes y vivaient, mais j’imaginais qu’il ne s’agissait que de nomades vivant sous la tente dans le désert ou des habitants d’oasis idylliques. Comme toutes mes précédentes lectures sur la Palestine avaient été écrites par des sionistes, je n’avais pas compris que les villes, elles aussi, étaient pleines d’Arabes, à tel point qu’en 1922 on comptait en Palestine près de cinq Arabes pour un seul Juif, ce qui en faisait un pays arabe beaucoup plus que juif. »

Léopold Weiss, quelques années plus tard, se convertit à l’islam à l’âge de 26 ans. Surpris par la seconde guerre mondiale dans les Indes britanniques, il se retrouve interné comme ennemi autrichien dans la région de Bombay. Il y apprendra par courrier la déportation de ses parents. Il sera un ami intime du Roi Fahd d’Arabie saoudite auquel il conseillera en vain de se méfier du matérialisme occidental qui risquerait de détruire leur mode de vie authentique qui l’avait tant séduit. Il participera à l’aventure de la fondation du Pakistan, dont il deviendra même ambassadeur et représentant à l’ONU, et il en sera l’idéologue au côté du fameux Muhammad Iqbal.

 

Mais, face aux « indépendances » et aux Etats-Nations naissants, Muhammad Asad comprit fort bien le danger qui se pointait, pour l’avoir connu en Occident. Sur le long terme, la montée des nationalismes allait non pas former une Masse et une Puissance islamique homogène comme le redoutait Elias Canetti et comme le redoutent encore certains sionistes, mais un morcellement de l’Empire Ottoman, démantelé par les puissances mandataires britanniques et françaises, pour arriver aux objectifs et projets dont nous voyons les résultats encore aujourd’hui : diviser pour mieux régner. Même à l’aune de l’impérialisme américain et des révolutions arabes, rien de mieux que d’attiser les guerres ethniques et religieuses (Kurdes, chrétiens orientaux, chiites, sunnites) voire même tribales (Irak, Afghanistan, Lybie) et tensions entre laïques pro-occidentaux et islamistes.

Devant des musulmans en proie à la modernité et au nationalisme, le rêve de Muhammad Asad d’un Etat islamique idéal au Pakistan s’évanouira. Dès lors, il ne sera pas compris et passera au pire comme suspect pour avoir répudié son épouse d’origine arabe pour en prendre une d’origine européenne, et au mieux comme un idéaliste. Muhammad Asad restera fidèle à sa foi islamique, mais le constat d’une « Oumma » mythique ne fera que confirmer les chiismes et les tensions qui perdurent depuis la mort du prophète Muhammad (saws). Néanmoins, ce qui restera frappant chez cette personnalité hors du commun qu’est Muhammad Asad, c’est que son identité n’était pas prédéterminée mais en devenir et en constant mouvement et questionnement. Pour reprendre Heidegger, « (Le commencement) ne gît pas devant nous (…) mais il se dresse devant nous ».

Conclusion…

Contrairement à une vision de l’intérieur plus complexe telle que celle de Muhammad Asad, ce que bien des musulmans ont en tête, c’est que la masse et la puissance pour reprendre le concept d’Elias Canneti, ou le nombre démographique de musulmans ou ce que certains appellent Oumma (communauté des croyants) n’est pas quantifiable et garante d’un rapport de cause à effet. Il suffit de se rappeler du hadith du prophète Muhammad (saws) qui dit : « Viendra un temps où les musulmans seront nombreux tels l’écume de la mer, mais leurs ennemis les mangeront comme autour d’un plat (…) du fait qu’ils auront l’amour des richesses de ce bas monde dans leur cœur et la peur de mourir ».

L’Oumma ou « Dar-al-islam » (maison ou territoires islamiques) n’est que la délimitation théorique de ce qui constituait autrefois les Empires ou les dynasties, sachant que le modèle d’Etat-Nation avec le tracé des frontières est récent. A notre époque ces notions de Dar-al-islam sont obsolètes. Déjà dans son questionnement, au XII ème XIV ème siècle Ibn Taymiyya se demandait ce qui différencie ou ce qui qualifie un territoire dit de guerre (dar al-harb) ou dit de paix (dar a-silm) (Mardin, Hégire, fuite du péché et « demeure de l’islam », tarduit par Yahya Michot, éd. Al-Bouraq).

Ce dernier définira l’espace dit « islamique » non pas comme l’étendu d’un Empire islamique mais plutôt comme un espace privé. En effet, il expliquera qu’une taverne dès lors qu’elle devient une mosquée est considérée comme dar al-islam (espace de salut) et si une mosquée devient une taverne, elle devient dar al-kufr (territoire du voilement ou de l’ignorance). Or, à une époque d’assimilation, de retour identitaire, d’athéisme, de modernité, et de conversions, il faudrait plutôt voire la cartographie du monde à la façon d’un Gilles Deleuze organisée en rhizomes, plutôt que d’avoir une vision obsolète du monde dans lequel on vit : en blocs enracinés, compacts et homogènes, bien séparés et quasiment hermétiques.

D’ailleurs, il est frappant de voir comment les nationalistes français parlent de territoires perdus de la République comme ceux en d’autres époques qui parlaient de dar al-harb (territoires de guerres). Le monde est constitué d’une intrication de citoyens qui au sein d’une même famille peuvent être aussi bien touchés par la grâce de la foi, que par les idées des Lumières européennes. La Oumma ou communauté des croyants est dispatchée à travers les générations (depuis Adam), les sociétés, les cultures : des Favelas du Brésil jusqu’aux quartiers chics de Paris.

Et d’un point de vue eschatologique cette Oumma s’étend à travers le Temps, sans que l’on sache qui sera sauvé ou qui sera perdu, parce que Le Seul détenteur de ce secret ou mystère ou Ghayb n’en est qu’Allah. La bipartition du monde entre croyants et non-croyants n’est pas le propre de l’Islam comme semblait le suggérer Elias Canetti, mais le propre de toutes religions, sauf que la réalité est bien plus complexe et présente un éventail des plus variés de courants: tendance traditionaliste, libéral, mystique, moderniste, conservateur, etc.

L’enseignement que nous en donne le Coran, c’est que ce n’est pas le nombre de croyants qui est déterminant, mais l’intentionnalité ou la sincérité ou l’exemplarité de ceux qui portent le Témoignage ou le message de Dieu. Rappelons nous que les exemples des récits des prophètes ont tous un point commun : ils n’étaient qu’une poignée de compagnons sincères (Sohaba) face à l’opprobre de leur peuple, l’oppression ou à la tyrannie des puissants (Noé, Moïse, Jésus, Muhammad).

Pour reprendre le concept d’Elias Canetti de Masse et Puissance, ce qui est le plus important ce n’est pas la prétendue masse en elle-même, mais ce qui a provoqué le mouvement initial, l’étincelle. Une forme de big-bang sans cesse renouvelée, « Koun Fayakoun » ou le « Soit et Devient » du Créateur cité dans le Coran à maintes reprises. De cette explosion initiale se perpétue tant bien que mal une masse qui semblerait homogène jusqu’à son inertie et sa disparition. On attribue au prophète cette parole « Le Coran était étranger et il finira étranger ou méconnu », ceci corroboré par le Coran, « Par le Temps, L’Homme va assurément à sa perte, sauf ceux qui ont cru et se sont recommandés le bien, la vérité et la persévérance ». Ou dans une autre parole prophétique, « la fin du monde n’aura pas lieu, tant qu’il restera des croyants » ou encore dans un hadiths Qudsi « même si l’Humanité croyait en Moi (Dieu) cela n’ajouterai rien à ma puissance, et si elle venait à mécroire tout entière cela n’en diminuerai rien ».

Aujourd’hui comme de toute éternité l’islam est une affaire individuelle : liaison du Abd (serviteur) avec son Khaliq (Créateur), rapport vertical et transcendantal.  Chaque humain sera jugé selon ses actes. Quant au rapport horizontal avec la communauté ou la société, il est déterminé par le bon comportement ou l’exemplarité et par la parole respectueuse et incitatrice au bien, à l’image des envoyés prophètes. Dans un monde en proie au nationalisme, au sectarisme, à la perte des valeurs, les musulmans ne peuvent pas se voir comme une masse compacte et homogène, figée et définitive, comme l’avait conceptualisé Elias Canetti. Au contraire, il faut voir cela comme des interactions de cellules, allant dans le sens du Kadr (destin) ou de l’imprévisible Ghayb. Comme le dit le hadith, « certaines personnes sont à une coudée du Salut mais vont au final à leur perte, comme d’autres à une coudée de la perdition et connaîtront le salut ».

Enfin, pour revenir au débat franco-français il est étonnant de voir chez les prétendus laïcs ce mauvais reflexe religieux de stigmatiser en bloc l’autre, alors que nous sommes reconnus comme citoyens et non comme communautés ! En l’absence de chiffres officiels et fiables, liés à la loi informatique et Liberté de 1978 qui interdit tout dénombrement dans les enquêtes officielles portant sur l’appartenance ethnique ou religieuse, les estimations ne sont pas les mêmes. Quoiqu’il en soit, celles-ci se réfèrent à une acceptation large, prenant en compte les référents identitaires, notamment les noms et prénoms, ou leur nationalité si celle-ci est encore étrangère.

Ces chiffres varient, voire augmentent selon les périodes électoralistes et suivant les groupes politiques et leur idéologie plus ou moins sécuritaire, voire xénophobe. A qui profite réellement le communautarisme afin de nous définir en terme de Masses et de reléguer dans des Territoires perdus de la Républiques, avatar des ghettos juifs en d’autres temps ? N’est-ce pas en contradiction avec l’esprit de la République (Liberté, Egalité, Fraternité) qui ne reconnaît que des citoyens ? Surtout à l’ère de la mondialisation…

https://www.google.dz/amp/s/oumma.com/leopold-weiss-muhammad-asad-la-quete-spirituelle-dun-personnage-hors-du-commun/amp/#ampshare=https://oumma.com/leopold-weiss-muhammad-asad-la-quete-spirituelle-dun-personnage-hors-du-commun/

Wilfried Hoffman alias Murad Hoffman

12/06/2006

Revivifier sa FOI

Jeune homme de « bonne famille ».

Issu d'une famille catholique française, bretons d' Ile et Vilaine « émigrés » à Paris plus exactement: on peut dire que je suis de « bonne famille ». Notre arrière grand père maternel est mort pendant la première guerre mondiale fauché par une mitrailleuse allemande sur les bords de la Loire. Du côté paternel notre grand père a combattu en 14 et a été rappelé en 40. Notre père a fait la guerre d'Algérie. Quant à moi j'ai rempli mes obligations militaires au 51ème RT à Compiègne avec le grade de sergent. Loin de moi l'idée de dénigrer les marginaux, mais chez nous il n'y a ni délinquant ni chômeur. A ma connaissance il n'y a pas eu de divorces dans notre famille. Nous avons certaines idées quant à l'honneur, la famille, la patrie et la foi. 


Le silence du clergé me pesait.

Depuis mon plus jeune âge j'ai baigné dans la foi chrétienne. Baptême, communion et confirmation avec de nombreuses retraites spirituelles. Messe tous les dimanches, participation à des œuvres caritatives avec la paroisse et veillées pieuses. J'ai toujours aimé et cherché Dieu. Charles De Foucauld était mon personnage préféré quand j'étais jeune, j'aimais le côté ascète aventurier missionnaire. Je dois dire que je suis très attaché au Christ aussi. Ayant grandi dans les années 80, je ne supportais pas de voir tous les Charlie-hebdo et autres gauchiste franc-maçonniques, railler la religion catholique et galvauder les valeurs chrétiennes. J'ai toujours ces images en tête, les Cabus, les Leluron et les Coluche ricanant sur les plateau de télévision et se livrant à des parodies dégradantes pour galvauder les valeurs chrétiennes. En toutes impunité, sur toutes les chaînes de télévision, dans leurs journaux laïques avec pour seule réponse du clerg é, le silence. La loi sur l'avortement de Mme Weill laissa l'église muette aussi, rien à dire sur le génocide légal du peuple français. Tendre la joue droite... J'en parlais à mes parents qui n'avaient aucune réponse satisfaisante sur le sujet, le père Michel responsable de notre paroisse se murait dans le silence quand je lui posais des questions à ce sujet. J'en ai conçu une certaine amertume. Quel respect y a t il pour les catholiques dans ce pays ? Amis chrétiens: constatez que ceux qui ont abimé la foi catholique et craché sur le Christ (que Dieu me pardonne cette triste expression) sont les mêmes qui tiennent aujourd'hui des assises de l'islamisation et tentent de dénigrer l'Islam. 



Mes prières résonnaient dans le vide

Je vouais un culte particulier à la Vierge Marie, j'allais souvent prier, mettre des cierges et faire des aumônes. Mon église préférée à cette période de ma vie était notre Dame des Victoires. J'ai toujours aimé prier et avoir ce dialogue intérieur, beaucoup me comprendront. Une chose que j'avais du mal à accepter c'est que ma raison « bloquait » sur beaucoup de points de la religion catholique, la trinité notamment; il fallait accepter le mystère et rester insatisfait dans sa quête spirituelle. De plus, je n'avais que de vagues réponses sur l'origine du monde et surtout, question existentielle, la vie après la mort. Après la passivité systématique de l'Église, les scandales pédophiles liés au célibat des prêtres ont fini par lézarder ma foi. Je priais et pensais toujours beaucoup à Dieu mais j'allais moins à la messe et je m'ennuyais souvent pendant l'homélie. Parfois je m'abstenais même de communier. J'ai commencé à me poser des questions sur le Catholicisme et je sentais mes prières résonner dans le vide. S'en est suivi une période de laisser-aller, je picolais un peu (pour un breton c'est normal), je sortais en boîte et surtout je fréquentais beaucoup les filles. Gueules de bois et lever à midi, comme une longue période de vacances. Ayant passé mon bac, après avoir passé mon PESO, je suis parti à l'armée dans les transmissions avec le grade de sergent. Quand j'y repense aujourd'hui c'est un bon souvenir. Une fois dégagé de mes obligations militaires je suis rentré dans la vie active car j'ai eu l'opportunité de rentrer dans l'entreprise de mon cousin, j'y ai depuis fait ma place en tant que commercial car j'ai, grâce à Dieu, un certain talent pour le relationnel et la vente. J'ai rapidement eu des revenus corrects et j'ai pu prendre un crédit pour me payer un studio. Je suis content d'avoir eu cette opportunité car le fait d'être propriétaire m'assure une certaine tranquillité d'espr it et une indépendance matérielle non négligeable. De plus mes horaires ne sont pas trop contraignants ce qui me permet de lire et d'avoir une vie personnelle assez riche. Je reconnais être un privilégié et je rends grâce à Dieu pour ça. Ma vie étant plus que correcte d'un point de vue matériel, j'ai pu me payer une voiture, des vacances et des loisirs à satiété. Cependant je sentais une sorte d'aigreur permanente, comme un questionnement par rapport à mon utilité dans cette vie. J'ai commencé à remettre en question la société matérialiste dans laquelle nous vivons. 


11 Septembre 2001

Un jour dans le quartier de Belleville je suis passé devant une librairie musulmane et je me suis arrêté pour regarder la vitrine. Comme j'ai vécu dans un milieu où il n'y avait pas beaucoup de Maghrébins l'Islam m'était complètement étranger. En regardant dans la vitrine j'ai vu une sorte de tableau avec des écritures en arabe. Je ne comprenais pas ce qui était écrit mais j'ai trouvé cette écriture très belle. Je ne suis pas rentré dans le librairie ce jour là. En fait, je ne suis pas raciste mais je n'ai jamais aimé l'attitude des Maghrébins, je n'aime pas leur accent ni leurs manières. Ce n'est pas ma tasse de thé... Donc, je ne suis pas rentré dans la librairie islamique. Une curiosité a pourtant commencé à naître dans mon cœur. Comme je n'avais pas de fréquentations arabes et pas d'ouvrage sur le sujet, ma curiosité est restée insatisfaite. La vie a continué son cours.
Puis est arrivé le 11 septembre 2001. Je n'arrivais pas à y croire, j'étais indigné et j'avoue avoir détesté les musulmans ce jour là. Je ne comprenais pas que l'on puisse faire ça. J'ai voulu savoir. Je suis retourné à la librairie islamique de Belleville; j'étais très gêné de rentrer dans ce magasin surtout que j'y allais avec un apriori négatif, pour confirmer mes soupçons. Le libraire était un vieux monsieur arabe à cheveux blanc avec une barbe courte: il m'accueillit par un « salam aleykoum » auquel je répondis par un bonjour assez sec. Quand j'y repense, je crois qu'il a du sentir quelle était ma démarche; pourtant il ne s'est pas braqué. Je tournais dans les rayons et me sentais dans un monde étranger en regardant les titres des livres. Le vendeur me demanda s'il pouvait me conseiller. Je lui répondis que je souhaitais me renseigner sur l'Islam et lire le Coran traduit en français. Il fit alors le tour de son comptoir pour venir discuter av ec moi. Malgré ma gêne apparente et mon hostilité à peine voilée, il était souriant et aimable avec moi ce qui interpella ma conscience. Il m'expliqua que le Coran n'était pas le la première lecture à avoir pour connaître l'Islam. Deux barbus sont rentrés dans le magasin, et, à ma grande surprise ils étaient français, ou européens. Ils m'ont souri et sont venu directement me serrer la main en me disant « salam aleykoum »; je ne savais pas quoi répondre, j'étais un peu gêné et déstabilisé par leur gentillesse. Le vendeur de la librairie me fit acheter « Ryad es Salihin ». Je suis donc reparti avec ce livre. Mes certitudes ont été ébranlées ce jour là: je ne pensais pas qu'il y avait des français musulmans et comme j'avais un apriori négatif sur ces gens là, j'avais été un peu surpris par leur attitude sympathique et cordiale. J'ai commencé à lire « Ryad es Salihin » (le jardin des vertueux). Là ce fut un choc, j'ai été confront é à une puissance et une profondeur spirituelle que je n'avais jamais ressenti dans la religion catholique. C'était comme si on répondait à mes questions avant que je les pose... Je dois dire qu'après cette lecture je souhaitais devenir musulman. Ma foi avait été revivifiée. Je suis donc retourné à la librairie pour acheter le Coran. Ce même vendeur m'a dit que les actes venaient du cœur et qu'il suffisait de prononcer une phrase pour devenir musulman ( achadou Allah ilaha ilah lah wa achadou ana Mohamed rassoul Allah, j'atteste qu'il n'y a point de divinité à part Allah et que Mohamed est son Prophète ). Pas de baptême, pas de communion ni de confirmation. Avant de m'engager à « changer » de religion, je voulais quand même me renseigner plus et surtout lire le Coran. J'ai donc commencé à lire le Coran avec sérieux et concentration... et là... comment vous dire, j'ai su que c'était la Vraie Parole de Dieu. Que de similitude avec la Bible mais avec une sorte de magie étrange qui touche votre cœur. J'ai fini le Coran et je me suis rendu dans une mosquée pour faire ma profession de foie (chahada), je n'arrivais pas à prononcer l'arabe alors l'imam m'a aidé. Je suis donc devenu musulman. L'imam m'a expliqué que la pierre angulaire de la foi était la prière. J'ai donc acheté un livre qui explique comment faire la prière et j'ai commencé à prier cinq fois par jour en français. J'ai appris à prier et à réciter les prières en arabe avec une facilité déconcertante. Quand tu fais un pas vers Allah Il fait 100 pas vers toi. 


Au début je n'ai parlé à personne de ma conversion

Mes parents se sont douté de quelque chose car je ne mangeais plus de charcuterie et que je ne buvais pas d'alcool lors des repas familiaux. Doucement ils ont compris; ça n'a pas changé nos rapports, bien au contraire je m'entends encore mieux avec eux depuis que je suis musulman, je leur rends visite plus souvent car: « Le paradis est sous les pieds de ta mère » et « une porte du paradis porte le nom de papa ». Ils ont accepté ma conversion et nous avons des échanges spirituels riches et féconds. Je leur ai ramené des livres expliquant l'Islam, ils ont aimé ces lectures et ont été surpris d'apprendre la beauté et la puissance spirituelle de cette religion. Je ne désespère pas qu'ils deviennent musulmans un jour mais quoiqu'il arrive je les aime et respecte leurs traditions: compte tenu de notre contexte familial et de leur âge ce n'est pas évident non plus pour eux de changer. J'ajoute que l'Islam n'a pas altéré ma vie professionnelle, je porte une barbe courte et mes collègues ne savent même pas que je suis un musulman, c'est un bienfait que je garde dans mon cœur, un trésor personnel et je n'ai pas vocation à faire du prosélytisme. Si on me pose des questions je répondrais bien volontiers. La religion c'est personnel, c'est un acte du cœur. La prière islamique a une puissance totale, c'est un transcendance absolue avec Dieu Tout Puissant. Depuis ma conversion je suis le plus heureux des hommes, je suis passé du doute à la certitude, des ténèbres à la lumière. Je suis aujourd'hui marié avec une française musulmane comme moi et nous sommes très heureux. Ma femme porte le voile et moi une barbe courte, mais comme nous sommes de type européen, les gens ne remarquent pas que nous sommes musulmans. Nous prions, nous jeunons et essayons de faire du bien autour de nous avec nos familles et en faisant des aumônes aux pauvres. On n'embête personne avec notre religion, comme on sait qu'on a raison on ne che rche pas à convaincre. Ceux qui ont quelque bien en eux nous rejoindrons par la force des choses, quant aux autres, on ne peut demander à un coeur mort de s'émouvoir... J'ai toujours gardé mes amis d'enfance, certains se sont posé des questions sur ma conversion mais aucun d'eux n'a vraiment été hostile car ils ont remarqué que l'effet a été totalement bénéfique. Bon j'avoue que je ne sors plus faire la fête et que je ne bois plus mais, déjà je suis marié et, en plus, on y gagne à ne pas s'abrutir avec l'alcool. Mon ami d'enfance a embrassé l'Islam après que je lui ai expliqué et fait lire différents ouvrages. J'aime toujours autant la France et souhaite le meilleur pour notre pays. Je pense que tous les Européens fiers de leurs racines et désireux de renouer avec les valeurs de leurs pères se convertiront à l'Islam. Voilà c'était l'histoire de mon évolution spirituelle et religieuse, j'espère que vous aurez passé un agréable moment en me lisan t, insha'Allah.

Je termine avec cette Parole du Seigneur: « Tout l'Univers ne saurait Me contenir, seul le cœur de Mon fidèle le peut. »

Source :

http://anwaroul-islam.over-blog.com/article-revivifier-sa-foi-67946293.html

 
Partager cet article
Repost0

Les sionistes génocidaires,usurpateurs de la Palestine

Publié le par Ahmed Miloud

20-11-2012
Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Le Courrier des Amis: 'Le Sionisme est une malédiction!' M. GIFTER
Klik op de afbeelding om de link te volgen

Le Courrier des Amis:

« Le Sionisme est une malédiction ! » Rabbin Mordekhaï Gifter

 

 

Le Rabbin Mordekhaï Gifter, Rosh Yeshivah de la Yeshivah de Telshe, dans l'état de l'Ohio, Etats-Unis a déclaré le 16 octobre 2011 :

 

« Nous savons la vérité. La vérité est que le Sionisme est une malédiction, et c'est comme ça. Le Sionisme est meurtrier ! Et c'est ce qu'il est réellement, parce que c'est vrai ! Qui jeta à la mer les Juifs qui désiraient voyager en Erets Yisroel [Israëx, ndlr]en 1941 pour échapper aux Nazis ? Qui a fait couler le bateau « Patria » qui contenait près de 1000 Juifs à son bord ? QUI ? Les Nazis ? NON, les Sionistes l'ont fait ! Oui, les Sionistes ! Comment appelez-vous cela ? N'est-ce pas un meurtre ? Ce sont des meurtriers !!!

 

Donc pour défendre les intérêts du Sionisme (laisser les Juifs mourir en Europe pour avoir un état), il est permis de tuer d'autres Juifs ? Ces Sionistes n'ont-ils pas dit publiquement que les Juifs d'Europe sont les « Korbanot » (sacrifices) que nous devons apporter sur l'autel afin d'avoir un état « Juif » en Erets Yisroel, 'Hass V'Shalom ? L'ont-ils dit, oui ou non ? N'ont-ils pas imprimé cela, noir sur blanc, afin que tous puissent le lire ? Cet homme appelé « Yits'hok Greenbaum » (du Congrès Sioniste International) n'a-t-il pas déclaré à Varsovie que tous les Juifs religieux devaient être jetés dans l'océan ? Et tout cela à cause du Sionisme ! Et il n'eut même pas honte de ses paroles !

 

Je vous pose la question suivante : Est-ce que c'est cela la justice ? Est-ce que c'est cela être bon ? Est-ce que c'est cela être généreux ? C'est du MEURTRE ! Sans aucune excuse, c'est du meurtre ! Dieu vient et nous punit, et Il nous a dit que si nous amenions de tel « Esav » au milieu de nous, c'est à dire des gens opposés à la Torah, à la religion, à tout ce qui est Juif, alors nous tendons la perche aux nations qui, à cause de ces Juifs hérétiques au milieu de nous, commenceront à nous appeler « Racistes », « Assassins », « Terroristes » ! Nous sommes appelés « assassins » par les nations, car ils [les Sionistes] tuent des femmes et des enfants. Les non-Juifs disent cela et cela a un impact sur nous, et à cause de cela, nous pleurons amèrement. C'est TERRIBLE ! Comment les non-Juifs peuvent-ils parler ainsi du peuple Juif ? (Tout cela est de la faute de ces hérétiques. »

 

Source :

 

http://sionazime.over-blog.com/article-le-sionisme-est-une-malediction-rabbin-m-113622463.html

​​​​​​

 

 

 
 
Jacob Rothschild pointe le rôle de sa famille dans la déclaration Balfour

Banque et sionisme, même combat

Le Times of Israel rapporte que lord Jacob Rothschild a récemment révélé de nouveaux détails sur le rôle décisif qu’ont joué des membres de sa famille pour obtenir la déclaration Balfour, qui a « ouvert la voie à la création d’Israël ».

L’octogénaire Rothschild est le chef actuel de la famille de banquiers et un supporter déterminé d’Israël.

La déclaration Balfour (voir le texte ci-dessous) est une lettre écrite en 1917 par le ministre des Affaires étrangères britannique, lord Balfour, adressée à lord Rothschild, un des dirigeants sionistes de Grande Bretagne à l’époque et l’oncle du lord Rothschild actuel.

Le Times of Israel rapporte qu’au cours d’une interview télévisée, Rothschild a révélé pour la première fois le rôle joué par sa cousine Dorothy de Rothschild. Il a décrit Dorothy, qui était alors adolescente [« in her teens »] comme « fervente partisane d’Israël » et dit : « Ce qu’elle a fait a été décisivement important. » Rothschild dit que Dorothy a mis en rapport le leader sioniste Chaim Weizmann avec l’establishment britannique. Dorothy « a dit à Weizmann comment s’y intégrer, comment s’insérer dans la vie de l’establishment, ce qu’il a appris très vite ». Rothschild dit encore que la manière dont ils se sont procurés la Déclaration a été extraordinaire. « Ce fut une incroyable opération d’opportunisme. »

« [Weizmann] arrive à voir Balfour », raconte Rothschild, « et incroyablement, il persuade Lord Balfour, et Lloyd George, le Premier ministre, et la plupart des ministres, qu’on devrait permettre à cette idée d’un foyer national pour les juifs de se concrétiser. Je veux dire, c’est si… si incroyable ».

Lord Rothschild était interviewé par l’ancien ambassadeur d’Israël au Royaume Uni, Daniel Taub, à l’occasion du Projet Centenaire Balfour. L’interview s’est déroulée à Waddeston Manor, dans le Buckinghamshire, un manoir dont la famille Rothschild a fait don à la nation en 1957 et où la Déclaration est conservée. Selon l’ambassadeur Taub, la Déclaration a « changé le cours de l’histoire pour le Moyen-Orient ».

Selon l’article du Times, Rothschild a dit que sa famille, à l’époque, était divisée sur la question d’Israël, notant que certains de ses membres « ne pensaient pas que c’était une bonne chose que ce foyer national soit établi là ».

Les lettres de Dorothy sont elles aussi conservées à Waddeston. Elles révèlent ses transactions ultérieures avec divers leaders sionistes et ce qu’elle pensait de l’organisation de la Conférence Sioniste, toujours selon le Times.

Rothschild dit que la Déclaration a été remaniée cinq fois, avant qu’une version définitive soit publiée le 2 nombre 2017.

Alison Weir rapporte, dans son livre Against Our Better Judgment : The Hidden History of How the U.S. Was Used to Create Israel [En dépit du bon sens : Comment à l’insu de tous, les États-Unis ont été utilisés pour créer Israël], que des brouillons de la Déclaration ont fait la navette entre les sionistes d’Angleterre et des États-Unis, avant que le document n’ait trouvé sa forme finale. Son principal rédacteur fut le sioniste clandestin Leopold Amery.

Le livre de Weir relate et prouve que la principale incitation offerte aux dirigeants britanniques pour leur faire accepter de publier la déclaration Balfour fut l’assurance donnée par les sionistes qu’ils feraient entrer les États-Unis dans la Première Guerre mondiale aux côtés de la Grande-Bretagne, si les Britanniques s’engageaient à favoriser la colonisation sioniste de la Palestine.

 

Texte de la déclaration Balfour :

Foreign Office 
2 novembre 1917

 

Cher lord Rothschild,

J’ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l’adresse des aspirations juives et sionistes, déclaration soumise au Parlement et approuvée par lui.

Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.

Arthur James Balfour

 

L’interview de Jacob Rothschild (en anglais) :

 

 

Un mot à dire d'abord:

La Torah, dans son Traité Ksubos, folio 111, spécifie que  Dieu a fait jurer aux juifs de ne pas occuper la Terre Sainte (la Palestine)par la force, même s’il semble qu’ils aient la force suffisante pour ce faire, et de ne pas se rebeller contre les Nations. Dieu a averti que si Son jurement était violé, la chair juive serait du « gibier licite pour tout le monde », comme les animaux sauvages dans la forêt ! Tels sont les termes mêmes de la Torah ; et ces concepts ont été cités dans les traités « Igeres Teimon », « Be’er HaGola », « Ahavas Yehonosson » de Maïmonide, ainsi que dans le « Toras Moshe » de Chasam Sofer.Les juifs savent que tous leurs sages et tous leurs saints, en Europe, à l’époque de l’ascension d’Hitler vers le pouvoir, déclaraient qu’il était un message de la colère divine, envoyé afin de châtier les juifs en raison de l’atroce apostasie du sionisme contre la croyance en une rédemption messianique eschatologique.Donc, les juifs qui suivent les sionistes dans leur apostasie en s'appropriant de force la Palestine sont contre la volonté de Dieu et méritent Sa colère et Sa punition.
Le Coran mentionne ces faits ainsi dans la  SOURATE 17,le Voyage nocturne,versets 4 à 8 :
 "4. Nous avions décrété pour les Enfants d'Israël, (et annoncé) dans le Livre : "Par deux fois vous sèmerez la corruption sur terre et vous allez transgresser d'une façon excessive".5. Lorsque vint l'accomplissement de la première de ces deux [prédictions,] Nous envoyâmes contre vous certains de Nos serviteurs doués d'une force terrible, qui pénétrèrent à l'intérieur des demeures. Et la prédiction fut accomplie.6. Ensuite, Nous vous donnâmes la revanche sur eux; et Nous vous renforçâmes en biens et en enfants. Et Nous vous fîmes [un peuple] plus nombreux :7. "Si vous faites le bien, vous le faites à vous-mêmes; et si vous faites le mal, vous le faites à vous [aussi]". Puis, quand vint la dernière [prédiction,] ce fut pour qu'ils affligent vos visages et entrent dans la Mosquée comme ils y étaient entrés la première fois, et pour qu'ils détruisent complètement ce dont ils se sont emparés.8. Il se peut que votre Seigneur vous fasse miséricorde. Mais si vous récidivez, Nous récidiverons. Et Nous avons assigné l'Enfer comme camp de détention aux infidèles."

L'overblogueur

 
Le nettoyage ethnique de la Palestine  par Lilan Pappe
 

A la fin de 1947, la Palestine compte près de 2 millions d’habitants : un tiers de Juifs, deux tiers d’Arabes. La résolution 181 des Nations unies décide sa partition en deux Etats : l’un doit être presque exclusivement peuplé d’Arabes ; dans l’autre, les Juifs seraient légèrement majoritaires.
Un an plus tard, c’est un Etat à très forte majorité juive, Israël, qui occupe 78 % de la Palestine. Plus de 500 villages ont été rasés, de nombreuses villes ont presque entièrement perdu leur population arabe. Et 800 000 Arabes palestiniens originaires des territoires qui font désormais partie d’Israël peuplent des camps de réfugiés hors de ses frontières.
A en croire l’historiographie israélienne traditionnelle, cette situation serait la résultante imprévisible, involontaire, des aléas d’un conflit armé : la « première guerre israélo-arabe ». Mais Ilan Pappe en donne ici une explication bien différente. A l’aide de documents d’archives, de journaux personnels, de témoignages directs, il reconstitue en détail ce qui s’est vraiment passé à la fin de 1947 et en 1948, ville par ville, village par village. Apparaît alors une entreprise délibérée, systématique, d’expulsion et de destruction : un « nettoyage ethnique » de la Palestine.
En quelques mois, forts de leur supériorité militaire, de leur accord secret avec le roi de Jordanie, de la passivité complice des soldats britanniques et de l’impéritie de l’ONU, les dirigeants du mouvement sioniste ont organisé le « transfert », par la violence et l’intimidation, d’une population arabe plutôt pacifique, sans défense, abandonnée de tous.
A la veille du soixantième anniversaire de la création de l’Etat d’Israël, ce livre passionnant vient rappeler que la résolution du problème des réfugiés doit être la pierre angulaire de toute tentative de paix dans la région.

Ilan Pappe est l’un des « nouveaux historiens » israéliens, connu pour sa critique des politiques d’Israël à l’égard des Palestiniens. Parmi ses ouvrages traduits en français : La Guerre de 1948 en Palestine. Aux origines du conflit israélo-arabe (La Fabrique, 2000), et Une terre pour deux peuples. Histoire de la Palestine moderne (Fayard, 2004).

Traduit de l’anglais par Paul Chemla.

http://m.fayard.fr/le-nettoyage-ethnique-de-la-palestine-9782213633961

 

"Aujourd'hui Israël célèbre non pas la naissance de la nation indépendante, mais une campagne de purification ethnique de 60 années d'un peuple innocent et sans défense, justifié par un mensonge vieux de 2000 ans. Plutôt que de fêter, reconnaissons et prenons le deuil du fait que le monde entier a été rendu esclave de cette doctrine judéo-chrétienne de démons et sujets de la synagogue du dieu vengeur et courroucé de Caïn, le meurtrier, qui cherche à nous dépouiller de notre humanité, et prenons la résolution de ne plus tolérer le spectacle public de cruauté dévergondée qu'est l'entité étasunienne et sioniste soutenue par le Royaume Uni, et sa maltraitance et extermination systématiques du peuple palestinien".Source: http://www.alterinfo.net/Judaisme-et-christianisme-2000-ans-de-mensonges-60-ans-de-terrorisme-d-Etat_a28534.html#bjK6tZQDw8jddFdm.99

 

 

 

Qu'est-ce-que que le sionisme ?

Le sionisme est une idéologie raciste et xénophobe se basant sur le judaïsme pour s'approprier la Palestine et les terres arabes du Nil à l'Euphrate.C'est aussi simple que çà.

Le promoteur de cette idéologie, appelé "père du sionisme" ,est le philosophe attitré des juifs laïcs athées Theodor Herzl. 

L'overblogueur

" Theodor Herzl est considéré comme le père du sionisme politique. C’est lui qui favorise réellement le développement du courant nationaliste juif à la fin du XIXe siècle. 
Né en 1860 dans une riche famille juive de Budapest, Herzl semble pourtant peu destiné à devenir le leader du mouvement sionisme. Il représente, en effet, l’exemple même du « juif assimilé ». Sa famille est libérale et peu attachée aux traditions du judaïsme. A dix huit ans, il quitte Budapest pour suivre des études de droit à Vienne mais délaisse rapidement sa carrière de juriste pour se consacrer à la littérature et au journalisme.

Herzl et la question juive

Theodor Herzl, comme une grande majorité de Juifs, est confronté à l’antisémitisme et au problème de l’intégration du peuple juif dans les sociétés européennes de la fin du XIXe siècle. Entre 1881 et 1883, membre de l’association étudiante « Albia », il découvre un certain nombre d’auteurs antisémites tels qu’Eugen Duehring (1833-1921). Devant l’importance des discours anti-juifs, il décide de quitter l’association et s’interroge alors sur d’éventuelles solutions pour combattre cet antisémitisme. Tout au long de sa jeunesse, il est convaincu, comme de nombreux penseurs juifs d’Europe occidentale, que l’assimilation des Juifs dans leur pays d’accueil reste possible et doit se faire de manière progressive. Pour lui, les idéaux de la Révolution française, qui affirme l’égalité des droits de tous les citoyens, triompheront très prochainement et la vague antisémite qui touche le monde européen ne peut être que passagère. Toujours dans cette volonté d’intégration, il envisage même la conversion des juifs au christianisme. Herzl est alors loin d’adhérer aux thèses sionistes et considère l’idée d’un retour en Palestine, terre ancestrale du peuple juif, comme un mythe ridicule.

Le choc de l’affaire Dreyfus en France

C’est véritablement en France que sa vision se transforme catégoriquement. A partir de 1891, Herzl est envoyé à Paris comme correspondant pour le quotidien libéral viennois Neue Freie Presse. Il est chargé de couvrir l’affaire Dreyfus qui bouleverse la société française fin 1894. Le capitaine Dreyfus, juif « assimilé » d’origine alsacienne, est accusé à tord d’espionnage pour le compte de l’Allemagne et est démis de ses fonctions. L’ampleur des campagnes antijuives qui suivent l’affaire le choque profondément et lui font alors prendre conscience que même dans un pays comme la France, qui a été la première à proclamer l’égalité des Juifs, l’assimilation semble irréalisable. Il est alors clair pour Herzl qu’en fin de compte un Juif sera toujours considéré comme un étranger. L’unique solution aux problèmes d’émancipation du peuple juif et de l’antisémitisme est la création d’un état indépendant. En 1896, il publie un ouvrage d’une centaine de pages rassemblant ses idées : L’Etat Juif (Der Judenstaat), puis il publie Altneuland. Herzl devient alors contre toute attente un des principaux leaders sionistes de la fin du XIXe siècle.

L’action de Herzl et le développement du sionisme

Une fois ses ouvrages publiés, Herzl se lance dans une intense activité politique pour mettre en place son projet. Il profite des nombreux contacts que lui apporte son métier de journaliste pour diffuser ses idées et trouver des fonds auprès des milieux financiers juifs. Ces derniers refusent cependant de lui apporter de l’aide, ne croyant pas en la création d’un Etat juif. Il poursuit malgré tout son action et organise, à Bâle, en Suisse, le premier Congrès sioniste mondial du 29 au 31 août 1897. Le congrès donne naissance à l’Organisation sioniste mondiale dont Herzl est élu président. Le but de l’Organisation est l’établissement d’un Etat juif en Palestine. Le mouvement se structure alors très rapidement. Herzl fonde la même année le journal Die Welt, son organe officiel. Il veut créer son mouvement sioniste à l’échelle internationale de façon à mobiliser l’ensemble de la communauté juive.

Le sionisme de Herzl n’a rien de messianique ou de biblique, c’est un sionisme clairement laïc. Il n’envisage pas non plus la langue biblique, l’hébreu, comme langue officielle du futur Etat. La création d’un Etat en Palestine répond pour lui uniquement à un souci de sécurité et d’émancipation du monde juif. On peut noter d’ailleurs, qu’il ne précise pas, dans un premier temps, le lieu du futur Etat juif. Herzl propose bien sûr la Palestine mais également l’Argentine ou l’Afrique orientale.

L’action diplomatique de Herzl

Pour Herzl, il est également inenvisageable de constituer un Etat juif sans obtenir au préalable une garantie et une reconnaissance internationale. Pour lui, l’immigration en Palestine doit absolument se faire de manière officielle. Il craint notamment qu’une infiltration illégale laisse les immigrés à la merci de toutes les répressions et expulsions. Pour mettre en place son projet en Palestine ottomane, il doit tout d’abord obtenir un accord de la Sublime Porte. Il rencontre finalement, après de nombreuses tentatives, le sultan ottoman Abdul Hamid II (1842-1918) en 1901 sans réussir à obtenir de ce dernier une quelconque concession. Il consacre alors le restant de sa vie à une action diplomatique auprès des différents souverains européens tels que l’empereur d’Allemagne Guillaume II, le roi d’Italie, le pape Pie X ou des ministres russes, cherchant à obtenir leur soutien sans grands résultats. Herzl se présente alors comme le représentant du peuple juif, même si l’adhésion aux thèses sionistes est alors loin de faire l’unanimité. Il essaye de faire comprendre l’intérêt que chacun peut trouver en apportant son soutien dans la mise en place d’un foyer national juif en Palestine. A partir de 1902, il concentre son action sur la Grande-Bretagne et réussit à obtenir du ministre britannique des Colonies, Joseph Chamberlain, la possibilité d’établir un foyer juif en Ouganda. Herzl considère alors qu’il vaut mieux un foyer en Ouganda que pas de foyer du tout. L’offre est toutefois majoritairement rejetée lors du VIe Congrès en août 1903 et définitivement oubliée après la mort du leader le 3 juillet 1904 en Autriche. Sa mort met également pour un temps de côté la priorité aux démarches diplomatiques chères à Herzl.

Mais si Herzl n’arrive pas à la fin de sa vie à obtenir l’accord international nécessaire à l’accomplissement de son rêve, il réussit à faire du sionisme un mouvement organisé et reconnu. Herzl écrit dans son Journal au lendemain du premier congrès de Bâle les propos suivant : « A Bâle, j’ai créé l’Etat juif. Si je disais cela aujourd’hui publiquement, un rire universel serait la réponse. Dans cinq ans peut-être, dans cinquante sûrement, tout le monde comprendra ». Theodor Herzl avait vu juste : cinquante ans et neuf mois plus tard, l’Etat juif d’Israël était créé. Il avait souhaité être un jour enterré dans l’Etat indépendant que le peuple juif aurait fondé en Palestine ; ses dépouilles sont transférées au mont Herzl dans le jeune Etat d’Israël le 17 août 1949."

Bibliographie

Michel Abitbol, Juifs et Arabes au XXe siècle, Paris, Editions Perrin, 2006 
Claude Brzozowski, Du Foyer national juif à l’Etat d’Israël, analyse d’une spoliation, Paris, L’Harmattan, 2001
Alain Gresh, Dominique Vidal, Les 100 clés du Proche-Orient, Paris, Hachette Littératures, 2006
Catherine Kaminsky, Simon Kruk, Le Nationalisme arabe et le nationalisme juif,Paris, Presses Universitaires de France, 1983

Source:

http://www.lesclesdumoyenorient.com/Theodor-Herzl-pere-du-sionisme.html

 

 


« Au Moyen-Orient, les faibles ne survivent pas… La force et l’intelligence survivent », a déclaré Netanyahu, le boucher de Gaza, le 4 décembre 2016 à Washington, par vidéoconférence, au public du Forum Saban annuel pour la politique moyen-orientale de la Brookings Institution. Les Juifs savent pourtant bien depuis les Hébreux dans le désert du Sinaï, que les faibles survivent au Moyen-Orient, même en plein désert… Ils savent bien aussi qu’un des piliers du Judaïsme, la tsedaka, recommande comme en islam, d’aider les faibles. Alors question, Netanyahu est-il juif ? Je dirais qu’il est israélite. Nuance. Il y a deux mouvances chez les Juifs, les Israélites et les Judéens. Ces derniers sont attachés au message moral monothéiste de Jacob, quant aux Israélites ils sont attachés à l’idéologie de leur ancêtre : Israël. Car Israël n’est pas Jacob, ce sont deux personnages distincts comme le précise bien le Livre des Nombres. Israël n’est nul autre que Caïn, selon le Coran. Les enfants d’Israël, les israélites sont donc les enfants de Caïn, les héritiers, les partisans de Caïn-Israël. Selon le Talmud et le Zohar, Caïn, le premier assassin de l’humanité, fut le résultat de l’union d’Eve et de Satan. Il y a donc chez les Juifs deux mouvances irréductiblement antagoniques : les Judéens, juifs authentiques, et les Israélites, leurs usurpateurs obstinés. Ces deux mouvances sont comme l’huile et le vinaigre, ou plutôt comme le bon grain et l’ivraie… le royaume de Juda fut toujours en guerre contre le royaume d’Israël, comme l’écrit l’Ancien Testament… Et avec le temps, les Israélites ont phagocyté les Judéens.

Pour comprendre l’idéologie de Caïn-Israël, il faut évidemment comprendre l’idéologie de son père, Satan, le premier ennemi de l’humanité. Et cette idéologie peut se formuler simplement : défier Dieu par la « force, l’intelligence » et la ruse en transgressant ses lois morales pour perdre l’humanité, cette humanité qui fut la cause de la chute de Lucifer-Satan (selon le Coran). La descendance de Caïn-Israël se place donc au-dessus des hommes, des Goyims… qui ne sont là que pour être exploités, pillés, massacrés… Et la vie de Caïn-Israël lui-même incarne cette idéologie. Dans son ouvrage Antiquités judaïques, voici ce que nous dit l’historien juif Flavius Joseph, premier siècle après J. C., au début du deuxième chapitre du premier livre : « Caïn était en tout d’une grande perversité et n’avait d’yeux que pour le lucre ; il est le premier qui ait imaginé de labourer la terre. Caïn (après avoir été maudit par Dieu) traverse beaucoup de pays et s’arrête avec sa femme dans un endroit appelé Naïs, où il fixe sa résidence et où des enfants lui naquirent. Loin de considérer son châtiment comme un avertissement, il n’en devint que plus pervers : il s’adonna à toutes les voluptés corporelles, dût-il maltraiter, pour les satisfaire, ceux qui étaient avec lui ; il augmente sa fortune de quantités de richesses amassées par la rapine et la violence ; il invita au plaisir et au pillage tous ceux qu’il rencontrait et devint leur instructeur en pratiques scélérates. Il détruisit l’insouciance, où vivaient précédemment les hommes, par l’invention des mesures et des poids ; la vie franche et généreuse que l’on menait dans l’ignorance de ces choses, il en fait une vie de fourberie. Le premier, il délimita des propriétés ; il bâtit une ville, la fortifia par des murs et contraignit ses compagnons à s’associer en communauté. (…). Joubal (os), son frère, né de la même mère, s’adonna à la musique et inventa les psaltérions et les cithares. Thobél (os), un des fils de l’autre femme, plus fort que tous les hommes, se distingua dans l’art de la guerre où il trouva de quoi satisfaire aux plaisirs du corps ; il inventa le premier l’art de forger. (…). Encore du vivant d’Adam, les descendants de Caïn en arrivèrent aux plus grands crimes : par les traditions et l’exemple, leurs vices allaient toujours en empirant ; ils faisaient la guerre sans modération et s’empressaient au pillage. Et ceux qui n’osaient pas verser le sang montraient, du moins, tous les emportements de l’insolence, de l’audace et de la cupidité ». La conduite de Caïn est exactement celle des sionistes en Palestine ou de certains Juifs à travers le monde… Bernard Madoff, Cyril Astruc, Gilbert Chikli, Arcadi Gaydamac, les freres Tchernoï et tant d’autres.


« Aujourd’hui, le message spirituel de l’islam restitue les enseignements d’Abel envers et contre la fureur de Caïn-Israël. »


À en croire Flavius Joseph, la première ville fut donc édifiée par Caïn, avant le Déluge. Il semblerait que le Déluge conté par tant de mythes soit un événement qui ait réellement eu lieu. Au cours de fouilles archéologiques, dans les ruines de l’antique cité sumérienne d’Ur, en 1929, Sir Leonard Woolley découvrit soudain une couche boueuse sédimentaire d’argile pure ; il eut alors l’idée de creuser encore, et au bout de trois mètres de profondeur de plus, il découvrit sous la couche d’argile pure les vestiges d’une civilisation. Wolley en conclut qu’une forte inondation avait dû apporter cette impressionnante couche de boue et ensevelir cette ancienne civilisation. Puis, considérant l’impressionnante épaisseur de la couche, Woolley émit l’hypothèse qu’il s’agissait du fameux Déluge. D’autres fouilles entreprises à Babylone, Shuruppak, Uruk, Lagash, Kish et Ninive confirmèrent l’hypothèse de Woolley. La mythologie sumérienne relate en détail le Déluge et l’arche du Noé sumérien, Ziusudra, un récit quasi-identique à celui que la Torah formulera 2000 ans plus tard. On peut déceler aussi dans la mythologie sumérienne, les personnages de Caïn (le dieu Enki-le-fourbe) et Abel (le dieu Enlil-le-juste) ou de Adam (Adapa ?) et Eve (Inti). Ces personnages étaient des dieux pour les hommes du paléolithique. Car les premiers hommes ne sont pas Adam et Ève. La Genèse nous dit dans le premier chapitre, que Dieu créa les hommes le sixième jour, et se reposa le septième, puis, dans le chapitre suivant, Dieu créée Adam… La sourate de l’Homme confirme cela dès la première phrase, « Ne s’est-il pas écoulé un laps de temps durant lequel l’espèce humaine n’était même pas digne d’être mentionnée ? ». Adam, auquel Dieu insuffla de Son Esprit, fut le premier homme digne d’être mentionné.

Les hommes du paléolithique, les premiers hommes vivaient dans une violence et une brutalité inouïe, en proie à tous les démons, un peu comme les racailles des banlieues françaises (qui ne menacent malheureusement en rien le pouvoir démoniaque dominant, au contraire, elles le servent). Et Dieu décida « d’établir un vicaire sur Terre », comme le relate la deuxième sourate du Coran. Un vicaire humain… Les anges protestèrent estimant que ce vicaire devait être un ange puis se soumirent finalement à la divine décision, car ce vicaire, Adam, avait certes l’apparence des hommes mais avait un esprit de Dieu et n’était pas mortel. Quant à Lucifer/Satan, génie supérieur, qui se voyait aussi en vicaire, il se rebella contre cette décision et fut déchu et maudit. Adam et Ève arrivèrent ainsi au milieu de la sauvagerie des hommes paléolithiques et furent inéluctablement considérés comme des dieux. Car autour d’eux, la vie prospérait harmonieusement (exactement comme la vie prospérait autour de Jésus-Christ), une harmonie où résonnait l’éternité, le jardin d’Eden… qui se situait probablement dans le Croissant fertile… Puis, par une ruse du Diable ayant pris une apparence éblouissante (comme les pires crapules israélites prennent une apparence des plus respectables), l’esprit, par Ève et Adam, tomba et s’enlisa dans la chair mortelle, et dans la quête malheureuse de la connaissance perdue (dont le Coran nous ouvre le chemin), la connaissance de la vie éternelle. Ève et Adam tombèrent dans la vie mortelle. Les générations issus d’Adam et Ève furent les douloureux aventuriers de la connaissance perdue, ce fut la fin de la préhistoire, la révolution néolithique… dans le croissant fertile, à Sumer. Effectivement, l’Histoire commença à Sumer, comme l’écrivit Samuel Noah Kramer.

La première ville fut donc édifiée par Caïn-Israël, et effectivement les tablettes sumériennes nous apprennent que la première ville où s’exerça la royauté fut Eridu, la ville de Caïn-Enki, où se trouvait son temple, « la maison d’Apsû », le dieu de l’Abîme, Satan… Caïn-Enki fut l’initiateur des premières cités sumériennes avec les premières institutions, palais, temples, tribunaux, la première royauté (dont toutes les autres royautés, y compris européennes, ne sont qu’une imitation), le premier parlement (également imités par tous), la première écriture, qui établit les premiers contrats, les premières sciences, mathématique, médecine, pharmacopée, astronomie, les premiers textes religieux, législatifs, juridiques, les premières technologies, roue, tour de potier, fours, bateau à voile, charpenterie, charrue, chariot, armureries, les premières industries, agriculture, métallurgie, construction de bâtiment en pierre, métier à tisser, vannerie, les premiers instruments de musique, harpe, lyre, flûte, cithare, psaltérion, tambour, gong, les premières administrations, fiscales, scolaires, le premier commerce organisé par professions, boulangers, ingénieurs, forgerons, bijoutiers, artistes, musiciens, bureaucrates, scribes… et la première monnaie, le shekel…! Oui, la monnaie israélienne actuelle… Réduire le miracle grec à une branche tardive du miracle sumérien serait injuste, car les anciens Grecs interrogèrent justement par la philosophie, la littérature, le théâtre et la poésie, les vanités essaimées par Sumer et les destinées humaines. Il y eut aussi à Sumer les premières populations exploitées jusqu’à la mort pour engraisser une oligarchie contrôlant le temple et le palais, les premiers sacrifices, prostitutions et orgies institutionnalisés par le temple, les premiers marchands du temple, les premiers Pharisiens, les premières masses aliénées, broyées, le premier commerce des esclaves, les premières dettes, endettements, les premiers taux d’intérêt, l’usure, les premières banques… La première société moderne foncièrement aliénante et destructrice à laquelle nous fait revenir aujourd’hui la franc-israélito-maçonnerie. La première société où ne « survivait » que « la force et l’intelligence » et la ruse, et où « les faibles » majoritaires, maintenus faibles, étaient broyés implacablement. Un mythe sumérien raconte l’épuisement des Igigi, qui durant des années travaillèrent jour et nuit au service des Anunnaki, et qui finirent par cesser le travail en détruisant leurs outils. Comme aujourd’hui, le peuple était écrasé, contrôlé, surveillé, traqué pour la sécurité d’une oligarchie inique ; ce n’est vraiment pas un hasard si Israël est actuellement en pointe dans les technologies de sécurité.

L’édification des premières villes ne se fit pas sans résistance. Il y eut au départ un conflit profond entre le cupide Caïn-Enki et son frère cadet le juste Abel-Enlil. Voyons ce que nous dit Flavius Joseph sur Abel : « les deux frères se plaisaient à des occupations différentes : Abel, le plus jeune, était zélé pour la justice et, dans l’idée que Dieu présidait à toutes ses actions, il s’appliquait à la vertu ; sa vie était celle d’un berger ». Enlil comme Abel était le berger, le pasteur d’hommes qui conduisait les hommes selon la justice, et Enki comme Caïn-Israël, celui qui exploitait les hommes sur ses terres pour en tirer toutes les richesses. Le conflit entre les deux frères aboutira à l’assassinat d’Abel-Enlil par Caïn-Enki. Et Sumer prospérera de plus belle dans l’iniquité des Israélites, qui ne furent malheureusement pas complètement éradiqués par le Déluge, selon l’exégèse juive et le Coran. Babylone fut la grande continuatrice de Sumer, en pire (le grand dieu de Babylone fut le dieu-serpent Mardouk, fils de Enki…), jusqu’à ce que les Kassites, à la moitié du deuxième millénaire avant J. C., envahirent Babylone et en chassèrent du pouvoir les Israélites, qui croisèrent dans leur errance les Judéens. Et après un pacte avec Laban, cupide, fourbe, idolâtre et exploiteur comme Caïn, Jacob le Judéen pourtant soumis à Dieu fut affublé du nom de « Israël » (qui veut dire : en lutte contre Dieu !), comme le raconte la Torah, qui fut écrite à Babylone par l’israélite Esdras, mêlant au message judéen l’idéologie israélite, domination par l’usure, le vice, le mépris des Goyims, la rivalité implacable… On retrouve par exemple dans la Torah, le fameux « œil pour œil, dent pour dent » du Code Hammourabi, roi babylonien avant la dynastie kassite. Ce Code disposait que « la nourrice qui a laissé un enfant mourir parce qu’elle a accepté d’en nourrir un autre a les seins coupés » ! Mais on retrouve aussi dans ce code le souvenir d’Abel, on peut y lire par exemple que « le fort n’opprime pas le faible » et que justice soit faite « à la veuve et à l’orphelin ».

Aujourd’hui, le message spirituel de l’islam restitue les enseignements d’Abel envers et contre la fureur de Caïn-Israël. Comme dans la doctrine des Caïnites (dont la Kabbale juive et la franc-maçonnerie sont les héritières), la théogonie sumérienne substitue la copulation primordiale à Dieu : la copulation entre Apsû et son épouse Nammu (dieux primordiaux de l’Abîme), va créer tout ce qui existe dans l’univers, dieux, ciel, terre, etc. Dans cette théogonie qui signe la victoire ideologico-politique de Caïn-Enki sur Abel-Enlil, Enki, dieu de l’Abîme, lui aussi, a évidemment le beau rôle, et Enlil le mauvais : Enki créé Adam (Adapa) ! Et il conseille à Noé-Ziusudra de construire l’Arche ! La théogonie sumérienne influença sans aucun doute celle des anciens Grecs, qui commence également par l’Abîme, disait Hésiode, et où Gaïa (la Terre) copule avec Ouranos (le ciel) et engendre les dieux, les titans, les géants, les hommes (par Prométhée qui comme Caïn-Enki, créé les hommes, et dont le fils sera Deucalion, le survivant du Déluge… !).

Mais quelques mythes sumériens révèlent qui était vraiment Caïn/ Enki, un homme perfide, avide d’or et de pouvoir. Voici deux extraits significatifs :

En ce temps-là, quand les destins eurent été arrêtés,
Et qu’une année d’opulence, venue du ciel,
Se fut déployée ici-bas comme verdure et gazon,
Sir Enki, roi de l’Apsû (l’Abîme),
Enki, le seigneur qui arrête les destins,
Se construisit un palais, d’argent et de lazulite
Argent et lazulite étincelants comme le jour !
Ce sanctuaire répandait la lisse en l’Apsû,
Et les frontons étincelants qui en saillaient
Se dressaient devant le seigneur Nudimmud.
Il l’édifia donc, d’argent adorné de lazulite
Et somptueusement rehaussé d’or.
C’est à Eridu, sur le littoral, [qu’]il érigea ce palais
Dont les briques répercutaient l’écho de mille voix
Et dont les parois de roseaux mugissaient comme des bœufs !

« Autrefois, il fut un temps où le pays de Šubur, de Hamazi, de Kalam (Sumer) où se parlent tant de langues, le pays et principauté aux divines lois, Uri, le pays pourvu de tout le nécessaire, le pays de Martu qui reposait dans la sécurité, l’univers tout entier et les peuples tous ensemble, rendaient hommage à Enlil avec une seule langue. Cependant, le Père-Seigneur, le Père-Prince, le Père-Roi, Enki, […] le Père-Seigneur courroucé… ». « […] Enki, le Seigneur de l’abondance, dont les commandements sont sûrs, le Seigneur de la Sagesse qui scrute la Terre, le chef des dieux, le Seigneur d’Eridu, doté de Sagesse, changea les mots de leurs bouches, y mit de la discorde, dans la langue de l’Homme, qui avait été d’abord unique » ; extrait d’une tablette appelée « Emmerkar et le Seigneur d’Aratta », à l’Ashmolean Museum d’Oxford.

Lotfi Hadjiat

Source :

http://www.lelibrepenseur.org/netanyahu-a-sumer-par-lotfi-hadjiat/

 

     Rabbin d'Israël Ovadi Yossef

Le sionisme tire son idéologie raciste et homophobe du judaïsme talmudique.

Talmud : un « best-of »
« Les Juifs n’ayant pu anéantir le peuple chrétien en tuant le Christ, ont voulu le bafouer par la rédaction du Talmud, un tissu d’horreurs anti-chrétiennes. » (Martin V, Sedes Apostolica, 1425). Le Talmud a été maintes fois condamné sévèrement par les papes.

Le Talmud est le livre central du judaïsme moderne (c’est-à-dire celui qui s’est construit après la venue du Christ).

C’est probablement le livre le plus haineux et le plus raciste qui ait jamais été écrit dans l’histoire de l’humanité.
Tout y est permis à l’encontre des goyim (« non-juifs », en hébreu, au singulier goy) qui sont abaissés au rang de bêtes.
Le Christ y est insulté et son nom blasphémé des façons les plus ignobles et la Très Sainte Vierge qualifiée de prostituée.

C’est la mentalité transmise par ce brûlot qui faisait dire il n’y a pas longtemps à Ovadia Yosef, grand rabbin d’Israël : « Les Goïm sont nés seulement pour nous servir. Sans cela, ils n’ont pas de place dans le monde. », ou à Jacques Attali que les juifs sont les seuls êtres humains.

Quand les sociétés chrétiennes découvrirent un jour avec effroi le contenu de ce livre (notamment grâce à des juifs convertis), au Moyen-Age, il fut interdit, brûlé (en particulier sous Saint Louis), etc.
Des versions expurgées furent alors éditées par les rabbins, pour le « grand public ». Ce sont encore celles qu’on peut trouver derrière des vitrines de magasins.

Voici un recueil de quelques sentences de la version originale :

Talmud, Ereget Rashi Erod.22 30 : Un goy est comme un chien. Les Ecritures nous apprennent qu’un chien mérite plus de respect qu’un goy.

Talmud, Iebhammoth 61a : Les juifs ont droit à être appelés “hommes”, pas les goyim.

Talmud, Iore Dea 377, 1 : Il faut remplacer les serviteurs goyim morts, comme les vaches, ou les ânes perdus. Il ne faut pas montrer de sympathie pour le juif qui les emploie.

Talmud, Jalkut Rubeni Gadol 12b: Les âmes des goyim proviennent d’esprits impurs qu’on nomme porcs.

Talmud, Kerithuth 6b p. 78 : Les juifs sont des humains, non les goyim, ce sont des animaux.

Talmud, Kethuboth 110b : Pour l’interprétation d’un psaume un rabbin dit : ” le psalmiste compare les goyim à des bêtes impures “.

Talmud, Orach Chaiim 225, 10 : Les goyim et les animaux sont utilisés de manière équivalente dans une comparaison.

Talmud, Schene Luchoth Haberith p. 250b : Bien qu’un goy ait la même apparence qu’un juif, il se comportent envers les juifs de la même manière qu’un singe envers un homme.

Talmud, Tosaphot, Jebamoth 94b: Lorsque vous mangez en présence d’un goy c’est comme ci vous mangiez avec un chien.

Talmud, Yebamoth 98a : Tous les enfants des goyims sont des animaux

Talmud, Zohar II 64b : Les goyim sont idolâtres, ils sont comparés aux vaches et aux ânes.

Talmud, Orach Chaiim 57, 6a : Il ne faut pas avoir plus de compassion pour les goyim que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins.

Talmud, Babha Bathra 54b : La propriété d’un goy appartient au premier juif qui la réclame.

Talmud, Babha Kama 113a : Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si c’est pour tromper ou faire condamner un goy.

Talmud, Babha Kama 113b: Le nom de Dieu n’est pas profané quand le mensonge a été fait à un goy.

Talmud, Baba Mezia 24a: si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre

Talmud, Choschen Ham 183, 7: Des juifs qui trompent un goy doivent se partager le bénéfice équitablement.

Talmud, Abhodah Zarah 54a: L’usure peut être pratiquée sur les goyim, ou sur les apostats.

Talmud, Choschen Ham 226, 1: Les juifs peuvent garder sans s’en inquiéter les affaires perdues par un goy.

Talmud, Iore Dea 157, 2 hagah: Si un juif a la possibilité de tromper un goy, il peut le faire.

Talmud – Babha Kama 113a: Les incroyants ne bénéficient pas de la loi et Dieu à mis leur argent à la disposition d’Israël.

Talmud, Schabbouth Hag. 6d: Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.

Talmud, Abhodah Zarah 4b: Vous pouvez tuer un goy avec vos propres mains.

Talmud, Abhodah Zarah 26b T. : Même le meilleur des goy devrait être abattu.

Talmud, Choschen Ham 425, 5 : Il est permis de tuer indirectement un goy, par exemple, si quelqu’un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l’échelle.

Talmud, Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772: Tout juif qui verse le sang de goyim revient à la même chose qu’une offrande à Dieu.

Lire la suite ici:

https://www.google.dz/amp/www.contre-info.com/talmud-un-best-of/amp#ampshare=http://www.contre-info.com/talmud-un-best-of

 

   

                                             Un survivant d'Auschwitz témoigne

 
Certains survivants de l'holocauste, quelle que soit la définition qu'on en donne, sont comme une épine dans le pied du sionisme.Après Hedy Epstein, voici qu'un autre de ces survivants fait parler de lui en affichant activement sionisme. Et, à la différence de Mme Epstein, cette qualité de survivant, les sionistes ont du mal à la refuser à Hajo Meyer qui a séjourné une dizaine de mois au fameux camp d'Auschwitz en Pologne. 


Un survivant d’Auschwitz: ‘Israël agit comme les Nazis’ 
Exclusif: Graeme Murray and Chris Watt 
Sunday Herald (UK)  24 Jan 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri 
Un des derniers survivants d’Auschwitz s’est lancé dans une attaque cinglante contre l’occupation de la Palestine par Israël au premier jour de sa tournée de conférences en Ecosse. 
Le Dr Hajo Meyer, qui a survécu dix mois dans le camp de la mort nazi, s’est exprimé avec force dès le début de sa tournée de conférences d’une dizaine de jours au Royaume Uni et en Irlande – dont trois en Ecosse. Ses propos ont provoqué la fureur des groupes de pression extrémistes juifs qui ont qualifié M. Meyer « d’antisémite » et l’ont accusé d’abuser de son statut de survivant de l’holocauste. 
Le Dr Meyer a assisté à des audiences au tribunal d’Edimbourgh ce mardi, où cinq militants pro palestiniens sont accusés de comportement raciste aggravé pour avoir perturbé un concert donné par le Jérusalem Quartet au Queen’s Hall de la ville. 
S’exprimant au démarrage de sa tournée, le Dr Meyer a affirmé qu’il existait des similitudes entre le traitement des Juifs par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale et le traitement actuel des Palestiniens par les Israéliens. 
Il a declaré: “Les Israéliens essayent de déshumaniser les Palestiniens, exactement comme les Nazis ont tenté de me déshumaniser. Personne ne devrait déshumaniser l’autre et ceux qui essayent de déshumaniser l’autre ne sont pas humains. 
“Israël n’est peut-être pas le pays le plus cruel du monde… mais la chose que je sais avec certitude est qu’Israël est championne du monde de la prétention à être un Etat cultivé et civilisé. » 
Le Dr Meyer est né en 1924 à Bielefeld en Allemagne. Il ne fut pas autorisé à fréquenter l’école là-bas après novembre 1938. Il s’enfuit alors, seul, aux Pays Bas. En 1944, après un an de clandestinité, il fut arrêté par la gestapo et survécut dix mois dans le camp de concentration d’Auschwitz en Pologne. 
Il vit actuellement aux Pays Bas et a écrit trois livres sur le judaïsme, l’holocauste et le sionisme. 
Le Dr Meyer insiste aussi sur le fait que désormais, la définition de  «l’antisémite» a changé, et il affirme : « Auparavant, un antisémite était quelqu’un qui haïssait les Juifs parce qu’ils étaient Juifs et avaient une âme juive. Mais de nos jours, un antisémite est quelqu’un que les Juifs n’aiment pas.» 
Un porte parole de l’ International Jewish Anti-Zionist Network, dont le Dr Meyer est membre, affirme que critiquer Israël « n’est pas la même chose » que critiquer les Juifs. 
Mick Napier, président de la , Scottish Palestine ­Solidarity Campaign, et qui est un des cinq manifestants à comparaître devant le tribunal dont les audiences reprendront en mars, déclare : « Les Palestiniens sont heureux de l’avoir comme allié de leur cause. 
“Hajo sait qu’Israël a une longue histoire d’exploitation de l’histoire de l’holocauste afin de faire taire les critiques légitimes contre ses propres crimes. 


“Tout particulièrement depuis Gaza, les gens ne sont plus bernés par leur affirmation selon laquelle quiconque critique Israël est antisémite. » 
Les affirmations du Dr Meyer ont rencontré une réaction de colère de la part d’organisations pro Israël, qui les ont qualifiées de «honteuses.» 
Jonathan Hoffman; co-vise président de la Fédération Sioniste; déclare: “Je lui dirai qu’il abuse de son statut de survivant, et je lui dirai que si Israël avait été créée dix ans plus tôt, des millions de vies auraient pu être sauvées. » 
“Survivant ou pas, utiliser des analogies avec le nazisme au sujet des politiques d’Israël est antisémite, sans aucun doute.» 
M. Hoffman ajoute que la date de la tournée a été choisie avec cynisme pour coïncider avec l’ Holocaust Memorial Day du 27 janvier. 
Le Dr Ezra Golombok, porte parole pour l’Ecosse de l’ Israel Information Office, accuse le lobby antisioniste « d’exploiter » le Dr Meyer qu’il présente comme quelqu’un « qui est embarqué dans une situation qu’il ne comprend pas. » 
 «C’est un exercice de propagande de Mick Napier et ses amis, rien de plus. Il est absurde de comparer Israël et les tactiques nazies. » 
La série de conférences, intitulée  Never Again – For Anyone, se poursuit jusqu’au 30 janvier.

L'unique interview donnée par Edwin Black sur son livre "L'accord de transfert" qui témoigne du pacte des sionistes avec les nazis
 
L'accord de transfert
 

Edwin Black a parlé de son livre The Transfer Agreement: L'histoire dramatique du pacte entre le Troisième Reich et la Palestine juive (Dialog ... en savoir plus

    Comment le peuple juif fut inventé par l'historien israélien Shlomo Sand

    De nombreuses personnalités juives se sont opposées aux sionistes. Ils voient en eux de faux juifs qui utilisent le judaïsme pour des fins expansionnistes et de leadership dans le Moyen-Orient.

     

                                                        HISTOIRE CACHEE DU SIONISME

    Extraits de l’ouvrage du même nom par Ralph Schoenman, permettant d’appréhender au mieux les conditions dans lesquelles l’État d’Israël a été créé et la nature de l’idéologie sioniste.

    I - Les quatre mythes
    Ce n’est pas par accident si quiconque tentant d’examiner la nature du sionisme - son origine, son histoire et sa dynamique - se retrouve face à des gens qui le menacent ou le terrorisent. Très récemment, après avoir signalé un meeting sur le sort du peuple palestinien au cours d’un interview sur KPFK (une radio de Los Angeles), les organisateurs de ce meeting ont été submergés de coup de téléphone anonymes les menaçant de déposer des bombes. 

    Il n’est pas non plus facile, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe occidentale, de diffuser des informations sur la nature du sionisme ou d’analyser les faits spécifiques qui caractérisent le sionisme comme mouvement politique. Même l’annonce sur les campus universitaires de forums ou de meetings autorisés sur le sujet engendre invariablement une campagne visant à clore la discussion. Les affiches sont déchirées aussi vite qu’elles ont été collées. Les meetings sont bourrés par des escadrons itinérants de jeunes sionistes qui cherchent à les briser. Les tables de publication sont saccagées, tracts et articles sont publiés, accusant l’orateur d’anti-sémitisme ou, dans le cas où il est d’origine juive, de reniement et de haine de soi. 

    Si les agressions et les calomnies sont ainsi utilisées contre les anti-sionistes c’est que la différence entre la fiction officielle au sujet du sionisme et de l’Etat d’Israël, et les pratiques barbares de cette idéologie colonialiste et de cet appareil coercitif constitue un véritable abîme. Les gens sont en état de choc lorsqu’ils ont l’occasion d’entendre parler ou de lire des faits au sujet des persécutions subies par les Palestiniens depuis un siècle, et c’est pourquoi les défenseurs du sionisme cherchent sans cesse à empêcher un examen cohérent, sans passion, des témoignages sur le chauvinisme virulent du mouvement sioniste et de l’Etat qui incarne ses valeurs. 

    L’ironie c’est que lorsque nous étudions ce que les sionistes ont écrit et dit - en particulier lorsqu’ils s’adressent à eux-mêmes - il n’y a aucun doute possible sur ce qu’ils ont fait et sur leur place dans l’éventail politique depuis le dernier quart du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. 
     

     

    FAÇONNER LES CONSCIENCES
    Dans notre société, quatre mythes puissants ont façonné la conscience de la grande majorité à propos du sionisme. 

    Le premier c’est celui d’une « Terre sans peuple pour un peuple sans terre ». Ce mythe a été assidument cultivé par les premiers sionistes pour faire passer la fiction selon laquelle la Palestine était un lieu perdu, désolé, offert à qui voulait le prendre. Cette prétention a été rapidement suivie par la négation de l’identité palestinienne, de son existence comme nation et du droit légitime à la terre sur laquelle les Palestiniens ont vécu toute leur histoire connue. 

    Le second c’est le mythe de la démocratie israélienne. D’innombrables histoires dans les journaux ou références à la télévision à l’Etat d’Israël sont suivies de l’affirmation que c’est la seule démocratie “véritable” du Moyen-Orient. En fait, Israël est à peu près aussi démocratique que l’Etat sud-africain. Les libertés publiques, les moyens de les mettre en oeuvre et les droits de l’homme les plus fondamentaux sont déniés par la loi à ceux qui ne répondent pas à certains critères raciaux et religieux. 

    Le troisième mythe, c’est celui de la “sécurité” comme force motrice de la politique étrangère d’Israël . Les sionistes affirment que leur Etat doit être la quatrième puissance militaire mondiale parce qu’Israël a dû se défendre contre la menace immédiate de masses d’Arabes primitifs, consumés par la haine, qui viennent tout juste de descendre de leurs arbres. 

    Le quatrième mythe c’est celui du sionisme comme légataire moral des victimes de l’holocauste. C’est là à la fois le mythe le plus répandu et le plus insidieux sur le sionisme. Les idéologues du mouvement sioniste se sont drapés dans le linceul collectif de six millions de juifs victimes des assassinats de masse des nazis. L’ironie cruelle et amère de cette prétention mensongère c’est que le mouvement sioniste a lui-même été en étroite collusion avec le nazisme dès sa conception.


    En savoir plus sur :

    http://www.alterinfo.net/HISTOIRE-CACHEE-DU-SIONISME_a491.html#R0i7AflRZXkQZk9o.99

    Autre référence :

    https://resistance999.wordpress.com/2014/06/19/histoire-cache-du-sionisme/

     

    Au nom de la Torah. Une histoire de l’opposition juive au sionisme

    Informations

    Auteur : Yakov M. Rabkin

    Discipline: Education

    Parution: 26 mars 2004

    294 pages

    ​​​​​​

    An extremely interesting and valuable book.
Noam Chomsky, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, MA
Je ne peux que saluer la rédaction d’un ouvrage "non conventionnel" sur des faits trop souvent occultés. À nous d’en tirer les enseignements.
Rabbin Moshé G.Ackermann, Directeur de Nerlitz, Institut francophone d’études juives, Jérusalem
En tant que patriote israélien et en tant que philosophe, je considère qu’il est essentiel d’intégrer le discours de l’antisionisme judaïque dans le débat public sur notre passé, notre présent et notre avenir, un débat dont nous avons grand besoin.
Joseph Agassi, philosophe, Université de Tel-Aviv
Voici un livre capital qui jette un éclairage nouveau sur "l’éternelle question du Moyen-Orient". C’est pourquoi il est à souhaiter qu’il soit lu par le plus grand nombre possible.
Charles Rhéaume, historien, Ministère de la défense nationale, Ottawa
C’est un livre extraordinaire. Je suis très impressionné par la qualité d’historien de l’auteur, par sa brillante analyse d’un corps littéraire complexe et par la lucidité de sa prose.
Gregory Baum, théologien, Université McGill, Montréal
La lecture de cet ouvrage bien documenté est fascinante. Le professeur Rabkin nous a rendu service en soumettant ses thèses a un débat au sein d’une communauté démocratique et pluraliste.
Bjarne Melkevik, juriste, Université Laval, Québec
Il s’agit du premier livre en langue française qui aborde de front ce sujet. La lecture en a été fascinante. Tout lecteur, profane ou averti, qui entre dans l’univers historique de l’auteur sera facilement pris.
Alain Bouchard, sociologue, Université Laval, Québec
---------
L’association des juifs avec l’État d’Israël est facile, presque automatique. "L’État juif" et "l’État hébreu" sont devenus des termes courants. Pourtant, il y a moins de juifs que de chrétiens parmi les partisans inconditionnels d’Israël. Ce livre explique ce paradoxe apparent en mettant en relief l’opposition au nom de la tradition juive qu’attire le sionisme dès ses débuts. Cette opposition met en question la légitimité proprement juive de l’État d’Israël et représente, selon un expert israélien, "un défi bien plus important et dangereux que l’hostilité arabe et palestinienne". Ce livre met donc en lumière les racines de l’opposition juive à l’existence même de l’État d’Israël, phénomène souvent occulté et censuré car il provoque parfois autant de colère que de curiosité. 

    Source :

    https://www.pulaval.com/produit/au-nom-de-la-torah-une-histoire-de-l-opposition-juive-au-sionisme

    Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, en février.

    Photo Amir Cohen. Reuters
    LES GENS
    Avigdor Lieberman veut «décapiter à la hache» les Arabes israéliens infidèles à la patrie
    Par Amel Chettouf  

    Le ministre israélien des Affaires étrangères a tenu des propos choquants à l’encontre de la population arabe israélienne, lors d’un rassemblement électoral.

    Tous les Arabes israéliens qui ne sont pas fidèles à Israël devraient «être décapités à la hache», a déclaré Avigdor Lieberman. Lors d’un meeting avec ses électeurs, dans la ville de Herzliya, au nord de Tel Aviv, le ministre des Affaires étrangères n’a pas hésité à partager sa position, pour le moins radicale.

    «Ceux qui sont de notre côté méritent beaucoup, mais ceux qui sont contre nous méritent de se faire décapiter à la hache», a-t-il affirmé face à son auditoire, rapporte le site d’informationNewsweek. Le ministre a même estimé qu’il n’y a «aucune raison qu’Umm al-Fahm» (la troisième ville arabe du pays) «fasse partie d’Israël». Pour lui, la communauté arabe n’a aucunement sa place sur le territoire. «J’ai tendance à vouloir faire don au chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas des Arabes qui brandissent le drapeau noir le jour de la nakba. Ce serait avec plaisir.»

    Le jour de la «nakba» (désastre, en arabe) fait référence à l’exode de milliers de Palestiniens après l’indépendance d’Israël et leur retour en terres palestiniennes. L’événement est commémoré par des rassemblements à travers la Cisjordanie, la bande de Gaza mais aussi dans certaines villes israéliennes.

    Pour Ron Gilran, vice-président du Conseil de risque géopolitique, le Levantine Group, basé à Tel Aviv, ces déclarations sont un moyen pour Lieberman et son parti nationaliste de droite, l’Israël Beiteinou, de récolter des voix avant les élections. «L’électeur instruit sait que c’est une tentative de gagner le soutien du peuple», explique-t-il à Newsweek.

    Ce n’est pas la première fois que Lieberman fait parler de lui avec des propos discriminants. En novembre dernier, il faisait part de sa volonté d’offrir de l’argent aux citoyens arabes israéliens – qui représentent 20% de la population israélienne – afin qu’ils acceptent de s’installer en terres palestiniennes si un Etat est créé. Le ministre soutient une position radicale à l’encontre de tous ceux qui trahiraient son Etat. Il estime même qu’une condamnation à mort est nécessaire pour tous ceux qui dénonceraient les politiques israéliennes à l’encontre des Palestiniens.

    Les élections législatives israéliennes sont prévues le 17 mars. Le Premier ministre actuel Benyamin Nétanyahou est grandement concurrencé par le parti d’opposition, l’Union sioniste, dirigé par Isaac Herzog et Tzipi Livni

    Source :

    https://www.google.dz/amp/www.liberation.fr/amphtml/planete/2015/03/10/avigdor-lieberman-veut-decapiter-a-la-hache-les-arabes-israeliens_1217878#ampshare=http://www.liberation.fr/planete/2015/03/10/avigdor-lieberman-veut-decapiter-a-la-hache-les-arabes-israeliens_1217878

     

    Roger Waters parle de son engagement dans BDS, et plus largement du sort quotidien des palestiniens ainsi que des prétendues « avancées diplomatiques » liées à l’État d’Israël.

    Émission Tout le monde en parle du 6 mars 2016.

     

     

     

    Roger Waters, droit dans ses bottes de rocker, voir sur E&R :

     

    Source :https://www.egaliteetreconciliation.fr/Roger-Waters-parle-de-la-Palestine-a-la-television-quebecoise-38363.html

     

    USA : DES ACTEURS PRO ET DES ACTEURS ANTI PALESTINIEN
     
    Les attaques de l’Etat sioniste qui se poursuivent contre le peuple palestinien à Ghaza ont suscité la réaction non seulement de la classe politique internationale et des composantes de la société civile mais aussi celle de la famille artistique, notamment les grands acteurs d’Hollywood. Les réactions de ces derniers sont divergentes. 
     
    Anthony Hopkins 
    Parmi ces célébrités, il y en a qui disent «avoir honte d’être Américains», à l’exemple d’Anthony Hopkins qui a déclaré à propos de cette agression israélienne : «Israël est synonyme de guerre et de destruction et nous, Américains, sommes derrière cette guerre. J’ai honte d’être Américain.» Pour George Clooney : «Bush, Sharon, Blair et Rice sont des noms que l’histoire damnera.» Pour sa part, l’actrice Angelina Jolie a estimé que «les Arabes et les musulmans ne sont pas des terroristes. Il faut que le monde s’unisse contre Israël.» Mel Gibson affirme : «Les sionistes sont la source du désastre, j’aurais aimé pouvoir les combattre.» Sans omettre Dustin Hoffmann qui pense que «l’humanité est en voie de disparition depuis l’avènement d’Israël». D’autres artistes s’interrogent sur la position des Etats-Unis et de ses conséquences, à l’image de Sean Connery qui dira : «Nous sommes aujourd’hui en position de force, qu’en sera-t-il si nous étions faibles ?» De son côté, Al Pacino a déclaré : «Il suffit de jeter un regard sur l’histoire d’Israël pour savoir qui est terroriste.» Ralph Fiennes, de son côté, a dit : «Nous vivons en ces jours dans une jungle où le fort dévore le faible. Nous ne sommes pas mieux que les Arabes pour les mépriser.» Certains acteurs n’ont pas voulu prendre position mais ont suggéré de mettre fin à ce génocide, comme Sandra Bullock qui a dit : «Je ne sais pas grand-chose sur cette affaire mais il faut mettre un terme à la guerre et arrêter l’effusion de sang des deux parties.» Quant à Will Smith, il soulignera : «Les deux parties ont tort et doivent cesser la guerre.» Face à ces positions somme toute justes, d’autres artistes expriment une haine démesurée à l’égard des Arabes, et donc un soutien indéfectible à l’épuration ethnique menée par Israël à Ghaza, avec la bénédiction des Etats-Unis, de l’Union européenne et, malheureusement, de nombreux pays arabes.
    Harrison Ford
    Parmi les soutiens, on retrouve l’acteur Harrison Ford qui déclare sans ambages et dans un langage des plus abjects : «Les Arabes sont des êtres plus vils que les animaux et nous, les juifs, sommes le peuple élu. Il n’y a pas lieu de comparer.» Tom Cruise renchérira en soutenant que «les Arabes sont la source du terrorisme. Ils attaquent tout le monde sans exception. J’espère qu’Israël les détruira». Tout aussi lapidaire et raciste, Richard Gere déclare que «les Arabes sont un fardeau pour le monde, c’est pourquoi il faut les anéantir». Pour Keanu Reaves, «les Arabes sont assez forts et capables de détruire le monde entier, c’est pourquoi il faut les anéantir tous». Ces propos, traduits de l’anglais par la rédaction du journal, sont rapportés par souci d’honnêteté et de professionnalisme, mais aussi pour montrer que, même dans un monde censé cultiver et diffuser l’humanisme, l’amour et le sens de la justice, il peut s’y trouver de faux dévots, des xénophobes et des avocats du diable. Heureusement qu’ils ne sont pas légion et que les véritables artistes, au sens philosophique du terme -comme cités en début d’article-, sont toujours là, prêts à monter au front contre tous les barbarismes et les atteintes aux libertés et aux droits fondamentaux. 
     
    source : 
     
     

    Le racisme de l'état d'Israël

    Les sionistes puisent leur racisme de leurs textes sacrés comme le Talmud:

    Dans le Talmud (Sanhedrin) il est dit ceci : « Le corbeau, le chien et le Noir (le koushi) seront noirs à cause de leurs méfaits »Le rabbin Maïmonide dans un ouvrage considéré par les juifs comme le plus grand en matière de philosophie religieuse juive (Le Guide des égarés, livre III, chapitre 51) nous dit ceci du peuple Noir : « Leur nature est semblable à celle des animaux muets, et selon mon opinion, il n’atteignent pas au rang d’êtres humains ; parmi les choses existantes, ils sont inférieurs à l’homme mais supérieurs au singe car ils possèdent dans une plus grande mesure que le singe l’image et la ressemblance de l’homme ».

    Pour s'en convaincre, visionner ces vidéos;

    Camps de concentration en israel pour les hommes noirs (A VOIR !!!)
    Israël stérilise des Juifs car Noirs – SA
    La Scandaleuse Hypocrisie Raciste d’Israël et du Sionisme Mondial par David Duke (VOSTFR)
    Falashas Juifs éthiopiens Racisme anti noirs en Israël
    La révolte des Ethiopiens gagne Tel Aviv
                RACISME SUPRÉMACISTE ET ANTI NOIR             À TEL AVIV, EN ISRAËL

     

     

     

    Des colons ont tenté de voler un bébé palestinien….

    Un certain nombre de colons juifs extrémistes terroristes a tenté de kidnapper un enfant palestinien de 3 ans dans la ville d’Al Khalil en Cisjordanie. Les sources de sécurité du colabo abbas ont affirmé que les colons ont tenté d’enlever le bébé, Mustafa Qafisha dans la vieille ville, mais la mère et les voisins les ont empêché et ont été eux-mêmes agressés par les colons juifs fascistes.

    Jeudi dernier, un jour après cette tentative d’enlèvement, les troupes de mercenaires terroristes juifs sionistes ont enlevé une fillette de 4 ans et sa mère alors qu’elles se dirigeaient vers l’école maternelle. Ceci s’est passé dans la même ville d’Al Khalil.

    Aucun jour ne passe sans qu’il y ait rapt et kidnapping d’enfants, de femme ou simplement d’étudiant palestinien… tous les jours, les forces d’occupation juifs sionistes tuent un palestinien… quelques soit l’âge, les juifs sionistes ne se lassent pas d’assassiner des palestiniens. C’est le passe temps préféré des juifs sionistes… c’est le sang qui les attire tel des requins.

    Le jeudi 14 octobre 2010, Un jeune garçon a été battu par des juifs sionistes extrémistes terroristes à el Quds. Au lieu d’arrêter les terroristes juifs sionistes, les forces d’occupation sioniste ont enlevé le jeune garçon Ayman al Ghawi, et l’ont interrogé pendant des heures… puis, lui ont ordonné de quitter son domicile et sa banlieue pendant 15 jours.

    la morale juive sioniste n’a pas de limite…

    Pourquoi veulent-ils enlever des bébés de 4 ans ? Pourquoi s’attaquent-ils aux enfants spécifiquement ? Est ce sang du bébé goym tant désiré… ?


    http://www.palestine-info.co.uk

    http://antipropagandecom.blogspot.com

    Qu’est ce que ces colons dégénérés sataniques voulaient faire de cet enfant ?

     

    Partager cet article
    Repost0

    L'Algérie, future cible de l'impérialisme mondial?

    Publié le par Ahmed Miloud

      ​​​​LES 10 PAYS A DÉSTABILISER LES PROCHAINES ANNÉES

    Curieuses machines que les Think Tanks washingtoniens. Ils sont à la fois inspirateurs et baromètres des évènements à venir. Pour ces boites à idées, au sein desquelles sont élaborées les grandes lignes de la politique extérieure américaine, la Libye, la Syrie, le Yémen, la mer de Chine du Sud, et l’Ukraine sont déjà du passé. En dehors de quelques ajustements à apporter ici ou là, ils sont passés à autre chose. Ils élaborent déjà des plans pour la politique que devra mener le futur président américain.

    Dans une note d’analyse intitulée « Ten countries whose stability can’t be taken for granted », l’un de ces Think tanks, l’American Entreprise Institute (AEI), a défini les  dix prochains pays qui représenteront des défis majeurs pour la Maison Blanche dans les quatre prochaines années. Le Think tank considère ces pays comme instables, on sait donc ce que cela implique aux yeux de Washington. En clair, ce sont les pays dans lesquels se dérouleront les futurs chaos. En réalité, ces pays ne sont pas plus instables qu’un autre. Ils n’ont pas eu plus de manifestations de mécontentement populaire que la France, l’Allemagne ou les Etats-Unis. Même plutôt moins que plus pour certains d’entre eux. De même, si l’on excepte la Turquie, les arrestations, lors des manifestations, sont du même ordre, et même plutôt moindres si l’on tient compte du fait que les violences de la part des manifestants dans ces pays, sont souvent téléguidées pour occasionner un conflit ouvert avec les autorités. Il existe cependant une grosse différence entre les manifestants violents. S’ils sont condamnés à Paris, Berlin ou Phoenix, ce sont des voyous, mais deviennent des prisonniers politiques s’ils sont condamnés dans l’un quelconque des pays à déstabiliser.

    Voici les dix pays qui préoccupent l’AEI :

    1. Les Maldives. Quand on parle des Maldives, les seules images qui nous viennent sont des images de vacances, d’iles paradisiaques. Seulement, les Maldives ont deux particularités. D’une part l’archipel est situé entre la pointe sud de l’Inde et la base américaine Diego Garcia, et d’autre part c’est une république islamique, donc un endroit idéal pour y implanter un embryon d’Etat Islamique. Pour l’instant ces supposés terroristes ne font rien, mais le Think tank prévoit qu’ils feront des enlèvements de touristes. Puisqu’il le dit, nous pouvons être sûrs que ces enlèvements auront lieu.

    2. Mauritanie. Une autre République Islamique, comme par hasard. Arrivé au pouvoir grâce à un coup d’état, le président actuel a dû, pour se construire une certaine légitimité, se prêter à des élections validant son coup d’état en préservant les formes. En échange sans doute de cette reconnaissance, il s’est engagé à mener la lutte contre le terrorisme, un terrorisme qui n’existait pas alors en Mauritanie. Le premier acte « terroriste » surviendra peu après. En effet, quand on s’engage à lutter contre le terrorisme, ce ne sont pas seulement les moyens de lutte qui sont fournis, mais les terroristes aussi. Maintenant l’Etat Islamique est bien installé, à cheval entre la Mauritanie, le Mali et l’Algérie. Le Think Tank américain  nous dit déjà d’où viendra le chaos. C’est l’esclavage qui sera l’étincelle. Bien que légalement l’esclavage ait été aboli dans ce pays, l’état semble impuissant à faire appliquer les lois, en partie à cause des mentalités, mais également par manque de moyens économiques pour accompagner ces lois.  Si l’ONU l’avait vraiment voulu, il y a longtemps que l’esclavage aurait disparu en Mauritanie. Les trois pays limitrophes au nord, le Maroc, l’Algérie et le Mali, habités par les mêmes tribus esclavagistes, n’ont jamais eu à subir ces accusations. Considéré comme refuge du terrorisme (artificiellement implanté), pays pratiquant l’esclavage (c’est un problème aigu socio-économique et sociétal, et non du point de vue du droit), et enfin, rajoute l’AEI, pays de contrebandiers (ils ne disent pas la nature de la contrebande). Selon le Think Tank, la Mauritanie est devenue Afghanistan pré-11.09. Ça risque de chauffer

    3. Algérie. C’est l’un des plus gros morceaux. L’un des plus convoités aussi. L’AEI le dit lui-même : l’un des plus riches. Que reproche-t-on à l’Algérie ? Comme pour les deux premiers, le terrorisme. La présence de l’AQMI dans le sud du pays est le prétexte de base. En plus de ce prétexte bateau classique, ils surveillent de près la mort d’Abdelaziz Bouteflika et apparemment, n’ont pas l’intention de laisser la succession se faire sans eux. Selon eux, « l’homme fort de longue date de l’Algérie, partira probablement avant la fin de ces quatre prochaines années ». Ils prédisent dont que le successeur aura à affronter les islamistes radicaux qui pourraient chercher à se venger d’avoir été écartés du pouvoir si longtemps. Là encore, s’ils prédisent qu’il y aura affrontement, il y en aura. Nous avons vu qu’après la guerre de la Libye il y a eu un redéploiement d’Al Qaïda au Nord du Mali et de la Mauritanie et dans le sud algérien. Pour l’instant, les terroristes ne s’aventurent pas trop à l’intérieur du pays, attendant sans doute le coup de sifflet du début des hostilités. Ils ne manqueront pas d’armes puisqu’ils ont puisé tout ce qu’il leur fallait dans l’arsenal libyen. L’AEI annonce déjà une catastrophe pour l’Europe (sous-entendu, il faudra que les Etats-Unis interviennent pour sauver l’Europe une nouvelle fois).

    4. Ethiopie. Cette fois, il ne s’agit pas d’Etat Islamique ni d’Al Qaida. L’AEI nous présente l’Ethiopie comme le pays le plus fragile du monde gouverné par un pouvoir autocratique et répressif. Le 9 Octobre, nous publiions un article que nous avions intitulé Alerte ! Nouvelle déstabilisation en cours en Ethiopie. Le Think Tank américain vient confirmer ce que nous disions. Ce pays fait bien partie des pays à déstabiliser. Comme toujours, quand ils ne peuvent invoquer les raisons terroristes, les divisions ethniques et religieuses viennent à la rescousse. Il n’y a pas une seule région au monde en dehors de l’Europe où les ethnies ou les religions n’ont pas été utilisées pour pousser les populations les unes contre les autres. En Ethiopie, pays multiethnique dans lequel l’Islam a toujours côtoyé le Christianisme, ils n’ont pas fait exception. Ils ont déjà calculé que le pays comporte 30% de musulmans dont la croissance démographique est plus rapide que celle des chrétiens, et que cela provoquera, à terme, des conflits inter-religieux. Les troubles ont déjà commencé, et le fond du problème, on le connait : la Chine est là, et bien implantée.

    5. Nigeria. Pour ce pays, le plus peuplé d’Afrique, il n’y a rien de nouveau. Ce ne sera que la continuation d’un processus de déstabilisation qui a commencé depuis longtemps. Et là, tous les outils habituels sont activés ; c’est la totale. Terroristes (Boko Haram), pirates transférés de Somalie vers le Golfe de Guinée, problèmes inter-ethniques (il y a 250 ethnies), rebelles armés contre le pouvoir central, et bien sûr, frictions inter-religieuses. En 2014 nous avons assisté au lancement mondial de Boko Haram, avec l’aide de Michelle Obama, avec l’enlèvement spectaculaire de centaines d’écolières. En Aout 2015 nous avions publié un article avec une photo montrant les filles enlevées brandissant une bannière du groupe avec la profession de foi écrite en arabe, mais avec une calligraphie hébraïque, ce qui nous donne des indices sur les origines de ces groupes terroristes. Pour compléter le tableau, l’AEI mentionne dans son étude l’un des problèmes majeurs du Nigeria, la corruption. Selon le Think Tank, le pays aurait perdu 400 milliards $ dus aux malversations et à la corruption depuis 1960, plus que l’aide internationale totale à l’Afrique au cours de la même période. Ce que ne dit pas l’entreprise américaine, c’est que pour 1 dollar qui descend vers le Sud, il y en a au moins 10 qui vont dans les poches des partenaires du nord.  Mais, pour les Etats-Unis, un tel pays chargé de tant de tares ne peut qu’appeler à un sauvetage rapide de sa démocratie si fragile, sinon c’est l’Afrique toute entière qui se consumerait.

    6. Turquie. La Turquie aussi a un pédigrée chargé. Le problème, c’est qu’avec ce pays membre de l’OTAN, la chose est délicate. Comment se débarrasser du président Recep Tayyip Erdoğan sans démembrer le pays ?  L’AEI revient sur le coup d’état avorté de Juillet suivi de sa purge massive et de l’état d’urgence encore en cours. Beaucoup de choses ont déjà été tentées contre Erdogan, mais le fait que l’on veuille éviter le chaos en Turquie semble lui avoir porté chance. Le président turc n’est cependant pas à l’abri d’autres tentatives d’élimination. L’AEI laisse entendre qu’il pourrait y avoir plus de violence à l’horizon. Quoi qu’il en soit l’AEI prévoit un chaos après le départ mort ou vif d’Erdogan, un chaos qu’il convient de prévenir à tout prix.

    7. Russie. Pour la Russie, le problème de l’AEI est à la fois simple et compliqué. Il est simple parce qu’il peut se résumer en un nom : Poutine. Une fois Poutine disparu, tout est réglé. Ils pourraient alors reprendre là où ils s’étaient arrêtés avant son arrivée. Mais voilà, Poutine est bien là et ne semble pas disposé à leur faire le plaisir de disparaître. Il reste alors les solutions complexes et elles s’appuient sur les mêmes recettes classiques : terrorisme et religion. Ils comptent sur l’augmentation plus rapide de la population musulmane russe par rapport à la population chrétienne pour attiser les conflits inter-religieux. La Tchétchénie et le Daghestan restent pour eux deux terreaux pour le radicalisme à cultiver et à entretenir. Accessoirement, ils comptent également jouer avec les problèmes ethniques avec la carte des Tatars0. L’AEI pose alors une question : étant donné que les musulmans représentent une proportion croissante de la population des jeunes conscrits, la Russie pourra-t-elle compter sur sa propre armée dans un conflit sectaire ?

    8. Arabie Saoudite. L’Arabie Saoudite pourrait devenir un problème très grave pour les Etats-Unis, principalement par leur propre faute. D’une part les Etats-Unis ont renforcé l’Iran face à l’Arabie Saoudite en levant l’embargo, avec, en parallèle, une baisse du prix du pétrole  poussant l’économie saoudienne au bord du précipice. D’autre part, la guerre au Yémen se révèle être un bourbier pour le royaume et, pour couronner le tout, le roi saoudien est peut-être atteint de la maladie d’Alzheimer, selon l’AEI. La question pour les Etats-Unis est de savoir si l’Arabie Saoudite sera en mesure de tenir son rôle dans la stabilisation du Moyen-Orient et de l’économie mondiale, en vertu des accords qui les lient. Sinon, des solutions s’imposent.

    9. Jordanie. La Jordanie est plus qu’un allié des Etats-Unis, c’est un Israël bis, du moins en ce qui concerne son gouvernement et sa monarchie. Le problème c’est que les Jordaniens sont des arabes qui voient bien ce qui se passe autour d’eux. Selon  l’AEI, malgré les dénis du gouvernement jordanien, la Jordanie est en crise aujourd’hui. Les vagues successives de réfugiés ont soumis une énorme pression à l’économie jordanienne. Le roi Abdallah et la reine Rania ne sont pas populaires dans leur pays, même s’ils sont adulés à l’extérieur. Encore une fois, pour reprendre les choses en main, le terrorisme vient au secours des Américains. La grande crainte, c’est qu’après avoir été battus en Irak et en Syrie, les combattants de Daesh affluent vers la Jordanie. Cela nous donne des indications sur la future destination de certains des Daechiens après leur future débâcle.

    10. Chine. Le gros morceau pour la fin. L’AEI esquisse quelques vagues traits pour se donner quelques motifs d’espérance, mais la seule solution qu’ils préconisent c’est… d’attendre. Attendre que la Chine s’effondre d’elle-même, comme l’Union Soviétique. Pour cela, ils comptent sur l’inégalité des revenus entre les villes et la campagne qui, pensent-ils, fera bouger la population, et les conséquences futures de la politique de l’enfant unique. Avec ce type de solutions pour l’abattre, la Chine a le temps de voir venir.

    Avic – Réseau International

     

     

    Source :

     http://reseauinternational.net/les-10-pays-a-destabiliser-par-les-etats-unis-dans-les-quatre-prochaines-annees/#0gFbCvhRqAkkzfss.99

    Partager cet article
    Repost0

    Projet de réduction de la population mondiale

    Publié le par Ahmed Miloud

    Le projet de de réduction de la population mondiale dans une marge comprise entre 500 millions et un milliard d'individus fait partie de l'agenda du Nouvel Ordre Mondial.Pour concrétiser ce projet, il mise sur plusieurs moyens comme indiqué ci-dessous.

    Le blogueur

    "Du fait du perfectionnement des techniques, l’élite aura un pouvoir grandement accru sur les masses, et comme le travail humain ne sera plus nécessaire, les masses deviendront superflues et constitueront un fardeau inutile pour le système. Si l’élite est impitoyable, elle peut décider d’exterminer purement et simplement cette humanité massifiée.

    L’élite peut avoir recours à la propagande ainsi qu’aux techniques biologiques et psychologiques pour réduire le taux de natalité jusqu’à la disparition complète de la masse humaine. [Theodore Kaczynski]

    Micro-ondes, téléphones portables, wi-fi, gaz d’échappement, Fluor, Métaux lourds, Pesticides, Aspartame, Organismes Génétiquement Modifiés dans l’alimentation. Trainées chimiques (chemtrails), vaccins, suppression des remèdes naturels, développement de l’industrie pharmaceutique et des médicaments brevetés (parfois inutiles en plus d’être dangereux). Fondations, discours et projets de la famille Rockefeller et de Bill Gates… le point en vidéo

     


    En savoir plus sur :

    http://www.neotrouve.com/?p=11415#jekqfrQduOPlszCq.99

    Pour avoir une idée de ce que serait un monde à 500 millions d'habitants, voir la vidéo dont lien ci-dessous tirée de la série "Sliders,les mondes parallèles", Saison 1,épisode 9 et écoutez attentivement à partir de la 5' mn 42".

     

    Lien de la vidéo :    https://m.ok.ru/video/90992675546
    « Georgia Guidestones »

    Traduction d’un article provenant du site Forbidden Knowledge. Lisez aussi cet article : Informations supplémentaires sur Georgia Guidestones.

    stones

    Il existe un grand monument en granite posé sur une des plus hautes collines du comté d’Elberton, en Géorgie, USA. Qui est référé là  bas en tant que « La Chose ». Gravés en huit différents langages sur ces quatre pierres énormes qui supportent la clé de voute commune il y est inscrit « 10 Guides ». Ce monument est aussi référé en tant que « Georgia Guidestones« , le « Stonehenge Américain« , ou plus approprié – « La Chose« , que j’appelle cette pile de rochers gargantuesque. Bien que ce monument est inconnu pour la plupart des gens, c’est un lien important avec la « Hiérarchie Occulte », qui domine le monde dans lequel nous vivons.

    L’origine de ce monument étrange est couverte de mystère, parce qu’il n’y a pas de vraie identité de l’homme ou les hommes qui ont demandé sa construction. Tout ce que nous savons est que, en 1979, un personnage bien habillé et très articulé a visité les bureaux d’« Elberton Granite Finishing Company » et expliqua qu’il voulait construire un édifice pour « transmettre un message à  l’humanité ». L’individu s’identifia en tant que « R. C. Christian », mais plus tard il fut apparent que c’était qu’un surnom et non son nom réel.

    Il disait qu’il représentait un groupe d’hommes qui voulaient offrir une direction à  l’humanité, mais presque trente ans plus tard, personne ne sait qui était vraiment « R. C. Christian », ou les noms de ceux qui représentaient le groupe d’hommes en question. Plusieurs choses sont apparentes. Les messages gravés sur les « Pierres Guides de Géorgie » ont un impact dans quatre domaines en particulier: (1) La gouvernance et l’établissement d’un gouvernement mondial, (2) Le contrôle de la population et de la reproduction, (3) L’environnement et la relation de l’homme avec son environnement et (4) la Spiritualité.

    « La Chose » est localisée sur la ferme de Wayne and Mildred Mullenix sur l’Autoroute 77 de l’état de Géorgie – presque 10 km au nord d’Elberton et 3km au sud de Hart-Elbert County Line et 10km au sud de Hartwell.

    D’après la recherche du Webmaster de Forbidden Knowledge, l’individu étrange « R. C. Christian » l’a érigé en reconnaissance à Thomas Paine et les philosophies occultes qu’il épousa. Les Pierres de Géorgie sont utilisées lors de cérémonies occultes et célébrations mystiques jusqu’à  ce jour! Tragiquement, un chef religieux dans le domaine a eut le courage de parler contre le « Stonehenge Américain » et il a récemment relocalisé son ministère.

    Le Message des Pierres de Géorgie
    guidestones

    Le message est inscrit en: Anglais, Espagnol, Swahili, Hindî, Hébreu, Arabe, Chinois et Russe.

    Sur la clé de voute il y a un message plus bref qui est écrit en: Babylonien, Grec Classique, Sanskrit et en Hiéroglyphes Egyptiens.

    message
    Le Message en Anglais

    1. Maintain humanity under 500,000,000 in perpetual balance with nature.
    2. Guide reproduction wisely – improving fitness and diversity.
    3. Unite humanity with a living new language.
    4. Rule passion – faith – tradition – and all things with tempered reason.
    5. Protect people and nations with fair laws and just courts.
    6. Let all nations rule internally resolving external disputes in a world court.
    7. Avoid petty laws and useless officials.
    8. Balance personal rights with social duties.
    9. Prize truth – beauty – love – seeking harmony with the infinite.
    10. Be not a cancer on the earth – Leave room for nature – Leave room for nature.

    ce qui donne en français,

    1. Maintenez l’humanité sous 500,000,000 en équilibre perpétuel avec la nature
    2. Guidez la reproduction sagement – améliorez la forme et la diversité
    3. Unifiez l’humanité avec un nouveau langage vivant
    4. Dirigez la passion – la foi – la tradition – et toutes choses avec un tempérament raisonnable
    5. Protégez les gens et les nations avec des lois équitables et des justes tribunaux
    6. Laissez toutes les nations résoudre intérieurement les disputes extérieures dans un tribunal mondial
    7. Évitez les lois insignifiantes et les fonctionnaires inutiles
    8. Faites la part des choses entre besoins personnels et responsabilités sociales
    9. Récompensez la Vérité – la Beauté – l’Amour – qui cherche l’harmonie avec l’infini
    10. Ne soyez pas un cancer pour la Terre – laissez de la place pour la nature – laissez respirer la nature (autre interprétation)

    guidestones reason

     

    taille 1

    taille 2

    Limiter la population de la Terre à  500 millions va demander l’extermination de 90% des gens dans le monde. La référence du Stonehenge Américain afin d’établir un tribunal mondial annonce qu’il y a une action afin de créer un Tribunal Criminel International et un Gouvernement Mondial. Les Pierres accentuent le besoin de préserver la nature et anticipent le mouvement environnemental des années 90, et la référence « pour trouver l’harmonie avec l’infini » reflètent l’effort de remplacer les croyances Judéo-chrétiennes par une nouvelle spiritualité.

    Le message du Stonehenge Américain est la source du « Développement Durable ». Chaque fois que vous entendez ces mots « Développement Durable », vous devriez les remplacer par « socialisme » pour mieux comprendre ce qui est dit.

    Yoko Ono, la veuve de John Lennon, a souvent été citée lorsqu’elle référait au Stonehenge Américain, en disant:

    « Je veux que les gens sachent à  propos des pierres … Nous allons dans un monde ou nous pouvons nous auto détruire et peut être le globe n’existera plus … c’est un bon moment de nous réaffirmer, connaissant toutes les belles choses qui sont dans ce pays et les Pierres de Géorgie symbolisent ça. »

    Quel est la vraie signification du Stonehenge Américain, et pourquoi est-il couvert de messages importants? Parce que cela confirme le fait qu’il y a un groupe qui a un but.

    (1) Réduire dramatiquement la population du monde
    (2) Faire la promotion de l’environnementalisme
    (3) Établir un gouvernement mondial
    (4) Faire la promotion d’une nouvelle spiritualité

    Il est certainement probable que le groupe qui demande la création des « Pierres Guides » de Géorgie est un parmi plusieurs groupes similaires qui travaillent ensemble dans la direction d’un nouvel ordre mondial, un nouveau système économique, et une nouvelle spiritualité mondiale. Derrière ces groupes, cependant, il y a des forces spirituelles noires. Sans comprendre la nature de ces forces obscures il est impossible de comprendre le déroulement des évènements mondiaux.

    Le fait que la plupart des américains n’ont jamais entendu parler des « Georgia Guidestones » est un signe que nous sommes en péril.

    Source :

    http://www.nouvelordremondial.cc/2008/11/05/les-pierres-guides-de-la-georgie/

    Citations : Comment l'Oligarchie mondiale veut réduire la population
    Citations : Comment l'Oligarchie mondiale veut réduire la population

    Ils pensent que nous sommes trop nombreux ! 
    Attention ! J'ai bien dit : "nous" ! Pas "eux" ...

    "Eux", c'est-à-dire la bande de psychopathes qui gouverne le monde, "eux", peuvent vivre éternellement et faire dix gosses chacun ...

    Par contre, "nous", c'est-à-dire le troupeau, sommes trop nombreux, on les gène, on tient trop de place, on respire leur oxygène, ils ne veulent pas partager la planète avec nous, ils la veulent pour eux tous seuls ...

    Voilà ce qu'ils en pensent : Citations : 

    Un article de Moins de biens, plus de liens : http://www.brujitafr.fr/article-quand-la-societe-populaire-devient-une-plaie-bref-la-population-doit-etre-reduite-de-95-124860650.html

    Ces "élites" qui considèrent que les humains sont une plaie sur terre 

      25 Octobre 2014

    Beaucoup de gens refusent de le croire, mais les personnes les plus influentes du monde et leurs proches, ceux qui pourraient être considérés comme l'élite mondiale et leurs assistants, sont convaincus que la surpopulation est la cause principale des problèmes du monde.
     


    Ils croient réellement que les humains sont un fléau sur la terre et si rien n'est fait pour limiter l'explosion démographique, nous devront faire face à davantage pauvreté, de guerres et de souffrance dans le futur sur une planète en désolation et sale.

    Tout ce qui réduit la population humaine est considéré comme positif pour les adeptes de cette philosophie.Voici quelques citations de différents personnages qui considèrent ouvertement qu'il est nécessaire de sacrifier une grande partie de l'humanité ...


      
     
    John P. Holdren ·, conseiller scientifique de Barack Obama:
    "Un programme de stérilisation des femmes après leur deuxième ou troisième enfant, même si cela s'avère plus difficile que l'opération de vasectomie, pourrait être plus facile à mettre en œuvre que d'essayer de stériliser les hommes. 
    Le développement d'une capsule de stérilisation à long terme pouvant être implantée sous la peau et être retirée lorsque la grossesse est désirée ouvre des possibilités supplémentaires pour le contrôle coercitif de la fertilité. La capsule pourrait être implantée à la puberté et être amovible, avec une permission officielle, pour un nombre limité de naissances " 

     
    · Ezekiel Emanuel, ancien conseiller de santé du président Obama et l'un des architectes du projet de santé publique Obamacare:
    "La société serait bien mieux si les gens ne cherchaient pas à vivre au-delà de 75 ans". 
    «La société et les familles seraient mieux si la nature suivait son cours rapidement et avec promptitude". 
    «C'est inefficace de gaspiller des ressources médicales pour des personnes qui ne peuvent pas avoir une bonne qualité de vie". 

     
    · Sir David Attenborough, présentateur de télévision au Royaume-Uni:
    «Nous sommes un fléau sur la terre. C'est clairement quelque chose que nous allons voir au cours des 50 prochaines années. Ce n'est pas simplement une question de changement climatique; c'est une question d'espace, de trouver des endroits pour produire de la nourriture pour cette foule immense. Soit nous limitons la croissance de notre population soit la nature le fera pour nous " 

     
    · Paul Ehrlich, ancien conseiller scientifique du président George W. Bush et auteur de "The Population Bomb":
    «À notre avis, la solution fondamentale est de réduire l'ampleur des activités humaines, y compris la taille de la population, le maintien de sa capacité à consommer des ressources dans la capacité de charge de la Terre". 
    "Personne, à mon avis, n'a le droit d'avoir 12 enfants, ou même trois, à moins que la deuxième grossesse soit des jumeaux". 

     
    · Ted Turner, fondateur de CNN:
     
    «Une population mondiale totale comprise entre 250 et 300 millions de personnes, soit une baisse de 95% par rapport aux niveaux actuels, serait idéal"

     
     
    · Vice-Premier Ministre du Japon, Taro Aso (en parlant des patients atteints de maladies graves): 
    "On ne peut bien dormir lorsque l'on sait que tout est payé par le gouvernement. Ceci ne sera pas résolu tant qu'ils ne se hâtent pas de mourir". 

     
    · David Rockefeller:
    "L'impact négatif de la croissance démographique sur l'ensemble de nos écosystèmes planétaires est en train de devenir quelque chose de terriblement évident".
    Rockefeller et son programme de dépopulation au CFR...

     
     

    ·

    Roger Martin, un militant écologiste:

    "Sur une planète finie, la population optimale fournissant une meilleure qualité de vie pour tous, est nettement inférieure au nombre maximal que permet la simple survie. Plus nous sommes nombreux, moins il y a de ressources pour chacun, moins de gens permet de bénéficier d'une vie meilleure ". 

     
    · Bill Maher, animateur de HBO:
    «Je suis en faveur de l'avortement, je suis en faveur du suicide assisté, je favorise le suicide régulier ... Trop de gens, la planète est trop encombré et nous devons promouvoir la mort". 

     
    · Penny Chisholm, professeur au MIT (Massachusetts Institute of Technology):
    "Le vrai défi est d'essayer de stabiliser la population en dessous de 9 milliards, faire en sorte que le taux de natalité dans les pays en développement diminuent aussi vite que possible. Cela permettra au nombre d'êtres humains sur la terre de se stabiliser". 

     
    · Philippe Cafaro, professeur à l'Université d'État du Colorado:
    «Mettre fin à la croissance de la population humaine est une condition nécessaire (mais non suffisante) pour la prévention du changement catastrophique du climat mondial. En fait, ce n'est pas suffisant pour ralentir la croissance, mais il est nécessaire deréduire de manière significative la population actuelle pour y arriver". 

     
    Eric R. Pianka · professeur de biologie à l'Université du Texas:
    "Je n'ai rien contre les gens. Cependant, je suis convaincu que le monde, y compris toute l'humanité, serait nettement mieux sans beaucoup d'entre nous". 

     
    · Margaret Sanger, fondatrice du Planning Familial (organisation non gouvernementale associée à l'International Planned Parenthood Federation):
    "Tous nos problèmes sont le résultat d'un excès de reproduction de la classe ouvrière". 
    "La chose la plus miséricordieuse qu'une grande famille peut faire pour un de ses enfants, est de le tuer". 

     
    · Alberto Giubilini de l'Université Monash à Melbourne et Francesca Minerva de l'Université de Melbourne, dans un article publié dans le Journal of Medical Ethics:
    «Nous croyons que lorsque des situations similaires à celles justifiant l'avortement se produisent  après la naissance, on devrait être autorisé ce que nous appelons « l'avortement post-natal. "  
    Nous proposons d'appeler l'avortement post-natale, au lieu de l'appeler «infanticide», pour souligner que le statut moral de l'individu tué est comparable à celle d'un foetus ... au lieu de le comparer à un enfant.  
    Donc dire que le meurtre d'un nouveau-né peut être éthiquement acceptable dans les circonstances telles que celles d'un avortement. 
    Ces circonstances comprennent les cas où le nouveau-né a le potentiel d'avoir une vie décente, mais le bien-être de la famille est en danger " 

     
    · Nina Fedoroff, conseillère d'Hillary Clinton:
    "Nous devons continuer à réduire le taux de de croissance de la population mondiale ; la planète ne peut supporter beaucoup plus de gens " 

     
    · David Brower, premier directeur exécutif du Sierra Club:
    "La grossesse devrait être un crime punissable contre la société, à moins que les parents aient une licence du gouvernement. 
    Tous les parents potentiels devraient être tenus d'utiliser des contraceptifs chimiques et des antidotes seraient donnés par le gouvernement auxcitoyens choisis pour procréer". 

    · Thomas Ferguson, ancien fonctionnaire de l'Office du Département d'Etat des Affaires de la population:
    "Nous devons réduire les niveaux de la population. Tous les gouvernements peuvent le faire proprement, comme nous le faisons (aux Etats-Unis), ou se résoudre à avoir le genre de problèmes désastreux qu'ils y a dans des endroits comme El Salvador, l'Iran ou Beyrouth. 
    La population est un problème politique. Une fois que la population est hors de contrôle, il faut un gouvernement autoritaire, même le fascisme, pour la réduire ... " 

     
    · Mikhaïl Gorbatchev:
    "Nous devons parler plus clairement sur la sexualité, la contraception, l'avortement le, les questions de population témoin, à cause de la crise écologique que nous vivons. Si nous pouvons réduire la population de 90%, il n'y aura pas assez de gens pour causer de graves dommages écologiques ". 

     
    · Jacques Cousteau:
    "Afin de stabiliser la population mondiale, nous devons éliminer 350.000 personnes par jour. C'est une chose horrible à dire, mais il est tout aussi mauvais de ne pas le dire". 

     
    · Linkola Pentti, écologiste finlandais:
    «Si je pouvais appuyer sur un bouton, je me sacrifierais sans hésitation si cela signifiait que des millions de personnes mourraient". 

     
    · Le prince Phillip, époux de la reine Elizabeth II et co-fondateur du Fonds mondial pour la nature:
    «Si je pouvais être réincarné, je voudrais revenir comme un virus mortel, afin d'aider à résoudre la surpopulation". 

     
    Croyez-vous encore que les plans de dépopulation massive des élites sont le résultat de l'imagination de quatre personnes paranoïaques?
     
    Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ...
     
    Références: 
      
    Source :
     
    Bille Gates aime l'humanité... mais veut en supprimer une partie !
    Article rédigé par Roland Hureaux, le 20 septembre 2012
    • Envoyer par email
    •  
    • Imprimer
    •  
    • Export au format PDF
    •  
    • Ajouter aux favoris
    Bill Gates

    Bill Gates est un des hommes les plus riches du monde. Il aime l’humanité.

    Il veut en supprimer une partie.

    Avec une fortune de plus de 50 milliards de dollars, Bill Gates était classé l’homme le plus riche du monde en 2010. Il a décidé d’en consacrer une partie (déjà 14 milliards) à une « charity» dirigée par sa femme, la Bill et Melinda Gates Foundation, créée en 2000.

    Sa priorité est la santé. Et parmi les actions de santé, la vaccination : la GAVI, l'Alliance mondiale pour la vaccination et l'immunisation, a été lancée grâce à un don de 750 millions de dollars de la Fondation Gates. Jusque-là, rien à dire.

    Mais Bill Gates veut aussi réduire la couche de gaz carbonique dans l’atmosphère. Pour cela, il pense qu’il faut réduire la population humaine. Certains experts estiment que l’optimum serait une population réduite à 600 millions d’hommes et de femmes, soit des 9/10. Lui ne va pas jusque là mais il croit possible de réduire très vite la population de 10 à 15 % - en attendant mieux - grâce à un vaccin contraceptif dont sa fondation finance la mise au point.

    Convaincus de leur mission humanitaire, les époux Gates parcourent le monde pour répandre leur message malthusien.

    Dans un partenariat public-privé qui se voulait exemplaire, la Fondation Gates, le gouvernement britannique et le Fonds des Nations Unies pour la population ont organisé à Londres un sommet mondial sur le planning familial. Tout en se disant catholique pratiquante, Melinda Gates a pris à partie les positions de l’Eglise catholique en la matière[1]. Campés sur leurs certitudes, les riches de ce monde peuvent toiser de haut les rois et les papes.

    Eliminer les 9/10 de la population mondiale

    Bill Gates n’a pas inventé grand-chose. Il ne fait que refléter un large consensus dans l’élite mondialisée selon lequel, les hommes se porteraient mieux si la population était réduite à un demi-milliard. C’est le chiffre que donnent généralement des personnalités comme David Rockefeller, Mikhaïl Gorbatchev, Ted Turner, Jacques Cousteau etc[2].

    Faut-il s’attarder sur le paradoxe moral qui conduit, pour servir les hommes, à mettre en place un plan destiné à en réduire le nombre ? Si la personne, comme le disait Kant, est la fin de toute vie morale et ne peut en être le moyen, l’ajustement du nombre des hommes ne saurait être, de quelque manière qu’on y procède, tenu pour un moyen du bonheur des survivants.

    On peut aussi prendre le problème à l’envers : si la population est réduite des 9/10, la question de savoir si la vie est bonne ou mauvaise ne se posera plus pour 9 hommes sur 10. On pourrait définitivement résoudre le problème en supprimant le dernier dixième !

    Mais par-delà ces considérations morales, le raisonnement de Bill et Melinda Gates repose sur de graves erreurs.

    D’abord le fait, largement établi, que la réduction du nombre des naissances n’est pas d’abord une question technique mais une question de volonté, pas celle des élites, celle des peuples. Avant la guerre de 1939, il n’y avait en France et en Allemagne ni pilule, ni stérilet, ni stérilisation et l’avortement était peu répandu et pourtant les taux de fécondité étaient tombés au-dessous du seuil de reproduction[3]. Dès qu’un vouloir collectif existe dans une population, cette population (que l’élite mondiale tend à considérer comme un troupeau irresponsable) prend les dispositions nécessaires pour réduire la natalité. De fait, les politiques de contrôle des naissances ne jouent qu’un rôle d‘accompagnement - largement inutile quand la population ne veut pas réduire les naissances, par exemple dans l’Inde des années soixante - superflu quand cette population veut les réduire, ce qui est le cas à peu près partout dans le monde aujourd’hui.

    Le deuxième fait qui invalide largement les projets de la fondation est que, avec ou sans Bill Gates, la population mondiale va atteindre, vers 2040, un plafond et ensuite diminuer. Quel plafond ? Chaque année, les Nations Unies révisent ce plafond à la baisse : on le fixe à présent à 9 milliards d’habitants.

    Il y en a aujourd’hui 7. On voit qu’il n’y a pas que quoi s’affoler, notamment sur le plan alimentaire. S’il y a de la nourriture pour 7 milliards, il y en aura pour 9 (sachant qu’au moins un milliard est mal alimenté, mais c’est une autre question). Le sait-on ? Les terres encore non ou mal exploitées dans le monde sont très étendues, notamment en Russie ou en Afrique noire et dans les Amériques.

    Le taux de fécondité (nombre moyen d’enfants par femme), qui est l’indice décisif du renouvellement des générations, est au-dessous du seuil de reproduction dans une grande partie du monde (en particulier, Chine, Russie, Europe occidentale, dominions britanniques, Iran, Brésil etc.) et dans aucun de ces pays, il ne parait sur la voie d’un redressement, à l’exception de la Russie qui, tombée très bas, a pris des mesures vigoureuses pour redresser sa natalité. Mais ces mesures sont loin d’avoir fait repasser ce pays au-dessus du seuil de reproduction. Il n’est même pas sûr qu’elles n’y parviennent jamais.

    Et là où la fécondité est au-dessus du seuil de reproduction, elle se trouve partout en baisse : Inde, Pakistan, Monde arabe, Afrique noire. En prolongeant les courbes, on les voit passer au-dessous du seuil dans les prochaines années (Inde, Algérie) ou les prochaines décennies (Afrique sub-saharienne).

    Seuls restent au niveau d’équilibre, les Etats-Unis.

    Ces tendances ne signifient certes pas une diminution immédiate de la population comme l’imagine Bill Gates, car le taux de fécondité s’applique à une population de femmes qui est très supérieure à celle qu’il y avait sur la terre il y 50 ans. Les phénomènes démographiques ont ainsi un fort moment d’inertie : les effets ne suivent jamais immédiatement les actions tout simplement parce que, même en se fixant des objectifs chiffrés ambitieux, on ne saurait faire disparaître (heureusement !) les populations déjà nées.

    Et de ce fait, le coup de frein qu’envisage Bill Gates n’aurait immédiatement qu’un faible effet à la marge, nullement la réduction de 1 milliard qu’il envisage.

    Et réciproquement, sans ce coup de frein, le plafonnement de la population et sa réduction arriveront néanmoins immanquablement.

    On peut même se demander si, à long terme, le vrai problème que devraient se poser les puissants de ce monde n’est pas d’abord là. Il n’y a pas d’exemple d’un pays passé au-dessous du seuil de reproduction (fécondité de 2,1 enfants par femme) qui se soit relevé. Le taux de fécondité peut se stabiliser (généralement entre 1,2 et 1,6) mais même à ce niveau stabilisé, il entraîne encore une diminution de la population. De ce fait, toutes les courbes de population prolongées conduisent non pas à une stabilisation à un niveau raisonnable, ni à un niveau « optimum » de 500 milliards d’hommes (et de femmes), mais à une disparition pure et simple de l’humanité à échéance de deux ou trois siècles. Deux ou trois siècles, c’est loin, dira-t-on. On peut aussi bien dire que compte tenu de la durée déjà accomplie de l’aventure humaine, 2 millions d’années au moins, c’est demain. Les choses pourraient se retourner. Elles le feront probablement, mais on n’en a pas encore la preuve.

    En tous les cas, il n’y aura pas ce jour là de Bill Gates pour nous dire qu’il y a trop d’hommes sur la terre et l’intéressé pourrait d’ores et déjà penser à d’autres manières de dépenser utilement son argent.

     

    Roland Hureaux est l'auteur de Le temps des derniers hommes, Le devenir de la population mondiale, Hachette, 2000

    [1]http://www.naturalnews.tv/v.asp?v=A155D113455FAC882A3290536575C723

    [2]http://endoftheamericandream.com/archives/from-7-billion-people-to-500-million-people-the-sick-population-control-agenda-of-the-global-elite

    [3] Le régime nazi avait mis en place des mesures natalistes énergiques en 1937 mais elles avaient à peine commencé d’avoir des effets au début de la guerre. En France, le Code de la Famille n’a été établi qu’en    1939. 

    Source :

    http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Bille-Gates-aime-l-humanite-mais-veut-en-supprimer-une-partie

    Jacques Attali. (L’avenir de la vie) 1981. Économiste, écrivain et haut fonctionnaire français.

     "Dès qu’il dépasse 60-65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures... "

    Et dire que Jacques Attali a plus de 75 ans !

                                                                  Une réflexion qui fait froid dans le dos

    Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du Front national(FN) et candidat aux élections européennes dans la circonscription Sud-Est, a des idées radicales pour contrer« l'explosion démographique ». Radicales voire infectieuses. « Mgr Ebola peut régler ça en trois mois », a-t-il lancé lors d'une discussion mardi 20 mai, avant un discours prévu au Palais de l'Europe du parc Chanot de Marseille.

    M. Le Pen, qui discutait avec le maire frontiste de Cogolin, Marc-Etienne Lansade, répétait alors en petit comité les grands axes de sa politique migratoire. Face au « risque de submersion » de la France par l'immigration et au « remplacement de la population qui est en cours » à cause notamment de la « faible natalité du continent européen », M. Le Pen a accusé ceux qui « ont des yeux et ne voient pas ». « Ils ont des oreilles et n'entendent pas », a-t-il aussi mis en garde, citant un livre de la démographe Michèle Tribalat, Les Yeux grands fermés : l'immigration en France.

    « Il n'est jamais trop tard », lui a répondu Marc-Etienne Lansade. « Il n'est jamais trop tard, mais il est bien trop tard quand même », a déploré l'eurodéputé frontiste, avant d'en appeler au virus mortel réapparu ces derniers mois en Afrique.

    UNE SIMPLE « OBSERVATION » DÉMOGRAPHIQUE

    Mercredi, à Valence, Jean-Marie Le Pen a tenté de s'expliquer sur ses déclarations, assurant qu'il s'agissait d'une simple « observation » démographique et rejetant le terme de « dérapage ». « Je ne vois pas comment on peut polémiquer sur un tel sujet. Moi, je suis un adversaire résolu de tout ce qui touche à l'intégrité des populations, mais on n'y peut rien. Je ne maîtrise pas ces phénomènes, j'essaie de voirquels vont être les équilibres demain que nous devrons prendre en compte », a-t-il dit lors d'une conférence de presse. Le virus Ebola est, selon lui, une « maladie terrible ». « Comme les guerres nucléaires ou internes, il est de nature à modifier cette évolution [démographique], qui en elle-même est catastrophique. »

    Source : 

    http://mobile.lemonde.fr/europeennes-2014/article/2014/05/21/pour-jean-marie-le-pen-le-virus-ebola-peut-regler-en-trois-mois-les-problemes-d-immigration_4422584_4350146.html

    La promotion de l'homosexualité rentre dans le même schéma de réduction de la population.Ainsi,le mariage homosexuel a été officialisé par nombre de pays.D'autres autorisent l'homosexualité sans aller à l'union officielle entre les partenaires.

    Voir ici liste par pays autorisant ou interdisant l'homosexualité :

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Droits_LGBT_dans_le_monde

    Vidéo sur le projet de réduction de la population mondiale

    Partager cet article
    Repost0

    La franc-maçonnerie ou le culte du Grand Architecte

    Publié le par Ahmed Miloud

    ORIGINE DE LA FRANC-MAÇONNERIE

    Depuis près de trois siècles, la franc-maçonnerie est la société secrète dont on parle le plus. Cette société initiatique suscite beaucoup d’intérêt et pourtant, la franc-maçonnerie est très mal connue.
    En effet, elle masque aussi bien ses origines que ses buts. Malgré tous ces mystères, la franc-maçonnerie s’avère être plus une confrérie élitiste et discrète que réellement secrète.Son culte,calqué sur les religions,particulièrement le christianisme dont elle s'inpire ,est énoncé comme suit :

    * La franc-maçonnerie travaille à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers.

    Conformément aux traditions de l'Ordre des francs-maçons, trois gran­des lumières sont placées sur l'autel des loges : l' Équerre, le Compas et un Livre de la Loi Sacrée. Les obligations des Maçons sont prêtées sur ces Trois Grandes Lumières.

    Voir : http://www.lesnumismates.fr/FR/ART_FRANC_MACONNERIE.htm

                                              Symbole officiel de la franc-maçonnerie

    Le terme « franc-maçonnerie » est ambigu, car il désigne deux choses sensiblement différentes :

    Une société corporative dite « maçonnerie opérative » qui plonge ses racines dans le Moyen Âge européen et sans doute bien au-delà. On sait aujourd’hui que la filiation entre francs-maçons et compagnons est très complexe.

    Symbole de la Franc-maçonnerie

    Symbole maçonnique américain de la vie éternelle. 19e s.

    Une société de pensée dite « maçonnerie spéculative » qui est l’héritière directe de la première.

    La maçonnerie, d’abord opérative (bâtisseurs médiévaux), admet (XVIe-XVIIe s.) des membres étrangers à l’art de bâtir, avant de devenir spéculative lorsque est fondée, à Londres, en 1717, une « Grande Loge », dont les Constitutions demeurent la charte de la franc-maçonnerie universelle. Une longue querelle interne, origine d’une scission, prit fin en 1813 avec l’Act of Union, constitutif de l’actuelle Grande Loge unie d’Angleterre, tenue pour la Grande Loge mère de toutes les grandes loges du monde.

    Les Constitutions de James Anderson

    Les Constitutions de James Anderson, fondateur de la Grande Loge de Londres .Édition originale 1723. Bibliothèque des Arts décoratifs

    La franc-maçonnerie est introduite vers 1725 en France par des jacobites émigrés. Malgré quelques difficultés avec la police, les loges prennent une rapide extension, mais connaissent aussi une scission et des difficultés.

    En 1773 est fondé le Grand Orient, autorité centrale destinée à rétablir l’ordre. Au XIXe s., les deux grandes obédiences sont le Grand Orient et le Suprême Conseil du Rite écossais ancien et accepté, fondé en 1804.

    Tablier maçonnique d'Hélvétius

    Tablier maçonnique d'Hélvétius, porté par Voltaire le jour de son initiation . Musée du Grand Orient de France

    La Grande Loge de France, fondée en 1894, conserve la formule du Grand Architecte de l’Univers qui n’est plus reconnu par le Grand Orient depuis 1877.

    En 1913, E. de Ribaucourt ressuscite une franc-maçonnerie régulière en France et constitue la Grande Loge nationale indépendante et régulière, qui prend en 1948 le nouveau nom de Grande Loge nationale française (G.L.N.F.), seule obédience française reconnue par la Grande Loge d’Angleterre.

    Ces scissions expliquent la diversité des rites maçonniques et des grades.

    L’esprit de la franc-maçonnerie

    Au XVIIe siècle, en Angleterre, les guerres de religion font rage. C’est dans ce contexte que des hommes épris de tolérance créent des espaces de libre échange où toutes les confessions peuvent se réunir.
    Les fondateurs emploient le vocabulaire et les usages des anciennes corporations de maçons. Ces hommes savaient alors tailler la pierre tendre appelée « free stone ».
    On les nommait donc « free stone masons » ou « freemasons » c’est-à-dire francs-maçons.

    Symbole de la Franc-maçonnerie

    Symbole maçonnique italien, de l'époque des Carbonari . © dinosoria

    Mais les nouveaux maçons ne sont pas des ouvriers bâtisseurs mais des « gentlemen ». Ils défendent avant tout des valeurs d’humanisme, de tolérance et de fraternité.

    Parmi les maçons célèbres, on peut citer Benjamin Franklin, Mirabeau, Jules Ferry, Winston Churchill (de 1905 à 1908), Montesquieu, Voltaire, Arthur Conan Doyle, Mozart, Louis Armstrong, Ford ou Citroën.

    Les fondateurs de la franc-maçonnerie moderne revendiquent l’héritage de tous les maçons qui les ont précédés.
    Ils ont ainsi élaboré un parcours initiatique menant du grade d’apprenti à celui de maître, à l’image des ouvriers bâtisseurs d’autrefois.

     

     

     

     

    Tablier maçonnique

    Tablier maçonnique de l'écrivain Joseph de Maistre. © Archives Ed. Atlas

    À la tête de chaque loge se trouve un vénérable, assisté d’un collège d’officiers. À la tête de chaque obédience se trouve un grand maître. Le grand maître de la Grande Loge de France est assisté d’un Conseil fédéral, celui du Grand Orient d’un Conseil de l’ordre, qui jouit de la réalité du pouvoir. Une fois l’an se tient la Tenue (ou Assemblée) de Grande Loge, appelée « convent », à la Grande Loge de France et au Grand Orient. Les obédiences féminines ou mixtes qui existent ici ou là ne sont pas reconnues.

    Les symboles de la franc-maçonnerie

    Cette société comporte de nombreux symboles qui doivent permettre aux membres de se comprendre au-delà des barrières sociales.
    Certains sont hérités de la kabbale ou de l’hermétisme mais la plupart proviennent des outils des tailleurs de pierre. L’équerre qui symbolise la rectitude morale ou le compas qui symbolise la maîtrise de soi.

    Sceau maçonnique

    Sceau maçonnique de Pierre-Philippe Baudel, l’actuel président du Suprême Conseil et Grand Conservateur Général du Rite de Misraim (Musée du Grand Orient de France). © dinosoria

    L’inspiration biblique est rappelée par les deux colonnes qui ornent l’entrée des loges.

    On trouve également le soleil et la lune, car les maçons travaillent de » midi à minuit ».

    Les actions de la franc-maçonnerie

    Les relations de la franc-maçonnerie avec l’Église catholique romaine ont toujours été difficiles. Plusieurs fois condamnée par les papes au XVIIIe et au XIXe s., la franc-maçonnerie semble bénéficier, depuis le concile Vatican II, de la part des catholiques, d’un préjugé plus favorable, Rome restant cependant réticente, notamment à l’égard des loges « anticléricales ».

    Symbole de la Franc-maçonnerie

    Symbole maçonnique italien du 19e s. © dinosoria

    Source:

    http://www.dinosoria.com/franc-maconnerie.htm

    Les symboles de la franc-maçonnerie

    Cette société comporte de nombreux symboles qui doivent permettre aux membres de se comprendre au-delà des barrières sociales.
    Certains sont hérités de la kabbale ou de l’hermétisme mais la plupart proviennent des outils des tailleurs de pierre. L’équerre qui symbolise la rectitude morale ou le compas qui symbolise la maîtrise de soi.

    Sceau maçonnique

    Sceau maçonnique de Pierre-Philippe Baudel, l’actuel président du Suprême Conseil et Grand Conservateur Général du Rite de Misraim (Musée du Grand Orient de France). © dinosoria

    L’inspiration biblique est rappelée par les deux colonnes qui ornent l’entrée des loges.

    On trouve également le soleil et la lune, car les maçons travaillent de » midi à minuit ».

    Les actions de la franc-maçonnerie

    Les relations de la franc-maçonnerie avec l’Église catholique romaine ont toujours été difficiles. Plusieurs fois condamnée par les papes au XVIIIe et au XIXe s., la franc-maçonnerie semble bénéficier, depuis le concile Vatican II, de la part des catholiques, d’un préjugé plus favorable, Rome restant cependant réticente, notamment à l’égard des loges « anticléricales ».

    Symbole de la Franc-maçonnerie

    Symbole maçonnique italien du 19e s. © dinosoria

    Il est vrai qu’au XIXe siècle, les francs-maçons français sont majoritairement anticléricaux. Ils participent, en France, activement au débat sur la laïcité à l’école.
    De nombreux hommes politiques sont alors francs-maçons.

    Les frères ont un engagement républicain et seront les victimes d’une « chasse aux sorcières ». En 1922, le parti communiste interdit à ses membres d’être franc-maçon.
    L’Église catholique excommunie les membres. Cette mesure ne sera d’ailleurs levée qu’en 1983.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement de Vichy a lancé une campagne anti-maçonnique et a dissout les obédiences maçonniques françaises.

    Grand Orient de France

    Stephan Meyer, grand maître adjoint du Grand Orient de France, lors d'une commémoration de la libération des camps, en 2005 . © Medhi-Fedouach-STF/AFP

    De nombreux francs-maçons ont été déportés et sont morts en camps de concentration. À tel point, qu’à partir de 1945, la franc-maçonnerie décimée, mettra plusieurs dizaines d’années à reconstituer ses rangs.

    Les effectifs sont estimés aujourd’hui à plus de 6 millions, majoritairement aux États-Unis.

    Les loges, en France, sont pour la plupart des associations loi 1901 et il n’y a nul secret sur les noms des membres, déposés en Préfecture. Les loges maçonniques rassemblent plus de 120 000 personnes fédérées en différentes obédiences :

    • Le Grand Orient à tendance laïque
    • La Grande Loge plus spiritualiste
    • La Grande Loge féminine
    • Le Droit humain, obédience mixte la plus importante
    • La Grande Loge nationale française plus traditionaliste

    Il est certain que certains francs-maçons ont voulu utiliser leur appartenance à des fins politiques ou économiques. Certains ont eu des rapports houleux avec la justice. Ces écarts de conduite qui ne font que refléter notre société et non la franc-maçonnerie par elle-même sont autant de points négatifs qui jettent la suspicion sur une société profondément humaniste.

    V.Battaglia (20.06.2006)

     

    Sources bibliographiques

    Histoire de la franc-maçonnerie française, Paris, PUF, R.Dachez, 2003. Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, E.Saunier, Le livre de Poche, 2000. Les Sociétés Secrètes, Editions Larousse 2005. Les origines mystérieuses de la franc-maçonnerie, Editions Atlas, 1982.

    Pour en savoir plus sur la Franc-maçonnerie

    Site francophone sur la franc-maçonnerie

    Source:

    http://www.dinosoria.com/franc-maconnerie.htm

    LE CULTE DE LA FRANC-MAÇONNERIE

    La franc-maçonnerie a institué un culte qu'elle rend à une entité indéfinissable qu'elle appelle "Le Grand Architecte". Curieusement, elle s'imprègne dans l'accomplissement de ce culte des enseignements de la bible sans toutefois en appliquer le sacerdoce. En d'autres termes,elle s'est appropriée le christianisme comme les sionistes l'ont fait pour le judaïsme.

    Les principes fondamentaux de la Franc-Maçonnerie régulière :

    • l'invocation du Grand Architecte de l'Univers,
    • la présence en Loge des trois Grandes Lumières : le Volume de la Loi Sacrée (qui dans ses Loges est la Bible) exposé et ouvert avec l'Equerre et le Compas,
    • la souveraineté exclusive sur les grades symboliques,
    • l'indépendance de toute structure maçonnique de Hauts Grades,
    • la non-mixité dans les travaux rituels,
    • la non-immixtion dans les controverses politiques ou religieuses,
    • le caractère progressif et spirituel de la démarche initiatique.

    La foi prêchée par la franc-maçonnerie repose sur le trinitarisme,concept qui existait déjà les peuples païens primitifs. Ce trinitarisme est ainsi conçu :

     

    1) Le Livre Blanc

    IL est entièrement composé de pages vierges, tenant lieu de livre de la loi sacrée dans certaines loges adogmatiques.

    •  Dans le Symbolisme (n° de mars et avril), suite de la discussion sur la présence de la Bible dans les Loges, son remplacement par un « livre blanc » etc. ; discussion pleine de confusion et constamment influencée par les points de vue les plus « profanes » ; ce n’est pas seulement au sens symbolique qu’on peut parler ici de la « Parole perdue » ! (René Guénon, Études franc-maçonnerie compagnonnage)Les trois grandes lumières. « Ce sont le volume de la loi sacrée, l’équerre et le compas ».
    • Le livre de la loi sacrée (le Livre Blanc)peut être la Bible ouverte au Livre des rois ou bien l’Évangile de saint Jean ouvert à la première page avec ces mots: « Au commencement était le verbe ». Il peut être aussi un livre reconnu comme de haute portée spirituelle. Il peut être encore un livre blanc ou bien le livre des Constitutions.  (Guy Plana-Mora, Le dit et le non-dit de la franc maçonnerie, Mon Petit Éditeur, 2016)
    • Certaines loges et obédiences athées adoptent comme volume de la loi sacrée un livre blanc dans lequel chacun peut voir ce qu’il veut.  (Philippe Benhamou, Christopher Hodapp, La Franc-maçonnerie Pour les Nuls, Éditions First-Gründ, 2008, page 83)

     

    2) Le Compas     : 

    Le compas représente l'esprit; Il symbolise la sagesse de l'esprit; Il est à la fois: la rigueur de la mesure, la liberté de la créativité, le dynamisme et l'harmonie dans la recherche de la Vérité.Le compas à la particularité de pouvoir se régler et ainsi de s'adapter aux besoins de chacun et du moment. A la différence de la règle ou de l'équerre qui sont fixes et ne peuvent que reproduire leur forme, le compas est un instrument de liberté et de rigueur pour l'esprit; même le plus rudimentaire des compas tracera toujours un cercle parfait, à la dimension et à l'emplacement choisi par son utilisateur.Dans la vie quotidienne, le compas permet notamment au Franc-maçon de comparer ses actions, de conserver ce qui est juste, de reporter son comportement, de garder la mesure de toute chose et d'agir de manière équitable et proportionnelle

     

    3) L'Équerre

    L'équerre représente la régularité et la perfection pour l'exécution des travaux. Elle est le symbole de la discipline, de la rectitude, de la raison et de la droiture; Elle montre ce qui est droit (juste) et permet de redresser ce qui ne l'est pas encore ou ne l'est plus.Assemblée ou entrelacée avec le compas, elle représente la matière par rapport à l'esprit. Ainsi, l'équerre et le compas deviennent complémentaires et ont pour objectif de former le cœur et de régler l'esprit. Ils représentent la sagesse et la justice.Dans la vie quotidienne, l'équerre représente l'honnêteté (pour soi et pour les autres), la droiture (dans les pensées et les actions) et la vertu (respect de la loi morale).

     

    Voir plus ici :

    http://www.latolerance.ch/symboles/lequerre

     

    LA FRANC-MAÇONNERIE, RELIGION SATANIQUE

    Les francs-maçons se disent unificateurs, et que par leurs actions ils prêchent la liberté de conscience,l'amour et la paix entre les peuples,la solidarité humaine,etc...Ils œuvrent à substituer les dogmes religieux traditionnels propres à chaque communauté par une nouvelle religion vouée au culte du Grand Architecte comme indiqué dans leurs Constitutions.Ils ont mis en place des rituels remplaçant ceux édictés par les religions traditionnelles.Hormis l'Islam qui considère la franc-maçonnerie comme une apostasie, les autres religion se sont accommodées avec elle.

    "L’histoire de religions nous montre un continuum dans leurs évolutions, les unes remplaçant les autres en leur empruntant des Dieux et en les faisant évoluer en fonction des besoins sociaux. Les changements de religion sont généralement liés aux changements dans la société humaine. L’abandon des civilisations de chasse et de pèche modifie les rapports avec la nature et modifie les Divinités à invoquer ; la vie nomade avec l’élevage induit de nouvelles croyances ; la sédentarisation les modifie… Les religions s’entrecroisent, se modifient et se complètent les unes par rapport aux autres pour s’adapter à leur environnement. La non-adaptation provoque leur disparition : religions étrusques, grecques, romaines, védiques, certaines formes de chamanisme… ont disparu du fait de la disparition de leur « habitat » de référence. La pratique religieuse qui demeure le fondement de toute religion est éminemment liée à l’environnement économico-social du lieu de pratique… Il y a symbiose entre la religion et la société ; toute évolution sociale se traduit par une évolution de la forme religieuse"

    http://www.ledifice.net/P053-2.html

     

    LES RITUELS DE LA FRANC-MAÇONNERIE

    Tout initié devrait passer par diverses étapes pour être accepté comme franc-maçon.Voir lien ci-dessous :

    http://chemin47.eklablog.net/etapes-et-symboles-de-la-ceremonie-d-initiation-c26781016

    Source :

    http://://henrymakow.wordpress.com/2012/10/29/la-franc-maconnerie-est-basee-sur-la-kabbale/

    En conclusion,on peut dire que la franc-maçonnerie tend à supplanter les religions reconnues, malgré elle s'en défend. En fait,de par son essence,elle est une religion satanique, vouée au culte de Baal-Moloch pour lequel des sacrifices d'enfants lui sont encore offerts à ce jour.Voir article ci-dessous :

    La naissance du culte de Moloch, le Dieu flamboyant dévoreur d’enfants

    "Difficile de trouver un historique simple et détaillé de la naissance de ce culte. Voici donc ma version simplifiée qui devrait vous aider dans vos recherches personnelles. Je ne fais aucun commentaire.

                                                                                   moloch
                                                           Le dieu Baal-Moloch des Phéniciens.

    Voilà bien des siècles une catastrophe épouvantable et inexpliquée détruisit deux grandes cités au bord de la Mer Morte, en Judée, à savoir Sodome et Gomorrhe. En quelques instants, tout fut embrasé et périt dans un torrent de feu.

    Tout et tous ! … Sauf un homme du nom de Loth, et ses deux filles… Les enfants de ces filles, Ammon et Moab, fondèrent une cité en Arabie Pétré, où sans doute frappés par le destin de leurs parents, ils instaurèrent une religion dédiée au feu. Bientôt, les Ammonites et les Moabites entretinrent des feux continuels dans leur capitale, Rabbath-Ammon, pour honorer leurs divinités Ammon et Moloch à qui ils sacrifiaient des enfants.

    Puis ce culte gagna la Palestine. Le roi Salomon l’adopta( mensonge juif,ndr) et l’on vit ses successeurs Acaz et Manassé avoir la cruauté d’offrir leurs fils à Moloch.

    Le Moloch Juif avait une tête de Bélier. Le Dieu Ammon des Egyptiens avait aussi une tête de Bélier. On ignore si les Egyptiens firent des sacrifices humains à ce dieu; par contre chez les Cananéens, les Araméens et les Phéniciens, Moloch fit des ravages en changeant de nom et en devenant Baal ou Bel. Le Baal-Moloch (illustration ci-dessus) s’est transformé en tête de Taureau. Chaque cité ou lieu avait son Baal ou son Bel-Moloch.

    En Palestine il y eut Baal-Azor, Baal-Bek, en Syrie, Baal-Samin chez les Sémites, Baal-Phégor, sur le mont Phégor.. Mais le plus redoutable fut le Moloch-Baal de Carthage .

    Regardez-le. Il est horrible avec ses ailes à la manière des Assyriens ou des Perses. Quoi qu’il en soit, Carthage, colonie phénicienne, adorait ce dieu infernal.

    Peu après la première guerre punique, les mercenaires enrôlés par les Carthaginois n’ayant pas touché leur solde, se révoltèrent et assiégèrent Carthage défendue par une triple ligne de remparts.

    Au bout de deux ans de lutte aux fortunes diverses, plus de 300,000 mercenaires s’attaquèrent aux fortifications et après de furieux combats, s’emparèrent de la première enceinte! Mais malgré tous leurs efforts, ils ne purent aller plus loin !…

    N’ayant pas de navires pour bloquer le port et affamer Carthage. Les chefs de la rébellion Matho et Spendius, firent alors crever l’aqueduc qui amenait l’eau à la ville assiégée. EN pleine sécheresse, la cupide et orgueilleuse cité se trouvait dans une situation dramatique et le Conseil des Anciens, plutôt que de verser enfin leur solde aux mercenaires, prit alors une décision épouvantable. Chaque famille carthaginoise livrait un enfant en âge d’être sacrifié!… Le lendemain matin, comme le temps pressait, les prêtres de Moloch descendant de Megara, la ville haute, commencèrent leur sinistre récolte et avant que le soleil fût à son zénith, ils avaient rassemblé plus de 400 garçons sans que personne n’ait élevé la moindre plainte…

    Le jour suivant une foule énorme se tenait sur la place de Khamon, devant le temple de Moloch. Afin que toute la population puisse voir le dieu, un mur avait été ouvert et l’on avait fait passer la gigantesque statue d’airain sur l’esplanade. Alors les serviteurs du temple allumèrent le feu.

    Après les chants et rites d’usage, le grand pontife donna le signal et les bras de l’idole se baissèrent pour que l’on y dépose les premières victimes. Aussitôt, de sa main glacée, le bourreau fit avancer, un par un, les garçons. Ils étaient tous encapuchonnés d’un voile noir: ainsi personne ne pouvait les reconnaître et il fallait qu’aucun Carthaginois ne faiblisse. Les immenses bras actionnés par des chaînes se relevèrent et les premiers sacrifiés furent engloutis dans la gueule incandescente…

    Cela dura des heures! Une chaleur intense régnait autour du dieu rougeoyant et une grande fumée montait dans le ciel qui devenait gris. A présent, les Carthaginois hurlaient des invocations à Moloch tandis qu’au loin, sur le pourtour de la première enceinte, les mercenaires regardaient le spectacle, horrifiés.

    Lorsque la nuit tomba, le colosse d’airain était gavé à l’excès. Incandescent… jusqu’aux genoux, il semblait chanceler sous le poids d’une ivresse monstrueuse… Mais la foule emportée par la frénésie, voulait lui offrir encore des victimes toujours des victimes.. Il n’y en avait plus ! Alors, certains s’entretuèrent.

    Enfin, l’orage éclata et l’eau tomba en cataracte, toute la nuit. Gorgés d’horreur, les Carthaginois se laissaient tremper par l’eau tiède tandis que les citernes se remplissaient. Le lendemain matin, les mercenaires pataugeaient dans la boue de leur campement. Bientôt ils levèrent le siège. Carthage était sauvée !…

    Mais à quel prix ?

    De là est née la légende du Dieu Moloch. Ce culte fit des ravages pendant des siècles..

    Sachez que le culte de Moloch est toujours actif de nos jours au Bohemian Club. Faites des recherches sur ce « Club »."

    Source :

    http://www.nouvelordremondial.cc/2015/07/21/la-naissance-du-culte-de-moloch-le-dieu-flamboyant-devoreur-denfants/

    INTERCONNECTION DE LA FRANC-MAÇONNERIE AVEC LA KABBALE La Franc-maçonnerie est basée sur la Kabbale Depuis les soi-disant «Lumières», l’humanité est peu à peu tombée sous le charme de la Kabbale. Ce que nous avons appris à prendre pour du «progrès» est en fait la résurgence d’un culte satanique païen ancien de la fertilité, incarné par la Kabbale. Le «dieu» de la Kabbale n’est pas Dieu du tout. Il est Lucifer. Les Juifs Illuminati et leurs alliés francs-maçons sont furtivement occupés à ériger un Nouvel Ordre Mondial dédié à Lucifer. Selon le chercheur doué, David Livingstone, le plan de Lucifer a été formulé dans la Kabbale du VIème siècle avant J.C., lorsque les Juifs étaient détenus en captivité à Babylone. Selon la Bible, cet exil était une punition pour l’adoption du paganisme de leurs voisins, les Cananéens. Ils s’étaient appropriés l’ancien culte du dieu de la mort, Lucifer. Parmi les pratiques odieuses prescrites par ce culte étaient les «mystère» des rites impliquant de la musique, des substances intoxicantes, le sexe orgiaque et le sacrifice humain. La Kabbale est basée sur d’anciennes mythologies païennes qui racontent l’histoire d’un dieu originel ayant créé l’univers, et d’un dieu usurpateur (Lucifer) qui finit finalement par le vaincre et vient à gouverner l’univers à sa place. Lucifer est la progéniture de Dieu le Père et de son épouse, la Déesse. Mais le dieu-fils épouse également sa mère. Le Dieu-fils a été identifié avec le soleil tandis que la Déesse a été identifiée avec la planète   Vénus, le premier objet céleste aperçu au lever du soleil. «Essentiellement, le dieu et la déesse étaient considérés comme deux aspects d’un seul dieu. » écrit Livingstone dans son dernier livre «S’abandonner à l’Islam». «En tant que tels, les autres noms de Satan étaient «Prince de l’Aurore» ou «Fils de l’Aube». Lucifer, qui illustre le mal, était connu comme un «Dieu mourant», car chaque hiver, il mourrait et descendait aux enfers où il régnait sur les esprits des morts. La Kabbale est un culte sexuel lié au cycle des saisons. Il est défini par l’accouplement incestueux du dieu et de la déesse pour assurer la fertilité. Lucifer exige des sacrifices. Il doit être apaisée pour éviter sa malfaisance et la diriger contre ses ennemis. Le sacrifice le plus bénéfique est l’abattage d’un enfant. Livingstone, explique : «Ceci [les sacrifices d’enfants] était devenu la base de ce culte dans le monde antique. Les rituels de la mort et de la résurrection imitaient celui du dieu [Lucifer.] Les participants ingéraient des substances intoxicantes et dansaient sur de la musique afin d’atteindre un état d’extase, ou de possession par un djinn [démon], par lequel ils croyaient obtenir des pouvoirs surnaturels tels que le changement de forme, la clairvoyance et d’autres pouvoirs magiques. Dans cet état, ils faisaient égorger un enfant, mangeaient sa chair et buvaient son sang afin que le dieu puisse renaître en eux.» LES SACRIFICES RITUELS ET LES ORGIES CARACTÉRISENT LE CULTE ILLUMINATI Les transfuges Illuminati témoignent que ces pratiques se poursuivent aujourd’hui. Livingstone dit que ces rituels impliquent généralement des orgies sexuelles où un prêtre et une prêtresse personnifient le Dieu et la Déesse au cours d’un « Mariage Sacré ». Ils deviennent possédés et produisent un « fils de dieu » qui devrait alors régner comme roi. Livingstone déclare que c’est la base d’un culte satanique qui domine aujourd’hui le monde. «Il est cette religion secrète qui est considérée comme l’occultisme. Ses partisans font avancer le plan satanique pour un Nouvel Ordre Mondial, et l’élimination de l’Islam.» (Pp. 11-13) À la lumière de ce contexte, nous pouvons apprécier à quel point les enseignements kabbalistes sont pernicieux. Par exemple, ils enseignent que Dieu n’a pas d’attributs. Cela est satanique. Dieu est moral, la différence entre le bien et le mal, le faux et le vrai, le beau et le laid. Pas étonnant que l’humanité ait perdu sa capacité de discernement. Encore une fois, la Kabbale enseigne que la relation entre l’homme et Dieu est sexuelle et érotique, et que la sensualité et l’ivresse sont religieuses. C’est satanique. L’explication de Livingstone de la Kabbale explique pourquoi le sexe (la promiscuité, la pédérastie, l’inceste) est utilisé pour dégrader et diaboliser les êtres humains et pourquoi le modernisme est un sort kabbalistique. Selon Livingstone, les Juifs mélangèrent ce paganisme avec la magie babylonienne et l’astrologie, et appelèrent la Kabbale une «interprétation» du Judaïsme. Ces kabbalistes ont déguisé leur ordre du jour luciférien de domination du monde en préparant le monde pour la venue de leur supposé «Messie». LA FRANC-MAÇONNERIE ET LE CHOC DES CIVILISATION David Livingstone décrit la propagation de la Kabbale : « Les prétendus philosophes grecs ont été les premiers importants kabbalistes. Quand les Juifs furent libérés de leur captivité par l’empereur perse, Cyrus le Grand, de nombreux kabbalistes se répandirent dans diverses parties du monde, notamment en Grèce et en Egypte. Le Platonisme et les philosophies Orphique et Dionysiaque ont été influencées par la Kabbale. De la Grèce et l’Egypte, les pratiques kabbalistiques se propagèrent à travers l’Europe où elles étaient connues comme de la sorcellerie. Mais les influences les plus importantes furent l’humanisme de la Renaissance, et l’émergence des Rose-Croix. Le mouvement Rose-Croix a été initialement démantelé à la suite de la guerre de Trente Ans, mais un certain nombre d’entre eux trouvèrent refuge en Angleterre où ils fondèrent la Franc-maçonnerie. Avec l’avènement des Illuminati, les francs-maçons furent responsables de ce grand projet des Lumières, dont le but était de supplanter l’autorité Chrétienne, en passant par les révolutions Américaine et Française. L’objectif de ces révolutions a été de créer des sociétés laïques, au sein desquelles le Christianisme, et toute religion, d’ailleurs, devaient être définitivement séparées de «l’État». Libérés de ces contraintes, les Illuminati pourraient faire progresser leur pouvoir à travers la banque, parce que jusque-là le Christianisme avait largement interdit la pratique de l’intérêt bancaire usuraire. L’interprétation kabbalistique de l’histoire voudrait nous faire croire que cette évolution du sécularisme est un progrès. Nous sommes amenés à croire que la Démocratie est le produit final de l’évolution humaine éloignée de toute superstition religieuse. Cependant, alors que cette évolution a été une prérogative de l’Occident, l’Orient est encore engluée dans un stade plus primitif, obstinément adhérant à l’idée de «théocratie», c’est le monde de l’Islam. Et donc, pour l’accomplissement du progrès kabbalistique, ce dernier obstacle doit être éliminé, avant l’imposition définitive d’une hégémonie occulte sur l’humanité. D’où le «Choc des Civilisations» menant au règne de l’Antéchrist. Nous-y voilà donc. La laïcité est un masque pour la résurgence de la Kabbale, du Paganisme et du Satanisme. C’est cela le progrès! Henry Makow Catégories : Franc-maçonnerie, Kabbale Étiquettes : david livingstone, lucifer, nouvel ordre mondial Source: http://://henrymakow.wordpress.com/2012/10/29/la-franc-maconnerie-est-basee-sur-la-kabbale/
    Serge Abad Gallardo, ex franc-maçon converti : "La franc-maçonnerie est luciférienne" - reinformation.tv

    A une époque où il est presque de bon ton d’annoncer son appartenance à la FM (dans le gouvernement de François Hollande, presque tous les ministres en faisaient partis), Serge Abad Gallardo a décidé au contraire d’annoncer son horreur d’avoir été l’un de ses membres. Après 24 ans passés en son sein, il affirme : « La Franc-maçonnerie est luciférienne. Tous les satanistes sont franc-maçons. Aleister Crowley, était sataniste et franc-maçon. Albert Pike l’était également. Pour lui, « la religion maçonnique est la religion luciférienne par excellence… ». Ce cheminement de Serge Abad-Gallardo, ces 24 années passées en franc-maçonnerie, ces réponses qu’il attendait et pour lesquelles il n’avait aucune réponse, ont fini par le convaincre que la maçonnerie n’était qu’un leurre. En 2014, touché par la grâce de Dieu, Serge s’est converti à la religion catholique.

    Version courte :

    Version longue :

     

    Source :

    https://mobile.agoravox.tv/tribune-libre/article/serge-abad-gallardo-ex-franc-macon-74395

    Conférence de Johan Livernette tenue à Lyon le 14 juin 2014  sur la franc-maçonnerie en France

     

     

     

    Jan Van Helsing - Les Sociétés secrètes et leur pouvoir au 20ème siècle




    Jan Van Helsing - Les Sociétés secrètes et leur pouvoir au 20ème siècle
    Un fil conducteur à travers l'enchevêtrement des loges de la haute finance et de la politique. Commission trilaterale, Bilderberger, CFR, ONU.


    Prière d'acceptation à la soumission :
    Soyez heureux vous qui nous font s’entre-tuer.
    Soyez satisfait, repus de tant de haine entretenue.
    Que votre divin Mamon, vous apporte toutes les joies qui découlent de nos misères.
    Pardon, nous Vous devons face à l’incompréhension de vos pulsions.
    Soumission, nous Vous ferons à vos désirs de nous nuire.
    Bonne lecture, si vous avez choisi de lire…


    Croyez-vous vraiment savoir ce qui se passe sur notre planète ?
    Beaucoup d’auteurs ont déjà affirmé que seuls quelques puissants personnages exercent un contrôle absolu sur tous les événements mondiaux. Jan van Helsing nous confronte à cette affirmation ; il nous démontre l’enchevêtrement des loges et de l’occultisme avec la haute finance et la politique. Il nous fait grâce, cependant, d’en faire retomber l’entièreté de la faute, comme c’est souvent le cas, sur les “francs-maçons”, les sionistes ou Satan. Il va aussitôt au cœur du problème. Il s’exprime sans ambages, comme les jeunes de son époque, qui ne craignent point d’affronter les systèmes criminels basés sur le contrôle, la puissance et la manipulation. Ce livre n’est pas seulement le résultat d’années de recherche et de la compilation de lectures, il est étayé aussi de rapports d’ex-agents secrets de différents pays. L’auteur ne se contente pas de dévoiler les dessous de la politique, il nous apprend qu’on nous cache l’existence d’une technologie qui pourrait très vite sortir l’humanité de l’état pitoyable – et voulu – où elle se trouve. Une nouvelle façon de considérer le monde où nous vivons ! ce livre va ébranler le lecteur et va l’inciter à aller de l’avant !


    Pour télécharger le livre en PDF,aller sur :

    https://www.fichier-pdf.fr/2014/03/20/van-helsing-jan-les-societes-secretes-et-leur-pouvoir-au-20eme-siecle/

    Partager cet article
    Repost0

    L'Islam et la kabbale judéo-maçonnique

    Publié le par Ahmed Miloud

    Le Coran dépeint la Kabbale comme une apostasie

    « Malgré les suspicions persistantes parmi les Chrétiens, les chercheurs reconnaissent qu’il n’existe pas de tradition antisémite dans l’Islam », déclare le chercheur respecté David Livingstone, qui est un converti à l’Islam.

    Ce qui est important est que l’Islam offre une approche différente à la compréhension du problème des « Juifs ». Il les critique, mais il les considère quand même comme des Gens du Livre, alors ils sont une communauté religieuse respectée, malgré leurs vices.

    Ainsi à travers l’histoire, au sein des empires islamiques, les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens ont vécu côte à côte. Les Juifs étaient même autorisés à maintenir leur propre chef, et à se gouverner suivant leurs propres règles, même s’ils s’agissaient de la loi Talmudique corrompue. Je pense que cela en dit beaucoup au sujet de la grande miséricorde de Dieu, et il faut y voir une leçon pour chacun d’entre nous sur la manière dont nous devons traiter les autres, même si nous savons qu’ils se trouvent dans l’erreur.

    Par David Livingstone (pour henrymakow.com)

    L’Islam déclare que le Judaïsme bénéficia initialement de la révélation Divine mais qu’il tourna plus tard le dos à Dieu. Par « Judaïsme » nous entendons la Kabbale et le Talmud.

    D’après le Coran, Dieu avait établi une alliance avec les Israélites et les avait choisis parmi toutes les nations, pour agir en tant que ses représentants sur terre.

    Il leur fut donné 10 commandements simples, dont l’esprit est résumé par l’affirmation suivante : « fait aux autres comme tu voudrais qu’ils te fassent », c’est-à-dire la règle d’or.

    Et [rappelez-vous] lorsque Nous établirent l’alliance avec les Enfants d’Israël, [leur enjoignant], « Ne vénérez rien excepté Allah ; faites le bien à vos parents, aux orphelins, et aux nécessiteux. Et parlez aux gens convenablement et établissez la prière et acquittez-vous de l’aumône. » Vous vous êtes ensuite détournés – à l’exception d’un petit nombre d’entre vous – vous vous êtes écartés… (2:83)

    Le Coran poursuit alors en listant les nombreuse faveurs consenties au peuple juif, et leur rappelle les miracles extraordinaires dont ils furent témoins, et néanmoins, ils continuent de rejeter la véritable soumission à Dieu.

    Pendant des siècles Dieu envoya des prophètes pour avertir les Israélites de cesser de vénérer les dieux des Cananéens, Baal et Astarté, pour lesquels ils érigeaient des piliers phalliques, et se livraient aux sacrifices humains et à d’autres abominations.

    Finalement, ils furent avertis que s’ils ne cessaient pas, ils seraient pris en captivité. C’est en effet ce qui se produisit au tournant du sixième siècle avant J.C., lorsque Nabuchodonosor s’empara presqu’entièrement de la population pour la retenir prisonnière à Babylone, une période connue comme l’Exil.

    Le Coran relate :

    Nous avons décrété dans le Livre, à l’adresse des fils d’Israël : « Vous sèmerez deux fois le scandale sur la terre, et vous vous élèverez avec un grand orgueil ». (17:4)

    Lorsque l’accomplissement de la première de ces deux promesses est venu, nous avons envoyé contre vous certains de nos serviteurs doués d’une force terrible. Ils pénétrèrent à l’intérieur des maisons et cette promesse se réalisa. (17:5)

    C’est à Babylone qu’un certain nombre de juifs captifs commirent l’ultime acte d’apostasie. Au lieu d’abandonner le culte de Baal, ils l’incorporèrent dans une nouvelle « interprétation » du Judaïsme.

    Finalement connue comme la Kabbale, il comprenait des éléments de magie babylonienne et d’astrologie, et considérait secrètement Lucifer comme le véritable Dieu de la Bible, le comparant avec les divers anciens dieux mourant.

    Mais ce n’était pas tous les juifs qui furent responsables, mais un groupe parmi eux qui se rendirent coupables d’apostasie, et comme le Coran le clarifie :

    Ils ont approuvé ce que les démons leur racontaient touchant le règne de Salomon. Salomon n’était pas incrédule, mais les démons sont incrédules. Ils enseignent aux hommes la magie, et ce qui, à Babylone, avait été révélé aux deux anges Harout et Marout. Ces deux-là n’instruisent personne sans dire : « Nous ne constituons qu’une tentation. Ne sois donc pas incrédule. »

    Les démons apprennent auprès d’eux les moyens de séparer le mari de son épouse ; mais ils ne peuvent nuire à personne, sans la permission de Dieu. Et le peuple apprend ce qui lui nuit et ne lui ait d’aucun bénéfice. Mais les Enfants d’Israël savaient certainement que quiconque faisait l’acquisition de ces vanités n’aurait aucune part dans la vie future. Le troc auquel ils ont consenti est vraiment détestable – s’ils savaient ! (2:102)

    Ces juifs apostats déguisèrent alors leur poursuite de la domination mondiale en prétendant œuvrer à l’accomplissement de la prophétie biblique. Leur mode opératoire, basé sur le Luciferianisme, devint l’équivalent de « la fin justifie les moyens ».

    Mais à la place, ils en vinrent à considérer ne devoir leur responsabilité morale qu’envers eux-mêmes, supposant faussement que le fait d’être « choisis » signifiait que Dieu les préférait à tous les autres. Comme le Coran le déclare :

    Dis : « Si la demeure dernière auprès de Dieu vous est réservé de préférence à tous les hommes, souhaitez donc la mort, si vous êtes sincères ». (2:94)

    Ils corrompirent ainsi davantage le concept pour signifier que l’alliance était inconditionnelle, et donc, que la promesse de Dieu de la propriété de la terre d’Israël, ou Sion, était pour toujours, et qu’ils étaient finalement destinés à diriger le monde, par la venue de leur Messie tant attendu.

    Essentiellement, les juifs perdirent de vue le véritable « Esprit de la Loi », raison pour laquelle ils furent chatiés par Jésus, qui leur rappela que la base de la Loi était d’aimer son prochain, et que le prochain était tous les autres êtres humains, pas seulement leurs coreligionnaires.

    Mais bien que le message de Mohammed soit venu corriger la corruption du message de Dieu par les Juifs et les Chrétiens, il prédit que les Musulmans tomberaient aussi dans la même erreur, « comme un lézard dans un trou ».

    Et cela est advenu, les Musulmans aussi ont maintenant perdu l’Esprit de la Loi, et sont donc engagés dans des controverses mesquines et oppressés par des dirigeants despotiques, échouant à vivre selon les préceptes des véritables croyants.

    https://www.google.dz/amp/s/henrymakow.wordpress.com/2012/10/03/le-coran-depeint-la-kabbale-comme-une-apostasie/amp/#ampshare=https://henrymakow.wordpress.com/2012/10/03/le-coran-depeint-la-kabbale-comme-une-apostasie/

    Autre lien ici :

     

    Voici quelques vidéos qui relatent le lien de la kabbale dont s'inspire la franc-maçonnerie avec la sorcellerie et la magie noire

    Le Temple du Diable et non de Salomon

     

     

     

     

     

     
     
     
     

     

     

     

    Partager cet article
    Repost0

    1 2 > >>